Navigation – Plan du site

Éditorial

La fabrication des grands hommes
Francis Saint-Dizier
p. 2-3
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

En haut : Photo d’Alberto Korda, 1960 – En bas : Photo de Freddy Alborta, 1967

1L'iconographie tient une place première dans la fabrication et la reconnaissance des héros comme le montre la photographie du Che par Korda qui est encore, cinquante ans après la mort d’Ernesto Guevara, l’image la plus portée sur les tenues adolescentes. La construction de mythes contemporains en Amérique latine est portée par le portrait photographique, comme le montre celui d’Eva Perón sur le billet de 100 pesos en Argentine que le récent gouvernement de droite vient de changer pour un animal en voie de disparition ! Quelle ironie de l’histoire ! Et les nouveaux moyens de communication informatiques ont encore renforcé le poids des images dans l’histoire, réelle ou falsifiée, collective.

2Qu'en est-il de l’image animée ? Pas celles des informations télévisées, mais celles qui sont construites dans les documentaires et les fictions. Nous avons voulu pour ce numéro de Cinémas d’Amérique latine explorer le rôle du cinéma dans la création des figures mythiques de l’histoire du continent. De Bolívar à Allende, d’Emiliano Zapata à Eva Perón, du Che à Pancho Villa, de Carlos Gardel à Leonardo Favio, les héros peuplent l’histoire du cinéma d’Amérique latine, qui participe ainsi à leur construction.

3Notre revue donne la parole à des critiques, des historien-ne-s, des théoricien-ne-s du cinéma, essentiellement latino-américain-e-s, qui analysent quelques un-e-s de ces grandes figures telles qu’elles sont reconstituées dans des films. Mais au-delà de l’illustration de leur rôle réel dans l’histoire récente du continent, les articles de ce numéro proposent une analyse de la manière dont le cinéma construit les grands hommes (et les grandes femmes) dont l’aura dépassera les frontières de leur pays pour en faire des mythes de l’Histoire humaine contemporaine.

4Aujourd’hui, les images animées sont partout présentes grâce aux téléphones portables, mais, plus que les images d’actualité, les documentaires et les fictions construisent un imaginaire collectif où ces grandes figures prennent une dimension historique, non seulement pour leur pays d’origine, mais pour des générations du monde entier. Pour ne prendre qu’un seul exemple, développé plus avant : comment l’image christique du Che mort en Bolivie et celle de son visage lors de la victoire à La Havane construisent l’épopée du révolutionnaire de la seconde partie du XXe siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits En haut : Photo d’Alberto Korda, 1960 – En bas : Photo de Freddy Alborta, 1967
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 2-3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2340

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals