Navigation – Plan du site

Les tensions créées par l’arrivée progressive des Noirs dans le cinéma brésilien des 30 dernières années

Joel Zito Araújo
Traduction de Sylvie Debs
p. 92-101
Cet article est une traduction de :
O tenso enegrecimento do cinema brasileiro nos últimos 30 anos [pt]

Résumés

La grande nouveauté de l’histoire récente du cinéma brésilien est l’apparition d’une vague de cinéma noir ; elle accentue, par son originalité et ses tensions, une caractéristique remarquable des trente dernières années, à savoir une cinématographie de grande diversité thématique, de styles et voire même de régions. Cependant, malgré cette multiplicité de récits, le marché audiovisuel a refusé d’intégrer une plus grande participation de cinéastes, d’acteurs et du rôle prépondérant de la population noire, majoritaire au Brésil.

Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma brésilien passe en ce moment par une nouvelle mutation. La profonde diversité qui caractérisait notre cinématographie au cours des trente dernières années, après avoir surmonté la politique de la terre brûlée du gouvernement ultra-néo-libéral Collor dans les années 1990, a finalement commencé à incorporer la participation et le regard des réalisatrices et réalisateurs noirs, mais avec de fortes résistances. Le dernier Festival de Brasília, qui a fêté ses 50 ans en 2017, fut la scène qui a donné une visibilité énorme à cette nouvelle phase de l’histoire du cinéma brésilien et aux tensions que nous vivons.

  • 1 NdT : Vazante, film de Daniela Thomas, Brésil, 2017, avec Sandra Corveloni, Juliana Carneiro da Cun (...)

2Le débat sur le film Vazante1, de la réalisatrice confirmée Daniela Thomas, qui raconte une histoire qui a comme décor et contexte les relations familiales et sociales de la première moitié du XIXe siècle esclavagiste, a déclenché une sorte de bombe à retardement qui a polarisé les opinions sur la représentation des Noires et des Noirs dans l’histoire du cinéma brésilien. Et dans ce festival, des actrices, des acteurs, des cinéastes et un critique de cinéma qui se sont fièrement positionnés à partir de leur ascendance noire, dans un pays marqué par la force de l’idéologie du blanchiment, ont tenu à délimiter également l’existence d’une lecture spécifique de leur groupe racial sur l’histoire, la société et la culture brésiliennes.

3Mais, pour une partie du milieu du cinéma déjà bien établi, l’opinion des Noires et des Noirs a été considérée comme erronée, rancunière et militante, par conséquent loin de ce qui serait juste. Un grand cinéaste qui avait gagné une renommée internationale dans les années 1960, faisant preuve d’un vieillissement et d’un raidissement des paradigmes de sa génération, en est arrivé à qualifier le concept de “lieu d’origine de la parole” d’absurdité universitaire, concept très utilisé de façon critique par les Noires et les Noirs lors du débat sur Vazante. Et il a réutilisé, hors contexte, le terme péjoratif de “patrouilleur idéologique” qu’il a créé dans les années 1970 pour critiquer une certaine myopie de la gauche dans l’analyse des films de l’époque, essayant maintenant de délégitimer et ridiculiser l’opinion et les revendications des Noirs avec le même terme.

4Mais il n’est pas question ici de reproduire les détails du débat provoqué par le film Vazante, mais de s’interroger sur ce qui explique et justifie le regard, l’imaginaire et le discours de ceux qui travaillent pour la télévision et le cinéma au Brésil qui justifierait cette énorme difficulté à reconnaître le rôle proéminent des Noires et des Noirs dans notre société, et le droit de produire et tourner leurs propres narrations audiovisuelles.

5Il faut rappeler quelques vérités pour commencer à remettre en question la gravité de l’épisode mentionné ci-dessus. Ceux qui connaissent le Brésil, à partir de l’expérience du quotidien, savent que nous sommes loin d’être une démocratie raciale. Et le segment audiovisuel est celui de la société brésilienne où le racisme structurel du pays a donné les résultats les plus dramatiques. Toutes les études existantes montrent que la telenovela, tout comme le cinéma brésilien, a toujours récusé une représentation de la diversité raciale brésilienne, pour un pays de minorité blanche avec une population d’afro-descendants constituée de Noirs et de métis, qui correspond à 54,9% d’une population totale de 205 millions d’habitants2, selon le dernier recensement de 2016 réalisé par l’IBGE, l’organisme officiel de statistiques de l’État brésilien.

  • 3 Le GEMAA (Groupe d’Études Multidisciplinaires d’Action Affirmative) est un centre de recherches qui (...)

6Une étude du GEMAA3 sur L’image du cinéma national est assez représentative de l’absence des Noires et des Noirs dans le secteur audiovisuel brésilien. En cherchant à évaluer le contenu des films les plus regardés chaque année, entre 2002 et 2014, afin de cartographier la diversité de genre et raciale, et de comprendre le rôle que cette diversité a assumé dans les films, ce centre de recherche a trouvé les résultats suivants :

  • sur 919 acteurs et actrices recensés dans l’enquête, 71% étaient des hommes, contre 28% de femmes et 1% de personnes trans ;

  • une disproportion similaire de représentation est avérée pour la couleur de peau : blanche (65%), noire (18%), métissée (14%), non identifiée (2%) ou indigène / jaune (1%) ;

    • 4 Moratelli Gabriela e Cândido Márcia Rangel, A cara do cinema nacional (2002-2014): o perfil de gêne (...)

    de même, de l’autre côté de la caméra, l’inégalité est évidente. Dans les longs-métrages produits au cours de cette même période, 80% le sont par des réalisateurs blancs, 14% par des réalisatrices blanches, 2% par des réalisateurs noirs et 0% par des réalisatrices noires4.

7L’ANCINE, Agence nationale de cinéma, dans une étude récente réalisée par sa Superintendance d’analyse de marché sur la Diversité de genre et de race dans les films brésiliens de 2016, a confirmé les recherches du GEMAA. C’est la première étude réalisée avec ce recoupement par l’ANCINE. À partir d’un corpus de base de 142 longs-métrages commercialisés cette année-là, soient 97 fictions, 44 documentaires et une animation, l’étude a constaté que :

  • les hommes blancs ont signé la direction de 107 de ces films, soient 75,4% du total ;

  • les femmes blanches ont tourné 28 films, soient 19,7% ;

  • les réalisateurs noirs ont dirigé 3 films, soit un pourcentage infime de 2,1% ;

    • 5 NdT : Colonne d’Ancelmo Gois, Jornal O Globo, 23/01/2018.

    aucun film n’a été écrit ou tourné par une femme noire5.

  • “l’analyse a mis en évidence la prédominance des hommes blancs non seulement dans la direction, mais dans les principales fonctions de pouvoir dans le cinéma, ce qui montre que les histoires présentées sur les écrans du pays, produites par les Brésiliens, ont été principalement racontées du point de vue des hommes : 68% d’entre eux ont signé le scénario de films de fiction, 63,6% des documentaires et 100% des animations brésiliennes en 2016. Les hommes sont dominants également dans les postes de directeur de la photographie (85%) et de la direction artistique (59%).”

    • 6 ANCINE présente une étude sur la diversité de genre et de race dans le marché audiovisuel. 25/01/20 (...)

    “la participation aux castings des œuvres montre également la sous-représentation de la population noire et métisse. [...] Le pourcentage de Noirs et de Métis sur les écrans des 97 films de fiction brésiliens sortis en 2016 n’était que de 13,4%6.”

Vazante (2016) de Daniela Thomas

Vazante (2016) de Daniela Thomas
  • 7 Santos Lidia, “A telenovela brasileira: do nacionalismo à exportação”, dans Caravelle. Cahiers du m (...)
  • 8 Araujo Joelzito, A Negação do Brasil. O negro na telenovela brasileira, Ed. Senac, SP, 2001.

8Le segment audiovisuel le plus prospère au Brésil en termes de public et de rentabilité, et aussi extrêmement rentable en termes d’exportations7, a toujours été celui des feuilletons télévisés. Sur un tiers de la production des 35 premières années de son histoire, soit la période 1963-1998, étudiée dans mon livre La Négation du Brésil. Le Noir dans la telenovela brésilienne8, il n’y a aucun Noir, même comme figurant. Dans les deux autres tiers, 90% des personnages afro-brésiliens représentaient les Noirs comme destinés à être éternellement subalternes, à servir les élites et la classe moyenne blanche. Et dans les quelques rares feuilletons qui traitaient du racisme persistant de la société brésilienne, la figure salvatrice était toujours une Blanche, un stéréotype inspiré du mythe de la princesse Isabel, toujours célébrée dans notre histoire comme celle qui a signé l’abolition de l’esclavage au Brésil.

  • 9 Campos Luiz Augusto e Junior, João Feres. “Globo, a gente se vê por aqui?” Diversidade racial nas t (...)

9Dans un sondage du GEMAA9 sur les telenovelas produites entre 1985 et 2014, on a également constaté que seulement 8,8% des acteurs ou des actrices non-blancs étaient engagés dans leurs productions.

  • 10 Le sociologue Jesse de Souza s’est distingué comme l’un des plus grands critiques des interprétatio (...)

10Mais ce qui m’intéresse ici, c’est de comprendre pourquoi cette difficulté à accepter cette inégalité, à reconnaître l’importance de cette proéminence et à chercher à représenter dans leurs œuvres un pays plus proche de la réalité de sa composition raciale et culturelle persiste chez une partie significative du cinéma brésilien. Une des explications que je trouve, c’est que tous, ou presque tous les professionnels de la télévision et du cinéma au Brésil ont reçu et partagé lors de leur formation les mêmes interprétations du Brésil et qui feraient plus tard partie de leurs films. Si nous énumérons les noms des intellectuels les plus importants qui sont étudiés dans les universités brésiliennes, et qui faisaient partie de notre formation, nous trouvons à leur sommet, Gilberto Freyre, Raimundo Faoro, Fernando Henrique Cardoso et Sérgio Buarque de Holanda. Je souligne ici une partie du débat que le sociologue Jessé de Souza10 mène dans ses derniers livres, à savoir que la gauche blanche brésilienne n’a jamais construit d’interprétation alternative à la lecture libérale du Brésil, dont les penseurs de la société brésilienne mentionnés plus haut sont les grands édificateurs. Pour aucun d’entre eux, notre plus grand problème est l’inégalité sociale et raciale, et par conséquent le racisme, basé sur l’esclavage. Le patrimonialisme hérité de la colonisation portugaise serait le grand problème du Brésil ; c’est lui qui aurait produit un Brésilien éternellement bâtard, pré-moderne, émotif et corrompu.

11Nous verrons qu’il existe dans les analyses et les considérations de ces penseurs un élément commun, la compréhension que l’influence négative des inégalités et préjugés fondés sur l’esclavage, qui a duré quatre siècles, aurait fini, comme par un tour de magie, avec l’abolition de l’esclavage et l’importation massive d’immigrants blancs d’Europe. Ces derniers, censés former exclusivement notre classe ouvrière, seraient responsables pour l’émergence du capitalisme industriel brésilien et lesfondements d’un pays moderne.

Café com Canela (2017) de Ary Rosa et Glenda Nicácio

Café com Canela (2017) de Ary Rosa et Glenda Nicácio

Une abolition inachevée et une avant-garde qui continue à faire une lecture erronée du pays

12Dans une tentative de faire une synthèse large et rapide, je vais délimiter ici les aspects les plus importants de cette base théorique qui constituent une vision de ce qui caractériserait le Brésil et les Brésiliens, et qui se reflète encore, avec certaines nuances, dans nos films jusqu’à Vazante.

  • 11 Traduction de Bastide Roger, Freyre Gilberto, Maîtres et esclaves, Paris, NRF Gallimard, 1952, p. 1 (...)

13L’interprétation dominante et originale du Brésil, qui a été suivie ou critiquée par presque tous les autres intellectuels marquants du pays, a été créée par Gilberto Freyre, l’auteur du classique Maîtres et esclaves. Une interprétation qui, en synthèse, affirme que nous venons du Portugal et que nous avons une manière spécifique d’être en raison de cet héritage lusitanien. Dans sa vision romancée du colonisateur, il décrivait le Portugais comme : “Un Espagnol sans la flamme guerrière ni l’orthodoxie dramatique des conquérants du Mexique ou du Pérou; un Anglais sans la dureté du puritanisme. Le type de l’homme qui sait s’adapter. Pas de dogmes absolus, pas de préjugés inflexibles11”. De ces caractéristiques, qui seraient aussi le résultat de la formation historique métissée du Portugal, d’un long contact avec les Maures et les Juifs de la péninsule ibérique, naîtrait une colonisation bienveillante et l’aspect mou de notre esclavage. Cet ensemble d’éléments, à son tour, permettrait au Brésil un métissage basé sur des rapports consensuels, éhontés et sensuels entre le maître et l’esclave noire et indigène, une démocratie raciale sui generis.

  • 12 Traduction de Roger Bastide, Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves, Paris, NRF Gallimard, 1952, p. 2 (...)

14Dans l’ouverture du chapitre quatre du livre déjà mentionné, Maîtres et esclaves, Gilberto Freyre a écrit une phrase fondamentale qui dévoile toute la clé de sa lecture raciale du Brésil : “Tout Brésilien porte dans l’âme, et si ce n’est pas dans l’âme, c’est sur le corps […] l’ombre, ou la marque, de l’indigène ou du nègre, […]12” parce qu’il aurait été langé par une servante noire ou initié sexuellement à l’amour physique par une mulâtre, et aussi parce qu’il avait un jeune mulâtre comme un compagnon de jeu. Nous voilà sur la question du “lieu d’origine de la parole” de Gilberto Freyre. Le Brésilien de Freyre était un homme blanc, ancien seigneur ou fils d’un seigneur d’esclaves. C’est l’élément clé pour lire le cinéma brésilien aujourd’hui et tout au long de son histoire. Le Noir a toujours été l’autre, l’indésirable. On admet même que le Brésilien porte en lui “un pied dans la cuisine”, ou “en Afrique”, comme dirait Fernando Henrique Cardoso, ou la marque de l’influence noire, comme dirait Gilberto Freyre, mais il est naturellement blanc. Cette élimination de la notion d’altérité dans un pays multiracial, de minorité blanche et cette centralité du Blanc dans la perception du monde, font donc partie des paradigmes fondamentaux qui ont constitué le cinéma brésilien et ses auteurs.

  • 13 Azevedo Célia Maria Marinho, Onda Negra. Medo Branco. O negro no imaginário das elites. Séc. XIX, P (...)

15Pour la fraction la plus à gauche des cinéastes brésiliens, la lecture et la pensée de Florestan Fernandes, qui fut pratiquement le premier critique de l’idée de la démocratie raciale brésilienne, en particulier avec son étude L’intégration des Noirs dans la société de classes, a également été déterminante. Dans ce livre et dans d’autres écrits, malgré le fait de comprendre et de révéler que la société brésilienne est profondément raciste, il accentue une interprétation erronée de la participation du segment noir dans l’histoire nationale après l’abolition de l’esclavage, interprétation qui demeure dans la tête de nombreuses personnes. Nous apprenons selon la vision progressiste de Florestan que la situation de subalternité et d’exploitation subie par les Noirs dans la société brésilienne durant la période post-esclavagiste, basée sur le travail libre, est venue de l’expérience déformante de l’esclavage qui a créé une “masse brisée, inerte, inculte”, et a fait de l’élément noir un être paresseux, incapable de rivaliser avec les immigrants blancs dans une société nouvelle, moderne, industrielle et de classe. En d’autres termes, des êtres incapables de participer en tant que citoyens libres à l’émergence et à l’expansion d’un capitalisme dépendant, dès lors qu’ils étaient formés pour travailler dans une société de castes en voie d’extinction. Pour le Noir, seul subsistait le rôle d’être un “élément résiduel du système social”, une grande “masse en marge de la vie sociale organisée et de tout espoir, (qui) succombe à sa propre inertie”. Cette lecture de la condition noire dans la période post-abolition se retrouve chez Florestan Fernandes, et elle a également été adoptée par l’intelligentsia progressiste comme Octavio Ianni et jusqu’à Celso Furtado dans sa “Formation économique du Brésil13”.

16Comment ne pas croire que le manque de mobilisation et d’indignation de nos cinéastes les plus à gauche pour inclure dans leur agenda politique notre racisme quotidien et l’extermination des jeunes Noirs dans les périphéries, fruit d’une authentique politique de génocide, ne découle pas de ces lectures ?

Café com Canela (2017) de Ary Rosa e Glenda Nicácio

Café com Canela (2017) de Ary Rosa e Glenda Nicácio

Prééminence noire. Un coup de tonnerre dans le ciel bleu ?

17L’année 2017 a été particulièrement remarquable si l’on considère les prix reçus par les Noirs. Certains films, cinéastes, acteurs et actrices ont été récompensés à plusieurs reprises dans divers festivals du pays. Le festival de Brasília a inauguré le cycle des prix et de reconnaissance du long-métrage de fiction Café à la cannelle, dirigé par le jeune noir Glenda Nicácio en partenariat avec Ary Rosa, qui ont reçu le prix du jury populaire pour le meilleur film et le prix de la meilleure actrice et du meilleur scénario par le jury officiel. De même, les courts-métrages des réalisateurs et réalisatrices noirs Nada, Peripatético, Chico et Deus é uma mulher negra ont également été récompensés à plusieurs reprises à Brasilia et dans d’autres festivals du pays. Un groupe important de nouvelles actrices et acteurs noirs a émergé dans cette nouvelle vague. Et surtout, le cinéma a reconnu le pouvoir de l’actrice et dramaturge Grace Passô, déjà reconnue au théâtre, qui a remporté le prix de la meilleure actrice au Festival de Rio, pour son rôle dans le film Praça Paris.

18Mais le festival qui a le plus témoigné de l’existence d’un nouveau moment dans l’histoire du cinéma brésilien, avec l’émergence d’une véritable vague de cinéma noir, a été le festival Rencontre du Cinéma Noir, Brésil, Afrique et Caraïbes, créé par l’acteur emblématique Zózimo Bulbul, qui a célébré ses 10 ans d’existence en 2017. Dans cette dernière édition du festival, qui préfère s’intituler Rencontre, on a compté la participation de 65 films réalisés par des Noires et des Noirs brésiliens, dont trois longs-métrages. Une croissance de cent pour cent, par rapport à son édition précédente, qui a présenté 33 films réalisés par des Afro-Brésiliens. Progressivement, la Rencontre cesse d’être un festival marqué par la projection de films internationaux pour avoir comme point d’orgue les sorties nationales. Mais, il a également été démontré qu’un nombre croissant de jeunes produisait leurs films de manière indépendante, sans compter sur le soutien des financements publics ou privés. Le désir de faire, et une sorte d’urgence historique, a mobilisé des individus et des groupes dans toutes les régions du pays et une production intense et a abouti à un nombre record d’inscriptions dans le processus de sélection de ce festival : 110 courts, moyens et longs-métrages.

  • 14 Vieira Isabela, Percentual de negros em universidades dobra mas é inferior ao de brancos : http://a (...)

19Mais d’où viennent les fondations de cette explosion de cinéastes noirs, alors que jusqu’à récemment nous étions peu nombreux, et qu’on pouvait nous compter sur les doigts des deux mains ? Une autre micro-révolution dans la société brésilienne a collaboré à l’émergence d’acteurs sociaux noirs dans le cinéma, la télévision, le théâtre et les réseaux sociaux. Le berceau se trouve certainement dans les milliers de nouveaux professionnels qui ont eu accès aux universités brésiliennes avec l’approbation des quotas pour les étudiants noirs. Au cours de ses dix premières années, le pourcentage de Noirs a presque doublé dans l’université brésilienne. “En 2005, un an après la mise en œuvre des actions d’affirmation positive, telles que les quotas, seuls 5,5% des jeunes Noirs et métis de la classification IBGE [...] fréquentaient une faculté. En 2015, 12,8% des Noirs âgés de 18 à 24 ans ont atteint le niveau supérieur. [...] Cependant, comparé aux Blancs, le nombre est inférieur à la moitié des jeunes Blancs ayant la même opportunité14.” Pour comprendre cette augmentation de pourcentage en chiffres, en seulement trois ans, de 2013 à 2015, le chiffre significatif de 150 000 nouveaux étudiants noirs est entré dans les universités brésiliennes.

  • 15 Oliveira Lima Marcus Eugênio, Da Costa Neves Paulo Sérgio e Bacellar e Silva, “A implantação de cot (...)

20Tout comme au cinéma, l’augmentation exponentielle des Noirs dans les universités ne s’est pas faite sans une énorme résistance de la part des intellectuels, y compris ceux qui se considèrent progressistes ou de gauche15. Rappelons ici que les grands médias brésiliens ont également joué un rôle prépondérant dans la valorisation de cette résistance. Comme tactique pour empêcher la croissance des universités qui approuveraient les quotas, ces médias ont pratiquement ignoré les intellectuels et les artistes noirs, et l’existence d’une opinion ou de réflexions parmi les leaders noirs sur le sujet. Surtout ceux qui ont formulé la politique des quotas et la loi des directives pour l’enseignement des relations ethnico-raciales. Ils étaient pratiquement absents des pages de discussion des principaux journaux ou des invités aux émissions de télévision spécifiques sur le sujet. Pour les combattre, les médias dominants utilisent régulièrement la vision contraire aux figures fondamentales de l’intelligentsia et du monde artistique blanc pour délégitimer le discours et la revendication des Noirs. Et dans ce contexte, pour les rares qui ont passé outre le blocus, le terme de “militants” a ostensiblement été utilisé pour démontrer à quel point leurs opinions étaient non pertinentes ou partiales dans un débat si important pour l’avenir de l’université brésilienne.

21Je crois que nous avons ici une vue d’ensemble pour comprendre la gravité de la réutilisation dans la polémique sur Vazante de la qualification de l’opinion des Noires et des Noirs comme “erronée, rancunière et militante.” Nous sommes arrivés à un point de mutation, ou à une limite, où le monde du cinéma ne peut plus ignorer que 90% de la production cinématographique actuelle continue d’être menée par des Blanches et des Blancs, avec une préférence pour les acteurs et actrices blancs. Par conséquent, traiter de l’esclavage, une période de l’histoire du Brésil qui marque nos vies jusqu’à ce jour, seulement à partir du point de vue de la “maison du maître”, continue de rester un véritable malentendu. L’origine du lieu de parole, le lieu d’origine de la construction narrative du cinéma brésilien, continuera d’être complice de notre racisme quotidien si elle n’exprime que le point de vue du Brésilien blanc défini par Gilberto Freyre. Nous continuerons à nous comporter comme des bâtards et des colonisés si les Noirs continuent d’être traités comme une minorité, comme la populace indésirable qui ne connaît pas sa place et/ou comme les perturbateurs de la marche irréversible du blanchiment.

22Concernant les critiques que les hommes et les femmes noirs ont reçues parce qu’ils ont été la source des questionnements lors du Festival du Film de Brasilia, une cinéaste qui se démarque dans cette nouvelle génération, Viviane Ferreira, traduit très bien la perplexité de toute cette histoire : “Notre présence minimale dérange plus que notre absence historique dans ces espaces”.

Haut de page

Notes

1 NdT : Vazante, film de Daniela Thomas, Brésil, 2017, avec Sandra Corveloni, Juliana Carneiro da Cunha, Vinicius dos Anjos. Syn. : En 1821 au Brésil, un marchand d’esclaves veuf épouse la nièce de son épouse défunte. Mais ses affaires l’obligent à être très souvent en voyage, laissant sa nouvelle femme seule au milieu des esclaves.

2 PNAD-C Distribuição da população por cor e raça de 2016. Ver: https://agenciadenoticias.ibge.gov.br/agencia-noticias/2012-agencia-de-noticias/noticias/18282-pnad-c-moradores.html

3 Le GEMAA (Groupe d’Études Multidisciplinaires d’Action Affirmative) est un centre de recherches qui a son siège à l’IESP-UERJ, créé en 2008 avec l’objectif de mener des études sur l’action affirmative à partir d’une variété d’approches méthodologiques.

4 Moratelli Gabriela e Cândido Márcia Rangel, A cara do cinema nacional (2002-2014): o perfil de gênero e cor dos atores, diretores e roteiristas dos filmes brasileiros, Coordenação de Verônica Toste e João Feres Junior. GEMAA-IESP-UERJ, Rio de Janeiro, 2016. Disponible sur http://gemaa.iesp.uerj.br/infografico/ infografico1/

5 NdT : Colonne d’Ancelmo Gois, Jornal O Globo, 23/01/2018.

6 ANCINE présente une étude sur la diversité de genre et de race dans le marché audiovisuel. 25/01/2018. https://www.ancine.gov.br/pt-br/sala-imprensa/noticias/ancine-apresenta-estudo-sobre-diversidade-de-g-nero-e-ra-no-mercado

7 Santos Lidia, “A telenovela brasileira: do nacionalismo à exportação”, dans Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 2000, n. 75, p. 137-150. Thématique : Nouveaux Brésils – Fin de siècle.

8 Araujo Joelzito, A Negação do Brasil. O negro na telenovela brasileira, Ed. Senac, SP, 2001.

9 Campos Luiz Augusto e Junior, João Feres. “Globo, a gente se vê por aqui?” Diversidade racial nas telenovelas das últimas três décadas (1985-2014). Plural Revista de Ciências Sociais. V. 23, n. 1. São Paulo: Universidade de São Paulo, 2016. Disponible sur http://www.revistas.usp.br/plural/article/view/118380/115938

10 Le sociologue Jesse de Souza s’est distingué comme l’un des plus grands critiques des interprétations classiques du Brésil créées à partir des années 1930. Ses livres les plus connus sont : A Elite do Atraso: da escravidão ao Lava-jato (2017) ; A Tolice da inteligência Brasileira (2015) ; A ralé brasileira: quem é e como vive (2009).

11 Traduction de Bastide Roger, Freyre Gilberto, Maîtres et esclaves, Paris, NRF Gallimard, 1952, p. 180. Freyre Gilberto, Casa-grande & senzala: formação da família brasileira sob o regime de economia patriarcal. Lisboa: Edição Livros do Brasil, 1933/1983, p.191. 

12 Traduction de Roger Bastide, Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves, Paris, NRF Gallimard, 1952, p. 261. Freyre, Gilberto. Casa-grande & senzala: formação da família brasileira sob o regime de economia patriarcal. Rio de Janeiro: Livraria José Olympio Editora. 8a edição, 2o volume. 1954. p.489.

13 Azevedo Célia Maria Marinho, Onda Negra. Medo Branco. O negro no imaginário das elites. Séc. XIX, Paz e Terra, São Paulo, 1987. Jornal Universitario, Porto Alegre, RS, p. 19-23.

14 Vieira Isabela, Percentual de negros em universidades dobra mas é inferior ao de brancos : http://agenciabrasil.ebc.com.br/educacao/noticia/2016-12/percentual-de-negros-em-universidades-dobra-mas-e-inferior-ao-de-brancos.

15 Oliveira Lima Marcus Eugênio, Da Costa Neves Paulo Sérgio e Bacellar e Silva, “A implantação de cotas na universidade: paternalismo e ameaça à posição dos grupos dominantes”, em Revista Brasileira de Educação, v. 19, n. 56, jan.-mar. 2014. http://www.scielo.br/pdf/rbedu/v19n56/v19n 56a08.pdf.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Vazante (2016) de Daniela Thomas
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Café com Canela (2017) de Ary Rosa et Glenda Nicácio
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Café com Canela (2017) de Ary Rosa e Glenda Nicácio
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joel Zito Araújo, « Les tensions créées par l’arrivée progressive des Noirs dans le cinéma brésilien des 30 dernières années », Cinémas d’Amérique latine, 26 | 2018, 92-101.

Référence électronique

Joel Zito Araújo, « Les tensions créées par l’arrivée progressive des Noirs dans le cinéma brésilien des 30 dernières années », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/4314 ; DOI : 10.4000/cinelatino.4314

Haut de page

Auteur

Joel Zito Araújo

Connu pour thématiser les Noirs dans la société brésilienne, son travail comprend le livre et le film documentaire La Négation du Brésil, meilleur film brésilien du festival E tudo Verdade 2001, le long-métrage de fiction Les Filles de vent (2004), lauréat du Festival Tiradentes et gagnant de 8 Kikitos au Festival Gramado, les documentaires Cendrillons, Loups et un Prince Charmant (2009) et RACE (2013). Joel Zito Araújo a obtenu son doctorat en sciences de la communication à l’ECA/ USP et son post-doctorat au département Radio, télévision et cinéma à l’Université du Texas, Austin, États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals