Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25CaliwoodExtraits du scénario : La terre e...

Caliwood

Extraits du scénario : La terre et l'ombre

César Augusto Acevedo
p. 70-77
Cet article est une traduction de :
Extractos del guion: La tierra y la sombra [es]

Texte intégral

1Acclamé au Festival de Cannes 2015 et sorti en salle peu de temps après, La Terre et l’ombre est le premier film de César Acevedo, jeune réalisateur colombien né et formé à Cali. Dans l’extrait initial de son scénario qu’il nous fait l’honneur de nous transmettre, nous nous plongeons dans l’univers à la fois fantastique et inquiétant de cette étrange mais réelle plantation de canne à sucre. Comme si l’on revenait à Comala de Juan Rulfo, on est submergé·e dans ces paysages dénudés en état de décomposition, suivant les pérégrinations de ses habitant·es à la merci des éléments, à la fois fantomatiques et si profondément humains.

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

2Écran noir, lettres blanches. Les noms des producteurs défilent.

Fondu A : 1. Ext. Chemin des Fromagers. Jour

3Une route dégagée s'étend jusqu'à l'horizon, bordée sur sa droite d'une rangée de fromagers et sur sa gauche d'un champ de canne à sucre. Les branches de ces arbres immenses et robustes font de l'ombre au chemin de terre jaune et laissent à peine passer les quelques rayons du soleil brûlant de midi.

4Le chant solitaire et entrecoupé d'un merle traverse ce lieu inhabité et se perd dans l'immensité. Au loin, apparaît une femme métisse (Esperanza). Elle avance à grands pas. On dirait une villageoise. Elle a dans les 25 ans, elle est maigre et a les cheveux longs ramassés en tresse. Sa robe blanche lui arrive au-dessous du genou. Juste derrière elle, un enfant (Manuel) la suit. Il a 5 ans et fait de grandes enjambées pour rattraper sa mère. Il semble habillé pour une occasion particulière. Il porte une chemise à manches longues à carreaux bleus rentrée dans un pantalon beige, lequel est un peu court et laisse voir des chaussettes blanches et des chaussures noires qu'il a récemment cirées. Ils avancent au milieu du chemin et soulèvent à chaque pas un nuage de poussière. Soudain, Manuel s'arrête pour regarder un petit paquet noir à terre. Esperanza s'arrête un peu plus loin.

5ESPERANZA (un peu agitée) : Manuel, allez, encore un effort.
L'enfant n'obéit pas et appelle sa mère en agitant le bras, l'air préoccupé.
ESPERANZA : Non. On y va.
Voyant que l'enfant ne l'écoute pas, Esperanza avance à grands pas vers lui et découvre que Manuel regarde un chien mort qui a commencé à se décomposer. L'enfant, perdu, regarde sa mère comme s'il attendait une explication, mais n'obtient aucune réponse. On entend seulement le bourdonnement de quelques mouches qui volent au-dessus du cadavre.
ESPERANZA (esquissant un sourire sur son visage) : Va chercher un bâton.
Il s'approche d'un énorme fromager et commence à chercher.
MANUEL : Celui-là ?
ESPERANZA (off) : Non, plus grand.
L'enfant en prend un qui semble de la bonne taille et retourne auprès de sa mère.
ESPERANZA (l'encourageant) : Touche-le.
Manuel attend un peu avant de se décider à toucher le chien. Il commence par le piquer timidement, mais, en voyant qu'il ne se passe rien, il appuie plus fort et essaie de retourner le cadavre. Sa mère regarde avec sérieux les mouches s'affoler en émettant un bourdonnement assourdissant.
ESPERANZA (imitant l'aboiement d'un chien) : Wouah ! Wouah ! Wouah ! Wouah !
Manuel s'enfuit en courant, mort de peur, le bâton à la main. Sa mère continue à aboyer en le poursuivant. Voyant ce que fait Esperanza, l'enfant se met à rire, tout en continuant sa route en soulevant de petits nuages de poussière sous ses pas. Ils empruntent alors un chemin de terre étroit entre deux allées de cannes de plus de deux mètres de haut. Là, elle le rejoint et lui pince les jambes tout en aboyant. Ils finissent tous les deux par éclater d'un rire retentissant tout en poursuivant leur chemin. Peu à peu, ils s'avancent dans les plantations qui étincellent sous le soleil ardent de l'été. On ne voit pas le bout du chemin. Seuls l'horizon et le ciel d'un bleu limpide viennent le couper.

Fondu : Sur l’Écran noir, en Lettres blanches

6Générique du film : LA TIERRA Y LA SOMBRA

Coupe : 2. Ext. Maison. Jour

7Esperanza et Manuel arrivent par le chemin de terre dans une propriété cernée de champs de cannes. L'endroit n'a pas de clôture et les vingt mètres de pâturage qui s'étendent devant la maison semblent avoir été coupés récemment. Ils passent rapidement devant un vieux banc de bois qui se trouve à l'ombre d'un grand et luxuriant fromager. La maison est en bois, un peu petite, mais accueillante. Elle donne l'impression d'appartenir à un autre temps, un autre espace. Le jaune passé et écaillé de la façade contraste avec le vert intense des champs de cannes qui entourent la maison. Les deux fenêtres de bois, placées de façon symétrique de chaque côté de la porte sont fermées. Du toit tombent quelques pots de fleurs violettes. Manuel et Esperanza poussent la porte et entrent.

Coupe : 3. Int. Maison - Couloir. Jour

8La lumière qui passe à travers la porte dévoile une petite pièce remplie de meubles anciens et finit par disparaître dans la pénombre du couloir étroit qui conduit aux chambres.

9ESPERANZA : Va dire bonjour à ton papa.
Manuel court dans le couloir et entre dans la première chambre à droite. Esperanza ferme la porte et se dirige vers la cuisine. Le peu de lumière qui reste révèle les formes et les textures de cet humble foyer.

Coupe : 4. Int. Maison – Cuisine. Jour

10La pénombre de la cuisine laisse voir un grand plan de travail en bois accolé à un mur blanc un peu sale. Dessus, un égouttoir, une petite poêle et quelques ustensiles de cuisine. Une femme aux cheveux grisonnants (Alicia), 60 ans environ, petite et un peu robuste, finit de laver les assiettes. Elle porte un vêtement sombre ajusté. Silencieuse, laissant voir ses bras pâles et massifs, elle accroche des couverts et les marmites sur des pointes clouées au mur. Esperanza entre et s'arrête juste devant une petite table en bois entourée de quatre sièges. Alicia lui tourne le dos.

11ESPERANZA (sans la saluer) : Il n'est pas arrivé ?
ALICIA (sans se retourner) : Non.
ESPERANZA : Il ne devrait plus tarder.
Esperanza semble attendre qu’Alicia se retourne et la regarde, mais Alicia ne répond pas et reste de dos pendant qu'elle range la cuisine.
ESPERANZA (quelque peu résignée) : Madame Alicia, on ne nous fera plus crédit au magasin tant qu'on ne paiera pas ce qu'on leur doit.
Alicia, silencieuse, finit de suspendre les derniers couverts et se retourne. Elle a un beau visage, blanc, aux traits bien dessinés. Elle se dirige à grand pas vers la sortie et passe à côté d'Esperanza.
ALICIA (de mauvaise humeur) : Il y aura assez à manger pour nous quatre.
Alicia sort de la cuisine et Esperanza reste seule, sans dire un mot.

Coupe : 5. Int. Maison – Chambre de Gerardo. Jour

12La chambre n'est pas très grande, mais le fait qu'il n'y ait qu'un lit, une chaise et une armoire donne l'impression qu'il y a de l'espace. Le bois pourri de la fenêtre fermée est tombé à certains endroits, laissant de petits espaces entre l'encadrement de la fenêtre et le mur, ce qui permet à la lumière de se faufiler et d'éclairer légèrement la pièce. Manuel est assis sur le lit où est couché un homme jeune (Gerardo), visiblement malade. Il a 32 ans, le teint basané. Ses muscles bien dessinés se devinent à travers une chemisette verte usée. Le drap blanc et froissé qui le recouvre jusqu'à la taille donne l'impression que Gerardo est depuis longtemps dans cette position.

13GERARDO : Tu as eu peur ?
MANUEL : Oui.
GERARDO : Pourquoi ?
MANUEL (souriant) : J'ai cru qu'il allait me mordre. Gerardo esquisse un sourire sur son visage qui se perd sous des yeux tristes et éteints.
GERARDO : Il ne pouvait pas te mordre.
MANUEL (un peu triste) : Je ne le savais pas.
GERARDO (de la tendresse dans la voix) : Et maintenant, tu sais pourquoi il ne pouvait pas te mordre ?
MANUEL : Oui.
GERARDO (avec beaucoup de naturel) : Il a dû se faire renverser par un camion de cannes. Tu dois faire très attention quand tu te promènes seul par ici ou quand tu joues hors de la maison.
MANUEL (regardant ses chaussures) : Oui.
Les chaussures noires de Manuel sont couvertes de poussière et ont perdu de leur éclat.
MANUEL : Papa, j'avais lustré mes chaussures mais quand je suis parti en courant, elles se sont couvertes de poussière.
GERARDO (esquissant un autre sourire) : Ne t'en fais pas. Passe un chiffon humide dessus avant que grand-père n'arrive.
MANUEL : Oui.
Manuel sort de la chambre en courant, le sourire aux lèvres. Gerardo reste seul dans l'obscurité. Son regarde balaie le vide d'un bout à l'autre de la pièce, avant de se poser finalement sur la fenêtre. Le silence et la maladie ne parviennent pas à effacer le sourire que lui a suscité son fils, mais il semble vide de toute émotion.

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

Coupe : 6. Int. Maison – Chambre d'Alicia. Jour

14Le filet de lumière qui filtre entre les deux fenêtres divise la chambre et la pénombre en deux. Côte à côte, contre le mur, on voit deux lits de camp parés de vieux draps blancs. Il n'y a pas un mètre et demi entre eux. Alicia est assise sur celui de gauche, courbée, le regard sombre. Elle regarde le sol. Le silence et la quiétude emplissent ses pensées et sa solitude.

Coupe : 7. Int. Jeep en mouvement. Après-midi

15Une vieille Jeep rouge délabrée de 1954 avance très lentement sur une route pavée entourée de champs de canne. La partie arrière de sa carrosserie a été modifiée de façon artisanale. On l'a agrandie grâce aux pièces d'un autre véhicule afin de pouvoir emmener plus de passagers. Là, tassés les uns contre les autres, quelques paysans voyagent en silence. Ils portent des vêtements modestes et sont assis sur les coussins rouges sales de deux bancs oxydés. À côté de la porte arrière, on voit un vieil homme (Alfonso) qui observe le paysage de plantations de canne qui défilent les unes après les autres sans laisser de répit au regard. Il a 67 ans et quelques cheveux gris sortent de son chapeau qui fait de l'ombre à un visage dur et inexpressif. Il n'est pas très corpulent, mais il a des mains solides qui laissent à penser qu'il a passé sa vie à travailler dans les champs. Il porte une chemise blanche boutonnée jusqu'au torse et un pantalon gris clair. À ses pieds repose une petite valise rectangulaire marron foncé. Soudain, la voiture s'arrête et prend un passager (Marino), qui attend sur un côté de la route. Il est maigre, dégingandé et ses vêtements ont l'air de ne pas avoir été lavés depuis plusieurs jours. Il a le même âge qu'Alfonso mais son visage ridé abrite un regard navré et fatigué. Marino s'assied en face d'Alfonso et reste longtemps à le regarder sans dire un mot. Les regards des deux hommes finissent par se croiser mais aucun ne semble gêné ou troublé. Finalement, Marino lui parle.

16MARINO : Vous êtes Alfonso Acevedo, c'est bien ça ? Celui de la propriété “Le Jardin” ?
Alfonso acquiesce légèrement sans le lâcher du regard.
MARINO : Vous vous souvenez de moi ? Je suis Marino García, de “Los Turpiales”.
Alfonso acquiesce à nouveau mais les deux hommes ne semblent pas émus de ces retrouvailles. On dirait même deux étrangers qui viennent de se rencontrer.
MARINO (sans regret) : Enfin... ça fait longtemps que j'ai cessé d'exister.
Alfonso regarde par la fenêtre et ne semble pas reconnaître le paysage de champs de canne. On ne voit ni maisons, ni personne, rien que des plantations de canne qui s'étendent de chaque côté de la route, sillonnées de chemins de terre solitaires qui ne semblent conduire nulle part. Au milieu des plantations, on aperçoit de temps à autre le feuillage d'un vieux fromager.
ALFONSO (off) : Il ne reste plus rien.
MARINO (off) : Ça fait plaisir de voir une tête connue de temps en temps. Ça fait combien de temps ?
ALFONSO (off) : Dix-sept ans.
MARINO (off) : Hmm... C'est une éternité par ici. Vous avez vu ? On ne sait plus où ça s'arrête.
(Après une pause) Pourquoi vous revenez ?
ALFONSO (off) : Mon fils est malade.
MARINO (off) : C'est grave ?
ALFONSO (off) : Je n'en sais rien.
ALFONSO (off) (changeant de sujet) : Vous ne viviez pas par ici ?
MARINO (off) : On est parti depuis longtemps.
ALFONSO (off) : Que s'est-il passé ?
MARINO (off) : Il m'est arrivé la même chose qu'à tous. Par ici, on a appris à faire ses valises.
Les hommes gardent le silence alors qu'ils regardent le paysage, toujours plus monotone et répétitif.
MARINO (off)(criant au chauffeur) : Arrête-toi !
Le véhicule s'arrête devant un large chemin poussiéreux qui s'avance entre les cannes.
MARINO (off) : Si vous allez chez vous, descendez ici et prenez ce chemin. L'autre entrée n'existe plus.
Alfonso descend de la vieille Jeep avec sa valise et son chapeau. Il salue d'un signe de la main et la voiture repart. Il reste seul, à regarder dans toutes les directions et il emprunte le chemin qui s'avance entre les champs de canne.

Coupe : 8. Ext. Route déblayée. Après-midi

17Alfonso marche lentement. Il promène son regard d'un côté à l'autre de la route mais ne voit que des champs de canne et des chemins de terre dont il ignore la destination. On remarque quelque chose d'étrange alors qu'il traverse ce labyrinthe vert qui a avalé sa maison. Soudain, il entend un grand vacarme et il voit par-dessus son épaule un camion de canne approcher à toute vitesse. Alfonso, d'un geste maladroit, quitte la route et le nuage de poussière soulevé au passage de l'énorme véhicule le fait disparaître du paysage. On ne voit plus que cinq remorques énormes remplies de canne à sucre. Il se passe un peu de temps avant que le nuage de poussière ne se disperse et qu'on puisse à nouveau apercevoir Alfonso, qui poursuit sa route avec sa vieille valise marron foncé. On voit sur son visage que cet incident l'a quelque peu perturbé.

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

Coupe : 9. Ext. Chemin des fromagers. Après-midi

18Après avoir longtemps marché, Alfonso rejoint le chemin des fromagers qu'avaient emprunté Esperanza et Manuel un peu plus tôt. Le soleil brille désormais à l'Ouest et l'ombre des arbres a baissé. La chaleur se fait de plus en plus insupportable. Alfonso s'arrête devant le chien mort que Manuel avait trouvé et regarde les mouches voler au-dessus du cadavre en décomposition. Il l'observe en silence, le regard très sérieux et pénétrant. Puis il regarde le soleil, qui brille de toute sa splendeur, sans pitié pour tout ce qui se putréfie à terre.

Coupe : 10. Ext. Maison. Soir

19L’ombre d’Alfonso avance sur la terre poussiéreuse. Il est seul, il traverse un nouveau chemin qui s’ouvre entre les cannes à sucre. Le seul son qui retentit dans ce lieu est celui de ses pas. Au loin, il aperçoit la cîme luxuriante d’un fromager, derrière le champ de canne à sucre, à sa gauche. Le soleil intense fait briller ses branchages, presque comme un phare qui le guide jusqu’à son ancien foyer. Au fur et à mesure qu’il s’approche, l’arbre apparaît dans toute sa grandeur. Alfonso arrive enfin au bout du champ de canne à sucre et est de retour dans un lieu qu’il a abandonné il y a 17 ans. Son regard descend depuis les branchages du fromager et découvre l’énorme tronc ligneux. À l’ombre de celui-ci, il y a un petit banc de bois. Alfonso le regarde attentivement, mais il ne semble pas ému. Son visage reste dur et inexpressif. Ses pieds glissent sur l’herbe et l’entraînent vers l’entrée de la maison. Alors qu’il va l’atteindre, Manuel sort et s’arrête devant lui. L’enfant observe la valise de l’étranger puis le regarde dans les yeux sans dire un mot. Alfonso laisse échapper un sourire timide.
MANUEL : Vous êtes mon grand-père ?
ALFONSO : Oui, c'est moi.
Alfonso lui tend la main pour se présenter.
ALFONSO : Alfonso.
MANUEL (lui tendant la main) : Manuel. On vous attendait.
ALFONSO : Où est ton papa ?
MANUEL : À l'intérieur.
ALFONSO : Appelle-le-moi.
MANUEL : Il ne peut pas sortir. Je vous emmène.
Manuel ouvre la porte et entre en courant. Alfonso le suit. Avant d’entrer, il enlève son chapeau et le pose contre sa poitrine.

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo

Coupe : 11. Int. Maison - Couloir. Soir

20Manuel traverse l’étroit couloir et entre dans la chambre de son père. Alfonso le suit doucement et traverse la pénombre qui est tombée après avoir fermé la porte. Il observe chaque détail en silence : les vieux meubles, la petite table basse, le diplôme du baccalauréat de Gerardo. Sur le mur du couloir, il y a quelques photos de famille placées par ordre chronologique, en commençant par de vieilles photos du temps où Alicia était jeune, et Gerardo, seulement un enfant. À mesure qu’Alfonso avance, il découvre ces petites traces de l’histoire familiale. Rapidement, apparaissent des photos de famille où l’on voit aussi Esperanza et Manuel : fêtes de Noël, baptêmes, anniversaires. La dernière photo, apparemment la plus récente, est une photo d’Alicia, déjà vieille, sur le pas de porte de la maison, qui pose en souriant. Alfonso arrive devant la chambre de son fils sans voir une seule photographie de lui.

Coupe : 12. Int. Maison – Chambre de Gerardo. Soir

21Alfonso entre dans la chambre sombre et découvre Gerardo appuyé contre la tête de son lit. Debout, de chaque côté du lit, il y a Manuel et Esperanza. Ils regardent tous, avec des sourires timides, Alfonso qui dégage quelque chose de sérieux, avec sa valise à la main et son chapeau appuyé sur sa poitrine. Il pose son bagage sur le sol et s’approche pour saluer son fils.

22ALFONSO (très naturel) : Quoi de neuf, fiston ?
Gerardo, de là où il est, tend le bras vers le vieil homme qui ne semblait pas s’y attendre, et qui répond de façon maladroite à ce geste. L'accolade entre les deux hommes dure longtemps, mais n’est pas très affectueuse.
GERARDO (assez impassible) : Salut, papa. Comment tu vas ?
ALFONSO : Bien, bien. Et toi, comment ça va ?
GERARDO : Bien, papa.
L’accolade se termine et Alfonso reprend sa place. Les visages des deux hommes montrent peu d’émotion.
GERARDO (un peu gêné) : J’imagine que tu as rencontré ton petit-fils.
ALFONSO : Oui, on s’est présenté.
GERARDO : Voici ma femme, Esperanza.
Alfonso regarde Esperanza et fait le tour du lit pour aller vers elle, toujours debout, à côté d’un vieux siège en bois. Il lui tend la main pour la saluer.
ALFONSO (cordialement) : C'est un plaisir.
ESPERANZA (cachant son malaise) : Asseyez-vous, don Alfonso.
ALFONSO : Merci.
ESPERANZA : Vous voulez boire quelque chose ?
ALFONSO (un peu gêné) : Non, non, merci beaucoup.
Alfonso approche un peu la chaise du lit de son fils et s’assied. Esperanza et Manuel s’installent de l’autre côté, au bord du lit. Tous sont visiblement nerveux et la conversation qui s’engage est pesante et entrecoupée de regards perdus et de silences gênants.
GERARDO : Le voyage s’est bien passé ?
ALFONSO : Très bien.
GERARDO : Ça a été long ?
ALFONSO : Oui, dix heures. Un court silence semble obliger Alfonso à continuer de parler.
ALFONSO (changeant de sujet) : Pourquoi vous restez dans le noir ?
ESPERANZA : Il faut laisser la fenêtre fermée. La poussière et les cendres sont mauvaises pour Gerardo.
ALFONSO (allant vers son fils) : Que t'est-il arrivé ?
GERARDO (montrant du doigt sous ses côtes) : Eh bien, il y a quelques jours, j’ai commencé à étouffer, et ça m’a fait mal ici.
ALFONSO : Qu’est-ce qu'on t'a diagnostiqué ?
GERARDO : Une pneumonie, mais que ce n’était pas si grave. Le médecin m'a demandé de me reposer.
De nouveau, ils sont tous silencieux. Esperanza se lève doucement et prend Manuel par le bras.
ESPERANZA : Bon, nous, on va aller préparer à manger. Excusez-nous.
ALFONSO : Je vous en prie.
Le père et le fils regardent la mère et le fils sortir de la chambre.
ALFONSO : Tu as une jolie famille.
GERARDO : Merci.
ALFONSO : Quel âge a Manuel ?
GERARDO : 5 ans, mais il aura 6 ans cette semaine.
Les deux hommes sont un peu tendus et font beaucoup d’efforts pour ne pas se croiser du regard.
ALFONSO (d’un coup) : J’ai été très surpris que tu m’appelles.
GERARDO (prenant de l’assurance) : J’ai beaucoup réfléchi avant de le faire.
ALFONSO : Je comprends.
GERARDO : Mais je ne t’ai pas appelé seulement pour que tu viennes me voir. Comme ma mère et Esperanza doivent me remplacer à l’usine, on a besoin de quelqu’un pour garder Manuel et s’occuper de moi.
ALFONSO : Comment tu as convaincu ta mère de me laisser venir ?
GERARDO : Elle n’est pas d’accord.
ALFONSO : Où est-elle ?
GERARDO : Elle doit être enfermée dans sa chambre.

23Ils restent tous les deux silencieux, sans savoir quoi se dire de plus. La lumière du soleil a presque disparu, laissant la chambre dans la pénombre. Tout à coup, Gerardo se met à tousser et s’étouffe légèrement. Il décide de s’allonger entièrement, et son père voit combien il a du mal à bouger.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

César Augusto Acevedo, « Extraits du scénario : La terre et l'ombre »Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 70-77.

Référence électronique

César Augusto Acevedo, « Extraits du scénario : La terre et l'ombre »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3852

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search