Navigation – Plan du site

Renouveau du cinéma colombien depuis les années 2000, par le prisme de sa diffusion française

Cédric Lépine et Marie-Françoise Govin
p. 110-117
Traduction(s) :
El cine colombiano desde los años 2000 visto a través de la difusión francesa [es]

Résumés

La production du cinéma colombien connaît une effervescence notable depuis les années 2000, grâce en grande partie au soutien gouvernemental. Les circuits des festivals, aussi bien en Colombie qu’à l’étranger, donnent une visibilité et une notoriété de plus en plus grandes aux nouveaux auteurs. Il ne leur reste plus qu'à conquérir le public colombien.

Haut de page

Texte intégral

Siembra d’Ángela Osorio et Santiago Lozano (2015)

Siembra d’Ángela Osorio et Santiago Lozano (2015)

1Comme d’autres pays d’Amérique latine, la Colombie a connu une véritable effervescence au cours des années 2000. La Loi 814 de 2003, plus connue sous le nom de Loi du Cinéma a introduit des incitations fiscales et créé un fonds pour le Développement Cinématographique (FDC), régi par Proimágenes, qui s’alimente d’une taxe prélevée sur les entrées cinéma. Ces mesures ont permis d’intensifier la production des longs-métrages colombiens, passant de moins de 5 par an de 1995 à 2003 à une moyenne de 10 longs-métrages annuels entre 2005 et 2010, jusqu’à 22 en 2012 et le record de 36 films produits en 2015.

2La Colombie possède aujourd’hui la troisième industrie cinématographique d’Amérique latine. Le nombre d’écrans est passé de 300 en 2004 à 900 en 2016 (dont 98 % sont équipés pour des projections numériques. Ce développement du parc d’écrans, ajouté à un nombre croissant de sorties nationales et un prix du billet d’entrée parmi les moins chers du continent, ont permis d’atteindre le chiffre record de 58,8 millions de spectateurs l’année passée.

3Depuis l’entrée en vigueur de la Loi du Cinéma en 2003 jusqu’au mois d’avril 2016, 210 longs-métrages colombiens sont sortis dans les salles du pays. Il reste que malgré tous ces efforts, la part de marché des films nationaux est encore trop faible et qu’un long chemin reste à parcourir, notamment dans les domaines de la distribution, de l’exploitation et de la formation des publics.

4Pourtant, l’usage de nouvelles technologies, qui diminuent à la fois les frais de production et la lourdeur des tournages, favorise l’arrivée d’une nouvelle génération de cinéastes. Avides d’expérimenter leurs propres conceptions du cinéma, ils n’ont pas à souffrir de la nostalgie et de la perte de repères d’une ancienne génération habituée à l’argentique. Adapté à la nouvelle situation, le cinéaste Luis Ospina continue, lui, inlassablement, quel que soit le contexte économique, à réaliser des films, notamment Soplo de vida (1999) film de fiction sorti en 2005 en France, suivi de trois documentaires La desazón suprema : Retrato incesante de Fernando Vallejo (2003), Un tigre de papel (2008), Todo comenzó por el fin (2015) qui font les belles heures des festivals internationaux. Pendant ce temps en France notamment, la Colombie est connue à travers le regard de cinéastes étrangers : La Vierge des tueurs de Barbet Schroeder (France, 2000), adapté d’un ouvrage de Fernando Vallejo ou encore Maria pleine de grâce de Joshua Marston (USA, 2004), Rosario d’Emilio Maille (Mexique, 2005), adapté du livre Rosario tijeras de Jorge Franco, trois longs-métrages sortis dans les salles françaises. La seule exception est Perdre est une question de méthode (Perder es cuestión de método) de Sergio Cabrera (2004) adapté du livre du même nom de Santiago Gamboa qui a rencontré un relatif succès avec ses 20 111 spectateurs français.

Soplo de vida (1999), de Luis Ospina

Soplo de vida (1999), de Luis Ospina

La desazón suprema: retrato de Fernando Vallejo (2003), de Luis Ospina

La desazón suprema: retrato de Fernando Vallejo (2003), de Luis Ospina

Todo comenzó por el fin (2015), de Luis Ospina

Todo comenzó por el fin (2015), de Luis Ospina

La Vierge des tueurs (France, 2000), de Barbet Schroeder

La Vierge des tueurs (France, 2000), de Barbet Schroeder

Maria pleine de grâce (USA, 2004), de Joshua Marston

Maria pleine de grâce (USA, 2004), de Joshua Marston

5La même année Ciro Guerra réalise son premier long-métrage L’Ombre de Bogota (La sombra del caminante, 2005) d’après un scénario personnel. C’est là le début d’un cinéma qui ne se contente plus d’adapter des œuvres littéraires à succès, mais qui privilégie le développement de la forme cinématographique la plus appropriée pour rencontrer le sujet choisi. Les budgets de production de ces nouvelles propositions cinématographiques sont bien plus modestes que leurs prédécesseurs. Bénéficiant du circuit des festivals, les réalisateurs de la nouvelle génération née dans les années 1980 usent de ce tremplin pour se faire connaître à l’étranger autant du public que des professionnels, ce qui peut leur permettre de coproduire leurs projets à venir. Les Couleurs de la montagne (Los Colores de la montaña) de Carlos César Arbeláez (2010) a ainsi bénéficié d’une première internationale au festival San Sebastián après avoir participé au programme d’aide destiné aux films en post-production Cinéma en Construction. Les références de cette nouvelle génération de cinéastes ne sont plus exclusivement colombiennes mais s’intègrent dans une dimension internationale.

Rosario (Mexique, 2005), d’Emilio Maille

Rosario (Mexique, 2005), d’Emilio Maille

La sombra del caminante (L’Ombre de Bogota, 2005), de Ciro Guerra

La sombra del caminante (L’Ombre de Bogota, 2005), de Ciro Guerra

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez

Paraiso Travel (2008), de Simón Brand

Paraiso Travel (2008), de Simón Brand

6Alors que la production de longs-métrages ne cesse de croître au cours de ces années, le box-office en Colombie est resté entre les mains exclusives des blockbusters nord-américains, de 2007 à 2015. Il n’y a qu’une seule exception à cela : Paraiso Travel de Simón Brand en 2008 réussit l’exploit rare de se placer en deuxième position dans la liste des films qui ont réalisé le plus grand nombre d’entrées dans les salles colombiennes. De nouveaux auteurs de la sphère du cinéma colombien émergent et affirment avec force leur identité dans les festivals du monde entier, mais peinent encore à rencontrer leur public national. Cependant, en Colombie, les festivals font florès : festivals internationaux comme celui de Bogotá, de Cartagena ou de Cali, festivals de documentaires, de films anthropologiques, de courts-métrages, de films d’animation et beaucoup d’autres. Ces espaces de diffusion font le plus souvent la part belle ou réservent de larges sections aux productions nationales. Ainsi sont mis en avant des films qui, souvent, passeraient inaperçus dans des salles en très grande partie envahies par le cinéma étasunien.

7Dans la première moitié de la décennie 2010 apparaissent encore de nouveaux cinéastes qui proposent dès leur premier long-métrage un nouveau rapport au temps grâce à une direction de la photographie subtile et un sens du montage qui reprend les leçons des grands maîtres de l’histoire du cinéma, tel Andreï Tarkovski pour William Vega dans La Sirga.

8Le cinéaste traite un lieu, un territoire, comme un refuge en marge du réel avec un décor concrétisant une réalité sordide mais inévitable, que la caméra observe comme dans un rêve. C’est un lieu de l’étrange et loin des lois du monde.

9C’est ainsi que s’affirment les films réalisés et produits par Óscar Ruiz Navia avec sa société Contravía Films basée à Cali. Les longs-métrages produits par cette société auront tous un parcours notable et inoubliable dans les festivals internationaux : La Barra (El vuelco del cancrejo) d’Óscar Ruiz Navia (2011), La Sirga de William Vega (2013), Los hongos d’Óscar Ruiz Navia (2013), Siembra d’Ángela Osorio et Santiago Lozano (2015). Les liens sont multiples entre ces cinéastes, comme l’explique Ángela Osorio : “Nous avons un passé commun et une démarche proche avec William Vega, Óscar Ruiz Navia, César Augusto Acevedo. Nous avons fait les mêmes études, dans la même université ; on peut supposer que nous avons vu plus ou moins les mêmes références, et nous avons même partagé une série d’expériences bien qu’il y ait des différences bien sûr. En termes de goût, chacun a développé sa propre esthétique et sa propre forme narrative.”

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2011), d’Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2011), d’Óscar Ruiz Navia

La Sirga (2013), de William Vega

La Sirga (2013), de William Vega

Los Hongos (2013), d’Óscar Ruiz Navia

Los Hongos (2013), d’Óscar Ruiz Navia

Siembra (2015), d’Ángela Osorio et Santiago Lozano

Siembra (2015), d’Ángela Osorio et Santiago Lozano

10En outre, certains films font des communautés afro-colombiennes les protagonistes des histoires alors qu’elles étaient jusqu’ici quasi invisibles dans le cinéma national. C’est le cas de Juan Andrés Arango García dans son premier long La Playa DC ainsi que dans Chocó produit, réalisé et écrit par Johnny Hendrix Hinestroza, et dans La Barra (El vuelco del cangrejo) d’Óscar Ruiz Navia. On voit au fil des films que ce nouveau cinéma d’auteur colombien n’est possible qu’avec des réalisateurs qui sont également leurs propres producteurs.

11Le cinéma d’animation colombien n’est pas non plus en reste avec Les Petites voix (Pequeñas voces) d’Adela Manotas et Jairo Eduardo Carillo (2012) qui associe la préoccupation documentaire afin de témoigner de la réalité des enfants-soldats embrigadés de force dans les forces armées clandestines. Sous un autre ton Gordo, calvo y bajito de Carlos Osuna est un film d’animation intimiste et psychologique qui montre que l’animation peut aussi être destinée au public adulte.

12Le documentaire, qu’il s’agisse des films de Luis Ospina, ou de María Isabel Ospina avec Ça tourne à Villapaz, est constamment réinterrogé comme genre, allant du faux documentaire pour le premier au faux making off d’un film de série B pour la seconde. Il sert également à une démarche d’investigation journalistique de sujets de société éminemment contemporains chez Juan José Lozano (Impunity et Témoin indésirable coréalisés avec Hollman Morris).

13La Terre et l’ombre (La tierra y la sombra), premier long-métrage de César Augusto Acevedo, marque durablement le milieu des festivals internationaux aussi bien que la rencontre avec le public, notamment français. En effet, ce film a remporté plusieurs prix au festival de Cannes 2015 dont la Caméra d’Or et fut suivi d’un notable succès public avec plus de 38 254 spectateurs dans les salles de cinéma en France après 13 semaines d’exploitation, alors que le film ne fait preuve d’aucune concession du côté de son exigence esthétique.

14Pour terminer avec cette brève présentation du nouveau cinéma colombien, L’Étreinte du serpent (El abrazo de la serpiente), troisième long-métrage de Ciro Guerra, est le témoignage le plus prometteur actuel du cinéma colombien. C’est le film de la maturité qui réunit en une brillante symbiose le sujet qu’est la découverte du monde méconnu des cultures amazoniennes colombiennes avec une forme esthétique et un sens du récit ambitieux.

La Playa DC (2013), de Juan Andrés Arango García

La Playa DC (2013), de Juan Andrés Arango García

Pequeñas voces (Les Petites voix 2012), d’Adela Manotas et Jairo Eduardo Carillo

Pequeñas voces (Les Petites voix 2012), d’Adela Manotas et Jairo Eduardo Carillo

Gordo, calvo y bajito (2012), de Carlos Osuna

Gordo, calvo y bajito (2012), de Carlos Osuna

Hecho en Villapaz (Ça tourne à Villapaz, 2014), María Isabel Ospina

Hecho en Villapaz (Ça tourne à Villapaz, 2014), María Isabel Ospina

La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre 2015), de César Augusto Acevedo

La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre 2015), de César Augusto Acevedo

El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

Los Nadie (2016), de Juan Sebastián Mesa

Los Nadie (2016), de Juan Sebastián Mesa

15Dans un très beau noir et blanc, le film a également rencontré un succès critique et public avec plus de 100 000 spectateurs dans les salles françaises. Pour poursuivre dans cet élan, de nouveaux cinéastes continuent à se manifester avec de véritables propositions esthétiques, pour Los Nadie de Juan Sebastián Mesa ou encore Días extraños de Juan Sebastián Quebrada tourné en Argentine.

16Si le nouveau cinéma colombien a encore du mal à s’affirmer nationalement dans les salles, les cinéastes ont réussi à défendre leur sens esthétique tout autant que les sujets qui leur sont chers. C’est pourquoi, associé à un circuit international où les festivals ont leur rôle à jouer, le cinéma d’auteur colombien a de beaux jours devant lui tant qu’il pourra trouver ses meilleures stratégies de production. Il lui reste encore à trouver sa place dans les salles en Colombie où le soutien gouvernemental d’aide à la distribution des films nationaux tarde à venir.

Días extraños (2016), de Juan Sebastián Quebrada

Días extraños (2016), de Juan Sebastián Quebrada
Haut de page

Table des illustrations

Titre Siembra d’Ángela Osorio et Santiago Lozano (2015)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Soplo de vida (1999), de Luis Ospina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre La desazón suprema: retrato de Fernando Vallejo (2003), de Luis Ospina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Todo comenzó por el fin (2015), de Luis Ospina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre La Vierge des tueurs (France, 2000), de Barbet Schroeder
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Maria pleine de grâce (USA, 2004), de Joshua Marston
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Rosario (Mexique, 2005), d’Emilio Maille
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre La sombra del caminante (L’Ombre de Bogota, 2005), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Paraiso Travel (2008), de Simón Brand
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre El vuelco del cangrejo (La Barra, 2011), d’Óscar Ruiz Navia
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre La Sirga (2013), de William Vega
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Los Hongos (2013), d’Óscar Ruiz Navia
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Siembra (2015), d’Ángela Osorio et Santiago Lozano
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre La Playa DC (2013), de Juan Andrés Arango García
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Pequeñas voces (Les Petites voix 2012), d’Adela Manotas et Jairo Eduardo Carillo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Gordo, calvo y bajito (2012), de Carlos Osuna
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Hecho en Villapaz (Ça tourne à Villapaz, 2014), María Isabel Ospina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre 2015), de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Los Nadie (2016), de Juan Sebastián Mesa
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Días extraños (2016), de Juan Sebastián Quebrada
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4652/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Lépine et Marie-Françoise Govin, « Renouveau du cinéma colombien depuis les années 2000, par le prisme de sa diffusion française », Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 110-117.

Référence électronique

Cédric Lépine et Marie-Françoise Govin, « Renouveau du cinéma colombien depuis les années 2000, par le prisme de sa diffusion française », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/4652 ; DOI : 10.4000/cinelatino.4652

Haut de page

Auteurs

Cédric Lépine

Cédric Lépine est diplômé à l’Université de Reims en histoire et à Paris VII Denis Diderot en anthropologie. Critique de cinéma pour des revues et des sites Internet (Médiapart, Les Fiches du Cinéma, Micmag), correspondant en France de la revue en ligne et en espagnol LatAm Cinema dédiée à l'actualité de l’industrie cinématographique en Amérique latine, collaborateur des festivals Cinélatino, Rencontres de Toulouse, de Viva Mexico et du Panorama des Cinémas du Monde Arabe et du Moyen-Orient (PCMMO).

Articles du même auteur

Marie-Françoise Govin

Marie-Françoise Govin collabore à l’ARCALT depuis 2012, essentiellement pendant le festival annuel Cinélatino. En temps que bénévole, elle coordonne La Película, le quotidien du festival, et y rédige des chroniques. Elle réalise aussi des entretiens avec des réalisateurs invités, qu’elle restitue en contribuant au blog Cinélatino sur Médiapart. Dans le cadre des actions de l’ARCALT en région, elle a développé plusieurs présentations du cinéma colombien lors de journées ou de soirées organisées autour du cinéma latino-américain dans les salles de cinéma.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals