Navigation – Plan du site

Représentation cinématographique et illusion dans la trilogie de Pablo Larraín sur la dictature chilienne

Représentation cinématographique et illusion dans la trilogie de Pablo Larraín sur la dictature chilienne
Vinícius de Araújo Barreto et Tânia Siqueira Montoro
Traduction de Sylvie Debs
p. 4-13
Cet article est une traduction de :
Representação e ilusão na trilogia do cineasta Pablo Larraín acerca da ditadura no Chile

Résumés

L’article porte sur la critique de la représentation cinématographique présente dans les différentes stratégies narratives des films Tony Manero (2008), Post Mortem (2010) et No (2012) du réalisateur chilien Pablo Larraín.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2108.

Plan

L’œuvre de Pablo Larraín dans le contexte du cinéma chilien contemporain
La trilogie de la dictature

Aperçu du texte

L’œuvre de Pablo Larraín dans le contexte du cinéma chilien contemporain

Pablo Larraín est devenu ces dernières années l’un des principaux représentants de la génération actuelle de cinéastes chiliens en gagnant des prix importants dans les festivals européens. Il a remporté l’Ours d’Argent à Berlin en 2015 pour El Club (2015). En 2012, son film No (2012) a fait sa première mondiale à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes où il a gagné le prix du meilleur film attribué par la Confédération Internationale de Cinémas d’art et d’essai (CICAE). Post mortem (2010) a gagné des prix importants au festival international du Nouveau cinéma latino-américain de La Havane en 2010 (meilleure actrice, meilleur acteur et meilleur scénario), en plus d’avoir été sélectionné au Festival de Venise. En 2008, Tony Manero (2008) a obtenu le prix du meilleur film au festival de Turin.

Tony Manero (2008)

Tony Manero (2008)

La nouvelle génération de réalisateurs chilien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinícius de Araújo Barreto et Tânia Siqueira Montoro, « Représentation cinématographique et illusion dans la trilogie de Pablo Larraín sur la dictature chilienne », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 4-13.

Référence électronique

Vinícius de Araújo Barreto et Tânia Siqueira Montoro, « Représentation cinématographique et illusion dans la trilogie de Pablo Larraín sur la dictature chilienne », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2108, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2400 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2400

Haut de page

Auteurs

Vinícius de Araújo Barreto

Titulaire d’une licence en communication sociale, spécialité publicité et propagande (Université de São Paulo). Étudiant en maîtrise à la faculté de Communication de l’Université de Brasilia. Spécialiste de la régulation de l’activité cinématographique et audiovisuelle de l’Agence Nationale de Cinéma (ANCINE)

Tânia Siqueira Montoro

Titulaire d’un doctorat en cinéma et télévision de l’Université Autonome de Barcelone, et d’un post doctorat de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro. Enseignante chercheuse au département Communication de l’Université de Brasilia. Réalisatrice et directrice du groupe de recherches Narrations audiovisuelles et processus socioculturels et médiatiques du Conseil National de Développement Scientifique et Technique (CNPq)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals