Navigation – Plan du site

Ils ont écrit dans la revue et ils se souviennent des Rencontres

Hayrabet Alacahan, Magali Kabous, Enrique Colina, Orlando Senna, Isaac León Frías et Jorge Ruffinelli
Traduction de Carole Fillière
p. 6-15
Cet article est une traduction de :
Han escrito en la revista y comparten sus recuerdos en torno a los Encuentros [es]

Texte intégral

Hayrabet Alacahan

Pendant les 20e Rencontres, 2008.

Pendant les 20e Rencontres, 2008.

1. Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

Selon moi, c’est sans aucun doute l’émergence des écoles de cinéma en Amérique latine, après les années 1970 et 1980, lorsque les coups d’État militaires abolissaient peu à peu tous les gouvernements constitutionnels et que ces régimes imposaient la répression illégale, la violence indiscriminée, la persécution, la torture systématique, la disparition forcée des personnes, la manipulation de l’information et tant d’autres formes de terrorisme d’État. La société du Cône Sud, dans sa presque totalité, a souffert des conséquences de la guerre sale, au nom si triste et si infâme à la fois. Le cinéma n’y a pas échappé et en a souffert, comme toutes les manifestations artistiques. Ce qui incluait la disparition de nombreux réalisateurs. Après cette époque néfaste a commencé à souffler une brise qui promettait la prospérité. D’où l’ouverture rapide de structures éducatives spécialisées en cinéma. Dans les années 1990, l’Argentine a vu se multiplier les écoles de cinéma et le nombre d’étudiants, dans des proportions qui ont dépassé tout ce que l’on pouvait imaginer.

Mais il y avait des précédents, pour les écoles de cinéma en Amérique latine. En Argentine, par exemple, l’École nationale d’expérimentation et de réalisation cinématographique (ENERC) est née suite à la Loi sur le Cinéma de 1957, à l’initiative de l’Institut national du cinéma. En plus de créer cet organisme, la loi stipulait, dans l’article 17, alinéa F, la création et le développement d’un Centre expérimental destiné à la formation des cinéastes. La création date de 1957, mais la mise en fonctionnement de l’école a eu lieu en 1965, lorsque la direction de l’Institut national du cinéma était assurée par Alfredo J. Grassi. Aujourd’hui, les textes en vigueur (Loi 17.711 t.o. 2001 et Décret 1536/2002) prévoient son maintien.

Un autre exemple est l’École internationale de cinéma et de télévision (EICTV) de San Antonio de los Baños de Cuba, une structure qui est considérée aujourd’hui encore comme l’une des plus importantes du monde. Elle a été fondée le 15 décembre 1986 comme filiale de la Fondation pour le Nouveau cinéma Latino-américain (FNCL) par Gabriel García Márquez (Colombie), Fernando Birri (Argentine), Julio García Espinosa (Cuba), entre autres, qui voulaient créer une École des Trois Mondes pour des étudiants venus d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie.

Il est aujourd’hui difficile d’imaginer un pays d’Amérique du Sud sans école de cinéma. Il est également admis que le cinéma et l’audiovisuel font partie des disciplines de première importance dans les systèmes éducatifs de quasiment toutes les universités de cette région.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

Le rapprochement entre le cinéma latino-américain et l’Europe ne date pas d’aujourd’hui. Les festivals européens ont joué un rôle majeur. Les films du Sud ont été progressivement acceptés par ces événements européens. Le Festival international du film de Cannes a été l’un des premiers à inclure dans ses nominations des films de notre continent. Voici quelques exemples de titres et de réalisateurs : en 1946 María Candelaria (Mexique) d’Emilio Fernández a gagné le Prix du Jury ; l’Argentin Leopoldo Torre Nilsson a été nommé quatre fois pour la Palme d’or : en 1957 pour La casa del ángel en 1961 pour La mano en la trampa (La Main dans le piège), en 1962 pour Setenta veces siete (Soixante-dix fois sept), et en 1967 pour La chica del lunes. En 1959, la réalisatrice Margot Benacerraf a remporté la Caméra d’or avec son documentaire mémorable Araya (Venezuela), prix qu’elle a partagé avec Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais, excusez du peu. En 1964, Vidas secas (Sécheresse, Brésil) de Nelson Pereira Dos Santos a gagné le Prix OCIC, et ce film était nommé pour la Palme d’or. Actas de Marusia (Chili) de Miguel Littín a été nommé dans la catégorie Meilleur film en 1976 et, en 1979, Sobrevivientes (Les Survivants, Cuba) de Tomás Gutiérrez Alea, lui a valu d’être nommé dans la catégorie Meilleur réalisateur. Depuis, le cinéma latino-américain, de façon croissante et grâce à ses mérites propres, a consolidé son influence et gagné un espace mérité en Europe et surtout en France. Chaque jour apparaissait un nouveau réalisateur doté d’un style particulier et d’une créativité singulière, œuvrant au développement du cinéma latino-américain, ce qui a continué à éveiller la curiosité et l’intérêt des spectateurs, mais également des producteurs et des distributeurs. Aujourd’hui le bilan montre un panorama plus qu’éloquent et prometteur, ce qui renforce les liens entre les grands continents. Mention à part méritent les festivals variés dont le soutien est constant et qui continuent à parier sur nos films en les programmant : Toulouse, Biarritz, Amiens, Cannes (France), Huelva, Saint Sébastien (Espagne), Berlinale (Allemagne), Venise, Trieste (Italie), Fribourg (Suisse), Rotterdam (Hollande), entre autres. Le soutien financier est également fondamental : Ibermedia, Hubert Bals Fund, World Cinema Fund, Cinéfondation, l’Institut Goethe et de nombreuses autres maisons de production européennes permettent le développement du cinéma des pays d’Amérique latine.

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

J’ai collaboré plusieurs années consécutives à l’organisation des Rencontres de Toulouse, depuis l’Argentine. Cette possibilité m’a ouvert une nouvelle expérience dans le monde du cinéma, ce que je ne n’avais jamais imaginé. J’y ai beaucoup appris, j’ai rencontré des personnes merveilleuses, je me suis parfois cru dans un film, j’ai noué des amitiés incroyables et, bien sûr, mon sac de voyage est rempli d’anecdotes inoubliables. Si je jette un œil en arrière, je revis avec bonheur certains instants nostalgiques, sous le chapiteau où nous déjeunions et dînions tous les jours avec les différents invités et où la joie et la solidarité apportées par les bénévoles ne manquaient jamais. C’est difficile de choisir une seule anecdote… mais en voilà une qui m’a beaucoup marquée. C’était en 2003, la 15e édition du Festival. Encore une année où l’Argentine participait à grand renfort de films et de réalisateurs, venus nombreux : Juan Carlos Desanzo, Carlos Sorín, Ana Katz, Ernesto Baca, Virna Molina, Ernesto Ardito, Daniel Burak, Santiago Loza, Luis César D’Angiolillo, Celina Murga, Fernán Rudnik, Sergio Bellotti, entre autres. Au cours du festival, je passais mon temps à voir des films, à essayer de rencontrer des réalisateurs de différents pays pour nouer des liens avec eux, à présenter des films argentins dans des cinémas autour de Toulouse et, le matin, à profiter du paysage toulousain à la beauté singulière.

Alors que tout se passait au mieux, le jour le plus attendu s’approchait : le 29 mars à 16h, dans le hall de la Cinémathèque, on allait annoncer les films gagnants. Quand l’heure est arrivée, le hall était rempli d’invités latino-américains, de cinéphiles du coin, de chroniqueurs de cinéma et du personnel de l’ARCALT, l’association qui organise le festival. Les yeux et les regards étaient fixés sur la table du jury, formé par Francesca Feder (France), Orlando Senna (Brésil) et Nicolás Buenaventura (Colombie). L’anxiété envahissait le plus calme d’entre nous et les murmures accompagnaient les éclats de la lumière artificielle des flashs.

La cérémonie a débuté par le discours d’Esther Saint-Dizier qui évoquait les objectifs, les événements du festival, qui remerciait et saluait les présents. Puis on a commencé à annoncer les courts-métrages et les documentaires primés, et plusieurs récompenses ont été distribuées dans ces catégories. Et pour clôturer la cérémonie, Nicolás Buenaventura a pris la parole au nom du jury et a expliqué qu’il leur avait été difficile de choisir le film gagnant, car la qualité était au rendez-vous dans de nombreux films de la compétition officielle. Après ces quelques paroles, il a fini par annoncer qu’Amarelo Manga, du réalisateur brésilien Claudio Assis avait remporté ces 15e Rencontres de Toulouse. L’approbation des uns et la résignation des autres (comme toujours dans les festivals) ont accompagné Claudio Assis et son sourire quand il s’est rendu à la tribune, qu’il a pris le micro et dit l’une des plus belles et des plus courtes phrases que j’aie entendues dans ce genre de discours : “Je remercie le jury qui m’a remis ce prix. Mon film n’est ni meilleur ni pire que ceux qui étaient en compétition. C’est la raison pour laquelle je dédie ce prix aux autres réalisateurs nommés à mes côtés.” Je suis toujours ému aujourd’hui par l’humilité et la modestie de Claudio Assis.

Magali Kabous

1- Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

Le « Nouveau Cinéma Argentin des années 1990 ». Même si le terme est polémique, la pérennité de ce cinéma lors des époques de crise a été un élément important du passage du XXe au XXIe siècle.

En général, les cinémas de résistance en temps de crises politiques et/ou économiques (du Nouveau Cinéma latino-américain et des cinémas sous les dictatures jusqu’à la “Période spéciale en temps de paix” de Cuba des années 1990) sont pour moi des miracles que j’admire.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

Ces liens sont nombreux, féconds et privilégiés : cinématographiques, du fait de la mobilité des acteurs et des cinéastes entre les deux continents (Buñuel au Mexique et Varda à Cuba, la direction de Gael García Bernal ou Nahuel Pérez Bizcayart par des cinéastes français) ; économiques, par le biais des coproductions et des fonds de soutien variés ; culturels, parce que la pénétration des films latino-américains dans le paysage cinématographique français est évidente et parce qu’il existe des festivals spécialement dédiés au cinéma de ce continent ; politiques, lorsqu’il s’agit de solidarité.

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

Je n’ai pas d’anecdote particulière, mais je me souviens avec émotion de notre invasion progressive, année après année, de plusieurs espaces dans la Cinémathèque. Cette occupation des lieux par les cinéphiles, les artistes, les professionnels et les organisateurs, cette véritable fourmilière m’a toujours passionnée. Pendant dix ans, j’ai participé à l’équipe “accueil des invités” : on a commencé avec une équipe réduite (Ana Saint-Dizier, une autre personne et moi) sous l’escalier de l’entrée, puis on est passées dans une pièce minuscule et enfin, consécration absolue, nous sommes montées à la bibliothèque rejoindre les autres groupes de l’organisation (un lieu magique). Les équipes devenaient de plus en plus grandes. Il n’y avait pas un espace vide dans la cinémathèque et, pour moi, le symbole de cette activité intense étaient les kilomètres parcourus à la recherche d’un invité qui avait oublié son entretien, d’un collègue « perdu » qui buvait un punch dans la cour de la cinémathèque pendant un concert, les escaliers montés en courant vers la cabine du projectionniste ou vers une salle pour faire une traduction ou pour ne pas manquer un épisode du journal filmé.

Je suis également fascinée par la transformation de la rue du Taur : au cours du festival elle se remplit de gens qui parlent espagnol et qui portent leur accréditation autour du cou.

Enrique Colina

Pendant les 3e Rencontres, 1991

Pendant les 3e Rencontres, 1991

1. Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

Si j’envisage un événement culturel intégrateur de la culture cinématographique latino-américaine, pour son rôle dans la prise de conscience de notre appartenance et unité continentale, pour son esprit humaniste porté par une pensée révolutionnaire donnant de la cohésion à notre identité culturelle, je crois que cela serait le Festival du nouveau cinéma latino américain de La Havane. Il y avait eu des événements précurseurs, comme le Festival de Viña del Mar, très important mais longtemps suspendu par la dictature de Pinochet : c’est une référence fondamentale pour qui veut comprendre le besoin qui a donné naissance au festival de La Havane. Un Nouveau Cinéma né de l’urgence de prendre contact avec le public latino-américain, doté d’une voix et d’une esthétique propres, afin d’exprimer les racines d’une histoire commune et un présent sommé de procéder à des changements politiques et culturels qui confirment notre indépendance et notre unité continentale.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

Les changements politiques qui ont eu lieu en Amérique latine à partir des années 1960 (la Révolution cubaine, les mouvements de guérilla, les dictatures militaires, etc.) et la naissance de personnalités et de mouvements culturels fondamentaux, aux propositions esthétiques inédites, tant au cinéma que dans la littérature – je songe au Nouveau Cinéma brésilien ou au Réalisme magique de García Márquez – ont laissé une profonde empreinte dans l’imaginaire culturel européen et ont suscité une curiosité croissante face aux événements latino-américains. Cet intérêt, dans l’Europe d’après-guerre, au sein d’une génération avide de transformations révolutionnaires, est à l’origine d’une fascination envers notre culture qui a débouché sur la création de nombreux festivals européens émergeant dans le but de faire connaître notre cinéma et de financer ses productions. Mais c’est en France et en Espagne que ces initiatives se sont davantage développées, du fait évident de l’histoire de leur rapport avec notre Amérique et du patrimoine culturel français et espagnol dont notre identité a hérité. Bilbao, Huelva, Saint Sébastien, Toulouse, Bordeaux, Amiens, Biarritz… il suffit de mentionner quelques villes de ces deux pays où le cinéma latino-américain est promu et accueilli au sein des festivals. Leur importance est capitale pour des cinémas qui se battent avec des petits budgets pour financer et faire connaître leurs productions.

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

Grâce au Centre Pompidou et au Festival de Toulouse, j’ai pu montrer mes premiers documentaires en France. Mais ce sont les Rencontres des cinémas d’Amérique latine qui m’ont permis de créer un réseau de contacts afin de développer ma carrière cinématographique et académique. J’ai présenté dans une édition de ce Festival mon projet de long-métrage de fiction, Entre ciclones, qui a obtenu un financement du ministère des Affaires Étrangères français. C’est aussi à Toulouse que j’ai donné pendant plus de vingt ans des cours de cinéma dans l’une des écoles publiques de cinéma les plus reconnues du pays, l’École supérieure de l’audiovisuel (ESAV). Au cours d’un festival, j’ai rencontré l’un de mes écrivains colombiens préférés, Fernando Vallejo, avec qui j’ai en partage l’irrévérence contre la solennité hypocrite et perverse du pouvoir, la soumission résignée et la stupidité bienheureuse de l’humanité (dont je ne me m’exclus pas… je suis modeste).

Orlando Senna

1. Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

La création en 1987 de l’École internationale de cinéma et de télévision de San Antonio de los Baños, l’École de Cuba. Parce qu’il s’agit d’un excellent centre de formation bien sûr, l’un des meilleurs au monde, mais aussi et surtout parce que son développement a généré des débats d’idées et des projets visant l’intégration audiovisuelle de l’Amérique latine. L’EICTV a conféré une indéniable réalité au concept de Cinéma latino-américain.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

La relation entre les deux continents est marquée par le poids de l’histoire, des siècles de colonisation, les conflits, le jeu des influences culturelles, des miscégénations, des préjugés. Une histoire d’amour et de haine. Aujourd’hui, les liens sont davantage ceux d’une politique de collaboration, ce qui fait progresser toutes les tentatives de rapprochement. La France joue ici un rôle clé.

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

Un événement sans lien direct, mais qui s’y rapporte indirectement. Lors de l’une des premières éditions du festival, j’ai rencontré, avec Conceição, un très beau travesti qui se trouvait toujours près de notre hôtel. Nous sommes allés le saluer et nous avons commencé à discuter avec lui. Il voulait tout savoir sur nous et sur le Brésil, mais il ne nous a jamais rien révélé sur lui, vraiment rien, pas même sa nationalité. Il philosophait, il pensait à voix haute sur les voies de la spiritualité, sur la relation au divin. Nous n’avons jamais oublié notre travesti, un sage en quête de sainteté.

Isaac León Frías

1. Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

Je ne parlerai pas d’un événement unique. Mais plutôt d’un processus : celui amorcé par le changement de support technologique. Au cours des quinze dernières années, la production a connu une augmentation sans pareille, pour le meilleur et pour le pire. Bien plus de cinéastes (des jeunes, pour la plupart) ont pu mener à bien leurs projets, ce qui était auparavant difficilement réalisable. Ça a permis l’apparition de nouveaux auteurs et de films de grande qualité.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

Eh bien, l’aide des fonds européens a été indispensable pour faire avancer une partie de la production : autrement, cela aurait été impossible. Dans ce domaine, le soutien de la France a joué un rôle majeur.

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

En 1998, je présidais le jury et je peux vous raconter cette anecdote : TV5 m’a interviewé directement en français pour évoquer les Rencontres et le cinéma d’Amérique latine. Lorsque j’ai vu ensuite l’enregistrement, j’ai pris conscience de mon très fort accent espagnol (les hispanophones qui parlent français ont pratiquement tous le même) et l’erreur que je faisais en disant « inversion » au lieu d’ “investissement”.

Jorge Ruffinelli

Jorge Ruffinelli à Toulouse avec Adela Legra, protagoniste de Lucía

Jorge Ruffinelli à Toulouse avec Adela Legra, protagoniste de Lucía

1. Selon vous, quel est l’événement qui a le plus marqué les trente dernières années du cinéma latino-américain, et pourquoi ?

L’événement le plus marquant a été la numérisation des films, le fait de pouvoir les voir, les apprécier, les partager depuis des plateformes numériques : cela a complétement modifié la réception et la distribution cinématographiques.

2. Que pensez-vous des liens qui unissent l’Europe et l’Amérique latine, la France et l’Amérique latine ?

Ces liens ont toujours été fondamentaux. Robert Bresson a mis un frein à l’italianisation de nos comédies. Ça a été salutaire, même si le Néoréalisme italien a été son propre frein. Que serait le cinéma de Lucrecia Martel, d’Adrián Caetano ou de Lisandro Alonso sans ces expressions artistiques ?

3. À l’occasion des trente ans des Rencontres de Toulouse, pouvez-vous nous raconter une anecdote particulière ?

Une anecdote du Festival qui fait revivre le souvenir d’un ami perdu : Ronald Melzer. Lorsque Ronny est venu, il était à l’époque énormément attiré par les églises, qu’il visitait. Comme moi je suis réfractaire à l’institution religieuse, j’avais demandé à ma femme de l’accompagner. Elle m’a raconté que Ronny se contentait d’entrer dans l’église, d’y jeter un œil et d’en sortir. Il ne s’est jamais agenouillé pour prier. Tous les trois (avec ma femme) appartenons à un pays laïque. Une deuxième anecdote : j’ai visité la maison de Carlos Gardel et la place à son nom à Toulouse. Et j’ai remarqué que toutes les plaques commémoratives faisaient référence à des Argentins ou des Uruguayens, aucune à des Français. C’est logique, car au fond on savait déjà que Gardel était né en Uruguay.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pendant les 20e Rencontres, 2008.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Pendant les 3e Rencontres, 1991
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Jorge Ruffinelli à Toulouse avec Adela Legra, protagoniste de Lucía
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hayrabet Alacahan, Magali Kabous, Enrique Colina, Orlando Senna, Isaac León Frías et Jorge Ruffinelli, « Ils ont écrit dans la revue et ils se souviennent des Rencontres »Cinémas d’Amérique latine, 26 | 2018, 6-15.

Référence électronique

Hayrabet Alacahan, Magali Kabous, Enrique Colina, Orlando Senna, Isaac León Frías et Jorge Ruffinelli, « Ils ont écrit dans la revue et ils se souviennent des Rencontres »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3905

Haut de page

Auteurs

Hayrabet Alacahan

Magali Kabous

Articles du même auteur

Enrique Colina

Orlando Senna

Isaac León Frías

Jorge Ruffinelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals