Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25CaliwoodNous faisons partie du monde. Con...

Caliwood

Nous faisons partie du monde. Contravía Films de Cali

Entretien de Julián David Correa à Óscar Ruiz Navia et Gerylee Polanco Uribe
Julián David Correa, Óscar Ruiz Navia et Gerylee Polanco Uribe
Traduction de Odile Rigoni
p. 44-55
Cet article est une traduction de :
Somos parte del mundo. Contravía Films de Cali [es]

Résumés

Entretien sur Contravía Films, entreprise de production de Cali qui en elle-même résume une bonne partie de ce qu’est actuellement le cinéma colombien : nouveaux regards, nouvelles formes de production et de distribution, travail de créateurs indigènes et des quartiers populaires et ouverture sur le monde.

Haut de page

Texte intégral

Óscar Ruiz Navia

Óscar Ruiz Navia

1Le cinéma est écriture avec des images en mouvement. Les nouveaux talents du cinéma colombien sont nombreux, divers et inattendus : le cinéma indigène, le Festival Ojo Al Sancocho et le cinéma fait par les gens des quartiers populaires des villes, les entreprises comme Contravía Films, Burning Blue, La banda del carro rojo, Monociclo Audiovisual et Rara Colectivo Audiovisual, pour mentionner quelques nouveaux regards.

2En 2006, Contravía Films est née dans la ville de Cali, agence qui est un exemple du renouvellement de notre cinéma. Ce texte offre quelques éléments pour comprendre les transformations du cinéma colombien et présente l’histoire de l’agence Contravía Films, à travers plusieurs conversations avec Óscar Ruiz Navia et Gerylee Polanco. Óscar est l’un des fondateurs de Contravía et Gerylee a fait partie pendant neuf ans de cette agence de Cali.

Gerylee Polanco Uribe

Gerylee Polanco Uribe

3Bien que la Colombie soit un pays centralisé qui concentre les pouvoirs importants à Bogotá, Cali a été un pilier fondamental dans l’histoire du cinéma. Un exemple : en 2016, le 21e Festival de cinéma de Busan (Corée du Sud) a proposé une rétrospective du cinéma colombien dont la vedette était le cinéma de Cali. C’est grâce aux gens de Cali qu’a été réalisé le plus gros succès de la période du muet (María de Máximo Calvo, 1922) et l’un des films les plus intéressants de cette étape, Garras de oro (P. P. Jambrina, 1926). Flor del Valle (Máximo Calvo, 1941), le premier long-métrage sonore, a également été créé dans la Vallée du Cauca, région dont Cali est la capitale. Dans les années 1970, cette ville fut une aventure pour le Groupe de Cali, quelques amis réunis autour de l’écriture et du cinéma, parmi lesquels Andrés Caicedo, Carlos Mayolo, Luis Ospina, Ramiro Arbeláez et Eduardo Carvajal. Ce groupe a donné naissance à plusieurs mots : “pornomisère” (que Mayolo et Ospina ont critiqué dans le documentaire expérimental Agarrando pueblo de 1978), “Caliwood” et “Gothique tropical”, genre qui a été défini à partir de trois longs-métrages : Pura sangre (Ospina, 1982), Carne de tu carne (Mayolo, 1983) et La mansión de Araucaima (Mayolo, 1986).

Les ombres du cinéma ont constamment été présentes dans la lumineuse Cali.

  • 1 FOCINE (Société de Soutien Cinématographique) : fondée en 1978 et supprimée en 1993.
  • 2 Avec quelques exceptions comme la Cinémathèque de Bogotá, fondée en 1971, institution qui dans des (...)

4En Colombie, à l’exception de la période FOCINE1, et jusqu’à la Loi de la Culture de 1997, le cinéma a continué sa route sans autre soutien de l’État2. En 1997 est créée la Direction du Cinéma du Ministère de la Culture et à partir de là, un groupe d’instruments étatiques et d’organisations qui incluent Proimágenes, la Loi du Cinéma de 2003 (avec son FDC : Fonds pour le Développement Cinématographique), l’Académie colombienne des arts et des sciences cinématographiques, et la Loi du Cinéma de 2012, entre autres.

5Pendant les nombreuses années où il a été orphelin, le cinéma de Cali ne s’est pas arrêté et parmi ses conquêtes, il y a eu la télévision. Depuis l’Université del Valle et à travers le canal Telepacífico, les réalisateurs de Cali ont développé des projets comme la série documentaire Rostros y rastros (1988-2000), série qui réunit le talent de ceux qui ont fait partie du Groupe de Cali ainsi que celui de plusieurs autres passionnés du cinéma, série qui a été un vivier pour de nouvelles générations et de nouvelles formes d’expression.

6Dans la Cali multiculturelle, fille de migrations, l’Université del Valle est l’endroit le plus libre, celui où se sont formés les créateurs de Contravía Films.

7Óscar Ruiz Navia est un homme au regard large, parfois perdu ou halluciné et parfois très focalisé. Bien que Cali soit habitée par la lumière du soleil et les enfants de l’Afrique, la peau d’Óscar est très blanche.

Julián David Correa : Tout a commencé à l’Université del Valle ?

Óscar Ruiz Navia [ÓRN] : Tout a commencé un peu avant, William Vega et moi sommes amis depuis le collège. Mais oui, nous étions tous à l’Université del Valle et nous avons reçu des enseignements similaires : entre autres professeurs, nous avons eu pour maîtres Ramiro Arbeláez (qui enseigne l’histoire du cinéma et les genres cinématographiques), Óscar Campo, un gars sérieux, impliqué dans son métier) et Luis Hernández qui enseigne la photographie, quelqu’un de discret qui a été très important pour nous. Avec lui, j’ai vu pour la première fois des photos de l’Agence Magnum, des images documentaires qui ressemblaient à des photogrammes de films de fiction, une combinaison que j’ai recherchée avec mon cinéma : affronter la réalité avec des outils sociologiques et des éléments esthétiques. D’une certaine manière, il a commencé à nous apprendre à écrire des histoires à partir d’images ; après avoir vu ces photos il n’était plus possible de marcher dans la rue comme n’importe quel piéton.

Et c’est avec Óscar Campo que tu as travaillé sur un film pour la première fois ?

ÓRN : Avec Antonio Dorado dans El Rey (2004) et avec Óscar dans Yo soy otro (2008), mais William Vega était là aussi au début de cette histoire de tournages ; avec lui nous avons fait un court-métrage à l’université. Dans les films d’Antonio et d’Óscar je portais des câbles, je m’occupais des tâches les plus basiques et j’en étais reconnaissant car cela me donnait l’occasion de voir travailler ces réalisateurs et leurs directeurs de la photographie et je pouvais apprendre. Quand j’avais fini mon travail, je me mettais derrière eux et entre les pauses, ils prenaient le temps de m’enseigner.

Tu as également étudié quelques semestres à l’Université Nationale de Bogotá ?

ÓRN : Oui, mais je suis revenu à Cali parce qu’il y avait beaucoup de choses qui ne me plaisaient pas. Le plus important à l’Université Nationale a été mon impression en rencontrant Ciro Guerra et, ensuite, voir comment il a été capable de faire La sombra del caminante (L'Ombre de Bogota, 2005) avec peu de ressources et de cette manière si unique. Avec Ciro j’ai découvert que le cinéma est vraiment possible. Son expérience m’a poussé à décider de faire un film avec un petit groupe, des débutants, un film de “copains” et c’est pour ça que nous avons fondé Contravía en 2006 avec Marcela Gómez qui est directrice artistique et réalisatrice. Au début, Contravía n’était qu’un groupe d’amis, mais l’année suivante nous avons postulé au FDC et Gerylee Polanco et William Vega se sont joints à nous. Nous avons monté l’agence pour faire le film El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), un travail sérieux mais artisanal ; alors ce fut une surprise de voir l’accueil qu’il a reçu. Pour El vuelco, personne ne nous a rien donné, mais avec La Sirga (2012) nous avons recueilli les fruits de notre premier long-métrage ; en un an nous avons obtenu tout le financement. Les résultats de El vuelco del cangrejo nous ont montré que nous avions créé une plateforme pour faire du cinéma.

Contravía a connu des changements avec les années. Vous avez fait El vuelco del cangrejo avec Antorcha Films et il y a eu des modifications dans l’équipe, comme le départ de Gerylee Polanco.

  • 3 Réalisateur de La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre) qui a remporté la Caméra d’Or à Cannes e (...)
  • 4 Burning Blue.
  • 5 Festival International de Cinéma de Carthagène des Indes, fondé en 1959.

ÓRN : Oui, même si nous avons été pratiquement toujours les mêmes, il y a eu des changements. Par exemple, Marcela Gómez est partie et Andrea Estrada est arrivée. Autour de Contravía il y a eu beaucoup de gens comme César Acevedo3 qui a été assistant de production de El vuelco del cangrejo, et Santiago Lozano qui a été assistant sur La Sirga et sur El vuelco del cangrejo, entre autres. Santiago a fait des documentaires et Contravía a réalisé Siembra (2015). Dans El vuelco del cangrejo et La Sirga a également travaillé Diana Bustamante qui a sa propre entreprise4 et dirige actuellement le FICCI5.

Gerylee Polanco Uribe et Óscar Ruiz Navia au Tokio Film Festival, 2014

Gerylee Polanco Uribe et Óscar Ruiz Navia au Tokio Film Festival, 2014

8Il y a quelques décennies les cinéastes colombiens se disputaient les subsides de FOCINE, ils inventaient des coopératives et imaginaient des coproductions et des fonds renouvelables. Au milieu de la pénurie, les rivalités ne manquaient pas. Dans ce contexte, rares étaient les réalisateurs qui faisaient autre chose que penser à eux et se proposaient de participer à des projets avec les indigènes ou les gens des quartiers populaires. Dans le passé, Marta Rodríguez et Jorge Silva furent deux de ces créateurs exceptionnels et c’est grâce à eux, à Pablo Mora et au travail de beaucoup d’autres métis et d’indigènes, que le cinéma indigène colombien existe, par exemple. Contravía est composée d’un groupe de personnes qui, sans cesser de penser à ses propres œuvres, relie ces créations avec les communautés environnantes et, ainsi, enrichit l’existence de ces communautés et de leurs propres œuvres.

9Gerylee Polanco Uribe est une femme très belle, petite et brune. Elle a toujours un tas d’idées et mille solutions dans la tête et ces derniers temps, elle a commencé à parler de façon plus calme, plus réflexive et spirituelle.

Le travail avec les communautés a été un élément de Contravía, comme on vient de le voir dans Siembra, mais qui remonte à El vuelco del cangrejo.

Gerylee Polanco Uribe [GPU] : C’est vrai. Pour nous, la relation avec les communautés commence avec l’Université del Valle qui a toujours favorisé la recherche et la participation sociale. À l’université, nous avons fondé le club photo “Ojo rojo”. Nous nous y réunissions toutes les semaines, nous développions une pensée en relation avec la photographie et nous avons fait trois expositions collectives. Au club photo nous avons monté “Si lo ve un niño” (silove.univalle.edu.co) un grand projet auquel participaient quelques-uns de ceux qui allaient monter Contravía. Avec “Si lo ve un niño” nous avons fait des ateliers et nous nous sommes rapprochés de Siloé où nous avons connu les gens de l’Association du centre culturel La Red et de Tikal Productions. Pour quelques uns, ce fut une première expérience de travail en communauté, mais pas pour moi. À l’université j’avais participé à des processus de communication et d’éducation populaires dans des quartiers et avec des indigènes ; c’était naturel pour moi car mon père avait travaillé dans la communication populaire. Pour Santiago Lozano et Ángela Osorio, les réalisateurs de Siembra, c’était également une démarche constante. Ils ont travaillé avec des ramasseurs d’ordures et d’autres groupes. Nous nous rejoignions tous sur ce point. Quand Óscar est arrivé avec sa proposition de faire El vuelco del cangrejo, nous avons commencé à faire un travail avec la communauté de La Barra, l’endroit du tournage, qui était aussi un travail de champ nécessaire pour le film. Nous avons proposé aux gens un atelier de cinéma appelé “Minutes près de la mer”. Par la suite, deux des participants ont fait partie de l’équipe de photographie. Des choses similaires se sont produites dans tous nos films, comme dans Los Hongos (2014), où le travail avec des artistes urbains et d’autres groupes a été fait avec Tikal d’Eduardo Montenegro.

Chaque film de Contravía prend des risques qui témoignent des réalités du cinéma contemporain en Colombie. Avec La Sirga, par exemple, vous avez tenté une sortie sur Internet, et avec Siembra un couple de documentaristes a fait une incursion dans la fiction par le biais d’un teaser.

GPU : Oui, mais ce n’était pas exactement un teaser. En réalité, avant chaque long-métrage nous en avons fait un court qui n’a eu qu’une fois la fonction de teaser. Et c’est vrai, Ángela et Santiago n’avaient jamais fait de fiction et faire le court Cruza a été une manière de confirmer leur talent et d’avoir un outil pour rechercher des fonds.

Ceci explique pourquoi avec Cruza, on ne peut éviter de se demander quel est le rapport entre un long-métrage d’Afro-Colombiens déplacés dans la ville, un film tourné en noir et blanc empli de musique et de tristesse, et un court en couleurs où le personnage principal est un métis blanc aux yeux clairs, seul dans une maison en ruines en pleine campagne, sans une seule parole pendant les 10 minutes que dure l’histoire... même si on remarque, bien sûr, que les deux films ont en commun un deuil.

GPU : C’est exact, Cruza était une expérimentation pour les réalisateurs et une façon d’avoir quelque chose à montrer, mais c’était aussi une manière d’explorer l’âme du long-métrage que nous allions faire.

Et comment s’est passée la sortie de La Sirga sur Internet ?

GPU : C’est une idée que nous avons développée à Contravía avec le distributeur Cineplex, avec Black Velvet, Young Marketing et Media Streaming. L’accès à la première sur Internet était gratuit après enregistrement par courrier électronique.

Et comment cela s’est-il passé ?

GPU : Ce soir-là il y a eu plus de 50 mille personnes connectées et ensuite, dans les salles, nous sommes arrivés à environ 12 mille spectateurs. Ce fut une très bonne expérience.

Et aussi quelque chose de paradoxal si on compare les spectateurs de la première sur Internet et ceux des salles de cinéma.

GPU : Oui, mais c’est bien pour cela que cela valait la peine de le faire. Nous faisions le pari que les gens s’intéressaient vraiment au cinéma d’auteur, que le cinéma d’auteur pouvait intéresser les masses et nous y sommes arrivés. L’idée c’était aussi de donner une chance de voir le film à beaucoup de personnes qui ne vont pas normalement à des premières ou au cinéma. Nous voulions favoriser le bouche-à-oreille, c’est vrai, mais nous voulions aussi démocratiser l’accès à ce genre d’événements. Les gens pouvaient voir la première chez eux et exprimer leur avis sur les réseaux sociaux. En définitive, ce que nous faisons c’est pour les gens et nous voulons qu’ils le voient, quels que soient les médias, pas seulement dans une salle de cinéma.

A solas (2008), de Ingrid Pérez (production Contravía Films)

A solas (2008), de Ingrid Pérez (production Contravía Films)

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia

10Aujourd’hui, il existe beaucoup d’écrans possibles pour l’écriture audiovisuelle, il y a des équipements bon marché et de nouveaux talents qui trouvent, en Colombie, une formation universitaire impossible à trouver il y a trente ans. Aujourd’hui, il y a dans ce pays une constellation d’institutions de soutien au cinéma comme jamais auparavant.

Qu’est-ce qu’on ressent en devenant celui qui aide tous les autres quand on a été le plus petit de la famille ?
Óscar rit, rougit un peu et répond sérieusement.

ÓRN : C’est très bon, très bon... Quand nous avons créé Contravía c’était pour faire un film, mais surtout pour être libres. Savoir clairement ce qu’on cherche et connaître en détail une production permet de ne dépendre de personne. Nous avons commencé par faire les films des gens de Contravía et depuis un certain temps, nous commençons à élargir notre travail. Nous venons de coproduire minoritairement un film du mexicain Rubén Imaz intitulé Tormentero (2016) et nous voulons continuer à le faire. Nous voulons vendre des services pour des tournages dans Cali et faire des coproductions. J’ai commencé à produire par nécessité et puis je me suis rendu compte que cela me plaisait. Si on ne sait pas produire, les idées stagnent. Nous sommes un mouvement, pas une voix unique.
Quand on marche à plusieurs c’est plus difficile, ainsi nous sommes plus forts. Nous avons compris que produire n’est pas un rêve romantique, qu’on a besoin de beaucoup de discipline car la production est aussi une forme de création.

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia

Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn

Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn

11Il est difficile pour les Colombiens de travailler en équipe et trouver des alliés internationaux l’est encore plus. La Colombie est un pays plein de blessures qui en 197 ans d’histoire n’a pas connu plus d’une décennie de paix. Les Colombiens sont nés dans un pays dont on ne pouvait sortir qu’en obtenant des visas après de longues études dans les ambassades.

Comment ont commencé les coproductions ?

ÓRN : À partir de El vuelco del cangrejo nous avons commencé à demander des fonds internationaux. Je suis allé en 2007 au Talent Campus du Bafici et de la Berlinale à Buenos Aires et c’est là que j’ai compris qu’il existait des fonds internationaux. En allant au Bafici, j’ai compris qu’il y avait vraiment des espaces pour notre cinéma. Ensuite on m’a invité à l’Open Doors de Locarno où j’ai senti que j’appartenais à cette réalité et c’est là qu’a commencé notre chemin international. Les Français d’Arizona ont coproduit El vuelco et Los Hongos et Thierry Lenouvel de Ciné-Sud Promotion a cofinancé La Sirga. Nous avons appris à obtenir des fonds internationaux, c’est vrai, mais parfois l’argent importe moins que la participation de ces entreprises à la distribution ou que l’accès aux festivals. Solecito est allé à Cannes grâce à Arizona. En ce moment, nous vendons davantage à l’étranger qu’en Colombie. En France, Los Hongos a fait 25 mille spectateurs, alors qu’en Colombie nous n’avons pas dépassé les 12 mille. En France nous avons eu beaucoup de publicité et même un article dans les Cahiers du cinéma alors qu’en Colombie, Los Hongos n’a eu presque aucune visibilité.

Vous rentrez du festival de Busan où est sorti Epifanía. Comment cela s’est-il passé ?

ÓRN : Très bien, Epifanía (Anna Eborn et Óscar Ruiz Navia, 2016) a quelque chose de spirituel que les Coréens ont compris. Être en Corée nous a réconciliés : quand on voyage on se rend compte que même si on n’a pas de succès dans son propre pays, les films restent et pourront être appréciés ensuite.

Le personnage principal d’Epifanía est ta mère, n’est-ce-pas ?

ÓRN : Oui et elle était avec moi. Busan c’est comme le Festival International du Film Asiatique de Toronto, c’est extraordinaire qu’ils nous aient programmés. J’y suis allé avec ma mère qui est le personnage principal, avec Juanita, une journaliste graphique qui a aussi joué dans le film et avec Anna, la coréalisatrice. Ce fut une “bande” sympathique et une surprise. Mes acteurs ne connaissent pas le scénario, ils le construisent tout au long du film parce que j’aime jouer avec leur spontanéité, ma maman a vu Epifanía pour la première fois à Busan.

Elle a dû être impressionnée parce que bien que le film soit poétique et contemplatif, il est basé sur l’histoire d’une mère qui est morte du cancer.

ÓRN : Oui, ça a été intense. Aller à Busan fut un voyage spirituel et aussi un cadeau pour ma mère qui n’a jamais voulu jouer dans le film. Le voir pour la première fois a été très fort, en particulier le passage des films de famille trouvés dans une armoire après la mort de ma grandmère. Quand elle a vu ça, elle s’est mise à pleurer.

Siembra (2015), de Ángela Osorio et Santiago Lozano

Siembra (2015), de Ángela Osorio et Santiago Lozano

Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn

Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn

Epifanía est un film codirigé avec une réalisatrice suédoise. Comment est-ce arrivé ?

ÓRN : Une chose amène l’autre : Epifanía est lié à Solecito. Ce court-métrage a commencé par l’invitation d’un artiste danois qui fait des oeuvres sensorielles avec le soleil, ensuite le court a été sélectionné à Cannes, ce qui nous a tous surpris. Personne n’imaginait qu’un petit exercice fait au milieu d’un casting puisse arriver au festival de Cannes. Après, on nous a invités au CPH Docs, le plus important festival de cinéma hybride qui a lieu à Copenhague. CPH Docs a invité des réalisateurs du Sud et du Nord pour chercher des combinaisons. Anna et moi avons été réunis par hasard mais la connexion s’est faite immédiatement. Elle avait travaillé à la librairie de la Cinémathèque de Copenhague et était une cinéphile accomplie. Nous avions beaucoup en commun.

Et d’où est venue l’idée de faire ce film ?

ÓRN : Il y a longtemps que je voulais faire quelque chose avec ma mère, Anna justement ne voulait pas parce que sa mère est morte d’un cancer quand elle avait 15 ans. Mais finalement, on s’est rencontrés précisément pour ça. On a commencé à travailler à partir d’un rêve d’Anna et j’ai mis ma mère dans le rôle de sa mère. Ce que j’adore c’est cet amalgame dans lequel tu ne sais pas ce qui est vrai et ce qui est faux. Travailler avec des gens qui se mettent en scène eux-mêmes mais qui devant la caméra sont quelqu’un d’autre. Epifanía est un film qui va de l’obscurité à la lumière, qui commence dans la fiction et finit par un “film de famille” ; la fiction et la mort au début, le documentaire et la vie à la fin. Epifanía est un film fait par deux cinéphiles et rempli d’aventures cinéphiliques. Nous avons tourné les premières séquences à l’endroit où Tarkovski brûle la maison dans Le Sacrifice, nous avons tourné dans l’île de Bergman et sur les lieux de ses films.

Qu’est-ce que vous avez découvert avec Contravía ?

ÓRN : Nous avons découvert que nous les Colombiens, faisons partie du monde et que nous tous cinéastes, sommes comme une race globale, des gens que l’on rencontre encore et encore au fil du temps et qui parlent une langue commune. Le cinéma est notre esperanto.

Óscar Ruiz Navia

Óscar Ruiz Navia

Pendant la 14e Muestra de cinéma ibéro-américain de Las Palmas de Gran Canaria

Ibertigo 2016

Haut de page

Notes

1 FOCINE (Société de Soutien Cinématographique) : fondée en 1978 et supprimée en 1993.

2 Avec quelques exceptions comme la Cinémathèque de Bogotá, fondée en 1971, institution qui dans des périodes obscures a été perçue comme une salle de cinéma, mais qui est en réalité espace de formation, archive de films, observatoire de culture cinématographique et, en définitive, bureau de la Mairie de Bogotá pour impulser le développement audiovisuel.

3 Réalisateur de La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre) qui a remporté la Caméra d’Or à Cannes en 2014.

4 Burning Blue.

5 Festival International de Cinéma de Carthagène des Indes, fondé en 1959.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Óscar Ruiz Navia
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Gerylee Polanco Uribe
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Gerylee Polanco Uribe et Óscar Ruiz Navia au Tokio Film Festival, 2014
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre A solas (2008), de Ingrid Pérez (production Contravía Films)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navia
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Siembra (2015), de Ángela Osorio et Santiago Lozano
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Epifanía (2015), de Óscar Ruiz Navia et Anna Eborn
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Óscar Ruiz Navia
Légende Pendant la 14e Muestra de cinéma ibéro-américain de Las Palmas de Gran Canaria
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3741/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa, Óscar Ruiz Navia et Gerylee Polanco Uribe, « Nous faisons partie du monde. Contravía Films de Cali »Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 44-55.

Référence électronique

Julián David Correa, Óscar Ruiz Navia et Gerylee Polanco Uribe, « Nous faisons partie du monde. Contravía Films de Cali »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3741

Haut de page

Auteurs

Julián David Correa

Julián David Correa est écrivain, chercheur et critique de cinéma, réalisateur audiovisuel et opérateur culturel. Il est “ex” de plusieurs emplois, parmi lesquels directeur de la Cinémathèque de Bogotá et membre de la première équipe de Direction de la Cinématographie du Ministère de la Culture, équipe qui a posé les bases du développement institutionnel qui a contribué à la transformation du cinéma colombien. Son site web : http://www.geografiavirtual.com

Articles du même auteur

Óscar Ruiz Navia

Gerylee Polanco Uribe

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search