Navigation – Plan du site

Le quechua dans le cinéma, y a-t-il quelqu’un derrière la porte ?

Oilivia Casares
Traduction de Marion Giraldou
p. 174-177
Cet article est une traduction de :
El quechua en el cine, ¿hay alguien detrás de la puerta?

Résumés

Cet article réfléchit aux possibilités de créer un cinéma en quechua, parlé par plus de 15 millions d’habitants entre la Bolivia, le Pérou et l’Equateur. Les quechua représentent un groupe social historiquement marginal, mais qui commence à former partie de la société. Ils conservent un fort héritage culturel et la langue les unifie. Nombreux sont bilingues en espagnol. Cette langue a été valorisée en Bolivie et en Equateur, où l’on commence à la considérer comme une seconde langue officielle.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce bref article, mon intention n’est pas de présenter une étude académique de l’usage ou non du quechua dans le cinéma. Les spécialistes de la question ont sûrement déjà réalisé des recherches sur les qualités lexicales, syntaxiques et phonétiques de la langue quechua, les modalités de son utilisation dans les pays andins et peut-être même existe-t-il une étude sur le thème de son utilisation dans le cinéma. Je souhaite en revanche, attirer l’attention sur un thème d’actualité et promis à un bel avenir : le cinéma en quechua.

2Ce sont les pays situés sur la cordillère des Andes que l’on nomme pays andins, plus particulièrement les peuples issus du Tahuantinsuyo ou Empire Inca, dont la culture et les traditions restent vivantes dans le quotidien de ses descendants à travers les siècles, de la conquête jusqu’aujourd’hui. La langue qui unit ces peuples est le quechua, avec quelques variantes. La Bolivie est majoritaire, en nombre d’habitants dont au moins la moitié parlent quechua. Mais suivent de près le Pérou et l’Equateur avec environ un tiers chacun. Ce qui fait un résultat d’environ 15 millions de personnes parlant quechua. Dans une brève analyse socio-historique de la situation actuelle des peuples andins, on peut affirmer, sans risquer grande marge d’erreur, que la population de ces pays dont la langue autochtone est le quechua, non seulement augmente, et même en proportion supérieure aux autres groupes ethniques, mais en outre se dirige vers un processus de participation sociale et politique impensable par le passé. Des évènements comme l’élection d’Evo Morales en Bolivie, premier mandataire indigène d’Amérique, ou certaines réformes sociales appliquées dans les pays andins au cours des dix ou quinze dernières années, à des degrés divers, pour favoriser l’intégration sociale indigène, permettent de nous rendre compte que ces peuples, et en particulier les groupes restés fidèles à leurs traditions et à leur langue, constitueront dans un avenir pas si lointain, une force sociale et politique importante.

3Les transmissions radiophoniques ont constitué pendant plus de trois décennies, un lien reconnu entre ces peuples. L’initiative en revient à des groupes religieux et politiques qui s’en sont surtout servi en tant qu’outil de propagande. Mais il n’est pas difficile de concevoir le passage de la simple communication à l’utilisation du quechua comme instrument de transmission culturelle, par l’intermédiaire non seulement de la radio mais aussi de la télévision et spécialement du cinéma.

4Il reste à comprendre le niveau de réception que pourrait atteindre une production cinématographique traduite dans cette langue et surtout, les possibilités réelles qu’elle soit réalisée dans cette langue. Pour cela il faut tenir compte de certains facteurs. Par exemple la plupart des indigènes sont bilingues en espagnol du fait du besoin réel de communiquer avec la société à laquelle ils appartiennent. Et cela même si le bilinguisme au niveau officiel, se comprend comme espagnol-anglais. On retrouve cette dernière langue dans tous les programmes pédagogiques. Ce n’est pas le cas du quechua qui n’est que depuis peu considéré par la politique officielle comme une langue permettant la transmission du savoir au cours du processus éducatif, bien que son enseignement soit limité à quelques écoles isolées de communautés à forte composante indigène. D’un autre côté, certaines universités progressistes attachent de plus en plus d’intérêt à l’intégration de la langue quechua dans les programmes d’étude et même à la mise en place de diplômes spécifiques en langue quechua. L’actuelle politique sociale dans des pays comme la Bolivie et à partir du gouvernement Rafael Correa l’Equateur, revalorise cette langue dans tous les domaines de la communication.

5Je vis en Europe depuis quinze ans durant lesquels j’ai fait plusieurs courts séjours en Equateur. Ce qui signifie que je suis passée maintes fois par l’aéroport de Quito mais jamais je n’avais senti, comme la dernière fois en novembre 2007, une telle émotion en écoutant les haut-parleurs annoncer les vols et les indications de rigueur relatives au trafic aérien, en espagnol, en quechua et en anglais, dans cet ordre. Bien sûr cette nouveauté de parler quechua est aussi liée à l’émigration équatorienne massive vers les pays plus riches, après la crise économique des années 90 qui a abouti à la dollarisation. Un bon nombre d’émigrants appartiennent aux communautés indigènes, surtout à celle d’Otavalo, qui se caractérise par son talent créatif pour l’artisanat et son habilité pour le commercialiser. Mais il se trouve aussi des gens pour penser que cet usage du quechua relève de la simple propagande politique pour gagner des électeurs et certains même le considèrent comme une mode qui passera. Toutefois, du point de vue historique et social, cet argument dépasse les opinions superficielles, parce que nous savons tous qu’une langue n’est pas qu’une façon spécifique de parler, mais qu’elle est aussi porteuse d’innombrables connotations culturelles et de liens d’identité.

6Mais quelques questions se posent toujours : pourra-t-elle revendiquer assez haut pour être considérée et utilisée comme seconde langue officielle dans ces pays ? Cette tendance durera-t-elle à l’avenir ? La politique donnera-t-elle un espace suffisant à cet argument ? Car il est clair que la clé est politique, autrement presque deux siècles de vie républicaine n’auraient pu passer sans que cet argument soit mentionné dans les cercles officiels : l’Amérique latine a été dominée par les gouvernements conservateurs de droite, défenseurs d’une oligarchie omniprésente depuis les temps coloniaux, qui voit dans le blanc européen, et en particulier l’espagnol-criollo, le seul citoyen digne de participer aux décisions politiques et donc sa langue comme la seule qui mène au progrès. Mais d’un autre côté les choses changent. Nous vivons la mondialisation qui permet la communication en temps réel dans la plus grande partie du territoire de ces pays, même dans les lieux écartés où ne manquent ni la radio, ni la télévision ni même parfois le cinéma.

7Mais il reste d’autres questions auxquelles il faut répondre : les Indigènes parlant quechua, comme je l’ai déjà signalé, qui sont en majorité bilingues en espagnol, préfèreront-ils une projection cinématographique dans leur langue ? Et plus important encore : y aura-t-il des gens correctement formés pour se consacrer à la production cinématographique en quechua ? Ces gens obtiendront-ils un financement ? Et enfin, la population non quechua s’intéressera-t-elle à ce cinéma produit en quechua, traduit ou sous-titré ? En d’autres termes y a-t-il un marché ? Cette dernière remarque est de nouveau liée à la politique, de façon plus directe. En effet si le système éducatif suit la tendance qui consiste à inclure le quechua dans ses programmes, même dans les écoles où la majorité des élèves parlent espagnol, et si d’autres milieux culturels et communicationnels commencent à l’utiliser, à la longue l’intérêt peut naître. Il n’est pas sûr non plus qu’une production en quechua puisse attirer l’attention en dehors de pays andins, mais je tends à le croire, car dans le monde cultivé international, récepteur de l’art cinématographique d’auteur, les qualités d’authenticité et d’innovation sont généralement appréciées. Je pense à des productions en langues européennes, parlées par des communautés au nombre d’habitants bien plus réduit que les quechuas, tel que le catalan, le basque ou le breton qui de fait trouvent une place pour la diffusion de leurs productions.

8Je pourrais citer ici une expérience liée au film Qué tan lejos de Tania Hermida de l’an passé : à un moment, la narration inclut un dialogue en quechua entre deux jeunes en moto. Ils parlent entre eux afin d’exclure un instant la jeune fille de Quito qui leur a demandé une information sur la route et le passage n’est pas sous-titré. Quand on lui demande pourquoi elle n’a pas inclus la traduction, Tania a toujours répondu qu’elle avait voulu souligner le fait que les indigènes possèdent leur monde impénétrable aux non quechuas. Ils le font parce qu’ils se sont toujours sentis marginalisés par eux et c’est justement cela qu’elle voulait souligner dans cette scène. Toutefois, j’ai gardé l’envie de savoir ce que les jeunes gens se disaient, puis je me suis mise à réfléchir sur le degré d’intérêt que la personne lambda du public peut avoir envers un dialogue en quechua sous-titré. En revanche, l’inverse, c’est-à-dire des films sous-titrés en quechua, présente un problème majeur. Le quechua est une langue originellement orale transcrite en alphabet latin, mais qui présente encore des difficultés d’uniformité phonologique. C’est pourquoi il est indispensable d’établir des règles claires d’écriture, non seulement pour la production et la traduction de textes littéraires, d’essais ou de presse, mais aussi dans ce cas pour des sous-titres de cinéma.

9Une expérience de diffusion cinématographique intéressante est réalisée par une fondation de Quito qui a organisé un festival de cinéma pour enfants et jeunes. Le principe est d’apporter un cinéma itinérant dans les écoles et les villages isolés, en projetant des films ayant un contenu social et identitaire. Le but est de mener ce public vers une création cinématographique différente des films marchands, superficiels, généralement produits par Hollywood et qui sont les seuls disponibles dans les circuits commerciaux. Mais des projections dans quelques salles de Quito ont aussi été programmées pour favoriser la diffusion en milieu urbain. Curieusement le nom de ce festival est Chulpicine, utilisant le terme quechua Chulpi qui signifie petit. J’espère pouvoir aller plus loin dans l’analyse de ce festival prochainement et que la fondation dispose programmé de fonds pour mener à bien son projet, si possible en tenant compte des possibilités de traduction et de production de cinéma pour enfant en quechua.

10Dans tous les cas et pour conclure ma brève analyse, je souhaiterais inviter les jeunes réalisateurs des pays andins à réfléchir à ce propos et à prendre en main la situation sans attendre que d’hypothétiques autres, généralement des politiques, soient ceux qui s’en occupent. Il me semble qu’un défit intéressant pour la production cinématographique future de la région serait celui de présenter une initiative d’abord au niveau culturel, pour ensuite voir si son écho arrive jusqu’à la politique. En d’autres termes, faire le premier pas à partir de la culture cinématographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oilivia Casares, « Le quechua dans le cinéma, y a-t-il quelqu’un derrière la porte ?  », Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 174-177.

Référence électronique

Oilivia Casares, « Le quechua dans le cinéma, y a-t-il quelqu’un derrière la porte ?  », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2310 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2310

Haut de page

Auteur

Oilivia Casares

Olivia Casares, née à Quito, Equateur, 1955. Historienne de l’art et linguiste, elle a obtenu un master à l’Université d’Etat de Cracovie, Pologne. Elle a effectué plusieurs travaux spécialisés dans la recherche historique et artistique, en didactique de la langue espagnole, mais aussi sur la méthodologie de la traduction-interprétation, sur les problèmes du monde contemporain, le genre et le cinéma. Elle se consacre actuellement à l’écriture. Elle a réalisé dix publications : recherche, romans et conte.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals