Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Nouveau Cinéma Colombien : le(s) ...

Nouveau Cinéma Colombien : le(s) nouveau(x), l’authentique et le facteur Proimágenes

Minerva Campos
p. 118-133
Cet article est une traduction de :
Nuevo cine colombiano: lo(s) nuevo(s), lo auténtico y el factor Proimágenes [es]

Résumés

Au tournant du siècle, plusieurs cinémas nationaux d’Amérique latine ont commencé à être qualifiés de nouveaux cinémas, suite à l’apparition de nouveaux réalisateurs, thèmes, esthétiques et discours dans leurs filmographies. Dans le cas de la Colombie, il faut en plus prendre en compte ce phénomène dans le cadre de la consolidation du projet Proimágenes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol par les étudiant-es de Master 2 du Cetim de l’Université Jean Jaurès de Toulouse : Marie Aigron, Sandrine Fournié, Sergio Gómez, Alondra González Figueroa, Ivon Lara, Melissa Mlocik, Camila Novellino, Baptiste Pattyn, Yasmine Seddiki, Annabelle Terret

Texte intégral

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez

1Depuis l’année 2000, l’académie et la critique cinématographique ont identifié un certain nombre de nouveaux cinémas en Amérique latine, portant une attention particulière aux productions les plus diffusées au niveau international. Ces travaux désignent comme point d’inflexion l’émergence de nouvelles esthétiques, thèmes, personnages, protagonistes et lieux, ainsi que la contemporanéité d’une grande partie des histoires et l’intégration de nouveaux réalisateurs à ces cinématographies nationales. Après le Nouveau Cinéma Argentin qui a vu le jour en 1999, année de la première édition du BAFICI, et le succès de films comme Mundo grúa (Pablo Trapero) et Silvia Prieto (Martín Rejtman), et le tout nouveau cinéma chilien, défini comme tel à partir de la douzième édition du FICValdivia célébrée en 2005, on trouve d’autres tout nouveaux cinémas dans la région. En effet, il existe également des références aux nouveaux cinémas dans les filmographies nationales du Mexique, du Brésil, de l’Uruguay et de la Colombie. Les nouveaux réalisateurs, les nouveaux thèmes et les nouveaux centres d’intérêt nous permettent de voir en eux un phénomène transnational. Cependant, en plus des éléments évoqués ci-dessus, ces nouveaux cinémas ont en commun des formules de financement qui incluent des aides nationales et internationales ainsi qu’un circuit de diffusion et une reconnaissance particulière : celle des festivals internationaux de cinéma (principalement européens). Même si l’on peut également repérer de nouveaux signes dans les films documentaires ou d’animation, nous faisons référence dans ce travail aux longs-métrages de fiction.

2Jusqu’à présent, c’est l’hypothèse d’un Nouveau Cinéma colombien qui a été la plus timidement développée. Cependant, le succès international de certaines de ses productions les plus récentes, comme La tierra y la sombra (La Terre et l’ombre, César Augusto Acevedo, 2015), programmée lors de la Semaine de la critique du Festival de Cannes où elle a gagné la Caméra d’or, et El abrazo de la serpiente (L’Étreinte du serpent, Ciro Guerra, 2015), qui a participé à la Quinzaine des Réalisateurs et a été nommée aux Oscars dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère, nous pousse à réfléchir et à dire que 2003 représente un tournant dans la cinématographie colombienne. Cette année coïncide avec les débuts du programme de développement Proimágenes. Nous verrons comment, à partir de cette date, une série de thématiques, formules et réalisateurs habituels sont présents dans les films qui se sont constitués comme les canons de ce Nouveau Cinéma colombien dans les circuits internationaux.

Juan Andrés Arango

Juan Andrés Arango

César Augusto Acevedo

César Augusto Acevedo

Carlos César Arbeláez

Carlos César Arbeláez

Les nouveaux réalisateurs et le nouveau dans le cinéma colombien

3La production cinématographique en Colombie a augmenté et s’est stabilisée depuis le début des années 2000. Avec le grand retentissement des films récents dans le contexte international, nous pouvons dire qu’aujourd’hui le cinéma colombien se porte très bien.

4Seule une partie de la production nationale est diffusée chaque année sur les écrans commerciaux de la Colombie. Elle bénéficie d’une distribution internationale, elle est projetée et récompensée dans les festivals et à l’étranger, ce qui lui permet de recevoir, en même temps, une large attention critique et médiatique. Les oeuvres qui accèdent à cette diffusion sont celles qui sont définies et ont été qualifiées par quelques auteurs (même timidement) de Nouveau Cinéma colombien. Il s’agit de films emblématiques tels que : El vuelco del cangrejo (La Barra, Óscar Ruiz Navía, 2009), La Playa DC (Juan Andrés Arango, 2012) et d’autres plus récents comme La tierra y la sombra et El abrazo de la serpiente.

5Pour le désigner comme Nouveau Cinéma, nous considérons trois aspects fondamentaux : l’apparition de politiques nationales de développement qui facilitent la production ainsi que l’inclusion de ces projets dans des circuits de soutien internationaux (des politiques culturelles et extérieures de gouvernements étrangers et, fondamentalement, des programmes de subventions créés par des festivals de cinéma européens) ; sa légitimation et sa diffusion sur le circuit international des festivals ; et l’apparition de thèmes, d’histoires, de récits et d’éléments communs aux films produits dans ce contexte. Ainsi, nous pouvons citer de nombreux films qui, en plus d’être appuyés par Proimágenes, ont également reçu l’attention et les subventions de fonds de financement de festivals étrangers et qui présentent certaines caractéristiques communes. En outre, nous avons constaté que la plupart des films de ce Nouveau Cinéma colombien sont signés par des réalisateurs qui ont débuté à partir de 2003.

6Ainsi, pouvons-nous mentionner, comme réalisateurs du Nouveau Cinéma, Carlos Moreno (Perro come perro, 2008 ; Todos tus muertos, 2011), Óscar Ruíz Navía (El vuelco del cangrejo, 2009 ; Los Hongos, 2014), Rubén Mendoza (La sociedad del semáforo, 2010), Carlos César Arbeláez (Los colores de la montaña, Les Couleurs de la montagne, 2010), William Vega (La Sirga, 2012), Juan Andrés Arango (La Playa DC, 2012) César Augusto Acevedo (La tierra y la sombra, 2015), et Ciro Guerra, qui est certainement le plus reconnu aujourd’hui (La sombra del caminante, 2004 ; Los viajes del viento - Les Voyages du vent, 2009 ; El abrazo de la serpiente , 2015). Ce sont ces réalisateurs et ces films que les festivals internationaux ont reconnu en raison de leur appartenance au Nouveau cinéma colombien.

La sociedad del semáforo (2010), de Rubén Mendoza

La sociedad del semáforo (2010), de Rubén Mendoza
  • 1 Zuluaga Pedro Adrián, “Cine colombiano: las garras de oro del canon”, Mediaciones, n. 14, 2015, p.  (...)

7Trois éléments du cinéma colombien ont attiré notre attention à propos de cet espace de circulation et de légitimation internationale : l’espace rural comme territoire de conflit ; des films dans lesquels la violence est constante et implicite mais hors-champ ; ainsi qu’un rythme et un caractère contemplatifs, fréquents dans les productions associées à l’imaginaire du cinéma de festival et d’auteur le plus contemporain. Des auteurs tels que Pedro Adrián Zuluaga et María Luna remarquent un retour au rural dans les films colombiens récents. Certains films qu’ils citent sont Los colores de la montaña ou La tierra y la sombra. El abrazo de la serpiente, dernier film de Ciro Guerra, est particulièrement intéressant parce qu’il montre l’Amazonie au début et milieu du XXe siècle et suit deux explorateurs réalisant le même parcours et transitant dans les mêmes espaces et communautés. Carlos de Oro et Iris Klotz, pour leur part, évoquent des histoires qui se déroulent sur la côte pacifique, ce qui est peu habituel dans le cinéma national, comme dans El vuelco del cangrejo et Chocó (Johnny Hendrix, 2012)1. Mais il y a aussi des exceptions dans les thématiques du Nouveau Cinéma de Colombie, des films dont les histoires se déroulent dans un contexte urbain, précisément à Bogotá. C’est le cas de La sociedad del semáforo et de Karen llora en un bus (Karen pleure dans un bus, Gabriel Rojas Vera, 2011).

Tournage de La tierra y la sombra (2015), de César Augusto Acevedo

Tournage de La tierra y la sombra (2015), de César Augusto Acevedo

8En ce qui concerne les films qui laissent le conflit armé au second plan, nous pouvons citer La sombra del caminante, Los colores de la montaña et La Sirga. Dans le premier film, le conflit précède le récit. Il est présenté comme une séquelle émotionnelle et politique partagée par les protagonistes, dont l’un a assassiné la famille de l’autre dans le passé. Los colores de la montaña présente la vie d’un groupe d’enfants sur fond de conflit. Finalement, La Sirga est le nom d’un centre de vacances abandonné qui sert de refuge aux protagonistes de l’histoire. Même si nous évoquons uniquement des longs-métrages de fiction pour aborder le Nouveau Cinéma colombien, il convient de noter que le conflit armé est aussi le sujet de films d’autres genres et formats. Nous pouvons citer le documentaire d’animation pour enfants Pequeñas voces (Les petites voix, Jairo Eduardo Carrillo et Óscar Andrade, 2010).

  • 2 De Oro Carlos y Klotz Iris, “Cine, pobreza y marginación en el Pacífico colombiano”, Imagofagia, n. (...)

9Le ton contemplatif de la majorité de ces films, leur rythme lent et la présentation de la vie quotidienne de leurs protagonistes donnent à ces récits de fiction un ton anthropologique, en lien avec ce qui nous est présenté comme la réalité colombienne dans ces fictions, ce qui est accentué par l’inclusion d’acteurs s’auto-interprétant ou jouant des rôles très proches de leurs profils réels. C’est le cas du jongleur de Los viajes del viento, dont nous parlerons ensuite. Cette caractéristique du Nouveau Cinéma colombien est partagée avec d’autres cinémas de la région, comme on peut le voir dans le film argentin La libertad (Lisandro Alonso, 2001), ou dans le film mexicain Los ausentes (Nicolás Pereda, 2014). En outre, I. Klotz et C. Oro signalent, dans leur travail sur El vuelco del cangrejo et Chocó, à quel point le caractère et le ton “docu-fictionnels” [sic] des deux films “renforcent l’intérêt pour l’anecdotique, le quotidien, le concret et le local, afin de montrer de façon authentique et réelle les faits advenus dans des endroits spécifiques et ce qu’on ressent lorsqu’on y vit2”.

L’“authentique” et le local dans le cinéma colombien le plus récent

10D’une certaine façon, les caractéristiques que nous venons d’identifier comme communes à une partie de la production colombienne récente et correspondant également à ce que les festivals internationaux ont présenté et primé comme colombien (même si, la plupart du temps, il s’agit de coproductions avec d’autres pays d’Amérique latine et essentiellement d’Europe) renvoient en dernier recours à une certaine idée du “colombien”. Une culture, un paysage, des mœurs, des types qui, combinés, configurent un imaginaire non seulement du cinéma national mais aussi du “colombien” même. Cette idée a été mentionnée par la critique et le monde académique pour parler des films du Nouveau Cinéma colombien que nous citons ici.

11Nous avons déjà souligné l’intérêt à cartographier le territoire et la culture que nous trouvons dans des histoires situées dans les espaces non urbains, le rythme lent et le regard attentif à vocation anthropologique, les thèmes ayant une portée ou une problématique sociale et l’inclusion d’acteurs s’auto-interprétant ou jouant des rôles correspondant à leurs types. Tous ces éléments sont combinés afin d’octroyer du vérisme aux histoires de fiction ici évoquées. Nous pouvons également remarquer comment, dans certains cas, l’utilisation du road movie permet de montrer plus profondément une ville ou l’immensité du territoire national, ce que nous retrouvons respectivement dans Los Hongos, où les personnages se déplacent pour faire des graffitis, et dans Los viajes del viento ou El abrazo de la serpiente.

Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

12Il convient de s’attarder sur un cas particulier pour parler du discours de la critique cinématographique sur ces questions. Los Viajes del viento de Ciro Guerra nous permet d’analyser le “folklorique”, l’“authentique” et le caractère local de ce film coproduit par l’Allemagne, l’Argentine et les Pays-Bas et qui a été largement diffusé et promu à l’international. Nous sommes en 1968 et Ignacio Carillo, vieux joueur d’accordéon, décide de rendre son instrument prétendument maudit à celui qui a été son maître. Pour cela, il entreprend un long voyage durant lequel il est d’abord suivi, puis accompagné par un jeune homme qui s’autoproclame son apprenti. Au cours de leur voyage, ils vivent des moments pendant lesquels l’accordéon devient protagoniste : des duels à mort qui requièrent sa bande-son jusqu’à la première édition du Festival de la Légende Vallenata du pays.

  • 3 Face aux nombreuses histoires ayant ces caractéristiques qui ont été diffusées à l’international et (...)

13Le vallenato, présent de façon permanente, sert de fil conducteur à la trame, et le parcours des protagonistes à travers le territoire permet de montrer une partie de la culture et du paysage colombiens que la critique interprète comme authentiques et valables pour qualifier le film d’autochtone. Le fait de mettre le vallenato au premier plan est en rapport avec la critique de l’autoexotisme faite à certaines productions récentes d’Amérique latine. Dans tous les cas, il faut souligner le travail de documentation et de bruitage dans Los Viajes del viento qui a non seulement une bande sonore raffinée mais qui inclut également des protagonistes réels du vallenato dans l’histoire (c’est le cas du personnage principal, Ignacio Carrillo, jongleur et compositeur). Certains critiques ont souligné le caractère authentique de ce film ainsi que l’intérêt porté à ce type d’histoires dans le circuit des festivals internationaux, notamment européens3. Cela implique une remise en cause constante de l’authenticité des histoires par rapport à ce qui est local et ce qu’on essaye de montrer, et nous oblige à être critiques vis-à-vis des critères de programmation et de promotion des circuits cinématographiques lorsqu’ils s’appuient sur le caractère autochtone de certaines productions.

14Étant donné le nombre de films ayant des caractéristiques semblables programmés dans le circuit international, il est évident qu’il y a un intérêt pour un cinéma considéré comme “authentique” du point de vue des pays et régions où naît chaque projet : en dernier lieu, des films qui peuvent sembler exotiques selon les critères du cinéma produit dans un contexte européen et nord-américain. Le caractère ethnographique de El abrazo de la serpiente, le conflit armé représenté dans Los colores de la montaña et La Sirga, la marginalité de La sociedad del semáforo ou la jeunesse forcément underground de Los Hongos nous invitent à continuer de débattre sur le caractère “authentique” d’un cinéma national comme celui de la Colombie et sur les attentes de certains circuits de diffusion, de critique, ou universitaires relatives aux films les plus récents du pays.

Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra

Proimágenes : le détonateur du nouveau cinéma colombien

15Aujourd’hui, Proimágenes est l’entité mixte qui gère et régule le secteur audiovisuel en Colombie. Il a pour antécédents la promulgation de la Loi Générale de la Culture et la création de la Direction de la Cinématographie, toutes deux de 1997 ; et son origine remonte à l’approbation en 2003 de la Loi du Cinéma n. 814 qui inclut le Fonds pour le Développement Cinématographique.

  • 4 Proimágenes, Recaudo Fondo Para el Desarrollo Cinematográfico 2016. Disponible sur : http://www.pro (...)

16Le programme comprend différentes actions : le plan Estímulo Integral, ses appels à participation spécifiques dans les catégories documentaire, film d’animation et fiction ; des mesures incitatrices directes, des crédits et des primes sur les entrées au box-office ; des aides pour des programmes de formation spécialisée dans le secteur cinématographique, ainsi que des subventions pour la participation à des festivals, démonstrations, ateliers et marchés nationaux et internationaux. Au niveau local, on peut souligner qu’une partie du budget est consacrée à la sensibilisation des publics et à la constitution ainsi qu’au renforcement d’espaces d’exposition alternatifs. Si nous observons le volume annuel de production en Colombie, nous remarquons une relation directe entre le lancement de Proimágenes et l’augmentation du nombre de films finalisés, qui a doublé et se maintient aux alentours de 10 à 12 longs-métrages par an. De plus, il convient de souligner que le budget du fonds a connu une forte croissance ces dernières années : de 1 851 000 pesos colombiens en 2003, le budget est passé à 11 011 000 pesos lors du dernier appel publié en 20164.

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía

17En plus de l’investissement destiné à différentes phases de la production et de la distribution commerciale, ce qui nous intéresse, c’est de savoir dans quelle mesure Proimágenes a contribué à l’exportation et à la visibilité internationale du cinéma colombien le plus récent. Des films comme Porfirio (Alejandro Landes, 2011) ou Todos tus muertos ont été suffisamment soutenus pour participer à des festivals. Il en est de même pour La Playa DC et Los Hongos, qui ont reçu à plusieurs reprises le soutien nécessaire pour participer à des rencontres ; ou pour La Sirga, qui a pu intégrer certains marchés cinématographiques. À une époque où les espaces de formation, les ateliers et les lieux d’exposition de type work in progress apparaissent comme un passage obligé avant la diffusion mondiale, il convient de préciser que de nombreux films ont reçu l’appui de Proimágenes afin d’être présents à ces événements communément appelés “ateliers de formation”. Nous pouvons citer les aides attribuées afin d’envoyer les films au Rotterdam Lab, au Talent Campus de la Berlinale, au Talent Campus de Buenos Aires, au Talent Campus de Guadalajara, à Cinéma en Construction, à l’Atelier de Pitch documental de Cartagena, à l’Iberoamerican Film Crossing Borders, au Composers Lab Los Angeles, au Robert Flaherty Film Seminar, au Morelia Lab, etc. Parmi les films du Nouveau Cinéma colombien parrainés par ce programme, on peut citer La sombra del caminante, Perro come perro, La tierra y la sombra, El abrazo de la serpiente, mais également des films de réalisateurs déjà primés comme le documentaire Todo comenzó por el fin, de Luis Ospina (2015).

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía

El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía

18Les aides compétitives, directes et de soutien à la participation de festivals attribuées par Proimágenes font la différence et donnent l’élan nécessaire pour aller audelà des salles colombiennes. Le débat que suscite ce type d’aides institutionnelles en faveur du cinéma national est complexe et bien loin d’être terminé, à chaque nouvelle action menée correspond son lot de nouvelles interrogations. Concernant le Nouveau Cinéma colombien, il convient de se demander jusqu’à quel point cette formule de “nouveau cinéma” existe dans des espaces tels que les festivals internationaux, et dans quelle mesure les intérêts de ces événements influencent les lignes d’intérêt et l’attribution des subventions, comme cela peut être le cas avec Proimágenes.

19Nous pouvons soulever quelques interrogations, comme le fait que dans ces mêmes appels à participation de festivals (via les fonds d’aide) et celles du fonds qui nous intéresse ici, il existe des intérêts communs. Cette hypothèse peut être développée lorsque l’on visionne certains des films financés par ces deux biais : Los Hongos, La sociedad del semáforo, La Playa DC, Todos tus muertos, Los colores de la montaña, La tierra y la sombra et El abrazo de la serpiente.

El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra

El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra
  • 5 Rivera-Betancur Jerónimo, “¿Va el cine colombiano hacia su madurez? Análisis de 10 años de ley de c (...)
  • 6 Proimágenes, Estímulos por concurso. Convocatoria ficción 2015. Disponible sur : http://www.proimag (...)

20Si nous revenons sur Los viajes del viento, nous pouvons dire que le film répond aux critères explicites des appels à participation de deux des programmes qui ont soutenu le film : Proimágenes et le World Cinema Fund, une initiative de soutien au cinéma de périphérie lancée en 2004 par le Festival de Berlin. Dans les deux cas, on prétend promouvoir des récits qui rendent compte de la culture colombienne comme de quelque chose d’authentique. Les textes de Proimágenes énoncent que “la priorité sera donnée aux projets dont les caractéristiques artistiques et techniques seront majoritairement colombiennes et dont les valeurs accentueront les aspects culturels et la vie nationale”. Dans son travail sur la Loi du Cinéma, Jerónimo Rivera-Betancur va plus loin et définit la mise en valeur du territoire national comme élément du patrimoine culturel, comme l’un des intérêts prioritaires et généraux de cette loi, afin de promouvoir l’activité touristique et l’image du pays5. Le World Cinema Fund suit la même ligne directrice et ses fondements établis en 2008 précisent que les projets doivent “être liés à l’identité culturelle de la région dont ils sont issus et contribuer au développement de l’industrie cinématographique locale6”. La question fondamentale est de savoir à quel point les critères s’homogénéisent afin de valoriser l’“authentique” dans la culture nationale des deux circuits. Et de quelle manière cela a lieu dans le circuit de diffusion que forment les festivals internationaux.

El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra

El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra
  • 7 De hacer películas para críticos europeos (Rubén Mendoza, 2014). Vidéo disponible sur YouTube : htt (...)

21Depuis quelques années, des voix critiques s’élèvent dans le monde académique et la critique au sujet d’une forme d’autoexotisation présente dans les films de la périphérie cinématographique ; l’axe du débat est l’adéquation de ces films avec les attentes de la critique, des festivals et des distributeurs internationaux. Plus récemment, ces critiques sont également apparues dans le milieu des réalisateurs et au sein même de leurs films. La séquence De hacer películas para críticos europeos (Rubén Mendoza, 2014), qui fait partie du making-of du documentaire Memorias del Calavero (2014), est à ce sujet très révélatrice. Dans la vidéo, alors qu’on demande au protagoniste de se déshabiller lentement et au caméraman de le filmer tout aussi lentement, le spectateur peut entendre des commentaires du type “un truc qui fasse très latino”, “les critiques aiment bien les branches” tandis qu’au premier plan des broussailles salissent le cadre ; ou encore “quand je dis action tu commences à te frotter, mais lentement parce que ces mecs [les Européens] le préfèrent très long [le plan]7”.

Chocó (2012), de Johnny Hendrix

Chocó (2012), de Johnny Hendrix

22Nous attendons de connaître la direction et l’avenir de l’intérêt des circuits qui internationalisent le cinéma en Colombie pour le type de récits mentionnés dans le texte. De la même façon, il faut rester attentifs à l’évolution des productions colombiennes exportables, ainsi qu’aux critiques chaque fois plus amères à propos de la question de l’exotisme et de la légitimité du circuit européen à qualifier d’“authentique” un certain type de cinéma produit en Colombie et dans la région.

Los viajes del viento (2009), de Ciro Guerra

Los viajes del viento (2009), de Ciro Guerra
Haut de page

Bibliographie

Battle Diego, “Los viajes del viento, de Ciro Guerra. Los caminos de la vida”, Otros cines, 2010, disponible en: http://www.otroscines.com/nota?idnota=3838 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

Berlin Film Festival, World Cinema Fund. Guidelines (español) 2008, disponible en: http://www.berlinale.de/media/pdf_word/world_cinema_fund/richtlinien_pdf/WCF_Guidelines_sp.pdf (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

De hacer películas para críticos europeos (Rubén Mendoza, 2014), pieza disponible en YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=BQPJ7uGCUm0 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

De Oro Carlos y Klotz Iris, “Cine, pobreza y marginación en el Pacífico colombiano”, Imagofagia, n. 13, 2016, disponible en: http://www.asaeca.org/imagofagia/index.php/imagofagia/article/view/1099 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

Luna María, “Los viajes transnacionales del cine colombiano”, Archivos de la filmoteca, n. 71, 2013, p. 69-82.

Proimágenes, Estímulos por concurso. Convocatoria ficción 2015, disponible en: http://www.proimagenescolombia.com/bajarDoc.php?tl=1&per=684 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

Proimágenes, Recaudo Fondo Para el Desarrollo Cinematográfico 2016, disponible en: http://www.proimagenescolombia.com/bajarDoc.php?tl=1&per=65 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

Rivera-Betancur Jerónimo, “¿Va el cine colombiano hacia su madurez? Análisis de 10 años de ley de cine en Colombia”, Anagramas, vol. 13, n. 25, 2014, p. 127-144.

Schotz Pablo O., “Quien espera, desespera”, Clarín, jueves 2 de noviembre de 2006, p. 8.

Zuluaga Pedro Adrián, “Cine colombiano: las garras de oro del canon”, Mediaciones, n. 14, 2015, p. 150-161, disponible en: https://revistas.uniminuto.edu/index.php/med/article/view/1088 (Última visita: 8 de diciembre de 2016).

Haut de page

Annexe

Films colombiens primés à Toulouse

14e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2002
Prix Intramuros du Public
Bolivar soy yo, de Jorge Ali Triana (Colombie, 2001)

15e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2003
Le Rail d’Oc décerné par l’Association des Cheminots cinéphiles
La primera noche, de Luis Alberto Restrepo (Colombie, 2002)

16e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2004
Prix RFI du documentaire :
La desazón suprema, Fernando Vallejo, retrato incesante de Luis Ospina (Colombie, 2003)
Prix Courtoujours, mention spéciale :
Lúdica macábrica, de Carlos Mogollón Fuentes (Colombie, 2003)

17e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2005
Grand Prix Coup de Coeur :
Sumas y restas, de Victor Gaviria (Colombie, 2004)
Prix du Public Intramuros : La sombra del caminante, de Ciro Guerra (Colombie, 2004)

20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2008
Prix SIGNIS du documentaire, Prix Spécial du Jury : Un tigre de papel, de Luis Ospina (Colombie, 2007)
Prix Courtoujours, mention spéciale : Como todo el mundo, de Franco Lolli (Colombie, 2007)

22e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2010
Prix Découverte de la Critique Française et Prix du Rail d’Oc : El vuelco del cangrejo, de Oscar Ruiz Navia (Colombie, 2009)
Prix SIGNIS du Court-métrage : Marina la esposa del pescador, de Carlos Hernández (Colombie, 2009)
Prix Courtoujours : El reino animal, de Rubén Mendoza (Colombie, 2009)

23e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse 2011
Prix Signis du Documentaire : Impunity, de Juan José Lozano et Hollman Morris (Colombie/Suisse/France, 2010)

Cinélatino, 24e Rencontres de Toulouse – 2012
Prix SIGNIS du court-métrage : Kyaka la na, de Adriana Cepeda (États-Unis/Colombie/Guatemala, 2011)

Cinélatino, 25e Rencontres de Toulouse – 2013
Prix Courtoujours, mention : Los retratos, de Iván D. Gaona (Colombie, 2012)
Prix Documentaire Rencontres de Toulouse : La eterna noche de las doce lunas, de Priscilla Padilla (Colombie-Bolivie, 2012)

Cinelatino, 27e Rencontres de Toulouse – 2015
Prix Révélation (courts-métrages) : Completo, de Ivan D. Gaona (Colombie, 2014)

Cinelatino, 28e Rencontres de Toulouse – 2016
Grand Prix Coup de Cœur : Siembra, d’Ángela Osorio et Santiago Lozano (Colombie, Allemagne, 2015)
Mention spéciale :
Días extraños, de Juan Sebastián Quebrada (Argentine, Colombie, 2015)
Prix Signis du Documentaire : Paciente, de Jorge Caballero (Colombie, 2015)
Prix Courtoujours : Forastero, de Iván D. Gaona (Colombie, 2015)

Films colombiens sélectionnés et primés à Cinéma en Construction [CC]

La sombra del caminante, de Ciro Guerra CC4 (2003) Prix de l’industrie à San Sebastián

Los colores de la montaña, de Carlos César Arbeláez CC17 (2010) Prix CC Toulouse

Todos tus muertos, de Carlos Moreno CC18 (2010) San Sebastián

Karen llora en un bus, de Gabriel Rojas Vera CC18 (2011) San Sebastián

La Playa D.C., de Juan Andrés Arango CC20 (2011) San Sebastián

La Sirga, de William Vega CC21 (2012) Toulouse

Nacimiento, de Martín Mejía Rugeles CC24 (2013) San Sebastián

El silencio del río, de Carlos Tribiño Mamby CC25 (2014) Toulouse

Los Nadie, de Juan Sebastián Mesa CC27 (2015) Toulouse

Gran Dragón, de Jaime Osorio Marquez CC30 (2016) San Sebastián

Haut de page

Notes

1 Zuluaga Pedro Adrián, “Cine colombiano: las garras de oro del canon”, Mediaciones, n. 14, 2015, p. 150-161, disponible sur : http://biblioteca.uniminuto.edu/ojs/index.php/med/article/view/1088 (Dernière consultation : 8 décembre 2016) ; Luna María, “Los viajes transnacionales del cine colombiano”, Archivos de la filmoteca, n. 71, 2013, p. 69-82 ; De Oro Carlos y Klotz Iris, “Cine, pobreza y marginación en el Pacífico colombiano”, Imagofagia, n. 13, 2016. Disponible sur : http://www.asaeca.org/imagofagia/index.php/imagofagia/article/view/1099 (Dernière consultation : 8 décembre 2016).

2 De Oro Carlos y Klotz Iris, “Cine, pobreza y marginación en el Pacífico colombiano”, Imagofagia, n. 13, 2016, p. 7.

3 Face aux nombreuses histoires ayant ces caractéristiques qui ont été diffusées à l’international et qui sont associées au cinéma latino-américain récent, des critiques comme Pablo O. Scholz signalent que Ciro Guerra a su ajouter au caractère pittoresque de Los viajes del viento “un degré d’authenticité propre à celui qui raconte quelque chose qu’il connaît bien”. Diego Battle, en voulant également être plus direct dans sa critique de ce qui est considéré comme une tendance générale, constate quant à lui qu’il y a trop de “colombien” dans le film dont l’objectif est d’être accepté par la critique européenne et signale aussi qu’il “exploite un certain caractère pittoresque et folklorique particulièrement apprécié en Europe, ce qui a pour conséquence une perte de force, de courage et de vraisemblance”. Clarín, 2 novembre 2006, p. 8 ; Battle Diego, “Los viajes del viento, de Ciro Guerra. Los caminos de la vida”, Otros cines, 2010. Disponible sur : http://www.otroscines.com/nota?idnota=3838 (Dernière consultation : 8 décembre 2016).

4 Proimágenes, Recaudo Fondo Para el Desarrollo Cinematográfico 2016. Disponible sur : http://www.proimagenescolombia.com/bajarDoc.php?tl=1&lang=es&per=65 (Consulté en juin 2016).

5 Rivera-Betancur Jerónimo, “¿Va el cine colombiano hacia su madurez? Análisis de 10 años de ley de cine en Colombia”, Anagramas, vol. 13, n. 25, 2014, p. 127-144 ; p. 129.

6 Proimágenes, Estímulos por concurso. Convocatoria ficción 2015. Disponible sur : http://www.proimagenescolombia.com/bajarDoc.php?tl=1&per=684 (Dernière consultation : 8 décembre 2016) ; Berlin Film Festival. World Cinema Fund. Guidelines (en espagnol), 2008. Disponible sur : https://www.berlinale.de/en/branche/world_cinema_fund/richtlinien_formulare/index.html (Dernière consultation : 8 décembre 2016).

7 De hacer películas para críticos europeos (Rubén Mendoza, 2014). Vidéo disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=BQPJ7uGCUm0 (Dernière consultation : 8 décembre 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2010), de Carlos César Arbeláez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Carlos Moreno
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Wiliam Vega
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Oscar Ruiz
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Juan Andrés Arango
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Rubén Mendoza
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carlos César Arbeláez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre La sociedad del semáforo (2010), de Rubén Mendoza
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tournage de La tierra y la sombra (2015), de César Augusto Acevedo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tournage de El abrazo de la serpiente (2015), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre El vuelco del cangrejo (La Barra, 2009), de Óscar Ruiz Navía
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre El abrazo de la serpiente (L'Étreinte du serpent, 2015), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Chocó (2012), de Johnny Hendrix
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Los viajes del viento (2009), de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/4734/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Minerva Campos, « Nouveau Cinéma Colombien : le(s) nouveau(x), l’authentique et le facteur Proimágenes »Cinémas d’Amérique latine, 25 | 2017, 118-133.

Référence électronique

Minerva Campos, « Nouveau Cinéma Colombien : le(s) nouveau(x), l’authentique et le facteur Proimágenes »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/4734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.4734

Haut de page

Auteur

Minerva Campos

Minerva Campos est docteure en Communication audiovisuelle et membre de l’équipe de rédaction de Secuencias. Revista de Historia del Cine. Certains de ses travaux sur le cinéma contemporain et les festivals d’Amérique latine ont été publiés dans CinémAction, Archivos de la Filmoteca et dans l’ouvrage collectif Nuevas perspectivas sobre la transnacionalidad en el cine hispánico.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search