Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Caliwood« Le cinéma, c’est ce qui ne se v...

Caliwood

« Le cinéma, c’est ce qui ne se voit pas1 » : José Carlos Avellar (1936-2016)

Sylvie Debs
p. 4-7
Traduction(s) :
“Cinema mesmo, é o que nem se vê1” José Carlos Avellar (1936-2016) [pt]

Texte intégral

  • 1 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, Rio de Janeiro, Alhambra, 1986, p. 13. (“Le cinéma, c’est (...)

José Carlos Avellar

José Carlos Avellar

1C’est avec une profonde tristesse que nous avions appris le décès de notre ami et collaborateur brésilien José Carlos Avellar lors des Rencontres de 2016, Rencontres où il nous avait si souvent accompagnés. Fidèle et aficionado dès la première heure, il a partagé avec nous sa passion pour le cinéma par l’indication de films, la participation aux débats et la publication d’articles dans notre revue. Aussi nous avions à cœur de lui rendre un dernier hommage.

2Ce qui s’annonçait comme une épreuve a pris, grâce à la personnalité de José Carlos Avellar, un air de fête du cinéma, de retrouvailles entre amis et d’éternelle adolescence. Lors d’une de nos dernières rencontres dans le patio ensoleillé de l’Institut Moreira Salles à Rio de Janeiro, il m’avait offert les livrets des programmes qu’il avait concoctés, dont les premières de couverture étaient à l’image de sa curiosité universelle : Pierre Étaix, Premières rencontres, La Bataille d’Alger, La Grande illusion, Eisenstein et les arts, José Luis Guerín, Libertaires / Chapeliers, William Kentridge, Bela Tarr, Tomás Gutiérrez Alea, Nostalgie de la lumière de Patricio Guzmán, etc. C’est peu dire de son appétit insatiable pour les nouvelles créations et de sa mémoire cinématographique. De toutes les fonctions qu’il a occupées dans sa vie consacrée au cinéma, c’est là où il a pu exercer diverses facettes de sa passion en même temps : réfléchir le cinéma grâce à la programmation, animer les débats avec le public et les réalisateurs, publier des textes critiques, éditer des films de la cinématographie mondiale pour la collection de DVD de l’IMS, servir la cinéphilie et former de nouveaux publics, être en contact permanent avec les réalisateurs, y compris les nouvelles générations.

  • 2 Cinemais, revista de cinema e outras questões audiovisuais, UENF, Rio de Janeiro.

3Un fait remarquable chez lui était justement ce don naturel de conjuguer des amitiés anciennes et nouvelles. Dans sa pratique de créateur et de concepteur, s’il travaillait régulièrement avec ses anciens amis cinéastes comme Geraldo Sarno pour la sortie du livre Cadernos do sertão (2006) ou Zelito Viana pour la production du documentaire Mapa 50 anos : 50 minutos de conversa com Zelito Viana (2015), il n’en a pas pour autant délaissé les jeunes réalisateurs qu’il a toujours encouragés. Pour preuve, il s’est adonné avec délectation aux entretiens avec les cinéastes de la “reprise” au cours de la merveilleuse aventure de l’édition de la revue Cinemais2 menée avec ses complices Carlos Alberto Mattos, Geraldo Sarno et Ivana Bentes de 1996 à 2005.

  • 3 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, p. 15 à 39.
  • 4 Guimaraes Gustavo Coura, http://www.camira.org/brasil-episode-6-eduardocoutinho-et-le-cinema-de-la- (...)

4En effet, l’exercice du dialogue et de l’entretien tenait une place primordiale dans sa vie comme au cinéma. Combien de fois insistait-il dans ses analyses sur l’importance des dialogues, en particulier dans les films documentaires comme dans sa lecture magistrale de Viramundo3 ? Ce n’est sans doute guère un hasard qu’il ait contribué au retour d’Eduardo Coutinho à la réalisation pour élaborer son “cinéma de la parole4”. Dans ce dialogue intergénérationnel permanent, après l’extinction d’Embrafilme (1969-1990), quand José Carlos Avellar a assumé la direction de Riofilme, il a soutenu la renaissance du cinéma brésilien en encourageant la coproduction et la distribution : nous lui devons quelques pépites comme Central do Brasil (Walter Salles, 1998), Lavoura arcaica (Fernando Carvalho, 2001) ou encore Amarelo manga (Cláudio Assis, 2002). C’est d’ailleurs dans les bureaux de Riofilme que je l’avais rencontré pour la première fois, commençant alors à peine mes recherches sur le cinéma brésilien. Il fut d’une générosité et d’une aide précieuse à l’heure où Internet et les DVD n’existaient pas encore. Comme je ne connaissais guère encore la ville de Rio ni ses secrets de cinéphiles, il m’avait prescrit une ordonnance de lieux magiques pour guider mes incursions afin de dénicher les films en VHS dans les boutiques de location, trouver des astuces pour les faire copier, pouvoir chiner les rares livres critiques dans des librairies d’occasion.

José Carlos Avellar

José Carlos Avellar

5Cette disponibilité envers l’autre, quel que soit son degré d’implication envers le cinéma, était un autre trait caractéristique de José Carlos Avellar. Toujours jovial et de bonne humeur, il me confia un jour qu’il n’y avait pas de plus beau métier que d’être payé pour aller au cinéma ! Et c’est le choix qu’il a fait après avoir lui-même occupé divers postes dans la réalisation (réalisation, photographie, montage et production). Il n’a cessé de parcourir tous les chemins de traverses pour devenir un véritable incitateur à la création et passeur entre le Brésil et l’Amérique latine d’une part, le Brésil et l’Europe d’autre part. Journaliste, essayiste, enseignant, commissaire d’exposition, gestionnaire culturel, directeur de festival et polyglotte, il a suivi les hauts et les bas de la production cinématographique brésilienne, en trouvant toujours le meilleur moyen de servir le 7e art. Il lui a sans doute semblé plus gratifiant de penser le cinéma que de le réaliser.

  • 5 José Carlos Avellar, Imagem e som, Imagem e ação, Imaginação, Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1982, p. (...)
  • 6 Los cuadernos de cinema 23, Conaculta, Mexico, https://www.cinema23.com/

6En effet, penser et/ou imaginer le cinéma, c’est ce à quoi il s’est dédié tous les jours. De ses premiers textes jusqu’aux derniers, l’invocation à l’imagination a toujours tenu un rôle fondamental, ce qui conférait d’ailleurs à ses écrits ce style entre tous reconnaissable. Lire José Carlos Avellar, c’était prendre un billet pour la liberté d’imaginer. C’est ainsi qu’en 1980, la critique de Providence d’Alain Resnais commençait par cette phrase emblématique : “Imaginez le spectateur dans la tête d’un personnage5”. Quelques décennies plus tard, quand il est sollicité pour écrire un scénario pour Los cuadernos de cinema 23 de Mexico6, il propose tout naturellement un texte intitulé : Scénario pour l’imagination qui commence par la même injonction : “Imaginons un festival de cinéma fait avant la sortie des films”.

  • 7 Avellar José Carlos, A ponte clandestina, Edusp, São Paulo, 1995, p. 157.

7Et si, réellement imaginer le cinéma était aussi important que de le faire ? “Imaginons la relation entre le travail de création de films et le travail de création de réflexions sur le cinéma comme des actions complémentaires qui fonctionnent l’une pour l’autre, comme les temps de l’intérieur et les temps de l’extérieur de tout processus créatif7”. écrivait-il dans son analyse des relations entre les cinématographies d’Amérique latine des années 1950-1960. Ne s’agit-il pas en effet d’un moteur essentiel pour la création ? Aussi me plaît-il d’imaginer, selon la tradition des poètes de cordel du Nordeste, la rencontre de José Carlos Avellar au ciel avec les cinéastes du monde.

Articles de José Carlos Avellar dans Cinémas d'Amérique latine

#2 EUROPE-AMÉRIQUE LATINE : ÉCHANGES, ACQUIS, SITUATIONS
Brésil

#3
Toute la vie et cent ans de plus : la leçon du condor

#4
Le vol libre du regard

#5 BRÉSIL
Para un espectador desatento / À l'attention d'un spectateur inattentif

#6
LEON HIRSMAN :
A sabedoria que a gente não sabe / Le savoir que l’on ignore
CHE GUEVARA :
A arte da crítica. A crítica da arte / L’art de la critique. La critique de l’art

#7 BRÉSIL : CINÉMA ET MODERNISME
Escrevendo a fala / Ecrire le parler

#9
Offensive du documentaire brésilien Entretien : João Moreira Salles

#10 BRÉSIL
Tres irmaõs / Trois frères
Entretien : Lina Chamie et Laís Bodansky
par Ivana Bentes et José Carlos Avellar

#11 CINÉMA ET RÉEL : ARGENTINE, URUGUAY, BRÉSIL
Amanhá começou ontem / Demain a commencé hier

#12
Eu sou trezentos / Je suis trois-cents

#13
O pomar às avessas / Le verger à l’envers
Walter Salles cineasta y productor / Walter Salles cinéaste et producteur

#14
Cine y video de los pueblos indígenas
O som do silencio / Le son du silence

#16 LES 20 ANS DES RENCONTRES DE CINÉMAS D'AMÉRIQUE LATINE
O lugar sem limites / Le lieu sans limite
O céu da imagem / Le ciel de l’image

#17
Três filmes vistos por José Carlos Avellar / Trois films vue par José Carlos Avellar

Haut de page

Notes

1 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, Rio de Janeiro, Alhambra, 1986, p. 13. (“Le cinéma, c’est ce qui ne se voit pas, c’est ce qui se passe entre vous et l’image sur l’écran, c’est le reflet même, c’est le mouvement, c’est le désir de tourner la tête du soleil reflété par la vitre vers le vrai soleil.”)

2 Cinemais, revista de cinema e outras questões audiovisuais, UENF, Rio de Janeiro.

3 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, p. 15 à 39.

4 Guimaraes Gustavo Coura, http://www.camira.org/brasil-episode-6-eduardocoutinho-et-le-cinema-de-la-parole/, 18 mai 2015.

5 José Carlos Avellar, Imagem e som, Imagem e ação, Imaginação, Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1982, p. 14 à 16.

6 Los cuadernos de cinema 23, Conaculta, Mexico, https://www.cinema23.com/

7 Avellar José Carlos, A ponte clandestina, Edusp, São Paulo, 1995, p. 157.

Haut de page

Table des illustrations

Titre José Carlos Avellar
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre José Carlos Avellar
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Debs, « « Le cinéma, c’est ce qui ne se voit pas » : José Carlos Avellar (1936-2016) »Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 4-7.

Référence électronique

Sylvie Debs, « « Le cinéma, c’est ce qui ne se voit pas » : José Carlos Avellar (1936-2016) »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3520 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3520

Haut de page

Auteur

Sylvie Debs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search