Navigation – Plan du site

Encres et ombres. Écrire sur le cinéma en Colombie

Julián David Correa
Traduction de Carole Fillière
p. 34-43
Cet article est une traduction de :
Tinta y sombra. Escribir sobre el cine en Colombia [es]

Résumés

Parcours de l’écriture sur le cinéma en Colombie, où sont présentés des auteurs, des livres et des revues, et où l’on s’attarde sur les processus qui mettent en relation le compte-rendu et le développement de la critique avec l’évolution du cinéma national et de quelques institutions nationales qui l’appuient.

Haut de page

Texte intégral

1Il est toujours singulier d’écrire sur le cinéma. Le cinéma, ce sont des ombres et des lumières, et écrire sur le cinéma, c’est inscrire des idées sur ces lumières. Écrire sur le cinéma : un jeu d’encres et d’ombres.

2En 2016, lors d’une table ronde organisée pendant le Festival de Cartagena – FICCI –, les échanges qui eurent lieu donnèrent naissance au Cuaderno de Cine Colombiano-Nueva época n. 22: Publicaciones sobre cine en Colombia1. Cette rencontre prit pour nom “Utopies de papier” : il est vrai qu’il est chimérique d’écrire sur un art qui, en Colombie, est déjà en soi un acte utopique. Au cours de ce débat fut revendiquée l’importance de construire une histoire de notre cinéma et une critique capable d’orienter la création. Le souvenir d’Andrés Caicedo et de Luis Alberto Álvarez, fondateurs des revues Ojo al cine et Kinetoscopio, fut alors une présence constante. Ces noms apparaîtront dans les paragraphes qui suivent.

3Que signifie faire du cinéma et écrire sur le cinéma dans un pays qui passe d’une guerre à l’autre, où les premières nécessités ne sont pas satisfaites ? Une des fonctions de l’écriture sur le cinéma a été de construire une expression audiovisuelle. Notre encre aida certains créateurs à définir leur propre voie, rendit possible l’apparition de nouveaux agents culturels et la création ou la transformation d’institutions nationales. Notre encre parmi les ombres n’a pas été vaine.

Les premières encres

  • 2 Voir Salcedo Silva Hernando, Crónicas del Cine Colombiano 1897-1950, Carlos Valencia Editores, Bogo (...)
  • 3 Carrasquilla Tomás, Obras completas, Tomo 1, Bedout, Medellín, 1958, p. 695-697. Également disponib (...)

4Comme l’ont montré des auteurs tels que Hernando Salcedo Silva, Ramiro Arbeláez y Juan Gustavo Cobo Borda2, en Colombie les premières encres sur le cinéma furent des recensions mercenaires qui convoquaient des publics nouveaux, des billets qui, chargés d’adjectifs et de références à d’autres arts, cherchaient à comprendre le phénomène. Le premier grand auteur colombien qui s’intéressa au septième art fut l’écrivain Tomás Carrasquilla (1858-1940). Dans le seul texte qu’il consacra au cinéma3, il pose les bases d’une polémique portant sur des thèmes essentiels : notre amour de l’artifice, notre besoin de fuir la réalité (“Nous sommes las de vivre dans la réalité, d’être nous-mêmes la réalité”, écrivait-il), les possibilités qu’a le cinéma de représenter et de divulguer le patrimoine culturel des nations, et cette caractéristique étrange et intrinsèque qu’a le cinéma de révéler des vérités par des mensonges. Certaines polémiques ne changent jamais.

5Dans les années 1940, deux personnes essayèrent de construire une critique cinématographique: Camilo Correa Restrepo y Luis David Peña.

6Luis David Peña publia des articles critiques et des recensions de 1948 à 1952 dans Jornada, El Tiempo et El Espectador. Il ne s’est jamais intéressé au cinéma colombien, et ses apports se basèrent sur l’abondant matériel international qui était alors projeté en salles. Au cours de cette décennie, Camilo Correa imposa également son nom. Il s’agissait d’un critique qui voulait fonder un cinéma national, et qui pour l’élaborer délaissa l’encre pour la caméra : il se fit cinéaste, abandonnant son métier.

7Camilo Correa écrivit dans la revue Micro et dans le quotidien El Colombiano de Medellín. Il réalisa ensuite le long-métrage Colombia linda (1955), une comédie musicale ratée, une carte-postale nationaliste qu’on avait déjà vue, avec des variantes, à l’ère du cinéma muet, et qui serait reprise au cours de ces mêmes années, avec des résultats médiocres, dans d’autres comédies musicales folkloristes où le son n’était pas synchronisé et où les acteurs de la radio et de la télévision essayaient de comprendre en quoi jouer pour une caméra pouvait bien consister.

Tomás Cascarrilla

Tomás Cascarrilla

Un changement d’encres

8Trois noms sont associés à la naissance d’une véritable critique cinématographique : Gabriel García Márquez, Jorge Gaitán Durán et Hernando Valencia Goelkel.

9La passion de García Márquez pour le cinéma est bien connue : tout en menant une activité journalistique, il rédigea des critiques de films, puis il écrivit des scénarios à México et, lorsqu’il devint célèbre, il créa de nouveaux scénarios et continua à travailler dans le cinéma. Il créa la Fondation du Nouveau Cinéma Latinoaméricain (Fundación del Nuevo Cine Latinoamericano) et l’École Internationale de Cinéma et de Télévision de San Antonio de los Baños (Escuela Internacional de Cine y Televisión de San Antonio de los Baños, EICTV). Gabo donna des cours de rédaction scénaristique à la EICTV et fut à l’origine de la réalisation d’une centaine de films sur le continent. La contribution de García Márquez au cinéma est importante, même si ses propres scénarios étaient problématiques (des dialogues solennels et artificiels, des adjectivations constantes), et que ses apports en tant que critique de cinéma soient discutables. Le Gabo critique de cinéma est assez contradictoire : d’une part, il fait preuve d’une connaissance limitée de l’histoire du cinéma et ses réflexions sur les films se fondent assez peu sur des valeurs propres au septième art. D’autre part, il y a dans ses textes des moments de bravoure où perce la grandeur du critique, quand se rejoignent brillamment sa sensibilité sociale et sa sensibilité cinématographique. Son texte sur le Voleur de bicyclette (1948) en est le meilleur exemple. Publié dans le journal de Barranquilla El Heraldo en 1950, on peut le lire aujourd’hui sur le site Geografía Virtual4.

  • 5 Navarro Alberto, “Hernando Valencia Goelkel (1928-2004)”, dans Cuadernos de cine colombiano-Nueva é (...)
  • 6 Zuluaga Pedro, “La crítica de cine en Colombia en los años cincuenta: los aportes fundacionales de (...)

10Hernando Valencia Goelkel, un autre grand nom de l’élaboration d’une critique nationale, fut le premier à purger ses commentaires des éléments non cinématographiques. Alberto Navarro5 et Pedro Zuluaga6 soulignent tous deux cette qualité et sont d’avis que ses textes, de par l’ampleur des liens culturels et de la perspective de leur auteur, entrent dans la catégorie de l’essai. Valencia Goelkel fut également important : il fut le cofondateur de la Cinemateca, de la revue Eco et de celle qui la précédait, Mito.

Gabriel García Márquez, periodista en Prensa Latina, 1958

Gabriel García Márquez, periodista en Prensa Latina, 1958

11Mito était une publication bimensuelle qui, au cours de ses sept années d’existences (1955-1962), dans ses 42 numéros et les nombreux ouvrages qu’elle édita, transforma la critique artistique. La revue comptait pour elle de grandes plumes, telles celles de Gabo et de la critique d’art Marta Traba, entre autres. Son plus grand apport fut sa quête d’une liberté de pensée. La critique de cinéma dans Mito comprenait des textes de Gaitán Durán et de Valencia Goelkel, mais aussi d’Antonio Montaña, Rafael Gómez Picón, Guillermo Angulo et d’Hernando Salcedo Silva. Les films qui sortaient dans les salles nationales et qui sont aujourd’hui des classiques en faisaient l’objet : la première critique de la revue traite de Nido de ratas (Sur les quais/On the waterfront, Elia Kazan, 1954), et l’opinion défendue s’opposait aux idées de Sadoul et Bazin sur Kazan. Gaitán Durán, Salcedo Silva, et tous les Colombiens publiés dans Mito n’hésitaient pas à émettre une critique contre la critique. La liberté de pensée fut toujours le fer de lance de cette revue, qui lutta contre la censure de l’État et qui ne fit jamais preuve de complaisance face à une société qui refusait la différence. Gaitán Durán se montra toujours très critique envers l’œuvre des maîtres quand il considérait que leur cinéma obéissait à la censure. Un exemple parle pour tous : son texte sur La ventana indiscreta (Fenêtre sur cour/Rear Window, 1954) de Hitchcock.

De nouvelles lumieres appellent des encres nouvelles

12Les années 1960 et 1970 furent celles du Nouveau Cinéma Latino-americain et d’un cinéma colombien qui fut nommé Cinéma marginal ou Cinéma politique. Cette époque en Colombie mêla la pensée du Nouveau Cinéma aux réalités d’une industrie qui recevait pour la première fois le soutien de l’État par le biais de trois instruments : la Cinemateca de Bogota, la loi du Sobreprecio et la FOCINE.

13La première mesure d’aide au cinéma national date de 1942 mais n’a jamais été mise en œuvre. En 1971 est fondée la Cinemateca dont l’histoire de ses publications, longue, mériterait un traitement à part. Aujourd’hui la Cinemateca est une institution qui développe neuf stratégies, depuis la formation des individus jusqu’à la préservation du patrimoine audiovisuel, en passant par le financement des nouveaux films et l’aide au tournage dans la ville de Bogota grâce à sa Commission Cinématographique, entre autres actions. La loi du Sobreprecio (1972) correspondait à une mesure voulant stimuler la création de courts-métrages pour les salles commerciales : elle en augmenta la production et rendit possible des films d’importance. Elle devint rapidement un moyen de gagner facilement de l’argent avec un cinéma déplorable qui donna aux Colombiens l’impression que leurs films étaient les plus mauvais au monde. En 1978 apparut la FOCINE, la Compagnie de Développement Cinéma-tographique. Jusqu’en 1992, quand elle fut démantelée, la FOCINE produisit 45 longs-métrages, 84 moyens-métrages et 64 documentaires.

Anuncio promocional de Guiones, hacia 1980

Anuncio promocional de Guiones, hacia 1980

14Au cours des années 1960 et 1970, l’Amérique changea et un nouveau cinéma rendit nécessaire une nouvelle critique. Des publications surgirent pour répondre à ce besoin, reflets des phénomènes continentaux et des spécificités nationales: les revues Guiones, d’Héctor Valencia, Cine(mes), dirigée par Roberto Peña et Cuadro, d’Alberto Aguirre.

15Cine(mes) et Cuadro voulaient faire du cinéma une vitrine des contradictions sociales. Les deux revues comptaient sur la collaboration de l’un des représentants du Cinéma marginal et politique, le réalisateur Carlos Álvarez qui expliqua ses positions par l’encre et les lumières dans ses documentaires Asalto (1968), Colombia 70 (1970) et ¿Qué es la democracia? (1971). Dans son œuvre, il fit du cinéma une arme politique et affirma que notre cinéma ne naîtrait qu’en se détachant de l’industrie hollywoodienne et mexicaine et en se démarquant des pistes intellectuelles de la Nouvelle Vague française.

16La revue Cuadro (1970-1979) d’Alberto Aguirre publia le manifeste de Getino y Solanas “Vers un troisième cinéma”, et le texte de Carlos Álvarez, “Le troisième cinéma colombien”. Un autre collaborateur de Cuadro fut Orlando Mora, dont les travaux étaient également publiés dans El Colombiano et Kinetoscopio. Son activité s’étendait à la création de cours et de festivals et à la transformation d’une rencontre fondamentale : le FICCI. Ses premiers textes dans Cuadro prouvent son intérêt pour l’histoire et le développement du cinéma national : “Bilan sur le cinéma colombien et sa législation”, et “Cinq hypothèses sur le cinéma colombien” en sont deux exemples. Dès ceux-ci, il était manifeste que pour Orlando Mora, à la différence d’autres critiques de son temps, le cinéma national ne serait possible que s’il devenait un cinéma d’auteur.

Cuadernos de cine colombiano, 1977

Cuadernos de cine colombiano, 1977

17C’est également dans les années 1970, mais à Cali, qu’une autre voie a surgi : les cinéastes de Cali voyaient dans le cinéma un outil de transformation sociale, certes, mais aussi un art, un spectacle et un divertissement. Dans un documentaire, Luis Ospina disait : “Nous en avions assez de faire une critique écrite et nous avons décidé de faire de la critique de films par les films”. Ospina se référait au film Agarrando pueblo (1978), cette œuvre expérimentale qu’il a dirigée avec Carlos Mayolo, dans laquelle sont critiqués ceux qui créèrent un cinéma industriel exploitant la misère, mais aussi ceux qui utilisèrent la misère et le cinéma comme de simples outils au détriment des valeurs esthétiques et d’un véritable changement social. Entre 1974 et 1977, le Groupe de Cali publia cinq numéros de la revue Ojo al cine dont Andrés Caicedo (1951-1977) fut l’un des directeurs. Caicedo est un écrivain qui se suicida après la publication de son premier roman, mais il était également critique de cinéma, animateur de ciné-club, scénariste, acteur et réalisateur. Ses textes montrait sa cinéphilie et aussi la claire intention de secouer le public. Dans sa conférence “La spécificité du cinéma”, il dit : “Ce qui a débuté comme la distraction parfaite pour les analphabètes est aujourd’hui l’art des analphabètes”. Ce que Caicedo et le Groupe de Cali se proposaient avec Ojo al cine, c’était une critique capable de provoquer le réveil du spectateur, afin que ce dernier se défende. Le Groupe de Cali était composé de cinéphiles aux vastes connaissances cinématographiques pour qui le cinéma était aussi un art et un spectacle.

Ojo al cine, 1976

Ojo al cine, 1976

Des lumières, des écrans et des encres

18En 1973, la Cinemateca créa le premier festival de cinéma colombien, au catalogue modeste mais emblématique. Ramiro Arbeláez, du Groupe de Cali, se réfère à ce document pour faire de cette manifestation l’acte de redécouverte du cinéma national. Sélectionner des films, c’est aussi une façon d’écrire sur le cinéma.

19En 1974 la Cinemateca publia le premier ouvrage consacré au cinéma colombien : Crónicas de Cine, de Valencia Goelkel. De 1977 à 2000, elle publia ensuite de façon irrégulière 12 numéros de la revue Cinemateca. Ce projet éditorial ne fut jamais consolidé, mais la revue présenta des textes de grande valeur, d’auteurs aussi variés qu’Orlando Mora, Enrique Pulecio, R. H. Moreno Durán, Hugo Chaparro, Juan Manuel Roca, Amanda Rueda, Octavio Arbeláez, Gilberto Bello, Diego Rojas et Augusto Bernal, entre autres.

20En 1981, la Cinemateca lança les Cuadernos de cine colombiano. Jusqu’en 1988, 25 Cuadernos virent le jour avec le soutien de la FOCINE. Ces 25 premiers numéros sont importants, malgré leur regard complaisant et des textes plus attachés à flatter les cinéastes qu’à construire une histoire critique. Ce qui n’enlève en rien au mérite qu’ils eurent en tant que témoignages sur le cinéma national et sur les œuvres du collectif Cine Mujer, d’Oswaldo Oduperly et de Camilo Correa, entre autres.

  • 7 Correa Julián David, “Las publicaciones de la Cinemateca Distrital: una memoria crítica para el cin (...)

21En 2001, la Cinemateca commença sa refonte, reprise en 2012, lorsque furent définies les neuf stratégies qui l’orientent désormais. Au cours de ce processus fut élaborée la page www.cinematecadistrital.gov.co, et de nouveaux titres apparurent, parmi lesquels on trouve les collections suivantes: Cuadernos de Cine Colombiano-Nueva época, Becas, Catálogos razonados, et une douzaine de publications sur support vidéo. Réformer la Cinemateca impliqua de repenser ses publications : les Cuadernos de la nouvelle époque, contrairement aux précédents, sont polyphoniques, attentifs à leurs sources et références, et ils présentent un regard critique sur le cinéma national (à ce jour 30 numéros sont publiés). Cette nouvelle étape éditoriale de la Cinemateca privilégie le cinéma colombien et le cinéma qui représente la diversité, comme l’on peut le voir dans les Catálogos razonados consacrés au festival indigène Daupará (2013), où est évoqué le festival LBGTI cofondé par la Cinemateca en 2001 (le Cycle Rose), et dans le catalogue du Festival Afro (Muestra Afro, 2018)7.

Cuadernos de cine colombiano - Nueva época, 2015

Cuadernos de cine colombiano - Nueva época, 2015

Des encres dans les montagnes

22En 1992 fut créée la revue Kinetoscopio au Centro Colombo Americano de Medellín (CCA). Avec 124 numéros et 27 années d’existence, Kinetoscopio est la plus ancienne et la plus régulière revue de cinéma de notre Amérique. L’histoire de Kinetoscopio commença avec Paul Bardwell, un agent culturel qui transforma une école d’anglais en un centre culturel équipé de deux salles de cinéma, d’une galerie et d’une bibliothèque riche de livres en plusieurs langues et qui, en 1992, publia un petit livret pour les personnes qui allaient y voir des films, quelques pages modestes intitulées Kinetoscopio et qu’avec Luis Alberto Álvarez, Juan Guillermo Ramírez et d’autres il fit évoluer en une revue dotée d’une page internet (www.kinetoscopio.com).

23À Medellín et dans toute la vallée de Aburrá de la fin du XXe siècle, la voix de Luis Alberto Álvarez était présente sur les ondes. Il y parlait de cinéma, d’opéra ou de Mozart. Sa voix apparaissait aussi sur le papier, sur une page du journal El Colombiano. Luis Alberto était un missionnaire clarétain : il avait étudié la théologie en Italie et en Alemagne, où il avait suivi des séminaires de cinéma à l’époque du Nouveau Cinéma Allemand marqué par le Néorréalisme Italien. Ses paroles étaient humanistes, il admirait Tarkovski, Bergman, Fellini y Chaplin, ainsi que beaucoup d’autres, et n’avait que peu de respect pour des réalisateurs tels que Tarantino et autres techniciens sans âme. Dans ses colonnes, il défendait la construction d’un cinéma colombien capable de reconnaître sa réalité, de se doter d’auteurs, aidé par l’État. Avec modestie, Luis Alberto se définissait comme un spectateur intense, et son regard était chaleureux et critique. De 1977 à 1997, année de sa mort, il prêcha depuis sa page dans El Colombiano et dirigea trois séminaires spécialisés par semaine, cours qu’il dictait au Musée d’Art Moderne, à la Chambre de Commerce et, enfin et pendant plus de quinze ans, au Colombo de Medellín. Des créateurs tels que Víctor Gaviria et Sergio Cabrera, ainsi que d’autres artistes et agents culturels, font l’éloge de son travail et expliquent combien ses idées transformèrent leur vie. L’activité de Bardwell et d’Álvarez firent du CCA une cinémathèque pour les villes de la Valle de Aburra.

24Lors de l’une des périodes les plus dures de l’histoire de la Colombie apparut Kinetoscopio, une revue surgit au milieu de la mort qui emporta ses trois fondateurs au cours de sa prémière décennie. Parmi les nombreuses qualités de cette publication, j’en retiens ici deux. Paul Bardwell, tout comme Luis Alberto Álvarez et Juan Guillermo Ramírez créèrent une revue qui n’exigeait de ses collaborateurs qu’une seule référence : l’intelligence. Les textes de Kinetoscopio étaient signés par des auteurs de tous horizons, sans que leurs titres académiques, leur fortune ou leur nom importent. Le second élément notable est que, même au cœur de ce que furent les pires années du cinéma colombien, lors de cette époque marquée par la fin de la FOCINE et par l’unique sortie annuelle d’un long-métrage national dans les salles, même au cœur de ces années désespérantes, la revue tint une rubrique consacrée au cinéma de notre pays, développa une réflexion sur le cinéma colombien, que ce soit à travers la pellicule ou la vidéo. Ce modeste phare, associé au travail mené dans le Cinemateca de Bogota et dans le FICCI, entre autres, peuvent être considérés comme les trois espaces qui maintinrent vivant l’intérêt et la réflexion autour d’un art qui paraissait condamné dans notre pays.

Quelques encres pour finir

25Notre cinéma est une utopie, et il est bien chimérique d’avoir écrit sur ce cinéma. Pourtant ces écrits ont existé et existent encore, et ce texte en est la preuve. Je pourrais faire mention d’autres histoires, telles celle du Magazín Dominical du journal El Espectador, des revues Gaceta (1976-1997), Número (1993-2011), El Malpensante (1996) ou Arcadia (2005), ou des nombreux ouvrages qu’il faudrait mentionner. Heureusement, les pages solitaires de livres sans postérité ont laissé la place à une série de titres, publiés pour la plupart par des maisons d’édition universitaires et d’État. En faire la liste excèderait les limites de ce travail, mais je tiens à dire que la rigueur académique de ces ouvrages va croissant et qu’en eux l’on distingue l’histoire de la critique : les réflexions qui y sont menées courent du patrimoine muet de notre cinéma à son patrimoine le plus actuel avec ses récentes expressions sur les nouveaux médias. Il y a de plus en plus d’encres s’inscrivant sur les ombres du cinéma et, comme je le disais en commençant cette réflexion, l’écriture sur le cinéma a permis de construire un cinéma national et les institutions qui le soutiennent. La Colombie est un pays complexe où le sang et l’encre coulent beaucoup. Mais cette encre n’a pas coulé en vain.

Luis Ospina et Carlos Mayolo pendant le tournage d’Agarrando pueblo, 1978

Luis Ospina et Carlos Mayolo pendant le tournage d’Agarrando pueblo, 1978
Haut de page

Notes

1 En téléchargement sur : https://www.cinematecadistrital.gov.co/sites/default/files/mediateca/No.%2022%20Publicaciones%20sobre%20cine%20en% 20Colombia.pdf

2 Voir Salcedo Silva Hernando, Crónicas del Cine Colombiano 1897-1950, Carlos Valencia Editores, Bogotá, 1981. Et Arbeláez y Cobo Borda, La crítica de cine, una historia en textos: artículos memorables en Colombia 1897-2000, Universidad Nacional y Proimágenes, Bogotá, 2011.

3 Carrasquilla Tomás, Obras completas, Tomo 1, Bedout, Medellín, 1958, p. 695-697. Également disponible sur : http://geografiavirtual.com/2018/12/carrasquilla-cine/

4 Gabriel García Márquez, Ladrón de bicicletas: http://geografiavirtual.com/2018/04/garcia-marquez-bicicletas.

5 Navarro Alberto, “Hernando Valencia Goelkel (1928-2004)”, dans Cuadernos de cine colombiano-Nueva época, n° 6, Cinemateca de Bogotá, Bogotá, 2005.

6 Zuluaga Pedro, “La crítica de cine en Colombia en los años cincuenta: los aportes fundacionales de Hernando Valencia Goelkel y Jorge Gaitán Durán”, dans Cuadernos de cine colombiano-nueva época, n. 22, Cinemateca de Bogotá, Bogotá, 2015.

7 Correa Julián David, “Las publicaciones de la Cinemateca Distrital: una memoria crítica para el cine colombiano”, dans Cuadernos de cine colombiano-Nueva época, n. 22, Cinemateca de Bogotá, Bogotá, 2015. http://geografiavirtual.com/2015/11/publicaciones-cinemateca-colombia/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tomás Cascarrilla
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Gabriel García Márquez, periodista en Prensa Latina, 1958
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Anuncio promocional de Guiones, hacia 1980
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Cuadernos de cine colombiano, 1977
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ojo al cine, 1976
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Cuadernos de cine colombiano - Nueva época, 2015
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Luis Ospina et Carlos Mayolo pendant le tournage d’Agarrando pueblo, 1978
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5684/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa, « Encres et ombres. Écrire sur le cinéma en Colombie », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 34-43.

Référence électronique

Julián David Correa, « Encres et ombres. Écrire sur le cinéma en Colombie », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/5684 ; DOI : 10.4000/cinelatino.5684

Haut de page

Auteur

Julián David Correa

Julián David Correa est écrivain, chercheur et critique de cinéma, réalisateur et agent culturel. Il a dirigé la Cinemateca de Bogota, une institution qu’il a réformée et développée, et il a fait partie de la première équipe de la Dirección de Cinematografía du Ministère de la Culture de Colombie, qu’il dirige actuellement. Parmi les œuvres qu’il a réalisées l’on peut citer les séries “En cine nos vemos” et “Sin alfombra roja”. Ses publications sur le cinéma comptent notamment les ouvrages suivants: Tender puentes (Ed. Asociación de Guionistas Colombianos et FDC, 2018) et Cines que cambian el mundo (Ed. Cinema23, 2019). Vous pouvez le lire sur sa page : www.geografiavirtual.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals