Navigation – Plan du site

Le cinéma comme point de vue sur la vie

Réflexions autour de Pai país, mãe pátria1 de José Carlos Avellar
Sylvie Debs
Traduction de Sylvie Debs
p. 44-47
Cet article est une traduction de :
O cinema como ponto de vista sobre a vida [pt]

Résumés

Le livre posthume du critique brésilien José Carlos Avellar, ami et collaborateur de Cinélatino, Rencontres des Cinémas d’Amérique latine, permet de relever les traits caractéristiques du cinéma contemporain réalisé dans des pays jadis colonisés. Des thèmes récurrents, comme l’absence chronique des pères, l’omniprésence de l’oubli, le déni de la mémoire, l’absence de futur, la quête de l’identité, tissent des liens dans la grande toile de la cinématographie nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avellar José Carlos, Pai país, mãe pátria, IMS, 2016, São Paulo, 152 p.
  • 2 Salles Walter, Cinemais, n. 9, jan-fev. 1998, p. 39.
  • 3 Avellar José Carlos, op. cit., p. 15.

1Feuilleter un livre de José Carlos Avellar, lire un fragment, c’est découvrir un univers sans frontières entre le cinéma, la littérature, les arts plastiques, la psychanalyse et l’histoire. C’est plonger d’entrée dans une intertextualité qui fonctionne tantôt comme une mise en abîme, tantôt comme un palimpseste, tantôt comme une poupée russe, ainsi que nous le rappelle Walter Salles : “Un film n’existe jamais seul. Il est porteur d’une mémoire cinématographique2.” Cette écriture si particulière, qui progresse par étapes comme la taille d’un diamant et polit la pensée critique au fur et à mesure qu’elle se développe, nous renvoie à la propre conception de José Carlos Avellar de la critique de cinéma. Il considère tout film comme étant “en même temps un tout à part et une part d’un tout3”, indissociable du lieu et du moment historique de sa production.

2Contrairement à la critique conventionnelle qui analyse un seul film, l’œuvre d’un réalisateur ou propose une étude comparative, José Carlos Avellar a défini au cours des années une méthode d’analyse qui procède par associations et n’isole jamais les films entre eux, ni de leur contexte. Notons qu’il n’y a pas d’index, ni de titres donnés aux fragments, mais une simple suite de numéros qui s’échelonnent de 1 à 28. L’auteur propose des rapprochements et des raccourcis inattendus, comme le ferait un alchimiste opérant un banc de montage qui disposerait de toutes les images des films cités. Rappelons que Pai país, mãe pátria (Père pays, mère patrie) est un recueil posthume trouvé sur son ordinateur par sa femme, Claudia M. Duarte, et l’on peut imaginer que l’auteur allait encore opérer un certain nombre de tailles dans ses écrits, voire inclure quelques films contemporains, brésiliens ou latino-américains, dans lesquels il avait repéré une interrogation récurrente sur le devenir et l’identité des anciens pays colonisés de l’Amérique latine, à l’image d’une recherche obstinée du père.

  • 4 Ibid., p. 6 e p. 8.

3En effet, le corpus est constitué essentiellement de la production filmique post-années 1960, porteuse d’un projet politique nourri d’espoirs de révolutions et de réformes dans lequel l’individu était représenté comme l’expression d’une collectivité. Une fois ces espoirs brisés par les dictatures, et après une renaissance démocratique annoncée, il s’agissait à l’aube des années 1990 de reprendre le travail laissé en friches et d’interroger le réel à partir d’une perspective plus individuelle que collective. Les préoccupations sociales et politiques qui étaient au cœur de la cinématographie des années 1960 ont laissé la place à des destins singuliers, individuels, porteurs des conflits que la société en crise traverse. Loin d’un Manuel ou d’un Fabiano qui incarnaient le destin des paysans nordestins, surgissent alors des Paco, Alex, Josué, Dora, etc.., personnages ancrés dans un univers urbain, chacun renvoyé à sa solitude et à l’oubli du “père pays et de la mère patrie”. Certains en arrivent même à douter de leur propre identité : “Je ne suis personne. Toi alors, encore moins ! Et l’autre personne est mort depuis trois jours !” rétorque Alex à Paco qui avait demandé : “Mec, qui es-tu ? Pour qui te prends-tu4 ?” Les personnages entrent en conflit avec la mémoire et le verbe “oublier” est régulièrement conjugué à l’impératif dans les films analysés. Manuela est sommée d’oublier son rêve de retour dans son pays natal (Terre étrangère) ; Dora veut oublier son père qui ne l’a pas reconnue et prédit à Josué qu’il l’oubliera (Centrale du Brésil) ; l’enfant sans nom est prié d’oublier le livre (Avril brisé) ; d’autres sont encore torturés par le désir d’oublier le père violent, comme Marcela (L’huître et le vent), André (À la gauche du Père), le fils de La bête à sept têtes ou la fille de Désert heureux. Enfin, certains en appellent à l’oubli de l’histoire, notamment de la dictature et de l’exil (Os dias com ele, Diário de uma busca, Que bom te ver viva).

Première de couverture du livre Pai país, mãe pátria, de Avellar José Carlos, IMS, 2016, São Paulo

Première de couverture du livre Pai país, mãe pátria, de Avellar José Carlos, IMS, 2016, São Paulo
  • 5 Wisnik José Miguel, Folheto de divulgação de Terra Estrangeira, dans Pai país, mãe pátria, op. cit. (...)

4Les personnages paraissent coupés de tout lien : ni identité, ni pays, ni passé, ni futur, ni père, ni mère ! José Miguel Wisnik avait noté en 1995 : “On a déjà dit sous differentes formes que le Brésil connaissait le manque chronique de père, celui qui instaure la loi, qui limite la jouissance et donne un nom à ses sujets5.” La recrudescence des personnages élevés sans la présence de leur père renvoie à l’absence d’État. Et, quand le père manifeste sa présence, elle est l’expression de la violence et de la répression à l’égal de celle exercée par l’État. Reste alors souvent comme figure centrale, celle de la mère, qu’elle soit biologique ou adoptive. Pour alimenter cette réflexion, José Carlos Avellar a recourt à des textes de Kafka, Louise Bourgeois, Sigmund Freud, Octávio Paz, Carlos Fuentes, Sérgio Buarque da Holanda et à la mythologie grecque.

  • 6 Avellar José Carlos, ibid., p. 88.
  • 7 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, 1986, Alhambra Rio de Janeiro, p. 13.

5L’auteur non seulement abolit les frontières entre les films, mais aussi entre les genres cinématographiques et les interprétations possibles : documentaire, fiction, image, représentation, réalité, rêve, dans le cadre, hors cadre ? Suivant les préceptes de Pasolini, José Carlos Avellar soutient qu’“il n’y a pas de nouvelle présentation, mais une représentation de la réalité, non pas une reproduction, mais une production de la réalité, une façon de rendre visible, par l’intermédiaire d’une image de cinéma, ce qui ne peut pas être vu dans la réalité6”. Ce jeu constant de mise en perspective du réel à travers l’image pour faire voir quelque chose de ce réel est ce qui guide la lecture du monde que fait l’auteur à travers le cinéma. “Le cinéma, c’est ce qui ne se voit pas, c’est ce qui se passe entre vous et l’image à l’écran7”, écrivait-il en 1986.

  • 8 Avellar José Carlos, Pai país, mãe pátria, op. cit., p. 120.
  • 9 Ibid., p. 97.

6Dans son essence, le livre se présente comme le testament intellectuel de l’auteur. Toute sa vie, que ce soit par l’étude, l’enseignement, la production, la sélection ou la critique de cinéma, José Carlos Avellar a poursuivi un même objectif : considérer le cinéma comme un point de vue pour réfléchir sur la société. Alliant une plume d’écrivain à un regard comparatiste, il ébauche les lignes de tensions qui sous-tendent la production contemporaine caractérisée par la recherche du père, du pays et de soi-même. L’hypothèse de départ posée, Maria Clara Escobar, réalisatrice de Os dias sem ele (2013), résume la fonction du cinéma : “Raconter l’histoire de mon pays, de mon père et la mienne8”. On y retrouve en écho, la paraphrase de Pasolini, à savoir : “Le cinéma est la langue écrite de la réalité9”.

Haut de page

Notes

1 Avellar José Carlos, Pai país, mãe pátria, IMS, 2016, São Paulo, 152 p.

2 Salles Walter, Cinemais, n. 9, jan-fev. 1998, p. 39.

3 Avellar José Carlos, op. cit., p. 15.

4 Ibid., p. 6 e p. 8.

5 Wisnik José Miguel, Folheto de divulgação de Terra Estrangeira, dans Pai país, mãe pátria, op. cit., p. 127.

6 Avellar José Carlos, ibid., p. 88.

7 Avellar José Carlos, O cinema dilacerado, 1986, Alhambra Rio de Janeiro, p. 13.

8 Avellar José Carlos, Pai país, mãe pátria, op. cit., p. 120.

9 Ibid., p. 97.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Première de couverture du livre Pai país, mãe pátria, de Avellar José Carlos, IMS, 2016, São Paulo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Debs, « Le cinéma comme point de vue sur la vie »Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019,  44-47.

Référence électronique

Sylvie Debs, « Le cinéma comme point de vue sur la vie »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/5733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.5733

Haut de page

Auteur

Sylvie Debs

Maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg, représentante du Réseau international de cités refuges (www.icorn.org) au Brésil où elle a créé le réseau CAsas BRAsileiras de Refugio (www.cabras.org). Titulaire d’un doctorat en littérature comparée, elle a publié Patativa de Assaré (2000), Les Mythes du sertão : émergence d’une identité nationale (2002), Brésil : l’atelier des cinéastes (2004), Corisco e Dada (2016) et Cinéma et cordel : jeux de miroirs. Intertexualités (2018) et de nombreux articles sur le cinéma, la littérature de cordel et la culture populaire. Interprète et traductrice, elle collabore au festival Cinélatino de Toulouse et fait partie du comité de rédaction de la revue Cinémas d’Amérique latine (www.cinelatino.fr) depuis 1996. Attachée de coopération et d’action culturelle au Brésil (2006-2010), puis au Mexique (2010-2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals