Navigation – Plan du site

Le cinéma comme objet d’étude au Chili : un domaine en transformation

M. Laura Lattanzi
Traduction de Claudine Artigala
p. 26-33
Cet article est une traduction de :
Cine como objeto de estudio en Chile: un campo en transformación [es]

Résumés

Cet article décrit les transformations qui se produisent dans le domaine des études sur le cinéma au Chili avec l’arrivée du nouveau millénaire et dans son développement vers la création d’un domaine autonome.

Haut de page

Texte intégral

El edificio de los chilenos (2010) de Macarena Aguiló

El edificio de los chilenos (2010) de Macarena Aguiló

1Avec le retour de la démocratie au Chili dans les années 1990, on peut commencer à observer d’importantes transformations dans le domaine cinématographique local. Quelques réalisateurs rentrent d’exil, et des initiatives qui avaient été censurées pendant la dictature reprennent, comme par exemple le retour du Festival international du cinéma de Viña del Mar en 1990. À leur tour, on enregistre pendant ces premières années de démocratie les premiers jalons qui impulseront le développement de ce domaine : la création d’une ligne de crédit spéciale pour la production de films nationaux de Banco Estado, la création du Fonds national de développement et culture des arts (FONDART) et la création de l’École de cinéma du Chili en 1995.

  • 1 Le Chili est passé de quatre films nationaux sortis en salle en 1998 à 44 en 2016.

2De fil en aiguille on se retrouve avec un paysage marqué par les avancées dans l’industrie cinématographique, et on observe chaque année une augmentation du nombre de productions1.

3Nous nous retrouvons face à un développement et un renouveau de ce domaine rendus possible grâce à des facteurs techniques, comme les transformations technologiques qui débouchent sur une baisse des coûts de tournage et de production; des facteurs de financement, comme l’augmentation et la consolidation de fonds de contribution de l’État pour la production cinématographique, ainsi que le soutien –sur concours – de fondations internationales, liées dans la plupart des cas à des festivals de cinéma; des facteurs législatifs institutionnels comme la Loi du cinéma; ainsi que des facteurs internes à ce domaine qui accompagent et impulsent ce développement comme la création et le développement d’écoles de cinéma au Chili, ce qui permet la professionnalisation dans les différents circuits de production et de diffusion de l’audio-visuel, ainsi que l’établissement et la continuité d’un nombre important de festivals de cinéma dans différentes villes du pays qui rejoignent le circuit international – croissant – de promotion, de diffusion et de projection des œuvres filmiques.

Une nouvelle génération, le Tout-nouveau cinéma chilien

4Ce développement s’accompagnera d’un renouveau créatif et esthétique. Au milieu des années 2000, éclot une couvée de cinéastes chiliens qui seront catalogués comme étant “le Tout-nouveau cinéma chilien”, porteurs d’une esthétique et d’une narration particulières qui s’opposent aux formes précédentes qui accompagnaient le cinéma de fiction au Chili. Certains auteurs (Ascanio Cavallo, Gonzalo Maza, 2011; Carolina Urrutia, 2010) signalent l’émergence de cette génération en 2005 lorsque, à l’occasion du Festival international de cinéma de Valdivia – aujourd’hui une plateforme reconnue de présentation et de consécration pour les cinéastes chiliens – sont projetés en avant-première des films comme Sábado de Matías Bize (Chili, 2003), Play d’Alicia Scherson (Chili, 2005), Se arrienda d’Alberto Fuguet (Chili, 2005) et La Sagrada familia de Sebastián Lelio (Chili, 2006).

5En plus de ce groupe on peut également citer le cinéma documentaire chilien qui à cette époque se signale par son langage expérimental et créatif qui fonctionne dans des registres divers. Dans ce dernier cas se démarquent ceux qui s’ouvrent vers la fragmentation et la réflexivité comme: Ningún lugar en ninguna parte de José Luis Torres Leiva (Chili, 2004), Dear nonna de Tiziana Panizza (Chili, 2004).

Dear nonna, de Tiziana Panizza (2004)

Dear nonna, de Tiziana Panizza (2004)

El pejesapo de José Luis Sepúlveda (2007)

El pejesapo de José Luis Sepúlveda (2007)

6De la même façon, certains films transgressent les limites entre la fiction et le documentaire, El pejesapo de José Luis Sepúlveda (Chili, 2007), El astuto mono Pinochet contra la moneda de los cerdos de Bettina Perut et Iván Osnovikoff (Chili, 2004); et la prolifération d’un “je” toujours plus intime, littéraire et confessionnel, La ciudad de los fotógrafos de Sebastián Moreno (Chili, 2006), Calle Santa Fe de Carmen Castillo (Chili, 2006), El edificio de los chilenos de Macarena Aguiló (Chili, 2010).

7Enfin, on peut mentionner d’autres films moins analysés par la critique académique mais qui ont attiré un vaste public national. On pense à des productions nationales, qui correspondent tout à fait aux règles du genre, comme le film d’horreur Ángel negro d’Alejandro Rojas (Chili, 2002), le film d’animation pour jeune public Ogú y Mampato en Rapa-Nui d’Alejandro Rojas (Chili, 1999), Sexo con amor de Boris Quercia (Chili, 2003) et Stefan vs Kramer de Lalo Prieto, Stefan Kramer et Sebastián Freund (Chili, 2012).

Play de Alicia Scherson (2005)

Play de Alicia Scherson (2005)

Le cinéma chilien comme objet d’étude

  • 2 Voir Hans Stange y Claudio Salinas (2008), “La incipiente literatura sobre cine chileno” dans Revis (...)

8Tous ces changements poussent des universitaires à s’intéresser davantage à ce domaine et ils commencent à analyser les productions contemporaines du cinéma chilien à partir de diverses matrices épistémologiques, politiques et esthétiques. Dans ce sens il convient d’observer au Chili plusieurs initiatives qui envisagent le développement du cinéma comme objet de connaissance. Dès le début de ce nouveau millénaire nous assistons à la création d’institutions qui soutiennent la recherche dans le cinéma, comme des fonds de recherche spécialisés (pour la plupart à travers la création du Fonds de la culture audiovisuelle du Conseil national de la culture et des arts), des cinémathèques et des centres d’archives liés surtout aux instituts d’éducation supérieure (comme par exemple la cinémathèque de l’Université du Chili et la prolifération d’archives de l’audiovisuel dans différents musées et institutions de mémoire), des bourses d’études dans le pays et à l’étranger (Becas Chile de CONICYT), des collections spécialisées dans le cinéma dans diverses maisons d’édition (Uqbar, Cuarto Propio), ainsi que des espaces de recherche, publication et diffusion de matériel écrit que sont les revues spécialisées dans le numérique (laFuga.cl, en existence depuis 12 ans et Mabuse), ainsi que diverses initiatives des universités (par exemple l’Institut d’esthétique de la Pontificia Université catholique), à travers la création d’un diplôme de théorie et critique du cinéma, la publication de plusieurs études sur le cinéma et la revue Aisthesis). Ainsi, par rapport aux années précédentes, on est face à une prolifération des études, des analyses et des critiques sur le cinéma, si bien que nous nous retrouvons dans une situation inédite pour ce qui est du nombre de publications. Durant les années 2000 à 2007 ont été publiés le même nombre d’exemplaires que dans toute l’histoire des publications sur le cinéma chilien qui débute en 19572.

9En même temps on observe l’apparition de journées et de congrès consacrés au cinéma chilien et régional (particulièrement la Rencontre des chercheurs sur le cinéma chilien et latino-américain, impulsé par la Cinémathèque nationale et qui en est à sa huitième version) ainsi que diverses initiatives qui viennent combler les manques de documentation, d’archives, d’histoire et d’analyse critique du cinéma chilien, notamment la création de la Cinémathèque nationale en 2006.

El Novísimo Cine Chileno, Ascanio Cavallo, Gonzalo Maza (eds.)

El Novísimo Cine Chileno, Ascanio Cavallo, Gonzalo Maza (eds.)

Santiago de Chile, Uqbar, 2010

  • 3 À ce propos, Pinto (2015) déclare : “Il est étonnant de constater ici le manque de précision dans d (...)

10Ces initiatives ont permis l’émergence de différents domaines d’étude sur la production chilienne récente. On peut mentionner les publications et les articles concernant la catégorie “Tout-nouveau cinéma chilien”, et y retrouver quelques éléments évocateurs: la réflexion sur soi et un regard personnel et esthétique sur le monde (Carolina Urrutia, 2010), ou bien un aspect intimiste, biographique, qui révèle le nihilisme, le désenchantement politique et le vide historique comme conséquences d’une politique néolibérale sauvage qui s’oppose au cinéma militant des années 1960 et 1970 (Carlos Saavedra, 2013 ; Póo X., Salinas C. & Strange H., 2012). Dans les deux cas, il s’agit de donner une étiquette à une génération disparate par le biais d’analyses esthétiques propres à l’oeuvre (Urrutia), ou par le biais de l’utilisation de marqueurs conceptuels d’autres disciplines (Saavedra; Póo, Salinas, Strange) pas toujours très approfondis3.

11À leur tour, en lien avec une approche qui croise les études sur le cinéma au Chili avec d’autres disciplines, on remarque également quelques publications dans le domaine du cinéma et de la politique, comme par exemple Audiovisual y política en Chile (Corro, Santa Cruz y Barril, 2014), les trois éditions des rencontres de recherche qui ont eu lieu à la Cinémathèque nationale (Villaroel ed.: 2013, 2014, 2015), la revue Aisthesis 47 (2010) consacrée au cinéma chilien et à la politique; ainsi que quelques publications sur les rapports entre le cinéma et la mémoire (Claudia Barril, 2013; les trois éditions des Rencontres de recherche qui ont eu lieu à la Cinémathèque nationale).

12À propos de ces études sur le cinéma chilien contemporain, il convient de souligner une division entre la fiction et le documentaire, la réflexion étant plus importante sur la première. Cette observation qui s’ajoute à une faible diversification des approches multidisciplinaires, souligne la nécessité de consolider, pendant la première décennie du nouveau millénaire, le domaine des études sur le cinéma chilien comme un domaine autonome avec des caractéristiques bien délimitées.

Un cine centrífugo. Ficciones chilenas 2005-2010, Carolina Urrutia, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013

Un cine centrífugo. Ficciones chilenas 2005-2010, Carolina Urrutia, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013

13En même temps nous considérons que ces initiatives sont plutôt récentes, et qu’il convient de développer et de consolider des programmes de recherche divers et transversaux sur le cinéma. Par exemple si nous comparons avec la situation en Argentine, nous voyons apparaître quelques éléments qui vont dans ce sens. Marcela Parada Poblete (2011), en comparant avec le pays voisin, évoque la nécessité de construire un champ d’étude professionnalisé et universitaire de connaissance du cinéma, qui accompagne la croissance de la formation et de la promotion de la production cinématographique chilienne :

Même si l’avènement de la démocratie dans les deux pays [Argentine et Chili], relance le domaine cinématographique national; tandis qu’au Chili ce champ d’étude débouche notamment sur la réalisation avec l’instauration d’initiatives culturelles de l’État pour la production de films, en Argentine, on voit se constituer un champ qui combine la formation de professionnels tant dans la production cinématographique que dans la formation spécialisée dans la réflexion sur ce domaine.

14On observe également avec intérêt d’autres initiatives latino-américaines qui ont aidé à consolider des réseaux de chercheurs de l’audiovisuel au niveau national, mais avec une incidence régionale. Nous faisons référence par exemple à ASEACA (Association Argentine d’Études du Cinéma et de l’Audiovisuel), SOCINE (Société Brésilienne d’Études du Cinéma et de l’Audiovisuel), et à SEPANCINE (Séminaire Permanent d’Analyse Cinématographique); des initiatives qui ont permis de générer des réflexions nouvelles et transversales dans leurs propres pays mais aussi au niveau régional.

Nuevas travesías por el cine chileno y latinoamericano , Mónica Villarroel (ed), Santiago, Lom Ediciones, 2015

Nuevas travesías por el cine chileno y latinoamericano , Mónica Villarroel (ed), Santiago, Lom Ediciones, 2015

En guise de conclusion

15D’une manière générale, nous pouvons identifier un développement exponentiel du domaine de la connaissance sur le cinéma chilien, ce qui entraîne la nécessité de consolider des critères de distinction qui s’adaptent aux changements objectifs du domaine cinématographique chilien et qui renforcent son autonomie. Mais aussi cet intérêt pour le cinéma national et/ou régional, qui peut être considéré comme résiduel ou traditionnel dans le contexte actuel dominé par les technologies de l’information et de la communication globale, implique d’insister sur l’intention de voir dans le cinéma une recherche d’identité culturelle, une nécessité de s’inscrire dans une tradition, dans une histoire. Il en résulte que s’ouvre un possible espace de désaccords, visible ou pas, sur le développement d’une culture du cinéma chilienne, une lutte pour la légitimation des nouvelles générations du cinéma chilien, ainsi qu’un réexamen historique de son développement.

16Et ceci se trouve nécessairement lié à ce que l’on observe dans la production critique sur le cinéma chilien, dans laquelle on remarque une nécessité plus grande de l’autonomie du champ d’étude que des croisements transdisciplinaires profonds et effectifs. C’est ce qui se passe par exemple dans le cas de la discussion sur le “Tout-nouveau cinéma chilien” déjà mentionnée, qui propose une lecture plutôt interne (sur la logique esthétique de l’œuvre ou sur l’histoire du cinéma chilien) et/ou sans un approfondissement important des autres disciplines. Tout cela, donc, rendrait compte de l’importance des désaccords symboliques politico-territoriaux, comme également de l’importance de dynamiser le domaine faisant ainsi émerger de nouveaux secteurs à l’intérieur. Ce qui indiquerait une prédominance des forces centripètes sur les forces centrifuges, et sur lesquelles nous attirons une nouvelle fois l’attention pour souligner la nécessité d’incorporer une approche transversale et multidisciplinaire dans l’écriture sur le cinéma au Chili.

Haut de page

Bibliographie

Barril Claudia, Las imágenes que no me olvidan, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013.

Cavallo Ascanio, Maza Gonzalo (eds.), El Novísimo Cine Chileno, Santiago de Chile, Uqbar, 2010.

Corro Pablo, Santa Cruz José Manuel, Barril Claudia (eds), Audiovisual y política en Chile, Santiago de Chile, Lom- Arcis, 2014.

Pinto Ivan, “Rupturas, procesos y desvíos. Coyunturas críticas y académicas en la recepción del Novísimo cine”, p. 110-132, revista F@ ro, 2(22), 2015, disponible en http://www.revistafaro.cl/index.php/Faro/article/view/424.

Parada Poblete Marcela, (2011), “El estado de los estudios sobre cine en Chile: Una visión panorámica 1960-2009”, Razón y Palabra, 16(77), 2011.

Póo Ximena, Salinas Claudio, Stange Hans, “Políticas de la subjetividad en el “novísimo” cine chileno”, Comunicación y Medios, 0 (26), 2012, p. 05-11. doi:10.5354/0719-1529.2012.25580.

Saavedra Carlos, Intimidades desencantadas. La poética cinematográfica del dos mil, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013.

Urrutia Carolina, Un cine centrífugo. Ficciones chilenas 2005-2010, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013.

Villarroel Mónica (ed), Nuevas travesías por el cine chileno y latinoamericano, Lom Ediciones, Santiago de Chile, 2015.

Haut de page

Notes

1 Le Chili est passé de quatre films nationaux sortis en salle en 1998 à 44 en 2016.

2 Voir Hans Stange y Claudio Salinas (2008), “La incipiente literatura sobre cine chileno” dans Revista laFuga [en ligne], 2008. Date de consultation: 13 Novembre 2017. Disponible sur: http://www.lafuga.cl/la-incipiente-literatura-sobre-cine-chileno/302.

3 À ce propos, Pinto (2015) déclare : “Il est étonnant de constater ici le manque de précision dans des concepts largement développés par la théorie littéraire, la psychanalyse et l’analyse du discours comme ‘autobiographie’, ‘intimité’, ‘écritures du je’ ou ‘tournure subjective’, entre autres, chacun avec ses propres détails, cadres et délimitations, ce qui nous amène à supposer une faible ’maîtrise’ ou une confusion, comme l’est le fait de qualifier de biographique le cinéma de Matías Bize”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre El edificio de los chilenos (2010) de Macarena Aguiló
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Dear nonna, de Tiziana Panizza (2004)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre El pejesapo de José Luis Sepúlveda (2007)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Play de Alicia Scherson (2005)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre El Novísimo Cine Chileno, Ascanio Cavallo, Gonzalo Maza (eds.)
Légende Santiago de Chile, Uqbar, 2010
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Un cine centrífugo. Ficciones chilenas 2005-2010, Carolina Urrutia, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2013
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Nuevas travesías por el cine chileno y latinoamericano , Mónica Villarroel (ed), Santiago, Lom Ediciones, 2015
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Laura Lattanzi, « Le cinéma comme objet d’étude au Chili : un domaine en transformation », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 26-33.

Référence électronique

M. Laura Lattanzi, « Le cinéma comme objet d’étude au Chili : un domaine en transformation », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/5613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.5613

Haut de page

Auteur

M. Laura Lattanzi

M. Laura Lattanzi Vizzolini est docteure en philosophie avec mention en esthétique et théorie de l’art de l’Université du Chili, licenciée en sociologie de l’Université de Buenos Aires (UBA). Elle a été boursière de l’Université Autonome de Madrid (UAM) et de l’Université de Calabre, Italie, où elle a étudié la sociologie de l’art et la philosophie politique. Elle a fait partie de de l’Institut d’études sur la femme à l’UAM et a été chercheuse dans le département d’Idées visuelles du Centre culturel de coopération, dans le programme Critique culturelle de l’Institut Gino Germani de la UBA et dans diverses organisations culturelles (Cinémathèque nationale du Chili, Patrimoine de Cosenza, Italie). Ella a dispensé des cours de sociologie de l’art, de culture et communication et de cinéma dans diverses universités. Elle est l’autrice de plusieurs articles sur le cinéma et la politique dans des livres et des revues nationales et internationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals