Navegación – Mapa del sitio

Exception culturelle et cinéma français

Serge Regourd
p. 183-185
Traducción(es):
La excepción cultural y el cine francés

Texto completo

La Liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix (1830), détail.

La Liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix (1830), détail.

1La vitalité du cinéma français est directement liée à ce qu’il est désormais convenu de qualifier “d’exception culturelle”. Les origines en sont en réalité anciennes. Elles remontent, en particulier, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Les fameux accords franco-américains Blum-Byrnes (du nom des deux négociateurs), signés à Washington le 28 mai 1946, prévoyaient un prêt financier américain à la France en contrepartie de l’ouverture de son marché intérieur aux exportations américaines. C’est ainsi que contre l’annulation de 1 800 millions de dollars de dettes et l’ouverture d’un nouveau crédit de 500 millions, les écrans français devaient largement s’ouvrir aux films américains. Les films français étaient quant à eux réduits à un “quota” de quatre semaines par trimestre, c’est-à-dire réduits à moins d’un tiers des projections.

2Déjà, tout un symbole des relations entre les États-Unis et les États européens, exprimées sur le terrain décisif du cinéma, en termes aussi bien d’intérêts économiques directs que de représentations culturelles en faveur de the american way of life. On connaît le célèbre conseil du Président Roosevelt alors donné aux dirigeants des Major Companies Hollywoodiennes : “Envoyez les films, les autres produits suivront”.

3Mais cet accord politique a suscité une très vigoureuse opposition des professionnels du cinéma français, conduite par le syndicat CGT du cinéma dénonçant, déjà, les menaces d’hégémonie américaine. Il s’en suivit la constitution d’un “comité de défense du cinéma français” et l’organisation de grandes manifestations menées par les vedettes les plus populaires du cinéma français. C’est de cette opposition aux accords franco-américains que naquit le cœur des dispositifs de soutien au cinéma français, avec en 1948 la création d’un fonds d’aide financière, devenu en 1953 le fonds de développement de l’industrie cinématographique, qui a pris ensuite, en 1959, sa forme actuelle de compte de soutien et de système de régulation du cinéma français par la Puissance publique, sur le terrain conjoint du financement public et de protections juridiques, au profit du cinéma français.

4C’est précisément, ce système original ayant permis au cinéma français de se développer, pour devenir l’une des plus importantes cinématographies mondiales et la plus importante en Europe, qui fut, quelques décennies plus tard, directement menacé dans le cadre des négociations commerciales multilatérales, mises en œuvre dans le cadre du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade – Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), à partir de 1986, et ayant abouti à la création de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en 1994. L’objet et la finalité de ces négociations consistaient à libéraliser, c’est-à-dire à restituer au marché l’ensemble des “services” parmi lesquels figurent, notamment, outre la santé ou l’éducation, l’ensemble des activités culturelles, conçues par les États-Unis comme les “industries du divertissement”. Une telle libéralisation aurait eu pour effet de remettre en cause l’ensemble des dispositifs de soutien au cinéma français, qu’ils soient juridiques ou financiers. De telles modalités de soutien sont en effet considérées selon les préceptes du libre-échangisme comme de nature à fausser la concurrence et la liberté des échanges.

5Les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel français ont, une nouvelle fois, su organiser une riposte efficace aux volontés de dérégulations en cause en faisant, précisément, prévaloir une “Exception” pour le cinéma, l’audiovisuel et, plus largement, la culture contre le Principe de libéralisation.

6C’est sur la base de cette “exception culturelle” qu’ont pu être pérennisés et confortés les mécanismes de soutien à la production cinématographique et à l’exploitation, selon des procédures vertueuses d’épargne obligatoire permettant, notamment, aux diverses recettes du cinéma (salles, droits TV, éditions DVD…) de financer le cinéma français sous forme à la fois d’aides automatiques et d’aides sélectives.

7Mais cette “exception culturelle” reste fragile. Elle repose d’abord sur une volonté politique forte : selon la logique de l’OMC, et de sa principale convention (l’AGCS, Accord Général sur le commerce des services), les négociations de libéralisation doivent reprendre à intervalles de 5 ans. Par ailleurs, et surtout, n’étant pas parvenus à faire prévaloir leur point de vue au sein de l’OMC, dans un cadre multilatéral, les États-Unis d’Amérique ont choisi de multiplier les accords bilatéraux dans lesquels s’exprime un rapport de force plus direct, plus frontal – comme ils l’ont fait par exemple, du Maroc à la Corée du Sud – pour obtenir la libéralisation du secteur en cause, pays par pays…

8La “mutation numérique” est également utilisée comme un cheval de Troie, pour tenter d’introduire la création cinématographique et audiovisuelle dans un ensemble indistinct de services numériques, diluant les enjeux artistiques et esthétiques spécifiques au cinéma…

9En ce moment même, dans le cadre des négociations d’un traité de libéralisation transatlantique entre les États-Unis et l’Europe (TAFTA), la France a dû revendiquer “l’exception culturelle” pour refuser l’intégration du cinéma et de l’audiovisuel dans les négociations. Entre-temps avait certes été conclue, dans le cadre de l’UNESCO, en 2005, une convention dite sur la diversité culturelle (convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles). Nombre de responsables politiques et du secteur cinématographique – et culturel – avaient imaginé que cette convention pourrait constituer un “instrument juridique contraignant” permettant de dépasser la position trop défensive de l’exception culturelle. Hélas, cette convention est en réalité dépourvue de toute force juridique, elle ne formule aucune réelle obligation, aucune réelle prohibition, quel que soit, par ailleurs, son intérêt sur le terrain politique et pédagogique. La défense des protections des cinématographies nationales requiert donc, toujours, l’argument de “l’exception culturelle”.

10Face aux prétentions toujours plus insolentes d’une conception de l’Humanité réduite aux échanges marchands, “l’exception culturelle” est bien l’expression d’une forme de résistance de portée anthropologique pour défendre les cultures nationales de la diversité des composantes humaines.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título La Liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix (1830), détail.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3442/img-1.jpg
Ficheros image/, 1,1M
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Serge Regourd, « Exception culturelle et cinéma français », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 183-185.

Referencia electrónica

Serge Regourd, « Exception culturelle et cinéma français », Cinémas d’Amérique latine [En línea], 24 | 2016, Publicado el 01 diciembre 2018, consultado el 21 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3442 ; DOI : 10.4000/cinelatino.3442

Inicio de página

Autor

Serge Regourd

Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole. Directeur de l’Institut du droit de la Culture et de la Communication (IDETCOM).

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals