Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le nouveau cinéma latino-américain 1960-1974, Ignacio Del Valle Dávila

Coll. Des Amériques, Presses universitaires de Rennes, 2015
Odile Bouchet
p. 187
Référence(s) :

Le nouveau cinéma latino-américain 1960-1974, Ignacio Del Valle Dávila, Coll. Des Amériques, Presses universitaires de Rennes, 2015

Traduction(s) :
Le nouveau cinéma latino-américain 1960-1974, Ignacio Del Valle Dávila

Notes de la rédaction

Ignacio Del Valle Dávila est Membre du comité de rédaction de la revue Cinémas d’Amérique latine

Texte intégral

1Ouvrage adapté d’une thèse doctorale, ce livre, qui en a la précision et le sens du détail, est divisé en sept chapitres et parcourt le nouveau cinéma de tout le continent latino-américain durant une décennie et demie où l’histoire a été très agitée, ouvrant sur la toute récente Révolution cubaine, et finissant juste après la chute brutale du gouvernement d’Unité Populaire au Chili.

2Les cinéastes du mouvement qui a fini par se nommer “nouveau cinéma latino-américain” étaient engagés politiquement à gauche. Leurs lieux d’échanges d’idées étaient les festivals de La Havane à Cuba et de Viña del Mar au Chili.

3L’idée première de cinéma du Nouveau Monde propose une recherche identitaire qui va trouver dans la Cuba révolutionnaire un territoire propice. Fernando Birri, en fondant l’École documentaire de Santa Fe en Argentine, lui donnera un deuxième territoire. Glauber Rocha, au Brésil, grand nom du Cinema Novo, qui a beaucoup écrit, combine avec son nationalisme un internationalisme latino-américain, puis tricontinental et une réflexion sur l’esthétique de la misère. En Argentine, c’est Cine Liberación et son idée de la décolonisation culturelle qui, avec L’Heure des brasiers (La hora de los hornos), d’Octavio Getino et Pino Solanas, définira le cinéma militant des années 1970 en lui donnant sa référence majeure. La revendication d‘un cinéma populaire et non léché, imparfait, se fait jour, et au début des années 1970, le gouvernement d’Unité Populaire du Chili sera le lieu par excellence de la création.

4Cet ouvrage inclut des analyses filmiques très pointues, dont les fameux noticieros de Santiago Álvarez à Cuba, base d’apprentissage du documentaire dans l’île, et de Tire dié de Fernando Birri, référence du documentaire en Argentine. Il établit des rapports précis et détaillés entre les films de Glauber Rocha, mettant en relief son évolution politique, et bien sûr, L’Heure des brasiers (La hora de los hornos) est analysé en tant qu’archétype d’un cinéma-guérilla. Quant au rôle de la fiction, deux films, l’un cubain et l’autre chilien, permettent de le cerner.

5Le livre finit par une bibliographie et un index des noms et titres qui permettent une utilisation qui va de la simple lecture suivie à une étude plus précise ou plus approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Bouchet, « Le nouveau cinéma latino-américain 1960-1974, Ignacio Del Valle Dávila », Cinémas d’Amérique latine, 24 | 2016, 187.

Référence électronique

Odile Bouchet, « Le nouveau cinéma latino-américain 1960-1974, Ignacio Del Valle Dávila », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3492

Haut de page

Auteur

Odile Bouchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals