Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Éditorial

Éditorial

María Isabel Ospina
Traduction de María Isabel Ospina
p. 2
Cet article est une traduction de :
Editorial [es]

Texte intégral

1En France, les milieux des arts et de la culture sont à l’origine de la création de “saisons croisées” qui cherchent à resserrer les liens avec d’autres pays et reflètent des stratégies de politique culturelle extérieure. 2017 est l’année France-Colombie.

2Notre revue Cinémas d’Amérique latine se joint à cette initiative en dédiant ce numéro au cinéma colombien et en faisant un focus sur Caliwood, nom qui désigne la mouvance cinématographique et artistique, née d’un groupe de jeunes de la ville de Cali passionnés de cinéma dans les années 1970.

3Cali a toujours eu une place particulière dans la cinématographie colombienne. Comme l’indique Ramiro Arbeláez dans son article, la société qui a produit le premier long-métrage de fiction colombien en 1921 y était installée, c’est aussi là qu’ont été réalisés le premier long-métrage sonore en 1942 et le premier long-métrage en couleurs en 1955. C’est également à Cali qu’a été créée, en 1976, l’École de Communication Sociale de l’Université du Valle, institution publique qui a tenu un rôle clé dans la formation de cinéastes reconnus internationalement ces deux dernières décennies.

4Ces réalisateurs, comme les autres metteurs en scène colombiens, ont pu bénéficier de l’entrée en vigueur en 2003 de la loi du Cinéma. À partir de ce moment, la production de films nationaux a fortement augmenté jusqu’à l’apparition d’une véritable industrie cinématographique qui donne naissance à des œuvres de plus en plus récompensées et présentes sur les écrans du monde entier.

5N’oublions pas que depuis la naissance du cinéma, la Colombie n’a pas connu la paix. Le cinéma colombien, de manière plus ou moins frontale, selon les films et leurs époques de production, rend compte de la période connue comme La Violencia, du conflit armé et des violences urbaines et rurales qui en découlent. Manuel Silva propose dans son article un panorama des différentes représentations du conflit armé dans le cinéma colombien et explique comment, depuis le milieu des années 1990, il devient plus présent dans le cinéma national.

6Aujourd’hui, la Colombie fait partie de l’agenda politique mondial. L’accord de paix et le désarmement des FARC (la plus ancienne guérilla en Occident) suscitent l’enthousiasme dans un contexte global de multiplication d’attaques terroristes, de la construction de murs qui revendiquent des frontières, et du réveil d’ambitions de conquête. Cependant, la paix en Colombie n’arrivera pas seulement avec la signature de l’accord. Il faudra la construire et, pour cela, une restructuration de la société et une reconnaissance des causes qui ont conduit à la guerre devront faire partie du panorama national.

7Il sera intéressant de voir, dans les années à venir, de quelle manière le cinéma colombien s’emparera de ces thèmes et comment il fera partie de la réflexion et de la reconstruction du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Isabel Ospina, « Éditorial »Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 2.

Référence électronique

María Isabel Ospina, « Éditorial »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3509

Haut de page

Auteur

María Isabel Ospina

Réalisatrice, membre du comité de rédaction de Cinémas d’Amérique latine

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search