Navigation – Plan du site

Cinéma d’animation brésilien. Entre liberté de création et contraintes du marché

Aída Queiroz
Traduction de Sylvie Debs
p. 82-91
Cet article est une traduction de :
Animação brasileira. Entre a liberdade de criação e o mercado [pt]

Résumés

Le cinéma d’animation au Brésil vit l’un des meilleurs moments de son histoire. Cela n’a pas toujours été le cas et il rencontrera probablement de nouveaux obstacles. En ce qui concerne la production de cinéma d’auteur et de cinéma indépendant, comme dans de nombreux pays, l’ouverture d’écoles spécialisées a permis l’émergence de nouveaux talents, car les aides gouvernementales sont rares. En ce qui concerne la production commerciale, le plus grand défi consiste à augmenter et conserver les parts de marché national et international, avec des productions à faible coût. La créativité, plus que jamais, devient un facteur déterminant pour le succès de ce segment de la production audiovisuelle.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi

Fig. 1. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi

Introduction

1L’animation au Brésil suit les mêmes étapes que les mouvements culturels importants qui ont marqué l’histoire du pays, un agréable mélange d’indépendance, de créativité et d’irrévérence qui dribble les aléas politiques communs aux pays périphériques.

2Les auteurs de courts-métrages qui se sont aventurés dans l’autoformation au début des années 1990 ont favorisé l’émergence d’un marché, alors embryonnaire, avec des récits marqués par une liberté créative et technique qui ont suscité une véritable curiosité lors de leur participation à des festivals dans divers pays.

3Grâce à une conjoncture politique et économique favorable à la production audiovisuelle au Brésil entre 2003 et 2018, l’animation a rapidement pris une place remarquable dans les productions commerciales, les séries et les longs-métrages brésiliens présentant une bonne performance internationale. Auteurs et producteurs, ainsi que les développeurs du secteur, ont vite compris que le meilleur moyen pour l’animation brésilienne de se distinguer parmi tant de productions lancées quotidiennement sur le marché international serait tout simplement de maintenir la liberté de création et de réduire autant que possible les limites imposées par le marché.

Histoire interrompue

4Il est important de remonter un peu dans le temps pour essayer de comprendre comment cette nouvelle industrie, qui s’est développée même à l’état naissant, dispose d’un fort potentiel économique et culturel, potentiel recherché par de nombreux segments du marché.

5L’animation brésilienne a célébré ses 100 ans en 2017. Le premier film d’animation répertorié est le court-métrage L’Empereur d’Álvaro Martins qui date de 1917. “La première projection de L’Empereur a eu lieu le 22 janvier 1917 au Cine Pathé du quartier Cinelândia à Rio de Janeiro. Vingt ans après sa projection, on ignorait où se trouvait le film, y compris l’auteur lui-même1”. Un seul photogramme (Fig. 2) de ce travail a été préservé et prouve le ton sarcastique du récit en montrant l’empereur allemand Guillaume II englouti par un globe terrestre, faisant allusion à une Europe guerrière.

Fig. 2. O kaiser est le film d’animation brésilien répertorié le plus ancien.

Fig. 2. O kaiser est le film d’animation brésilien répertorié le plus ancien.

6Bien que le Brésil s’aventure depuis plus d’un siècle dans la production d’animation, de nombreux obstacles techniques et politiques ont précédé le développement d’une éventuelle industrie nationale. Les lacunes de l’histoire de la production d’animation sont dues soit à des difficultés d’accès à l’information et aux équipements spécifiques, soit à des gouvernements dictatoriaux réprimant toute initiative culturelle, comme ce fut le cas dans les années 1930 et 1960, ou à des gouvernements qui disqualifient simplement la culture parce qu’elle était jugée inutile et coûteuse pour le budget public.

7Souvent, ces obstacles ont généré des intervalles de plus d’une décennie entre les productions, autant pour les courts que pour les longs-métrages. Entre le premier long-métrage d’animation brésilien datant de 1953 Symphonie amazonienne d’Anélio Latini Filho (Fig. 3) et le second intitulé Cadeau de Noël d’Álvaro Henrique Gonçalves en 1971, s’est écoulée une longue attente de 18 ans.

Fig. 3. Premier long-métrage d’animation brésilien.

Fig. 3. Premier long-métrage d’animation brésilien.

8En raison de la présence de tant d’obstacles constants, l’animation brésilienne s’est limitée jusqu’à la fin des années 1980 à des initiatives indépendantes d’autodidactes qui se sont éventuellement démarquées sur le plan international dans le cadre de festivals, comme ce fut le cas pour le court-métrage Meow du réalisateur Marcos Magalhães (Fig. 4), lauréat du Prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1982. Il convient également de mentionner l’animation publicitaire, seul segment de l’animation brésilienne doté d’un bon budget de production et d’investissement qui, régulièrement, a gagné des prix importants à Cannes, Venise et autres festivals de cette catégorie.

Fig. 4. Meow (1981) de Marcos Magalhães

Fig. 4. Meow (1981) de Marcos Magalhães

L’importance des festivals de cinéma

9Nous pouvons dire que deux événements importants ont été fondamentaux pour le développement de l’animation brésilienne à partir des années 1990 : la nouvelle phase de l’informatique qui a provoqué un changement de paradigme dans la communication mondiale et la création du festival Anima Mundi-Festival International d’Animation du Brésil en 1993 à Rio de Janeiro.

10La démocratisation de l’ordinateur en tant qu’outil de travail et de loisirs, ainsi que l’accès à l’information par Internet, ont grandement contribué à l’augmentation de la production d’animation brésilienne. Nous ne devons pas perdre de vue que cela fait à peine dix ans qu’il existe des écoles d’animation au Brésil. Le cours de premier cycle le plus ancien a été créé en 2008 par l’Université Fédérale de Minas Gerais. Ses autres cours techniques et de premier cycle, sont encore plus récents.

  • 2 NADA, Núcleo de Arte Digital e Animação, Departamento de Artes e Designs, Pontifícia Universidade C (...)
  • 3 Acervo documental Anima Mundi.

11Dans ce contexte, Anima Mundi incitait beaucoup les jeunes animateurs indépendants à travailler dur pour produire et terminer leurs films, afin de participer au festival et de gagner une certaine répercussion dans les médias et auprès du public. Au cours de la dernière décennie, la production brésilienne de films d’animation a été supérieure à celle enregistrée au cours des 90 années précédentes. Avant Anima Mundi, l’histoire de l’animation brésilienne comptait 147 films2. Depuis 1993, nous avons enregistré 6 031 animations pour la sélection dans les différentes éditions du Festival3. Ce sont en majorité des courts-métrages.

12On sait que le court-métrage est le laboratoire de l’innovation et d’acquisition d’expérience dans la production audiovisuelle, quel que soit le langage adopté. Et ce ne fut pas différent pour ces nouveaux réalisateurs de l’animation brésilienne. Nombre d’entre eux se sont professionnalisés et se sont tournés vers la production commerciale d’animation, axée sur les séries et les longs-métrages.

Le début de l’industrie de l’animation brésilienne

13Il convient d’ouvrir une parenthèse très importante dans l’histoire de la production audiovisuelle brésilienne qui a profité à l’ensemble de l’industrie nationale et a permis à l’animation de devenir le point fort du secteur. Le Fonds Sectoriel de l’Audiovisuel (FSA), créé en 2006, a été l’un des principaux mécanismes de promotion pour l’ensemble de la chaîne de production audiovisuelle brésilienne. Le FSA utilise des fonds provenant de diverses sources, la plus importante étant la collecte auprès d’entreprises de télécommunication et d’opérateurs de télévision payante, qui a commencé à être mise en œuvre à partir de 2011. Outre cette initiative gouvernementale, les chaînes privées devaient prévoir 3 heures et 30 minutes par semaine de production nationale dans leur grille de programmation, et la moitié de ce contenu devrait être produite par des producteurs indépendants, ce qui a fortement contribué au développement de nouveaux producteurs. Les protestations initiales des chaînes ont rapidement été remplacées par le succès du contenu national auprès du public. La preuve de cela est que, à partir de 2016, la programmation d’œuvres brésiliennes a dépassé le minimum établi par la loi4. Depuis cette initiative gouvernementale, la production de séries animées pour les chaînes de télévision a considérablement progressé, passant de 2 à 44 productions au cours des 10 dernières années.

14En 2009, la série pour enfants Le Poissonnaute (Fig. 5) de Celia Katunda et Kiko Mistrorigo pour TV Penguin, est devenue culte lors de sa sortie par Discorey Kids et a occupé la première place de l’audience en Amérique latine avec seulement une semaine de projection. D’autres séries brésiliennes ont atteint les mêmes performances que Le Poissonaute et sont vendues dans plus de 90 pays5, ce qui a entraîné de réels gains en matière de propriété intellectuelle.

Fig. 5. Première série d’animation brésilienne entièrement produite au Brésil.

Fig. 5. Première série d’animation brésilienne entièrement produite au Brésil.

15Un autre phénomène sur le marché est la série Le frère de Jorel (Fig. 6) de Juliano Enric / Copa Studio, la première animation originale de Cartoon Network en Amérique latine lancée en 2014. Cette série a été conçue au départ pour un public d’enfants de 8 à 12 ans, mais très rapidement, elle a captivé le public adulte. C’est une série irrévérencieuse, surprenante par ses différents niveaux de lecture.

Fig. 6. O irmão do Jorel (2014) de Juliano Enrico/Copa Estúdio Cartoon Network da América Latina

Fig. 6. O irmão do Jorel (2014) de Juliano Enrico/Copa Estúdio Cartoon Network da América Latina

Une cible actuelle : le public adulte

16Récemment, en septembre 2018, Netflix a lancé la première série brésilienne destinée au public adulte, Les Super Drags de Anderson Mahanski, Fernando Mendonça et Paulo Lescau / Combo Studio (Fig. 7). Bien que cette série indique la tendance des acheteurs des plateformes à augmenter l’espace d’animation pour le public adulte, son lancement a suscité beaucoup de controverse et, par conséquent, la chaîne n’a pas renouvelé de contrat avec le producteur pour la deuxième saison.

Fig. 7. Super Drags (2018) de Combo Estúdio, Netflix

Fig. 7. Super Drags (2018) de Combo Estúdio, Netflix

17La fausse idée que l’animation est un langage réservé au public infantile a poussé la Société Brésilienne de Pédiatrie à demander l’annulation de la série alléguant “les risques liés à l’utilisation d’une langue éminemment infantile pour aborder des sujets propres au monde adulte”, ne tenant pas compte du fait que la série était déconseillée aux moins de 16 ans.

18La qualité technique de la série étant élevée, nous devrions peut-être prendre en considération la vague de conservatisme qui traverse le pays aujourd’hui, qui a jeté le discrédit sur la production culturelle et limite les sujets traités dans les contenus à diffuser.

Le long-métrage à portée des nouveaux auteurs

19Les longs-métrages d’animation brésiliens commencent également à rencontrer un succès professionnel dans les festivals internationaux et dans les salles de circuit commercial de divers pays.

20En 2013, le film Une histoire d’amour et de fureur de Luís Bolognesi (Fig. 9) a été récompensé au Festival d’Annecy en tant que Meilleur long-métrage. C’est la première fois qu’un film brésilien gagne à Annecy.

21L’année suivante, le succès de l’animation brésilienne se répète à Annecy avec le film Le garçon et le monde d’Alê Abreu (Fig. 8), lauréat du Prix du Meilleur long-métrage. Il a ensuite été nominé pour l’Oscar du Meilleur long-métrage d’animation en 2016.

Fig. 8. O Menino e o Mundo (2014) de Alê Abreu

Fig. 8. O Menino e o Mundo (2014) de Alê Abreu

Fig. 9. Uma História de Amor e Fúria (2013) de Luís Bolognesi

Fig. 9. Uma História de Amor e Fúria (2013) de Luís Bolognesi

22Alê Abreu s’était déjà distingué en transposant dans ses films tout son talent et ses connaissances d’artiste plasticien. Il a maintenu son style et conservé son art également dans la production du long-métrage, ce qui lui a valu de nombreuses récompenses pour son originalité, en plus de sa belle narration.

23Tito et les Oiseaux de Gabriel Bitar, André Catoto et Gustavo Steinberg est l’une des dernières productions brésiliennes qui a été nominée pour les Annie Awards 2019 (Fig. 11). Un peu plus audacieux sur le plan financier que les films précédents, les auteurs ont opté pour l’infographie et ont développé une esthétique inspirée du mouvement expressionniste. Encore une fois, le besoin des auteurs d’imprimer leur propre style artistique dans l’œuvre en utilisant différemment les outils couramment utilisés dans les productions est mis en avant.

Fig. 10. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi

Fig. 10. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi

Fig. 11. Tito e Os Pássaros (2018) de Gabriel Bitar, André Catoto e Gustavo Steinberg

Fig. 11. Tito e Os Pássaros (2018) de Gabriel Bitar, André Catoto e Gustavo Steinberg

24La production de longs-métrages a mis un peu plus longtemps que les séries pour présenter des résultats, car il s’agit d’un processus qui prend plus de temps et qui appartient à un segment du marché extrêmement concurrentiel. Mais les chiffres sont assez encourageants si l’on considère qu’entre 1995 et 2017, la production brésilienne totale de films d’animation fut de 25 films, et qu'uniquement en 2018, 25 autres longs-métrages sont en cours de production, dont certains en coproduction avec d'autres pays6. Au cours des prochaines années, une partie importante de ces films circulera certainement sur différentes plates-formes de distribution et quelques-uns connaîtront le succès. La tendance est à l’augmentation annuelle du nombre de longs-métrages produits, tant que la politique d’investissement dans le secteur sera maintenue.

Les courts-métrages comme laboratoire de création

25Les courts-métrages continuent également de conquérir des places importantes dans le circuit des festivals internationaux, sur les plateformes numériques et dans les niches précieuses dans le monde entier. Le court-métrage Guida de Rosana Urbes (Figs. 1 et 10) a fait une belle carrière dans les festivals, notamment récompensé à Annecy en 2015 comme Meilleur Premier Film. Comme dans d’autres pays, le court-métrage n’étant pas un produit du marché, son insertion dans des budgets d’investissement et mécénat est très modeste, ce qui rend la production d’œuvres d’auteur difficile en dehors des écoles d’animation. Il existe quelques initiatives ouvrant des espaces pour la production de courts-métrages d’animation, à l’instar de la BNDES, la Banque Nationale pour le Développement Economique et Social, qui lance chaque année de nouvelles aides à la production cinématographique. Il est possible de quantifier la production annuelle de courts-métrages grâce à Anima Mundi, qui chaque année depuis 2004 reçoit environ 250 titres brésiliens participant à la sélection du festival.

Considérations finales

26Au cours des dernières années, l’art de l’animation au Brésil a trouvé un espace et des conjonctures très favorables à son développement, ainsi qu’à son potentiel créatif, ce qui a attiré l’attention du monde entier. En fait, l’animation brésilienne s’est affirmée comme créatrice de contenu et non comme main-d’œuvre contractée par d’autres pays.

27Le festival d’Annecy a reconnu ce mouvement et a rendu hommage à l’animation brésilienne en 2018. Selon le directeur artistique du festival, Marcel Jean, “le choix a été fait parce que le Brésil a été récompensé trois années consécutives, ce qui justifie le désir d’explorer plus en profondeur la production brésilienne d’animation. Nous voulons montrer en quoi ce grand territoire est une source créative puissante et comment les animateurs brésiliens ont su développer une expression singulière et forte7.”

28Pour l’avenir proche de l’animation brésilienne, il y a le désir de maintenir la production intense et constante que cette jeune industrie exige en laissant un espace ouvert au potentiel créatif déjà mis en œuvre au cours de la dernière décennie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 2. O kaiser est le film d’animation brésilien répertorié le plus ancien.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3. Premier long-métrage d’animation brésilien.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4. Meow (1981) de Marcos Magalhães
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 5. Première série d’animation brésilienne entièrement produite au Brésil.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6. O irmão do Jorel (2014) de Juliano Enrico/Copa Estúdio Cartoon Network da América Latina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7. Super Drags (2018) de Combo Estúdio, Netflix
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 8. O Menino e o Mundo (2014) de Alê Abreu
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 9. Uma História de Amor e Fúria (2013) de Luís Bolognesi
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 10. Guida (2014) de Rosana Urbes – Fonte: Acervo Anima Mundi
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 11. Tito e Os Pássaros (2018) de Gabriel Bitar, André Catoto e Gustavo Steinberg
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/5966/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aída Queiroz, « Cinéma d’animation brésilien. Entre liberté de création et contraintes du marché », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 82-91.

Référence électronique

Aída Queiroz, « Cinéma d’animation brésilien. Entre liberté de création et contraintes du marché », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/5966 ; DOI : 10.4000/cinelatino.5966

Haut de page

Auteur

Aída Queiroz

Diplômée en beaux-arts de l’Université Fédérale du Minas Gerais, Aida Queiroz est réalisatrice de films d’animation formée par l’Office National du Film du Canada/Embrafilme. Directrice et commissaire du Festival Anima Mundi-Festival international d’animation du Brésil. Directrice de la maison de production Campo 4 Produções Cinematográficas.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals