Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Almanach. 30 ans de Rencontres : ...

Almanach. 30 ans de Rencontres : 1989-2018

Marie-Françoise Govin
p. 40-55
Traduction(s) :
Almanaque. 30 años de Encuentros: 1989-2018 [es]

Plan

Haut de page

Texte intégral

1989. 1e Rencontres Cinema d’Amérique latine

1Avril 1989. Une première édition des “Rencontres des cinémas d’Amérique latine” au cinéma Alban Minville regroupe douze longs-métrages autour des thèmes de l’exil et du retour d’exil, de l’œuvre de l’écrivain chilien Antonio Skármeta, des Veines ouvertes de l’Amérique latine et de la vie quotidienne en Amérique latine. L’invité d’honneur est le musicien français Pierre Barouh. L’association se donne la mission de faire connaître “aux Toulousains un cinéma différent, fort chaleureux et trop méconnu”.

1990. 2e Rencontres Cinéma d’Amérique latine

2Le festival dure 5 jours. Grâce à un partenariat avec la Cinémathèque, alors située rue Roquelaine, une rétrospective du cinéma cubain est programmée. Les Rencontres s’attachent dès leur naissance à inviter à Toulouse des cinéastes et des personnalités d’Amérique latine. Ainsi, le président du principal syndicat bolivien des cocaleros, Evo Morales (aujourd’hui président de la Bolivie), assiste à la projection du film Chaparé de Daniele Incalcaterra en 1990 et Paulo Paranaguá, journaliste, écrivain et critique de cinéma brésilien, parraine cette édition. Le cinéma ABC devient partenaire, avec des séances en direction des scolaires. Trois expositions prolongent le festival.

1991. 3e Rencontres Cinéma d’Amérique latine

3Fondation de l’association “Rencontres Cinémas d’Amérique latine de Toulouse” (ARCALT). Les Rencontres gagnent le centre-ville de Toulouse avec des projections à l’ABC, à la Cinémathèque et au Forum des Cordeliers. Une rencontre entre cinq représentants de l’École internationale de cinéma et télévision (EICTV) de San Antonio de Los Baños à Cuba (École des trois mondes) et l’École supérieure d’audiovisuel de Toulouse (ESAV) se concrétise par la signature d’une convention sur cinq ans qui formalise la poursuite de cette collaboration. C’est une année clé avec l’invitation de Paul Leduc autour de son film Latino bar et la participation de Dominique Sanda venue présenter Yo la peor de todas de María Luisa Bemberg (Argentine).

1992. 4e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

4Cette édition s’inscrit dans le cadre du cinquième centenaire de la “découverte” du continent par Christophe Colomb. Hommages à Carlos Diegues (Brésil) et rétrospective de l’œuvre d’Emilio Fernández (Mexique). La décentralisation du programme du festival du Réel à Toulouse permet de programmer une “petite anthologie du documentaire latino-américain”.

5La revue Cinémas d’Amérique latine paraît sous son numéro 0.

6Une exposition photographique du Brésilien Sebastião Salgado, “Autres Amériques”, est présentée avec le concours de Jean Dieuzaide et de la Galerie du Château d’Eau.

7Une table ronde autour du thème des coproductions audiovisuelles Europe-Amérique latine réunit des cinéastes, producteurs, distributeurs, télévisions et critiques de cinéma.

8Une fête, le Reventón, crée une soirée festive et musicale le samedi.

1993. 5e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

9En cinq ans, les Rencontres sont passées de 1 500 à 15 000 entrées.

10Le centre névralgique du festival se trouve au Forum des Cordeliers. Le Rex rejoint les salles du festival.

11La programmation se répartit sur deux axes : panorama et découvertes. Une rétrospective intitulée “Les grands mélodrames mexicains” a lieu en partenariat avec la Cinémathèque.

12Hommage à Román Chalbaud (Venezuela), Eliseo Subiela (Argentine), Humberto Solás (Cuba), Jaime Humberto Hermosillo et Dana Rotberg (Mexique).

13Sont invités les Chiliens Miguel Littín (cinéaste) et Luis Sepúlveda (écrivain).

14Rencontre avec des réalisateurs chiliens majeurs: Patricio Guzmán, Raúl Ruiz.

15Paulo Antonio Paranaguá est le directeur artistique de cette édition.

16L’affiche est confiée au peintre cubain Moisés Finalé.

1994. 6e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

17Plus de soixante films sont projetés dans cinq salles (deux salles à l’ABC, Rex, Cinémathèque, Cratère).

18Des séances scolaires sont programmées à Toulouse et dans plus de vingt villes du département.

19Les projections se répartissent entre la production récente de films de fiction, documentaires et courts-métrages, et des rétrospectives et hommages (les Mexicains Arturo Ripstein et Carlos Carrera, le Brésilien Nelson Pereira dos Santos, le Cubain Tomás Gutiérrez Alea, l’Argentin Leonardo Favio et le Haïtien Raoul Peck).

20Une table ronde débat des coproductions multilatérales Europe-Amérique latine.

21La coordination avec d’autres festivals et institutions se développe pour favoriser la circulation des films, échanger informations et documentation.

1995. 7e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

22Plus de cent films pour célébrer le centenaire du cinématographe dans six salles (ABC, Rex, Utopia, Cratère). Une collaboration entre des cinémathèques d’Amérique latine et celle de Toulouse permet de proposer un panorama de trente films pour commémorer “100 ans d’histoire des cinémas d’Amérique latine”.

23Cette édition est marquée par la présence de jeunes réalisateurs, auteurs d’un premier film.

24Hommages à Jorge Sanjinés (Bolivie), Francisco Lombardi (Pérou), Luis Ospina (Colombie), Alejandro Agresti (Argentine) et au cinéma d’animation de Juan Padrón (Cuba). Rencontres avec Gonzalo Justiniano (Chili) et María Novaro (Mexique).

25Une table ronde d’historiens du cinéma d’Amérique latine traite de “La place des oubliés de l’histoire et leur apport spécifique au langage cinématographique”.

26Les Presses Universitaires du Mirail (PUM) éditent et distribuent la revue.

1996. 8e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

27Une rétrospective regroupe l’ensemble de l’œuvre du cinéaste fondateur du Cinema Novo brésilien : Glauber Rocha. Une table ronde de spécialistes traite de la “Tradition, rupture et modernité du Cinema Novo : l’œuvre de Glauber Rocha”.

28Hommages à Fernando Pérez (Cuba), Fina Torres (Venezuela) et l’acteur Roberto Sosa (Mexique).

29Frida de Paul Leduc est le coup de cœur des Rencontres. L’actrice Ofelia Medina est présente.

30Le dimanche une rencontre solidaire a lieu autour de l’écrivain haïtien René Depestre.

31L’ESAV échange avec le Centro de Capacitación Cinematográfica (CCC) du Mexique.

1997. 9e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

32L’accord de partenariat avec la toute nouvelle Cinémathèque donne une nouvelle dimension aux Rencontres et crée un nouveau pôle cinéma dans la ville.

33Une rétrospective réunit pour la première fois en France les 21 films réalisés au Mexique par Luis Buñuel.

34Hommages à Miguel Littín (Chili), Orlando Rojas (Cuba), Jorge Fons (Mexique).

35Une section présente des films à caractère ethnologique et sociologique du Nordeste brésilien.

36Pour la première fois, le festival introduit deux prix : le prix Coup de Cœur et le prix du Public, pour une sélection de longs-métrages de fiction récents. Plus qu’une compétition, ces prix sont conçus comme un coup de pouce à la distribution.

37Rencontres professionnelles : les représentants des institutions nationales dialoguent avec les réalisateurs latino-américains invités.

1998. 10e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

38La Cinémathèque devient “carrefour des Rencontres”, le cinéma Latina (Paris) ainsi que l’Instituto Cervantes de Toulouse deviennent partenaires, coopération qui ne s’est jamais démentie jusqu’à aujourd’hui. Une nouvelle section, “Faubourgs du cinéma latino-américain”, accueille des films hors norme. Le journal quotidien des Rencontres, La Película, voit le jour. Une rétrospective est consacrée à l’œuvre du brésilien León Hirszman, des hommages sont rendus à Bruno et Fabio Barreto (Brésil), Luis Figueroa Yabar (Pérou), Patricio Guzmán et Pedro Chaskel (Chili), Santiago Álvarez (Cuba). Une section thématique regroupe des films autour de la figure de Che Guevara.

39Un accord est conclu entre la Cinémathèque et le président de Riofilme, José Carlos Avellar (Brésil) concernant le dépôt des films brésiliens sous-titrés en français.

40La presse nationale et spécialisée salue la “renaissance” du cinéma dans un certain nombre de pays d’Amérique latine.

1999. 11e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

41Une section “Jeune Cinéma Argentin” présente onze films.

42La création du dispositif Coup de pouce amorce le développement d’une plateforme professionnelle : projection à des professionnels de films inachevés à la recherche d’un complément financier.

43La rétrospective est consacrée à l’Argentin Armando Bó et à sa muse Isabel Sarli.

44Un partenariat avec Solidarités associatives (Fol 31) propose animations théâtrales, expositions, batucadas.

45La présence de Fernando Vallejo, cinéaste et écrivain (Colombie) conjugue cinéma et littérature. Début des apéros concerts dans la cour de la Cinémathèque et démonstration de tango. Un programme de films récents est coordonné et mis en place pour permettre aux salles d’art et d’essai des petites villes de la région d’accéder à ces films, en partenariat avec ACREAMP, Ciné 32 et Cinéfol 31.

2000. 12e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

4625 000 participants, une progression de 14% des entrées cinéma. En partenariat avec le Syndicat de la critique française de cinéma, le prix Découverte de la Critique française distingue le meilleur premier film. L’introduction de ce prix corrobore le parti pris des Rencontres de rendre compte de l’arrivée massive de jeunes cinéastes créatifs et novateurs. Les trois films primés trouvent un distributeur en France.

47Ciné-concert : l’Orchestre National du Capitole interprète la musique originale composée par le chilien Jorge Arriagada pour le film muet et resté inachevé d’Orson Welles It’s All True (1942). 800 spectateurs assistent à cette première européenne à la Halle aux Grains.

48L’association, lieu ressource, est de plus en plus sollicitée comme centre d’information et d’archive des cinémas d’Amérique latine. Lorena Magee prend en charge la conception graphique de la revue Cinémas d’Amérique latine.

2001. 13e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

49Des films de jeunes cinéastes latino-américains sont sélectionnés par les grands festivals et souvent primés. Le dispositif Coup de pouce à des works in progress soumet au regard de professionnels trois films argentins, produits par Nathalie Cabiron. Hommage à la Semaine internationale de la critique de Cannes, avec la participation de José María Riba, son délégué général.

50Une table ronde sur le cinéma argentin réunit Lucrecia Martel, Ariel Rotter, Pablo Trapero et Juan Carlos Desanzo, et le cubain Leonardo Padura débat en public avec son éditrice Anne-Marie Métailié.

51Une nouvelle section d’art vidéo est créée au Palais des Arts en partenariat avec l’École supérieure des beaux arts de Toulouse, la galerie Iconoscope de Montpellier et Hangar de Barcelone.

52Une exposition à la Cours d’Assise de Toulouse présente Paysages d’Alfredo Jarr (Chili).

2002. 14e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

53Des courts-métrages sont en compétition pour le prix Courtoujours remis par un jury d’étudiants, en partenariat avec le CROUS.

54Création de Cinéma en Construction, en partenariat avec le Festival de San Sebastián. Cette initiative répond à une demande pressante des producteurs et réalisateurs latino-américains confrontés aux difficultés de la finalisation des films.

55De nombreux premiers films et des courts-métrages, le cinéma populaire du Mexique et le cinéma fantastique du Brésil, une rencontre avec Walter Tournier, auteur de cinéma d’animation uruguayen, suscitent l’adhésion du public.

56Le cinéma colombien se trouve au cœur d’un focus avec une rencontre autour de l’École de communication de Cali, une sélection de la Corporation des documentaristes colombiens et une table ronde «Colombia en el planeta», projet du poète William Ospina sur la paix.

2003. 15e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

57Le sujet cinéma et politique prend le titre de “Fragments de la réalité, regards du présent : luttes et alternatives” avec les rétrospectives des œuvres de Raymundo Gleyzer et de Jorge Cedrón, les films politiques emblématiques du cinéma argentin et des documentaires de groupes de vidéastes militants.

58Un hommage est rendu à Julio Chávez, acteur argentin.

59Une section “Fleuves et cinéma” s’inscrit dans le cadre du colloque sur les fleuves d’Amérique latine organisé par l’IPEALT/UTM

60Les «Ahorita», capsules du journal vidéo du festival tourné chaque jour par des étudiants de l’ESAV, sont mises en œuvre.

2004. 16e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

61Nouveaux prix : prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) pour un premier film et prix SIGNIS à un court-métrage.

62Création de la compétition des documentaires avec le prix SIGNIS et le prix de Radio France International (RFI).

63Une section de treize films uruguayens marquants.

64Tous les jours des rencontres avec les invités se tiennent à la Cinémathèque : Martín Rejtman (Argentine), Rodrigo Bellot (Bolivie), l’acteur uruguayen Daniel Hendler. D’autres ont lieu à l’Instituto Cervantes, à la salle du Sénéchal, à la librairie Ombres blanches et à la FNAC.

65«Chili, l’interminable transition» propose des documentaires et une table ronde, avec Patricio Guzmán et Carmen Castillo. La section «Pantalla libre» présente des courts-métrages, en partenariat avec des associations. Une section tango réunit six films.

2005. 17e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

66La vidéo numérique, alternative pour les cinématographies aux ressources limitées, introduit de nouvelles formes de production et démocratise l’accès à la réalisation. Des petits pays absents jusque-là de la production présentent désormais des longs-métrages.

67Les films défendus à Cinéma en Construction sont sélectionnés à Cannes et San Sebastián : La sombra del caminante (Ciro Guerra), Ronda nocturna (Edgardo Cozarinsky) et Parapalos (Ana Poliak).

68Dans le cadre de la Saison culturelle du Brésil en France : hommages à Walter Salles et à Julio Bressane, sélection de documentaires, panorama du cinema gaúcho, carte blanche au festival de cinéma d’animation Anima Mundi et vidéo-art de Kiko Goifman.

69L’Orchestre national du Capitole joue La Découverte du Brésil du compositeur Heitor Villa-Lobos et on projette le film O descobrimento do Brasil de Humberto Mauro.

2006. 18e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

70Le festival de Cannes présente pour la première fois au sein d’Un Certain Regard un premier film issu de Cinéma en Construction, El violín de Francisco Vargas (Mexique). Le chilien Sebastián Lelio est lauréat de la résidence du Festival de Cannes organisée par la Cinéfondation, ainsi que l’argentin Pablo Agüero et le mexicain Amat Escalante, tous trois sélectionnés à Cinéma en Construction. Les Rencontres se font l’écho de l’explosion du cinéma chilien. Toute une jeune génération de cinéastes s’autoproduit et se construit à partir de l’École de cinéma du Chili. Une section spéciale propose des premiers et deuxièmes films de Marcela Said, Matías Bize, Alicia Scherson, Sebastián Lelio. Hommage à Gastón Pauls, acteur du cinéma indépendant argentin. Les Rencontres ouvrent un espace aux cinémas et vidéo des peuples indigènes. Une plateforme de projets, Cinéma en Développement, est créée.

2007. 19e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

71Six films issus de Cinéma en construction sont sélectionnés dans les différentes sections du Festival de Cannes 2007.

72À la rétrospective Raúl Ruiz (avant l’exil et le retour au Chili), est associé à un programme de films du chilien Cristián Sánchez, qui fut son élève.

73Thématique «Noir Brésil» : alors que la majorité de la population du Brésil est noire, le cinéma afro-brésilien demeure très minoritaire, image inversée d’un pays dont le véritable visage est le fruit d’un incroyable métissage. Hommage à Lázaro Ramos, un des meilleurs acteurs de sa génération, et sélection de films récents, du Cinema Novo, des classiques, des documentaires et des courts-métrages.

74La diversité et la richesse des musiques du continent sont mises à l’honneur dans une sélection musique et cinéma.

2008. 20e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

75Les Rencontres fêtent leur vingtième anniversaire avec un panorama sur les découvertes et coups de cœur marquants des deux dernières décennies : pas d’auto- célébration, mais l’occasion de mesurer le chemin parcouru, d’y discerner les tendances et les évolutions qui se sont confirmées.

76Le festival est reconnu d’intérêt national par le CNC.

77Le Gaumont Wilson, en raison de la fermeture du cinéma ABC, accueille la moitié des longs-métrages en compétition, une soirée spéciale en HD et la remise des prix.

78Hommage à quatre jeunes acteurs : les Argentins Nahuel Pérez Biscayart et Inés Efrón, la Chilienne Manuela Martelli et le Mexicain Alan Chávez.

79Projection de Límite de Mario Peixoto, chef-d’œuvre et film culte du cinéma brésilien.

80La vitalité du film documentaire se confirme avec un programme de quince films.

81Le film de Pablo Larraín Tony Manero est présenté à Cinéma en Construction.

2009. 21e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

82Erick González prend la responsabilité de la programmation. Cinq films de la compétition (inédits en France) sont des avant-premières mondiales.

83Événement : une délégation de quinze ambassades latino-américaines se réunit à Toulouse deux jours durant. Une table ronde a pour thème : «Dynamique de l’intégration des pays d’Amérique latine et des Caraïbes».

84La section Otra mirada voit le jour ; elle rassemble une sélection de longs-métrages qui se distinguent par leur traitement formel particulièrement risqué et radical.

85Une rétrospective Cuba présente cinquante ans de cinéma cubain.

86Une section réunit des documentaires chiliens de la post-dictature.

87Retour sur le Nouveau cinéma argentin, dix ans après.

88Le festival accueille 300 invités dont 45 réalisateurs, acteurs et producteurs de films et plus de 150 professionnels.

2010. 22e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

89Affiche réalisée par Benoît Bonnemaison.

90Une section thématique sur la diversité sexuelle, LGBT (lesbien gay bi et trans) avec un gros plan sur Julián Hernández (Mexique), l’icône du cinéma «gay».

91Une rétrospective avec la Cinémathèque s’organise autour du centenaire de la révolution mexicaine.

92Une section sur le bicentenaire des indépendances en Amérique latine.

93La création mexicaine contemporaine indépendante fait l’objet d’un focus.

94Repérage : les courts-métrages de Kleber Mendonça Filho (Brésil).

95Les actions en direction des scolaires se développent : formation des enseignants, dossiers pédagogiques, activités culturelles et éducatives en ateliers.

96La chaîne Ciné Cinéma Club propose, en mars, une programmation spéciale Amérique latine, en partenariat avec l’ARCALT.

97«Cine sin fronteras» propose une formation aux professionnels de la diffusion cinématographique.

2011. 23e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

98¡México México! est programmé dans le cadre de ce qui devait être l’Année du Mexique en France, brutalement supprimée. Le cinéma muet, le cinéma de genre, un hommage aux acteurs Damián Alcázar et Gabino Rodríguez, au réalisateur Carlos Carrera, aux réalisatrices de courts-métrages, aux vidéo-artistes, une carte blanche à Mantarraya Producciones, un ciné-concert avec le film El automóvil gris en partenariat avecle festival Rio Loco, pour célébrer la richesse d’une des cinématographies les plus fécondes d’Amérique latine.

99De jeunes réalisateurs, Matias Pinheiro et Julia Solomonof (Argentine), Niles Atallah (Chili), Julio Hernández Cordón (Guatemala), voient leurs films sélectionnés.

100Un prix Lycéen du documentaire est créé.

101Dix jeunes réalisateurs découverts à Cinéma en Construction sont lauréats de la Résidence de Cannes (Cinéfondation).

2012. 24e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

102Le festival prend le nom de Cinélatino. Ronald Curchod réalise l’affiche.

103À côté du prix du Public, passé à La Dépêche du Midi, est introduit le prix de la CCAS, prix des électriciens et gaziers. La compétition documentaire est dotée du prix des Médiathèques de Midi-Pyrénées. Une section sur les comédies à l’uruguayenne, une rencontre avec Albertina Carri, une rétrospective Jodorowski en partenariat avec la Cinémathèque, un hommage à Raúl Ruiz et un focus sur Walter Carvalho, chef opérateur et figure du cinéma brésilien.

104Le film d’Andrés Wood Violeta se fue a los cielos, sur la vie de Violeta Parra, en présence de son fils Ángel Parra, remporte un grand succès.

105Les nouvelles générations sont présentes grâce à “Un autre visage du cinéma argentin” et à un programme de courts-métrages réalisés par de jeunes réalisatrices cubaines.

2013. 25e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

106La fréquentation augmente de 30%, avec 42 500 entrées cinéma.

107Projection en plein air au Square Charles de Gaulle des meilleurs courts-métrages de ces 25 ans. La muestra “Cinéma et politique” réunit, à côté de films patrimoniaux comme ceux de Carmen Castillo, Patricio Guzmán, Marco Bechis ou Daniele Incalcaterra, la jeune génération avec des films de Pablo Larraín ou Niles Atallah.

108Projection de films avec un sous-titrage spécifique pour les sourds et malentendants. Collaboration scientifique avec l’Université Toulouse-Le Mirail à travers l’atelier “Cinéma genre et politique”. Courts-métrages de l’artiste mexicain Edgardo Aragón, en partenariat avec le Musée des Abattoirs.

109TLT attribue un nouveau prix : achat d’un documentaire en compétition pour sa diffusion dans “la Casedoc”.

110Tout ceci est réalisé par plus de 250 bénévoles et 5 salariés.

2014. 26e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

111La fréquentation cinéma à Toulouse augmente de 5 %.

112Une Muestra thématique sur les femmes de cinéma offre un panorama sur les films des pionnières qui précèdent des films de la génération intermédiaire et côtoient les nouvelles générations : Lucrecia Martel, Celina Murga, Albertina Carri, Marcela Said, Alicia Scherson, Catalina Villar, Mariana Rondón et Júlia Murat. La productrice Lita Stantic, invitée, est une figure incontournable en Argentine.

113L’atelier à l’Université Toulouse-Le Mirail a pour sujet “Femmes de cinéma : filmer le politique”.


114Les 36 films de la section du panorama des associations, créée en 2012, sont projetés à l’Espace des Diversités avec des invités.

115L’installation Superbloque de la réalisatrice vénézuélienne Mariana Rondón au centre culturel Bellegarde rencontre un vif succès.

2015. 27e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

116La Muestra est consacrée à “L’âge des possibles”.

117Ixcanul, de Jayro Bustamante (Guatemala), soutenu à Cinéma en Construction en 2014, remporte le prix du Public à Toulouse après avoir reçu le Prix Alfred Bauer à la compétition officielle de la Berlinale en février.

118Le garçon et le monde, chef-d’œuvre d’animation du brésilien Alê Abreu est proposé au jeune public.

119Suite à la projection du film de Laurent Cantet, Retour à Ithaque, Leonardo Padura anime une table ronde à la librairie Terra Nova.

120La section “Otra mirada” propose les films du chilien José Luis Sepúlveda, auteur d’une des œuvres les plus radicales du Chili.

121Lors de la clôture avec le film Le Bouton de nacre de Patricio Guzmán, qui vient de remporter le prix du meilleur scénario à Berlin, le réalisateur reçoit une ovation prolongée dans la grande salle du Gaumont.

2016. 28e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

122Événement : une première, des délégations des European Film Agency Directors et de la Conferencia de Autoridades Cinematográficas de Iberoamérica sont réunies à Toulouse, sous l’égide de l’ARCALT et du CNC. Cette rencontre donne lieu à la “Déclaration de Toulouse” pour soutenir et défendre la diversité et l’exception culturelles.

123Un focus est consacré aux “Grandes figures d’Amérique latine” avec Carmen Castillo et Gonzalo Arijón.

124“Otra mirada” est dédiée à l’œuvre du brésilien Marcelo Gomes, réalisateur majeur de la région du Pernambouc, au langage novateur et de plus en plus radical.

125L’atelier “Cinéma, genre et politique” se déroule autour des derniers films de Jayro Bustamante et Pablo Agüero.

126Desde allà, du vénézuélien Lorenzo Vigas, présenté à Cinéma en Construction, remporte le Lion d’or à la Mostra de Venise.

2017. 29e Rencontres Cinémas d’Amérique latine

127À l’occasion de l’année croisée France-Colombie, Cinélatino organise son Focus autour de “Caliwood. Hier aujourd’hui, demain”: rétrospective El Grupo de Cali, hommage aux réalisateurs Luis Ospina et Oscar Campo, en leur présence, focus sur le programme de télévision Rostros y rastros, coup de projecteur sur les auteurs émergents, le rôle des sociétés de production (Contravía Films) et les talents au féminin de l’École de Communication de l’Univalle.

128Otra mirada est consacrée à l’œuvre de Julio Hernández Cordón (Guatemala/ Mexique)

129Cinquième atelier “Cinéma genre et politique”: Images et conflit armé en Colombie / La trajectoire cinématographique de Luis Ospina.

130Pour le jeune public est proposé un ciné-conte en partenariat avec la médiathèque José Cabanis.

131Pour la deuxième fois, le jury du Syndicat Français de la Critique de Cinéma délibère en public.

2018. 30e Cinélatino Rencontres de Toulouse

30 ans !

132Pour fêter sa 30e édition, Cinélatino a des invités de marque : l’actrice chilienne Paulina Garciá, le délégué de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes Édouard Waintrop, l’acteur argentin Nahuel Pérez Biscayart, l’éditrice Anne-Marie Métailié, les productrices de Rouge international Julie Gayet et Nadia Turincev, le poète d’action toulousain Serge Pey présentent des films qui les ont marqués.

133Le public a également plébiscité dix films qu’il a envie de voir, revoir ou partager. Une exposition dans trois lieux, la Cinémathèque, l’ABC et le Cratère, présente une rétrospective du travail accompli par l’ARCALT ces trente dernières années. Découvertes et redécouvertes, lumière sur des femmes de cinéma chiliennes, sur 1968 en Amérique latine, tango, jeune public, Otra mirada complètent une programmation de 150 films. Bon anniversaire !

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/3982/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Govin, « Almanach. 30 ans de Rencontres : 1989-2018 »Cinémas d’Amérique latine, 26 | 2018, 40-55.

Référence électronique

Marie-Françoise Govin, « Almanach. 30 ans de Rencontres : 1989-2018 »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/3982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.3982

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Govin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search