Navigation – Plan du site

Simón Bolívar dans La Vierge des tueurs

Rubén Olachea
Traduction de Sabrina Roche
p. 102-105
Cet article est une traduction de :
Simón Bolívar en La Virgen de los sicarios

Résumés

Les reproches faits à une statue, tel Quichotte combattant des moulins à vent, exorcise la frustration de la citoyenneté latino-américaine face aux systèmes pervers.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur veut remercier pour leur collaboration technique Víctor Mendoza et Jazmín Olachea, ainsi que l’aimable collaboration de Barbet Schroeder et de Fernando Vallejo lors d’entrevues réalisées en 2001.

Les reproches à une statue

1Le roman La Vierge des tueurs (La Virgen de los sicarios), publié en 1994, fait parler la ville. Fernando Vallejo réalise ainsi un vieux désir partagé par beaucoup de grands écrivains : que la ville parle. Dans ce cas, il s’agit de la ville de Medellin, Colombie ; avec sa modernité et la narco-violence, elle est le modèle de nombreuses autres villes latino-américaines. Le roman fut un succès en France, salué comme un adieu au réalisme magique.

  • 1 Traduction par Louis Viardot, J.-J. Dubochet, 1836.

2Fernando Vallejo, le polémique écrivain colombien, a dit dans plusieurs entrevues qu’il ne peut écrire qu’à la première personne. Exactement comme s’ouvre L’Ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche (Miguel de Cervantes Saavedra, 1605) : “Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom…1” Ainsi, à la première personne, Vallejo défend la cause des droits des animaux, surtout des mammifères, comme les chiens. Il a aussi déclaré que l’homosexualité est naturelle et innocente. Il est parvenu à rénover le genre de la biographie tout comme celui de l’autobiographie.

Fernando (Germán Jaramillo) et Alexis (Anderson Ballesteros, avec la casquette)

Fernando (Germán Jaramillo) et Alexis (Anderson Ballesteros, avec la casquette)

Fernando lève les yeux

Fernando lève les yeux

Devant la statue de Simón Bolívar

Devant la statue de Simón Bolívar

Début des reproches

Début des reproches

La statue, sourde

La statue, sourde

Insulte à la statue

Insulte à la statue

La statue, sans défense

La statue, sans défense

Un pigeon salit le grand personnage

Un pigeon salit le grand personnage

Retrait. “La gloire – dit Fernando – est une statue sur laquelle chient les pigeons.”

Retrait. “La gloire – dit Fernando – est une statue sur laquelle chient les pigeons.”

3Le cinéaste Barbet Schroeder, qui vécut une partie de ses premières années en Colombie, a dirigé la version filmique de La Virgen de los sicarios ; son ami Fernando Vallejo a écrit le scénario et a suivi de près la production. Schroeder est né à Téhéran (Iran), et il est de nationalité française. La Virgen de los sicarios raconte l’histoire d’un amour fou entre un grammaticien d’âge mûr qui désire mourir et un jeune sicaire de 16 ans.

4L’homosexualité assumée du garçon surprend, car elle va à l’encontre du traditionnel stéréotype machiste de ces jeunes, tristement condamnés à la vie brève des tueurs à gages. Lors d’une entrevue personnelle (2001), Fernando Vallejo a déclaré que son intention n’était pas de rendre un réalisme documentaire, malgré des scènes crues d’échanges de tirs, d’exécutions, de blessures et de morgue. Si tout cela était montré, la dureté serait encore plus grande.

5L’intimité chaleureuse que projette le film sur la relation entre le jeune Alexis (interprété par Anderson Ballesteros, sélectionné à la suite d’un processus complexe d’auditions destinées à de jeunes garçons qui n’étaient pas acteurs) et Fernando (Germán Jaramillo, un acteur colombien reconnu) est surprenante. Les scènes où ils dorment ensemble ou lorsqu’ils échangent des baisers à l’eau-de-vie marquent un tournant dans les approches traditionnelles des couples gays au cinéma. Évidemment, le jeune garçon tombe amoureux d’une figure paternelle qui de plus lui fournit argent, bien-être, culture, compagnie et plaisir.

6D’ailleurs, c’est lors d’une balade dans le centre de Medellín, alors que les deux hommes, heureux, se promènent dans un parc, que le couple se retrouve face à l’éminence latino-américaine par excellence : Simón Bolívar. Juste avant, Fernando a fait rire Alexis, en faisant des blagues sur l’importance d’une vie sexuelle active pour une bonne santé mentale. Sur l’absurdité de la condamnation de l’homosexualité par le pape. Face à la statue, Fernando continue à amuser Alexis, en parlant à la statue, en dialoguant avec elle comme si elle était vivante. Le garçon est habitué aux déploiements de la forte personnalité de son compagnon, un homme mûr qui a parcouru beaucoup de chemin, et qui a beaucoup de style. C’est un facteur d’attractivité supplémentaire dans la séduction mutuelle entre les deux amants.

7L’apparition de type caméo de la statue de Simón Bolívar pourrait être perçue comme un simple caprice, mais cela serait en faire une lecture superficielle. Le fait de parler de la ville inclut ses monuments et la symbolique urbaine qui construit la citoyenneté, valeur principale d’une démocratie défectueuse, non seulement en Colombie mais aussi dans toute l’Amérique latine, sauf quelques très honorables exceptions. En réalité, l’état frauduleux des démocraties est lié à un mal-être global. J’écris cela, bien sûr, depuis l’optique de 2015 (Grèce ; Syrie ; Ayotzinapa, Mexique ; Puerto Rico ; etc.).

8Par conséquent, le reproche de Fernando à la statue de Simon Bolivar fait sens, contre une idéologie ingénue basée sur la croyance que l’Amérique latine pourrait être un bloc puissant contre le pouvoir nord-américain (surtout son avarice commerciale). Une illusion bien intentionnée, mais qui n’est pas ancrée dans un système efficace, notamment dans la mission de justice des sociétés latino-américaines. Une fois de plus : rêves d’opium, danse de nains, c’est ainsi que l’on peut résumer la concrétisation déficiente du projet bolivarien.

9Cette capacité à ne pas être d’accord, mais aussi à pratiquer l’auto-réflexion et l’auto-critique, se retrouve dans la stratégie d’écriture de Fernando Vallejo. C’est une technique qu’il nomme pensée simultanée. L’être humain peut penser, sentir et dire des choses différentes, opposées, contradictoires. Comme dirait le personnage de télévision du comédien connu sur tout le continent, Chespirito, La Chimoltrufia : “de la même façon que je dis une chose, j’en dis une autre”. En effet : la liberté discursive à son maximum.

10Quand Fernando fait face à la statue, il lui reproche d’avoir été lâche, de s’être caché entre les jupes de sa femme. Il l’insulte et le traite de “pirobo” (insulte sexuelle colombienne aux différentes acceptions). Il le ridiculise et il rit, se moquant de lui. Son but est d’expliquer au “garçon” que “la gloire est une statue sur laquelle chient les pigeons”. Le jugement critique d’un héros du continent est immortalisé cinématographiquement, et c’est une réussite d’expression démocratique, où l’on peut exprimer n’importe quoi, et où qui argumente le mieux obtiendra – peut-être, peut-être – une plus grande attention du public.

11Cette séquence filmique s’apparente à la saine tradition humoristique par laquelle, avec l’aide de l’humour noir, on rompt avec cette tendance à rendre certaines choses, certains aspects des discours officiels trop solennels. Cependant, c’est non seulement la solennité qui est critiquée, mais aussi ce qui se trouve souvent derrière le snobisme officialiste : une complicité criminelle avec l’état frauduleux du progrès social et de la justice dans nos régions.

12La Virgen de los sicarios est un film gay atypique, commercial et artistique à la fois, comique et dramatique, parfois émotif, mais aussi sanglant, du type “action et aventure” : sang et coups de feu. La pointe de rébellion politique dans la séquence face à la statue de Simón Bolívar la rend d’autant plus mémorable pour le spectateur qui se sait impuissant face aux systèmes pervers, comme le capitalisme sauvage dans de nombreuses zones latino-américaines, et pire encore, face aux gouvernements et à ses hommes politiques démagogues, frauduleux, tyranniques.

13Le détail du pigeon qui défèque, involontairement, sur la statue, a un but comique : un jugement historique émis par la nature. Un film crucial pour mieux comprendre le texte Cruel modernity de Jean Franco (2013).

Haut de page

Bibliographie

Cervantes Miguel de., El Ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, Fondo de Cultura Económica, México, 1999.

Franco Jean, Cruel Modernity, Duke University Press, Durham & London, 2013.

Vallejo Fernando, La Virgen de los sicarios, Alfaguara, Bogotá, 1994.

Haut de page

Notes

1 Traduction par Louis Viardot, J.-J. Dubochet, 1836.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fernando (Germán Jaramillo) et Alexis (Anderson Ballesteros, avec la casquette)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fernando lève les yeux
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Devant la statue de Simón Bolívar
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre La statue, sourde
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Insulte à la statue
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre La statue, sans défense
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Un pigeon salit le grand personnage
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Retrait. “La gloire – dit Fernando – est une statue sur laquelle chient les pigeons.”
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2848/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rubén Olachea, « Simón Bolívar dans La Vierge des tueurs », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 102-105.

Référence électronique

Rubén Olachea, « Simón Bolívar dans La Vierge des tueurs », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2848 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2848

Haut de page

Auteur

Rubén Olachea

Rubén Olachea est docteur en film and television studies, PhD, Université de Warwick, Angleterre. Professeur affecté à l’Université Autonome de Basse Californie Sud, Mexique, depuis 2004. Auteur de Hombría sombría. Representación mediática de la masculinidad, Mexique, Praxis, 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals