Navigation – Plan du site

La star, c’est le président

Javier Campo
Traduction de Odile Bouchet
p. 146-157
Cet article est une traduction de :
El presidente es la estrella

Résumés

Chaque moment historique a sa corrélation audiovisuelle : tout comme les années 1960 et 1970 ont donné les documentaires de dénonciation du capitalisme et des dictatures, les années 1980 ont vu naître les films en faveur du retour à la démocratie des sociétés et les années 1990 ceux des manifestations contre le néolibéralisme. Aujourd’hui, les protagonistes sont les nouveaux leaders latino-américains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une version résumée de cet article a été publiée dans Le Monde diplomatique (édition Cône Sud), num (...)

1La quantité et la qualité de films documentaires sortis au XXIe siècle qui ont comme personnages centraux des présidents latino-américains ne peuvent pas se comparer à ce qui s’est réalisé à d’autres époques1. Si les présidents de facto n’ont pas donné lieu à une tendance de documentaires, il s’est produit par contre un large mouvement de films qui dénonçaient les dictatures. Aucun film sur les présidents de la transition démocratique des années 1980 n’a été réalisé, mais il y a eu en revanche une production de films militants en faveur d’un retour à la démocratisation des sociétés en Amérique latine. Rien non plus sur les présidents néo-libéraux des années 1990, alors que leurs mesures de gouvernement ont été des sujets de films à la critique acerbe. D’une nouvelle base sociale de soutien favorable aux politiques adoptées en bloc par les présidents latino-américains contemporains avec leurs nuances, est né un cinéma qui se consacre à vanter, fouiller ou exalter les vertus des nouveaux gouvernants.

2D’une étude exhaustive de l’histoire du cinéma documentaire ressort l’évidence du fait que le documentaire a été l’un des principaux véhicules du discours et de la rhétorique politique et que, par ailleurs, un pourcentage significatif de films documentaires a présenté des concepts, des problématiques et des postures politiques de différentes façons. Presque un siècle après sa conception, l’articulation des propos du documentaire avec ceux de la société est toujours considérée comme viable et nécessaire. La fonction sociale des documentaires se définit en contraste avec les images et les sons dégradés qui dominent les médias de masse. Nous allons faire un tour d’horizon de l’ensemble des films sur des présidents latino-américains produits récemment, ainsi que de leurs antécédents.

Salvador

3Surfant sur la vague de films militants réalisés par de jeunes Chiliens et produits par l’entreprise d’État Chile Films du gouvernement de l’Unité Populaire, deux documentaires ont eu comme protagoniste un personnage peu prisé dans ce registre : le président. Compañero presidente (Miguel Littín, 1971) est l’enregistrement d’une entrevue de Régis Debray avec Salvador Allende au cours de la première année de son mandat. En général, les films consacrés à l’intervention politique ne comportaient pas de leaders au pouvoir en tant que personnages principaux et sans les critiquer, pour la raison que, foundamentalement, ils luttaient contre eux. Mais le premier président qui parlait de révolution et a gagné des élections démocratiques a fait reformuler cette maxime. On a récemment retrouvé les rouleaux d’un autre documentaire où Allende est en conversation avec Fidel Castro : El diálogo de América (Álvaro Covacevich, 1972), perdu pendant quarante ans.

4Par ailleurs, il y a les films réalisés par deux des cinéastes les plus renommés, Miguel Littín et Patricio Guzmán. Vers la moitié des années 1980, ils ont tous deux décidé, chacun de leur côté, de rentrer au Chili, de manière plus (Littín) ou moins (Guzmán) clandestine. Le retour du premier a été raconté de façon romanesque par Gabriel García Márquez, mort il y a peu, dans La aventura de Manuel Littín, clandestino en Chile (L’Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili), bref récit publié en 1986, l’année même de la sortie de Acta general de Chile. Le long-métrage de Littín est un bilan de la situation du Chili au bout de treize ans de dictature et le dernier chapitre est dédié au souvenir d’Allende. De son côté, après avoir filmé La batalla de Chile (La Bataille du Chili), Guzmán est parti en exil, où il a fait le montage de cet hymne à l’Unité Populaire (sorti en trois parties entre 1975 et 1979). Il est rentré au Chili pour réaliser un documentaire sur la Vicaría de la Solidaridad, laquelle mobilisait à l’époque un front de résistance au gouvernement d’Augusto Pinochet. Plus tard, la démocratie étant rétablie, il est revenu dans ses films, de façon récurrente, aux convulsions des années 1970, et a condensé dans Salvador Allende (2004) un portrait aimable du leader, fondé sur le montage d’entrevues avec les membres de son cercle intime, avec la voix-hommage du réalisateur, admirateur de la philosophie de vie du président.

5Un point commun à tout cet ensemble est d’y trouver des représentations extrêmement respectueuses. Quoique Debray critique quelques aspects doctrinaires sur la façon dont la révolution doit être faite, ce qui donne lieu à un débat de haut vol, aucun contrepoint substantiel n’apparaît. Il n’y a pas de doute que le film de Guzmán est celui qui restitue avec le plus de profondeur la figure d’Allende. À partir de là, pour le cinéma documentaire latino-américain, il n’y a eu qu’un Salvador.

Juan Domingo

6Sur la même ligne esthétique que le cinéma chilien, au début des années 1970, les deux réalisateurs les plus importants du cinéma d’intervention politique argentin ont fait des films qui ont porté à l’écran la parole tant attendue du leader. Mais dans ce cas, c’est d’un ex-président en exil qu’il s’agissait : Juan Domingo Perón. Fernando Solanas et Octavio Getino ont réalisé en 1971 le diptyque La revolución justicialista et Actualización política y doctrinaria para la toma del poder. Après avoir réalisé le film emblématique du militantisme cinématographique latino-américain, La hora de los hornos (L’Heure des brasiers, 1968), les cinéastes se sont rapprochés du plurivalent mouvement péroniste, comme bien des jeunes de leur génération ; ce chemin les a peu à peu amenés jusqu’à la Puerta de Hierro (résidence de Perón à Madrid). Le leader s’y montre affable et se laisse interviewer avec plaisir par eux, qui le laissent s’étendre dans ses disquisitions (les deux documentaires durent plus de cinq heures en tout).

7Après sa mort, aucun film documentaire ne s’est consacré à revenir sur sa biographie personnelle ni professionnelle (au contraire de la figure d’Eva Perón dont se souviennent plusieurs films des années 1980, parmi lesquels se trouve Evita, quien quiera oír que oiga, d’Eduardo Mignogna, 1984), jusqu’à la sortie de Perón, sinfonía del sentimiento (Leonardo Favio, 1999). Favio a rendu hommage, dans ce film, son seul documentaire, à celui dont il pensait qu’il avait été le président indispensable. Le montage d’images, les mots énoncés par la voix off et les fragments de discours présents offrent un parcours libre de critique. Nous parcourons l'histoire du péronisme dans le petit train de la República de los Niños [NdT : parc d'attraction argentin construit en 1951], sous la conduite du machiniste Juan Domingo.

Fidel

  • 2 Il faut mentionner Cuban story : the truth about Fidel Castro revolution, un film de 1959. Réalisé (...)

8Un des leaders mondiaux auquel le plus de représentations cinématographiques ont été consacrées est Fidel Castro. Mais, paradoxalement, les films qui l’ont eu pour unique protagoniste ne sont pas si nombreux. La vaste série de films produits par l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographiques (ICAIC) n’a pas eu pour priorité de faire la biographie du leader révolutionnaire (Santiago Álvarez a réalisé Mi hermano Fidel, 1977 mais malgré ce que semble indiquer le titre, le Commandant n’en est pas le personnage principal2).

  • 3 Vázquez Montalbán Manuel, Y Dios entró en la Habana, Aguilar, Madrid, 1998.
  • 4 Ramonet Ignacio, Fidel Castro : biografia a dos voces, Debate, Buenos Aires, 2005. La dernière actu (...)

9L’édition des livres à gros tirage sur Castro a suscité l’intérêt hors de l’île. Deux des exemples les plus représentatifs ont été les textes de Manuel Vázquez Montalbán, Et Dieu est entré dans La Havane (1998)3, et d’Ignacio Ramonet, Cent heures avec Fidel ou Fidel Castro : biographie à deux voix (2006)4. La cinéaste étasunienne Estela Bravo a filmé une histoire de Cuba qu’elle a appelée Fidel (2001). De facture formelle classique avec, en voice-over, un narrateur omniscient, le film commente les événements les plus importants de la Révolution, mais pas la vie de Castro.

10Mais c’est grâce à la trilogie d’Oliver Stone que sa figure sera présentée plus largement à un public non-latino-américain. Comandante (2003) est le film qui ouvre cette série où l’on voit le personnage principal décontracté : il bavarde avec le cinéaste, se promène (le suivi caméra à l’épaule renforce l’effet de proximité), il saute d’un sujet à l’autre sans restriction (même si certaines questions déconcertent Castro, sans l’incommoder : “Avez-vous eu parfois à consulter un psychiatre ?”, ou “Pourriez-vous vous suicider ?”). Il y a peu de choses sur sa vie privée familiale, comme dans les films sur Allende ou Perón, mais dans une séquence, c’est même Castro qui se refuse explicitement à en parler ouvertement alors que les plans deviennent généraux, prenant leurs distances sur l’espace d’interlocution. Le deuxième film, Looking for Fidel (Oliver Stone, 2004), est un dialogue âpre sur les exécutions récentes de détourneurs d’avions et sur la politique envers les dissidents. Le président cubain, à l’époque, adopte déjà une attitude plus polémiste, mise en évidence à l’image par la présence d’un bureau qui le sépare du cinéaste. Stone inclut aussi au montage des témoignages de multiples perspectives critiques. Enfin, dans Castro in Winter (2011) il n’est plus le “leader máximo” du gouvernement, il converse paisiblement et avec lenteur, entouré de sa famille, dans son espace quotidien, habillé de vêtements de sport.

11Le cas d’Oliver Stone est remarquable car, surtout dans Looking for Fidel, il présente un type de discussion avec le personnage que n’avaient pas proposé Debray, Solanas ou Getino dans leurs films d’entretiens avec Allende et Perón. Peu à peu, des documentaires sur la figure exclusive de la Révolution cubaine ont été réalisés, quoiqu’ils n’aient pas été produits par des latino-américains. Les figures mythiques sont d’autant plus complexes à aborder qu’elles ont plus d’envergure et sont plus proches. En Amérique latine, le premier de la liste est sans aucun doute Fidel.

Sud-Américains contemporains

Luíz Inácio Lula da Silva

Luíz Inácio Lula da Silva
  • 5 Primary (Robert Drew, 1960) et 1974, une partie de campagne (Raymond Depardon, 1974) ont été les fi (...)
  • 6 Pour l’analyse de ces deux films, voir Campo Javier, “El arte de la observación. Algunos documental (...)

12Au début du XXIe siècle, des mouvements sociaux centenaires et ancestraux ont eu des candidats susceptibles de parvenir à la présidence. Les ouvriers avec Luiz Inácio “Lula” da Silva au Brésil et les indigènes avec Evo Morales en Bolivie. Ces aspirations ont conflué avec un mouvement documentaire revitalisé en Amérique latine, celui de l’enregistrement direct d’observation. Pour ce type de films, rien de mieux qu’un processus en marche à filmer en documentaire, en l’occurrence, une campagne électorale5. Entreatos (João Moreira Salles, 2004) et Cocalero (Alejandro Landes, 2007), sont les enregistrements des campagnes de Lula et d’Evo et accompagnent ceux qui seront présidents de deux pays aux ressources si différentes. Détail visible dans les éléments présents dans le cadre : alors que Lula voyage en avion, Evo le fait en camionnette6.

  • 7 Mi amigo Hugo (Oliver Stone, 2013), film produit par Telesur, est tiré de ce long-métrage. En utili (...)

13Une fois de plus, Oliver Stone est présent dans cet ensemble avec South of the border (2009), consacré à des entrevues avec les présidents Hugo Chávez, Evo Morales, Cristina Fernández, Néstor Kirchner, Fernando Lugo, Lula, Rafael Correa et Raúl Castro pour mettre en regard leurs discours avec les messages produits par les médias de masse des États-Unis. Le motif principal du long-métrage est d’analyser le rôle accompli par le pays du réalisateur dans le sous-continent. En ce sens, le point nodal du film est la séquence dans laquelle Néstor Kirchner mentionne le sommet de 2005 réalisé à Mar del Plata, en tant que point de changement de cap pour la continuité pacifique des relations avec les États-Unis et pour une forte fusion entre les pays latino-américains. Dans les derniers plans, des espoirs s’expriment à propos du nouveau président, Barack Obama, vu comme “un nouveau Roosevelt” (selon Chávez). De récentes déclarations de Stone montrent que ces espoirs sont à l’état de ruines7.

14La sortie récente de Néstor Kirchner, la película (Paula de Luque, 2012) et NK (Adrián Caetano, 2013) mérite une mention à part. Phénomène inédit pour ce type de documentaire : Kirchner est mort en 2010 et seulement deux ans après sortent les films qui l’ont pour protagoniste. Le film de De Luque dessine la figure du président à travers les voix de ses proches et des personnes qui ont eu avec lui un bref contact mais en gardent un souvenir affectueux, alors que le film de Cayetano fait la même chose exclusivement à partir d’archives d’origines diverses, même des home movies. Les deux documentaires sont sortis commercialement mais ils sont aussi utilisés par des mouvements sociaux et politiques kirchneristes en tant que ralliement identitaire ou source de commémoration.

15Enfin, la série Presidentes de América latina, réalisée par Pablo Santangelo et Marcos Sacchetti pour la chaîne publique Encuentro (qui dépend du Ministère de l’Éducation, Argentine), et qui a été diffusée en 2010, est importante pour compléter l’arc de représentations audiovisuelles des présidents sud-américains. L’ensemble en rend compte de lui-même, l’affinité entre les divers gouvernements est explicite. Tous, en interview avec Daniel Filmus (ex-ministre de l’éducation de Kirchner), répètent que les tâches de leur gouvernement sont la récupération de la souveraineté nationale et la justice sociale, alors que “de la rue”, les interviewés approuvent les politiques de “mon” gouvernement. Au-delà de ces affinités, il se trouve un contrepoint intéressant entre le chapitre consacré à Álvaro Uribe et les autres. L’ex-président de Colombie parle un langage différent, il répète “terrorisme”, “sécurité”, il qualifie le marxisme de “mode idéologique” et n’affirme de pacification de son pays que par la militarisation. C’est le seul chapitre de la série où sont introduites des interviews qui contredisent le bilan élaboré par le président : familles de personnes séquestrées et mères de “faux positifs” (assassinés qu’on a fait passer pour des guérilléros). Filmus exprime les différences avec le reste des présidents par une question : “Vous sentez-vous incompris par les autres pays ?” Uribe, sans se troubler, dit : “Je me fais du souci pour eux, on ne sait pas où sera le terrorisme demain.” Le montage indique la perspective des réalisateurs, il finit sur des soldats en marche.

Président, regardez la caméra

  • 8 Mauro Porto, Media, Power and democratization in Brasil, Routledge, Londres, 2012, p. 1.
  • 9 Ibidem, p. 3.

16Les politiques culturelles envisagées comme garantes de la diffusion de diverses voix autrefois inconnues sont un aspect important qui mène à la prolifération ou à la réduction des représentations audiovisuelles des mandataires. Les tentatives de régulation pour la démocratisation du spectre médiatique rendent compte des barrières audiovisuelles que les gouvernants doivent tenter d’éviter. Un cas exemplaire qui décrit bien l’état des médias de masse en Amérique latine est TV Globo, et Red o Globo, au Brésil. On peut retrouver les liens privilégiés entre les médias et le pouvoir politique “au moment de la fondation de la nouvelle démocratie” au Brésil, dans une étude de TV Globo, selon Mauro Porto8. De cette façon, la démocratie “a été profondément affectée par le pouvoir de TV Globo9”, et on pourrait étendre cela au cas de Televisa au Mexique et à celui du groupe Clarín en Argentine. Est-ce qu’à un moment déterminé du développement démocratique latino-américain les médias de masse font sentir leur influence construite sans relâche sur les habitudes culturelles des citoyens ? Ce qui est sûr, c’est que l’évidence des faits nous indique avec insistance depuis quelques années que les gouvernements démocratiques de gauche, ou même de centre-gauche, ont rencontré un écueil difficilement évitable, une barrière qu’on ne peut ni contourner ni sauter : la régulation profonde du système des médias. Les indices d’approbation du gouvernement de Roussef ont baissé abruptement au Brésil et, alors qu’en Argentine la gestion de Cristina Fernández de Kirchner est encore majoritairement bien vue, celui qui prétendait à sa succession a perdu face au paladin de la dérégulation des marchés, Mauricio Macri. Triste mais vrai : le rêve de mettre une limite au pouvoir des médias hégémoniques est-il fini ? Une nouvelle poussée néolibérale-médiatique pointe à l’horizon : est-ce qu’un nouveau type de représentation des présidents se fera jour ou disparaîtront-ils des écrans ?

Fidel Castro et Salvador Allende

Fidel Castro et Salvador Allende
  • 10 Queirolo Rosario, The success of the Left in Latin América, University of Notre Dame Presse, Chicag (...)
  • 11 Ibidem, p. 156.

17Le contexte social, au début de la ligne chronologico-filmique tracée par les documentaires au sujet de présidents d’Amérique latine, était ou allait être sous peu sous la domination des dictatures militaires les plus sanglantes de son histoire, alors qu’aujourd’hui les gouvernements populaires sont arrivés au pouvoir dans beaucoup de leurs pays. On dirait que les films avec Allende, Castro et Perón ont semé de vigoureux fruits récoltés ces dernières années. Cependant, un coup de semonce également fort nous indique que l’avenir ne se présente pas sans ombres. Dans un tournant clairement conservateur au Mexique, le Partido Revolucionario Institucional (PRI) est revenu au pouvoir, l’électorat de l’Argentine dit se souvenir du néolibéralisme mais vote pour son enfant-prodige et au Brésil, Dilma Roussef résiste péniblement à l’attaque des pouvoirs constitués en acceptant que l’establishment lui impose des ministres. Les socialistes Michelle Bachelet au Chili et Tabaré Vázquez en Uruguay sont passés de modérés à contemplatifs, alors que le chemin électoral n’est pas tout plat pour Nicolás Maduro et Rafael Correa, au Venezuela et en Équateur respectivement. Evo résiste dans cette île à sec appelée Bolivie. Peut-être devons-nous adopter la conclusion à laquelle arrive Rosario Queirolo, la gauche est arrivée au pouvoir en Amérique latine quand les niveaux de chômage étaient au plus haut, mais aujourd’hui, comme beaucoup de ces problèmes sont résolus, l’électorat choisit la droite10. Ses mots peuvent être à présent considérés comme prémonitoires : “Dans ce scénario, au bout de plusieurs années on peut attendre un changement idéologique dans la région, voici le temps de la droite. Le temps nous le dira11.”

Michelle Bachelet

Michelle Bachelet

18Depuis les films sur Allende et Perón, réalisés sporadiquement, jusqu’à ceux qui, systématiquement, ont été consacrés à Castro et aux présidents latino-américains au cours du XXIe siècle, on perçoit que la raison d’être de ce type de documentaires provient de sentiments populaires largement partagés. Il ne s’agit pas seulement de cinéastes et de producteurs qui ont décidé de réaliser des films qui représenteraient les idées des leaders, mais d’une décision basée sur la vision positive dont jouissent les présidents parmi les majorités qui les ont portés au pouvoir et les y maintiennent. Il ne s’agit pas que de cinéastes et de producteurs qui, avec des subventions publiques, font des films qui représentent les idées des leaders, mais d’une succession fondée sur le consensus que ces présidents engendrent dans leurs sociétés. Quoiqu’en général leur succès en salle ne puisse pas se comparer avec les chars d’assaut hollywoodiens, la vente de tickets ou l’audimat en télévision n’ont pas été insignifiants. Et, d’ailleurs, la presse critique ne les a pas soulignés. Dans Presidentes de Latinoamérica, les paroles d’Evo Morales à propos de ces liens sont éloquentes : “Ce que vit l’Amérique latine est très intéressant. Je sens que c’est la première fois que se présentent ces démocraties libératrices. Je vois que nous sommes différents, chaque région, chaque pays. Mais nous nous complétons.” Union de regards entre les peuples, les gouvernements et les représentations audiovisuelles dont nous sommes un certain nombre à espérer qu’elles ne deviennent pas du passé.

Haut de page

Notes

1 Une version résumée de cet article a été publiée dans Le Monde diplomatique (édition Cône Sud), numéro spécial Fractures d’Amérique latine, mai-juin 2014.

2 Il faut mentionner Cuban story : the truth about Fidel Castro revolution, un film de 1959. Réalisé par Victor Pahlen pour la télévision et avec l’acteur Errol Flynn dans le premier rôle, avant que ne se produisent les mesures de coercition de la diplomatie étasunienne.

3 Vázquez Montalbán Manuel, Y Dios entró en la Habana, Aguilar, Madrid, 1998.

4 Ramonet Ignacio, Fidel Castro : biografia a dos voces, Debate, Buenos Aires, 2005. La dernière actualisation de ses rencontres avec le leader cubain a été publiée dans “Dos horas más con Fidel”, Le Monde Diplomatique, édition du Cône Sud, Buenos Aires, janvier 2014.

5 Primary (Robert Drew, 1960) et 1974, une partie de campagne (Raymond Depardon, 1974) ont été les films prototypes de ce type de documentaire, et ont enregistré les campagnes de John Kennedy et de Valéry Giscard D’Estaing, respectivement.

6 Pour l’analyse de ces deux films, voir Campo Javier, “El arte de la observación. Algunos documentales latinoamericanos recientes”, revista Cine Documental, n. 1, 2010, http://revista.cinedocumental.com.ar/1/articulos_01.html

7 Mi amigo Hugo (Oliver Stone, 2013), film produit par Telesur, est tiré de ce long-métrage. En utilisant les séquences déjà filmées alors, le nouveau documentaire est complété d’entrevues avec ceux qui ont filmé le défunt président du Venezuela.

8 Mauro Porto, Media, Power and democratization in Brasil, Routledge, Londres, 2012, p. 1.

9 Ibidem, p. 3.

10 Queirolo Rosario, The success of the Left in Latin América, University of Notre Dame Presse, Chicago, 2013, p. 16.

11 Ibidem, p. 156.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Salvador Allende
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Juan Perón
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fidel Castro
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Luíz Inácio Lula da Silva
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Evo Morales
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Néstor Kirchner
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fidel Castro et Salvador Allende
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Michelle Bachelet
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3166/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Javier Campo, « La star, c’est le président », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 146-157.

Référence électronique

Javier Campo, « La star, c’est le président », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3166 ; DOI : 10.4000/cinelatino.3166

Haut de page

Auteur

Javier Campo

 

 

Javier Campo

 

est chercheur en cinéma, docteur en Sciences Sociales (Université de Buenos Aires), du CONICET. Co-directeur de la revue Cine Documental. Éditeur associé de Latin American Perspectives. Professeur d’esthétique cinématographique (UNICEN). Auteur de Cine documental argentino Entre el arte, la cultura y la política (2012), compilateur de Cine documental, memoria y derechos humanos (2007) et co-auteur de Directory of World Cinema. Argentina (2014), World Film Locations : Buenos Aires (2014), Una historia del cine político y social en Argentina (2009 et 2011) et Reflexiones teóricas sobre cine contemporáneo (2011), entre autres publications. Membre du département d’Histoire et Théorie de l’Art (UNICEN), du Centre de Recherche et de Nouvelles Études sur le Cinéma (FFyL-UBA) et de l’institut des recherches Gino Germani (FCS-UBA).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals