Navigation – Plan du site

Perón vu par Favio : la construction d'un héros

Patricia Carbonari
Traduction de Victor Berry, Sophie Besancon, Claire Bourdin, Lauriane Bullich, Quentin Cheyrol, Lisa Gumery, Sophie Issa, Maria Emilia Meini et Caroline Reveillac
p. 54-65
Cet article est une traduction de :
Perón bajo la mirada de Favio. La construcción del héroe

Résumés

Les héros de Favio furent façonnés par ses idéaux d'enfant. Les “invisibles”, les pauvres, les marginalisés, les démunis, voilà les personnages du réalisateur qui aspirent à l'ascension sociale. Et parfois, ils y parviennent, à l'image de Gatica, el mono (1993). Favio s'intéresse aussi à Juan Perón et il se revendique péroniste en réalisant un documentaire dont le but n'est pas de garder à distance le spectateur mais d'amener ce dernier à s'identifier au héros. Il traite le sujet en profondeur avec un montage vertigineux en créant une cascade d'images qui met en relation les peintures de Ricardo Carpani et des faits sanglants de l'histoire. Il en résulte cet univers sacré qui renforce le mythe du héros.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l'espagnol (Argentine) par les étudiants de master du Cetim sous la direction de Carole Fillière

Texte intégral

  • 1 NdT : Littéralement, lutins de la sieste, personnages appartenant au folklore argentin.

1Leonardo Favio, argentin né de parents syrien et navarrais, est originaire de la région de la Cordillère des Andes. Il s'est initié au cinéma, bercé par la tradition orale, le théâtre radiophonique et les contes narrés par l'aveugle de son village, entre sorcières et duendes siesteros 1.

2Intuitif et indomptable, il a su conquérir un large public de cinéphiles qui l'a élevé au rang de personnage culte.

3Les héros de la filmographie de Favio ont vu le jour à Luján de Cuyo, dans la province de Mendoza, où il est né le 28 mars 1938 : Santiaguito, l'infirme en chaise roulante à qui il venait en aide ou l'ivrogne qui chantait l'histoire de Cayetano Peti : “le criminel de Mendoza, il a lui-même creusé la tombe, horrible bête assassine. Betty, Betty, il la cherchait. Il faisait semblant de la chercher, mais il l'avait enterrée dans son jardin.C'est dans ces comptines que Favio a tant entendues qu'est né son cinéma. Sa caméra, qui s'arrêtait sur les oiseaux, les crapauds et les lézards, suivait des personnages jusqu'à leur donner une dimension mythique. Dimension à laquelle nul héros hollywoodien ne pourrait prétendre puisqu'il ne s'agit pas de renvoyer une image convaincante de la marginalité, mais plutôt d'illustrer le passage sur terre et de montrer comment la mythologie populaire est devenue poésie.

4La mémoire de ce village – où chaque événement, comme le fait de voir passer un corbillard, faisait l'objet d'une chanson, puisque toute mort avait quelque chose de transcendant – s'est révélée être, pour cet artiste, le grand patrimoine qui le protégerait des innombrables banalités et qui lui permettrait d'exercer son métier.

  • 2 Auteurs divers (Favio Leonardo, Feinman José Pablo, Soriano Osvaldo, Sasturain Juan, Verbitsky Hora (...)

Notre métier
Celui qui naît cinéaste porte en lui une urgence :
utiliser ou fabriquer des images pour témoigner de l'histoire, transmettre l'émerveillement, les rêves, la poésie.
Ce n'est pas nouveau, il en a toujours été ainsi… Le narrateur qui nous a devancés, le plus lointain, se perd dans les mystères du temps.
Dieu a fait de lui l'outil
qui raconte son œuvre, la création, la vie.
Je dirais que c'est du sillage errant d'une étoile qu'est venue la première projection
et le premier narrateur fut ce père lointain qui, voyant passer cette merveille, partagea son enchante-
ment avec son compagnon de fortune d'un geste, car le mot n'avait pas encore été façonné.
Au fil du temps, il composa le son, et donna à l'étoile son nom et raconta sa chute puis donna au feu son nom et, pour nous effrayer, il décrivit l'enfer, et il adoucit le son, il lui conta la vie et lui composa un chant pour leur parler des fleurs, de l'amour et de ses fruits.
Jour après jour, il améliorait la technique
de la fascination et de l'émerveillement et il dit : “Je veux que l'homme ne s'éteigne jamais”,
il l'écrivit ensuite dans la pierre et le temps passa. Il retraça son aventure dans les grottes d'Altamira, mais cela ne lui suffit pas et, au fil des siècles,
il dessina le mot et l'inscrivit dans la glaise.
C'est ainsi que perdurent aujourd'hui
nos rêves les plus lointains et le souvenir des dieux qui furent.
Les empires nés “pour toujours”, aujourd'hui devenus poussière...
Tel est notre métier... Témoigner des pleurs, témoigner de l'histoire, chanter la passion, la poésie : être mémoire.
Leonardo Favio 2

Le magicien et ses lapins

  • 3 Entrevue avec Patricia Carbonari, en octobre 2003 (non publiée).

Je suis un peu comme ceux qui font des tours de magie et sortent des lapins de leur chapeau...
Il faut faire feu de tout bois... Il ne faut reculer devant rien...
Et si c'est bien fait, tout est possible. Comme le disait Saint Augustin : “Aime et fais ce que tu veux”,
et le cinéma est un acte d'amour 3.
Leonardo Favio

5Cette déclaration d'amour au cinéma trouvera résonance dans une carrière qui compte neuf sublimes longs-métrages et un court-métrage, El amigo, qui marque ses débuts de cinéaste en 1960. En 1964, il signe Crónica de un niño solo (Chronique d'un enfant solitaire), un superbe film sur les pérégrinations pénibles d'un enfant pauvre. Non sans rappeler l'œuvre de Bresson, l'idée de cette chronique lui est pourtant venue dans un couloir, une chambre ou un escalier du foyer qui l'a accueilli durant son enfance (“El Hogar el Alba”, le foyer de l'aube, un nom porteur d'une signification particulière dans l'imaginaire du réalisateur), Crónica de un niño solo marque un tournant dans sa filmographie à venir, cohérente, provocatrice et intuitive.

6Sur le visage de Polín, le jeune protagoniste, on peut lire l'urgence, l'amour, l'angoisse, la tristesse, on peut lire la vie, comme on pouvait la voir, quelques années plus tôt, chez Antoine Doinel dans Les Quatre-cents coups (1959) de François Truffaut ou chez Jaibo dans Los Olvidados (1950) de Luis Buñuel. Depuis le début, Favio défend la cause des invisibles, et c'est là une des clés de lecture de son œuvre.

7En 1967, sous le même ciel de Mendoza que chantent ses personnages, naît une histoire d'amour et d'abandon qui fait de Favio un narrateur plus proche de l'Olympe que de la terre, et qui porte le titre suggestif de Este es el romance del Aniceto y la Francisca, de cómo quedó trunco, comenzó la tristeza y unas pocas cosas más... (C'est l'histoire d'Aniceto et Francisca, comment elle s'est interrompue, le début de la tristesse et quelques autres petites choses...). Entre ces êtres vulnérables qui cherchent un refuge qu'ils ne trouvent pas, l'amour naît, grandit et agonise à mesure qu'Aniceto accomplit son destin tragique. Les accords d'Antonio Vilvaldi, un de ses compositeurs classiques préférés, lui confèrent un caractère contemplatif, pendant que la lumière fait ressortir les sentiers par lesquels les personnages circulent et que la caméra aérienne ouvre et clôt le film.

8Favio a tant aimé Aniceto et Francisca que, des années plus tard, il s'en est inspiré pour créer un ballet. Aniceto (2008) a été son dernier long-métrage alors qu'il avait pour projet de tourner El mantel de hule, un film en grande partie autobiographique que sa santé détériorée ne lui a pas permis de concrétiser. Il envisageait de faire appel à l'actrice Graciela Borges, une de ses muses, pour jouer le personnage principal.

9C'est cette même caméra, survolant le ciel de Mendoza qui, dans une plongée inoubliable, s'engouffre dans la quincaillerie où travaille le señor Fernández, un raté attachant, joué avec une précision d'orfèvre par le grand Walter Vidarte. Il s'agit de El dependiente (L'Employé) de 1969, qui marque le déclin de sa période noir et blanc, sans doute la plus austère et la plus personnelle. Ce troisième film remarquable a reçu, entre autres, le prix du meilleur film latino-américain au IXe Festival international du film de Carthagène en 1969 et plusieurs prix pour le jeu mémorable de Nora Cullen qui incarnait la señora Plasini. Favio a réussi à immortaliser sur grand écran le visage et le talent d'interprétation de cette légendaire actrice de théâtre et de télévision, ainsi que la gestuelle et la voix de Graciela Borges, qui incarnait la señorita Plasini, une villageoise très conservatrice, future épouse du señor Fernández.

  • 4 NdT : La canción melódica est un genre musical chanté en espa- gnol, datant de la fin du siècle, qu (...)

10C'est la fin de sa période la plus intimiste, où les protagonistes, bien que victimes d'une société inégalitaire, ne possèdent pas la dimension sociale qu'auront les héros de ses films postérieurs. Mais avant de réaliser sa prochaine œuvre, Favio assied sa notoriété en tant que chanteur populaire avec des succès comme Fuiste mía un verano, en 1969 et Simplemente una rosa, en 1971 (tout en jouant le rôle principal dans les films éponymes) qui le placent au sommet du registre de la canción melódica 4. Ce grand artiste aux multiples facettes était également un grand militant de la cause péroniste dans une Argentine secouée par des coups d'État successifs.

11Faisons donc une parenthèse historique. Il convient de rappeler que, à partir de 1955, la démocratie en Argentine a été sérieusement meurtrie par l'interdiction du péronisme, parti majoritaire et expression politique des classes populaires. Son dirigeant, le général Juan Domingo Perón a été renversé suite à un bombardement de la Plaza de Mayo, le 16 juin de cette même année, une période que l'on appelle “Révolution libératrice”. Afin d'éradiquer le péronisme, les militaires putschistes ont exécuté un plan, de connivence avec des classes de la société civile. Ces dernières voyaient d'un mauvais œil les changements structurels qui avaient lieu en Argentine en matière d'égalité économique, de souveraineté politique et de conquête des droits d'une grande part de la population. Ce bombardement constitue l'un des premiers massacres perpétrés à l'encontre d'un gouvernement élu par son peuple. Les corps de 355 victimes civiles sont restés sur la Plaza de Mayo et aux alentours, tandis que les hôpitaux étaient submergés par l'arrivée de plus de 600 blessés. Le mouvement a été mené par le général Eduardo Lonardi mais, le 13 novembre, ce dernier est remplacé par le général Pedro Eugenio Aramburu qui durcit les mesures à l'encontre du parti renversé. Durant son mandat, la CGT (Confederación General del Trabajo, Confédération générale du travail de la République argentine) est interdite, les militants sont poursuivis, et toute mention de termes ou de phrases liés au péronisme finira même par être proscrite. Presque tout leur était interdit : se réunir, chanter, s'associer, s'organiser ou rédiger une pétition.

Eva et Juan Domingo Perón

Eva et Juan Domingo Perón

12Il est essentiel de rappeler ce contexte historique, car aucun des gouvernements de parenthèse démocratique par la suite en Argentine – celui du “développementiste” Arturo Frondizi (1958-1962) et celui du radical Arturo Illia (1963-1966) – n'a mis fin à l'interdiction du péronisme, ni autorisé le retour de son chef exilé. C'est ainsi que s'est construite la Résistance péroniste au sein du parti, en écho à la réaction d'innombrables argentins à la tentative d'Aramburu et de Rojas (meneurs de la Révolution libératrice) d'extirper l'idéologie si profondément ancrée chez les classes populaires.

13Le 28 juin 1966 a marqué l'avènement des gouvernements militaires suite au renversement du gouvernement radical d'Arturo Illia ; cette époque appelée Révolution argentine a culminé avec le retour du péronisme au pouvoir en 1973. Elle a connu trois gouvernements : celui du général Juan Carlos Onganía (juin 1966-juin 1970), celui du général Marcelo Levingston (juin 1970-mars 1971) et celui du général Alejandro Agustín Lanusse (mars 1971-mai 1973).

14À cette même époque, Leonardo Favio, lui aussi issu d'une famille de travailleurs, a embrassé très tôt l'idéologie justicialiste. Il faisait partie du cercle intime de Perón et l'a même accompagné lors de son retour en Argentine.

15Ce militantisme laissera dans l'œuvre de Favio une empreinte plus politique. Tout commence en 1973 avec le tournage de Juan Moreira : cette explosion de couleur dans sa filmographie ouvre la période la plus démesurée de son œuvre, durant laquelle il fera le pari de renouer avec le public. Après avoir espéré en vain que Toshiro Mifune, acteur fétiche d'Akira Kurosawa et figure du cinéma japonais, se glisse dans la peau du gaucho Juan Moreira, c'est finalement Rodolfo Bebán qui a incarné à la perfection ce justicier. Celui-ci se fera de nombreux ennemis parmi les fonctionnaires et les caudillos dans son parcours semé d'embûches.

  • 5 NdT : militant d'un parti politique qui négocie l'obtention de votes en échange de services dans le (...)

16Favio choisit un véritable puntero político 5capable de toucher le public par son côté le plus empathique, celui d'un homme marginalisé en raison de sa condition sociale. Il se fera justice lui-même, déambulant parmi ceux qui le poursuivent et ceux qui le trahissent, au crépuscule du XIXe siècle, aux alentours de 1870.

  • 6 Aguilar, Gonzalo, Juan Moreira de Leonardo Favio, En busca del pueblo, disponible sur http://www.la (...)

17Selon les termes de Gonzalo Aguilar, “Favio opte pour un personnage qui, en dépit de ses transgressions, possède les caractéristiques typiques de personnages tels que Robin des Bois, qui cherchaient à répondre à un besoin de revendication ou de vengeance imaginaire des classes populaires 6”. Ce gaucho est, conclut-il, un personnage aux actions condamnables, ce qui n'empêche pas le réalisateur de manifester une profonde empathie à son égard. Car, selon son raisonnement, le populisme de Favio est “relatif” : il ne porte pas nécessairement un regard positif sur le peuple mais articule son film autour d'une contradiction permettant au héros populaire d'être également cruel, impitoyable et, par moments, servile.

18Juan Moreira crée et réaffirme les liens d'identification avec le peuple, car Favio est convaincu que celui-ci ne se trompe pas lorsqu'il doit choisir ses héros, des hommes ordinaires, de chair et d'os, qui luttent pour survivre ou réaliser leurs rêves.

19Moreira luttait pour tromper la mort, mais il était de toute manière destiné à mourir et ce, bien qu'il se refuse à mourir au soleil, car le soleil est synonyme d'agitation. Cette étape qu'il s'apprête à franchir, explique Favio, est très personnelle, très importante : mourir au soleil serait un manque de pudeur, mieux vaut choisir la nuit, plus propice au recueillement. Le respect de ses personnages, dont il ne juge ni les actions, ni les désirs, sera la démarche qu'il adoptera dans toute sa filmographie.

20Et dans une scène spectaculaire des plus mémorables, Juan Moreira mourra. Cette épopée magistrale du gaucho de la fin du XIXe siècle constituera le premier maillon d'une série de mythes argentins immortalisés par le cinéma de Favio et ensuite viendront José María Gatica (Gatica, el mono, 1993) et Juan Domingo Perón, meneur du Mouvement national justicialiste (Movimiento Nacional Justicialista) et président de l'Argentine à trois reprises (Perón, sinfonía del sentimiento, 1999).

Juan Domingo Perón, vers 1951

Juan Domingo Perón, vers 1951

21Finalement, le 20 juin 1973, et après un ostracisme de 18 ans, Perón rentre en Argentine. Son arrivée est marquée par des événements tragiques à Ezeiza qui annoncent le début de la rupture et de l'antagonisme au sein du mouvement.

22En 1974, après l'accueil positif reçu par Juan Moreira, sortira Nazareno Cruz y el lobo, son film le plus lucratif vu par plus de deux millions de spectateurs. C'est une œuvre profondément intuitive, enracinée dans un mythe populaire. Le destin tragique de Nazareno, qui se transforme en loup les nuits de pleine lune, bien plus qu'un conte d'amour idéal, est le mélange parfait pour attirer un public massif, ce dont rêvait Favio.

23Puis en 1976, alors qu'un coup d'État se prépare et après une tentative manquée de porter à l'écran la vie du boxeur José María Gatica, il tourne Soñar Soñar, son sixième long-métrage, une œuvre moins ambitieuse et, par conséquent, moins onéreuse. Dans ce film, Carlos émigre de son village pour aller travailler “comme artiste” dans l'immense ville de Buenos Aires. Il sera épaulé par Mario “el Rulo”, toujours à l'origine de projets compliqués, et les deux amis empruntent une voie singulière pour tenter de réaliser une myriade de rêves.

  • 7 Poème de Favio Leonardo, dans Favio, sinfonía de un sentimiento, op. cit.

24Dans un de ses poèmes, “Pero a pesar de todo, te quiero Buenos Aires (Mais je t'aime malgré tout, Buenos Aires), Favio exprime son amour pour cette grande ville : “Je t'aime Buenos Aires, car à ton port accoste chaque jour ma nostalgie de triste provincial qui sanglote à l'idée de cet éternel retour dont il ne veut plus, et car, après tout, tu m'as donné la chance que tous m'ont refusé, celle d'être un peu utile, même si cela n'intéresse personne 7.”

25Cette fois encore, Favio s'inspire de sa vie pour raconter les péripéties de Carlos, un villageois comme lui, à Buenos Aires. Il réalise ici le travail titanesque d'initier aux arts de l'interprétation le champion des poids moyens et figure de la boxe argentine en personne, Carlos Monzón, qui n'avait aucune expérience en tant qu'acteur et qui j'imagine, n'a pas dû être aussi facile à diriger que l'acteur amateur emblématique du néoréalisme italien, Lamberto Maggiorani, dans Le Voleur de bicyclette. Favio a pourtant surmonté cette épreuve et, une fois de plus, sorti un lapin de son chapeau, réaffirmant ainsi son don pour diriger les acteurs, un métier appris avec le feuilleton radiophonique grâce à la puissante influence de sa mère, l'actrice Laura Favio.

Une cascade d'images au service du mythe

  • 8 Duarte de Perón, Eva María (discours d'adieu du 17 octobre 1951, jour de la loyauté, sur la Plaza d (...)

Et même si je laisse des lambeaux de ma vie, je sais que vous vous saisirez de mon nom
et le porterez comme un drapeau jusqu'à la victoire 8.
Eva Duarte

  • 9 Entretien avec Patricia Carbonari, octobre 2003 (non publié).

26Le cinéaste, poète, acteur et chanteur populaire (artiste, comme il se définissait sur les registres des hôtels), très engagé pour la cause péroniste et très proche de Juan Perón, devra s'exiler après le coup d'État de 1976 pour se réfugier avec sa famille à Pereira, une ville colombienne chère à sa mémoire : “Lorsque je partais travailler et que je rentrais, c'était mon refuge, un lieu de repos ; la Colombie est un beau pays et ses habitants sont très talentueux 9.” Il ne tournera rien pendant près de deux décennies. Ce n'est que lorsqu'il retourne en Argentine qu'il concrétise son projet de longue date, Gatica, el mono.

27Dans ce dernier, il tente pour la première fois de dépeindre le caractère profondément populaire du péronisme et d'exhiber sans pudeur la vie, la passion et la mort de José María Gatica, un boxeur provocateur qui arriva au sommet de sa carrière parallèlement à l'essor du mouvement le plus transformateur du XXe siècle en Argentine. Gatica soutiendra inconditionnellement la figure paternaliste de Juan Perón, qu'il érigera au rang de demi-dieu.

  • 10 Verbitsky, Horacio, “Todos nuestros muertos” dans Favio, sinfonía de un sentimiento, op. cit.

De manière explicite, le film évoque les vies parallèles d'un boxeur, arrivé à la grande ville avec la vague migratoire des années 1930 et 1940, et du mouvement péroniste qui a donné à cette masse humaine une identité et lui a apporté de l'intégrité et du respect. Sa métaphore va pourtant bien au-delà de la mort du protagoniste, il y a déjà 30 ans. Elle comprend, de manière implicite, la tragédie alors préfigurée et survenue dans les décennies suivantes : Favio était à la tribune à Ezeiza en 1973, et sa menace insensée de se suicider devant les journalistes a sauvé la vie d'une douzaine d'otages torturés par des gardes du corps incontrôlables 10.

28Adriana Schettini écrira à l'occasion de sa sortie :

  • 11 Schettini, Adriana, Pasen y vean. La vida de Favio, ed. Sudamericana, Buenos Aires, 1995.

Si Leonardo Favio n'était pas péroniste, Gatica, el mono aurait été un très bon film. Mais Favio est péroniste jusqu'au bout des ongles, il jouit d'une popularité rare et les traces de la pauvreté lui collent encore à la peau. C'est uniquement pour cela que Gatica, el mono est un chef-d'œuvre. C'est un tourbillon d'émotions et de testostérone qui laisse le public le souffle court. Un crochet en plein estomac qui met tout le monde KO, y compris les non péronistes 11.

29Cependant, il manquait encore l'œuvre monumentale gouvernée par sa vision viscérale et cardiaque de ce phénomène sociopolitique qui changea le destin de l'Argentine et la figure charismatique de son meneur.

30Perón, sinfonía del sentimiento (1999) est le titre de ce documentaire qui réapparaîtra au début de chaque chapitre du film en lettres blanches sur un fond bleu intense. C'est peut-être parce qu' “au cinéma, il faut faire parler l'image” que Favio a recours à cette image, qui fait à coup sûr naître l'émotion. Un Favio militant qui, de toute sa carrière, signe son œuvre la plus baroque avec ce film de six heures ayant pour fil conducteur la mystique péroniste.

31Dès le début, nous suivons en parallèle Hipólito Yrigoyen dans l'Argentine de 1916, dont le discours est favorable aux plus nécessiteux, et la chute du tsarisme ainsi que la victoire communiste qui s'ensuivit en Russie en 1917. Un montage tout aussi intense fait alterner les millions de morts de la Première Guerre mondiale avec la grève générale de 1919 en Argentine qui se solda par la mort de plusieurs travailleurs. Tandis que le reste du monde subit la dévastation de ses terres et l'exil à cause de l'ambition et de la haine déclenchées par la guerre, en Argentine, les ouvriers sont réprimés lors de ce qu'on appelle “la semaine tragique”. Favio ne perd pas l'occasion de mettre en scène le contexte international dans lequel ce processus eut lieu à l'extrême sud du continent, tout en annonçant la lutte légitime que mènera la classe ouvrière.

32L'iconographie dépouillée du célèbre peintre Ricardo Carpani défile à l'écran de manière fluide, donnant plus de poids aux événements tragiques de l'histoire du mouvement, notamment à la mort d'Eva Duarte, compagne de Perón jusqu'en 1952 et figure emblématique des “descamisados” (les sans-chemise). Grâce à son incroyable engagement humanitaire, l'histoire se souvient d'elle comme l'une des héroïnes les plus transcendantes et vénérées du siècle. La métamorphose des corps peints par Carpani et l'image d'Eva Duarte faisant ses adieux au peuple sur la Plaza de Mayo, noire de monde, suffisent à impressionner fortement le spectateur, quelle que soit son idéologie.

33Grâce aux possibilités de montage, Perón, sinfonía del sentimiento aspire à exprimer un certain caractère sacré du mouvement auquel appartient son réalisateur. Malgré la distance que provoque la voix off, le but du film est d'amener le spectateur à s'approprier la vision présentée.

34Le deuxième événement marquant du documentaire est le renversement de Perón après son deuxième mandat. Puis, le troisième événement mettant fin à cette succession de faits traumatisants pour le parti est la mort de Perón, le 1er juillet 1974. Favio s'arrête à cette date en évitant d'aborder les conflits internes qui opposaient les gens de gauche et de droite au sein du parti pour prendre sa place, ce qui s'avérait très difficile.

35L'absence de Perón fait ressortir d'une part le manque évident de leadership au sein d'un parti divisé et d'autre part, la possibilité d'un coup d'État qui ne tardera pas à avoir lieu. Balles, tempêtes et canons écriront le prochain chapitre de l'histoire, le plus sanglant et le plus noir dont le peuple se souvienne. La terreur s'installe alors, faisant fuir l'espoir. La réalité argentine se retrouve noyée dans le sang, à mille lieues des vieux étendards d'égalité, de solidarité et de justice sociale.

  • 12 Artaud Antonin, Van Gogh, el suicidado por la sociedad, ed. Argonauta, Buenos Aires, 8a edición, 20 (...)

36Antonin Artaud, acteur, écrivain et metteur en scène affirmait que “l'art offre la possibilité d'ouvrir les yeux sur un monde plus clair après avoir franchi on ne sait quelle barrière 12”.

37L'art de Favio “veut ouvrir les yeux” des générations futures sur l'héritage péroniste et préservera Perón de l'oubli en le menant directement à l'éternité.

Le héros fait face à des forces considérables (l'oligarchie)

  • 13 Discours du général Juan Domingo Perón devant les délégués du Congrès général constituant du Parti (...)

Le pays se divise entre les hommes qui travaillent et ceux qui vivent de ceux qui travaillent.
Le justicialisme ne reconnaît qu'une seule classe
d'hommes : ceux qui travaillent 13.
Juan Domingo Perón

  • 14 Campbell, Joseph, El héroe de las mil caras, ed. Fondo de cultura económica, Mexico, 1993 (Le héros (...)

38En 1939, les soldats s'engagent dans un combat destructeur pendant la Seconde Guerre mondiale. Favio joint au noir et blanc de l'époque un ciel rouge sang où planent des vautours. L'omniprésente voix-off déclare sur un ton journalistique qu'en Argentine, les travailleurs vivent en esclavage. Mais l'année 1943 marquera l'arrivée de celui qui, soutenu par les classes populaires, deviendra le dirigeant le plus influent de la scène politique nationale des décennies suivantes. Ainsi, l'aventure du héros prend racine dans la vie de tous les jours et se développe au travers d'un processus d'initiation, de séparation et de retour, comme le dirait le mythologue Joseph Campbell 14.

39La poétique que son œuvre cinématographique avait déjà atteinte lui permet d'offrir la vision la plus personnelle et la plus cardiaque qu'un cinéaste latino-américain ait jamais proposée d'un dirigeant de ce continent.

40Perón devient un modèle pour le peuple grâce à sa position très claire sur les droits des travailleurs, le ciel retrouve son bleu naturel et le ralenti insiste sur l'ascension des classes défavorisées, sans pour autant négliger la carrière politique vertigineuse du chef du mouvement. Favio met l'accent sur la simplicité du discours de Perón au moment de s'adresser aux travailleurs, énumérant progressivement les attributs du héros qui vient “s'acquitter de la dette colossale envers le peuple meurtri et vertueux”.

41Le cours de l'histoire va être modifié. Pour cela, Favio, évoque une fois de plus l'idéologie péroniste, qui propose une économie au service du pays. À ce moment, sur le bord de l'écran, apparaît une lumière vive qui dessine une icône religieuse ; en fond sonore, le peuple acclamant son meneur se fait entendre.

42Favio s'efforce de captiver le spectateur malgré la distance qu'impose un documentaire. Il en résulte un effet empathique digne de la tradition aristotélicienne : la catharsis était un moyen de purifier ou de purger les émotions du spectateur de la tragédie qui ressent la pitié et la crainte. S'il y parvenait avec Moreira, qui vendait ses services au plus offrant, il y parviendrait d'autant plus avec Perón, un personnage à qui Favio ne trouvait aucun défaut.

43Eva Perón, surnommée Evita par le peuple, affirmait qu'il ne peut y avoir d'amour tant qu'il y a des exploiteurs et des exploités, des oligarchies dominantes, largement privilégiées, et des peuples dépossédés et misérables. Evita, la porte-drapeaux des humbles, soutenait à travers un discours incisif qu'il ne peut y avoir d'étreinte sincère de fraternité entre l'oligarchie et le peuple, quel qu'il soit, puisque l'oligarchie impose un capitalisme sans patrie ni drapeau.

44Sans entrer dans le débat sur la possibilité d'un capitalisme avec patrie et drapeau, qui dépasse les limites de ce texte, il ne fait aucun doute que ces meneurs, unis par une même foi, ont élaboré le discours de la “troisième position”, en insistant sur la nécessité de se libérer des monopoles internationaux et des oligarchies nationales.

45Et le héros remporte une victoire décisive : l'union des travailleurs contre l'oligarchie.

46Tandis qu'au premier plan apparaît un autel, sont énoncés les droits des travailleurs et les aspirations à la liberté, accompagnés d'une mélodie entraînante interprétée par Jairo, compositeur populaire engagé. Comment déifier la doctrine péroniste que son créateur qualifie de chrétienne, populaire et pragmatique ? Favio s'y essaie, et il y parvient ; il s'approprie le pragmatisme de Perón (qui a souvent poussé ce dernier à vouloir intégrer ce qui ne pouvait l'être, rassemblant ainsi des classes qui finirent par s'affronter), en abreuvant le spectateur d'un flot d'informations sur les gouvernements successifs du pays. Suite à son renversement, Perón s'exile longuement en Espagne et, pour reprendre l'idée de Campbell, ce héros reviendra de sa mystérieuse aventure “avec la force d'accorder des dons à ses frères”. Le célèbre et tant attendu retour de Perón.

47Cette foi populaire devenue un parti, tel qu'Evita définissait le justicialisme, captiva Leonardo Favio, un homme simple qui racontait des choses simples et qui souhaitait fonder une famille pareille à celle de ses grands-parents, une famille issue des quartiers populaires ou des villages, mais il devait si souvent voyager qu'il n'était pas près d'assouvir ce désir.

48Favio soutient que, depuis des siècles, l'imaginaire théologique régit la mise en scène. Pour cette raison, il s'imprègne du corpus religieux et aspire à voir son œuvre perdurer dans les écoles de cinéma, où l'on débat de cinéma. Favio demeurera très certainement le cinéaste le plus lucide et poétique du cinéma argentin.

49Pendant des années, il était convaincu que s'il ne s'arrêtait pas, la mort ne l'attraperait pas. Tout comme Moreira, il fut implacablement rattrapé par la mort et le cinéma latino-américain perdit un cinéaste talentueux, qui dressait le portrait de ses héros comme personne. Favio est mort le 5 novembre 2012 et bien que la veillée mortuaire de son père ait réuni prostituées et voleurs, comme il le racontait lui-même, la sienne, en revanche, eut lieu entre les murs du Congrès National, sous un gouvernement péroniste. Depuis Pantalón cortito, con un solo tirador, tiré de son répertoire populaire, jusqu'au visage humilié de Polín ou du Gatica triomphant de sa filmographie, Leonardo Favio possède une qualité de plus en plus rare dans nos sociétés modernes empreintes de frivolité : la cohérence. La viscérale brutalité de la cohérence.

Haut de page

Notes

1 NdT : Littéralement, lutins de la sieste, personnages appartenant au folklore argentin.

2 Auteurs divers (Favio Leonardo, Feinman José Pablo, Soriano Osvaldo, Sasturain Juan, Verbitsky Horacio, Molina Milita, Pauls Alan, Oubiña David et Aguilar Gonzalo, Farine Alberto, Wolf Sergo, Schettini Adriana, Carbonari Patricia, Peña Fernando, Cangi Adrián), Favio, sinfonía de un sentimiento, compilation de récits, de critiques et d'entretiens éditée par Malba-Colección Costantini, Museo de Arte Latinoamericano de Buenos Aires, 2007.

3 Entrevue avec Patricia Carbonari, en octobre 2003 (non publiée).

4 NdT : La canción melódica est un genre musical chanté en espa- gnol, datant de la fin du siècle, qui aborde principalement des thèmes romantiques.

5 NdT : militant d'un parti politique qui négocie l'obtention de votes en échange de services dans les quartiers populaires.

6 Aguilar, Gonzalo, Juan Moreira de Leonardo Favio, En busca del pueblo, disponible sur http://www.lafuga.cl

7 Poème de Favio Leonardo, dans Favio, sinfonía de un sentimiento, op. cit.

8 Duarte de Perón, Eva María (discours d'adieu du 17 octobre 1951, jour de la loyauté, sur la Plaza de Mayo), La razón de mi vida, ed. Peuser, Buenos Aires, septembre 1951 (1e édition).

9 Entretien avec Patricia Carbonari, octobre 2003 (non publié).

10 Verbitsky, Horacio, “Todos nuestros muertos” dans Favio, sinfonía de un sentimiento, op. cit.

11 Schettini, Adriana, Pasen y vean. La vida de Favio, ed. Sudamericana, Buenos Aires, 1995.

12 Artaud Antonin, Van Gogh, el suicidado por la sociedad, ed. Argonauta, Buenos Aires, 8a edición, 2013.

13 Discours du général Juan Domingo Perón devant les délégués du Congrès général constituant du Parti péroniste.

14 Campbell, Joseph, El héroe de las mil caras, ed. Fondo de cultura económica, Mexico, 1993 (Le héros aux mille et un visages, traduit par Henri Crès, ed. Oxus, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Eva et Juan Domingo Perón
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Juan Domingo Perón, vers 1951
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Ricardo Carpani
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Carbonari, « Perón vu par Favio : la construction d'un héros », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 54-65.

Référence électronique

Patricia Carbonari, « Perón vu par Favio : la construction d'un héros », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2621 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2621

Haut de page

Auteur

Patricia Carbonari

Patricia Carbonari est une actrice qui a joué dans des spectacles tels que Bal-trap, de Xavier Durringer, mis en scène par Lara Yusem et Clara Pizarro. Depuis 2001, elle joue avec la troupe Nonoteatro dans plusieurs spectacles mis en scène par Sergio Sabater : Coppola-Coppelius : un juguete dramático (textes de Hoffman, Freud et Benjamin), In Memoriam : viejas estampas de teatro político europeo (textes de Brecht, Weiss et Müller), Ludocríptico, el juego de la inscripción (textes de Veronese, Tantanián et Spregelburd), Acaso crezca desde el suelo, passion de Rosa Luxemburgo et Los niños del desierto, de Ana Rodríguez Arana. Elle a écrit pour diverses revues telles que Kinetoscopio, (Colombie), Môrada Internacional (Danemark), Página 12, Buenos Aires Herald, Sin Cortes (Argentine), Cinémas d'Amérique latine (France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals