Navigation – Plan du site
Atelier. Cinéma, genre et politique (Fragments de conversations), Cinélatino 2018

Rencontre avec Paulina García, une artiste fantastique

Laurence Mullaly
Traduction de Jacques Danton et Marion Gautreau
p. 130-137
Cet article est une traduction de :
Encuentro con Paulina García, una artista fantástica [es]

Notes de la rédaction

Transcription : Marion Gautreau

Texte intégral

1Paulina García est l’actrice chilienne la plus prisée et la plus reconnue au niveau international ; elle est également très populaire dans son pays où elle travaille depuis 34 ans comme actrice de théâtre, de cinéma, de télévision et comme metteuse en scène.

2Elle a débuté au théâtre de la Universidad Católica en 1983, dans la pièce ¿Dónde estará la Jeanette? de Luis Rivano. L’année suivante, elle a incarné à la télévision le personnage d’Adriana Godán dans la série à succès Los Títeres, rôle qu’elle a partagé avec l’actrice Gloria Münchmeyer. Elle est professeure d’interprétation à l’École de théâtre et a fondé en 1997 l’Association des Metteurs en scène (ADT).

3Elle a joué dans une trentaine de pièces significatives comme Cariño malo d’Inés Margarita Stranger, L’Oncle Vania de Tchekhov, Les Troyennes d’Euripide et Las Analfabetas de Pablo Paredes. Comme dramaturge, elle a mis en scène El Continente negro et Lucrecia y Judith, deux œuvres de Marco Antonio de la Parra et Look back in anger de John Osborne. En 2002, elle a reçu la bourse de la Fondation Andes pour faire une recherche sur la violence conjugale, Golpes extraños al amor. Cette recherche a donné naissance au texte Peso negro, sélectionné au Festival de Unipersonales del Galpón 7, et à l’œuvre Frágil, qu’elle a créée et montée à Matucana 100, le Festival National de Dramaturgie (organisé par le Département de Théâtre du ministère des Cultures, des Arts et du Patrimoine) destiné à impulser la création dramatique contemporaine chilienne. Elle fut directrice artistique de ce Festival avec Nona Fernández lors de l’édition 2018.

Las analfabetas (2013) de Moisés Sepúlveda

Las analfabetas (2013) de Moisés Sepúlveda

4Parmi de nombreux prix, nous pouvons signaler l’Ours d’Argent à La Berlinale pour son rôle dans le film Gloria de Sebastián Lelio en 2013 qui l’a propulsée sur la scène internationale. Avec Valentina Muhr, qui a été son élève, elle a joué dans l’adaptation au cinéma de Las Analfabetas de Moises Sepúlveda en 2013 qui a rencontré un succès public au Chili.

5Alors qu’elle interprétait la mère de Pablo Escobar dans la série Narcos (2015-2018), ce qui lui a valu une renommée internationale, elle a tourné dans Brooklyn Village (Little Men) du réalisateur états-unien Ira Sachs en 2016.

6En 2017, elle a fait partie du casting interrégional latino-américain du film El Presidente (La Cordillera) de l’Argentin Santiago Mitre et a été la protagoniste de La Fiancée du désert, premier film de deux jeunes cinéastes argentines, Valeria Pivato et Cecilia Atán (Cinéma en Construction, Prix du jury Un Certain Regard et Cinélatino 2018).

7Cette rencontre aborde certaines étapes et facettes de cette trajectoire impressionnante à partir de quelques mots-clefs :

8A comme actrice, artiste (et jeu d’acteur)
A comme apprentissage : Las Analfabetas
G comme Gloria : la rencontre avec Lelio
L comme liberté : La Fiancée du désert
R comme représenter une latino dans le cinéma
états-unien : Brooklyn Village
S comme série internationale : Narcos

Commençons par A comme jeu, jeu d’acteur, et A comme actrice. Qu’en pensez-vous?

Ce qui me vient tout d’abord à l’esprit, c’est la référence à un texte allemand que j’apprends en espagnol, Idomeneo, pour le théâtre en juillet, où il est dit : “A comme alpha, A comme arranque (début)”. Pardon pour la digression, mais c’est ce qui me vient à l’esprit. Je suis profondément attachée à ces notions. Je crois que c’est ainsi que j’ai essayé de me présenter dans la vie comme actrice. D’un côté, il faut que le jeu pour un rôle soit simple, cela doit toujours le paraître, mais si l’idée est d’être une artiste, d’élever le jeu sur le plan artistique, alors tout devient plus complexe. Complexe, parce qu’on doit se poser des questions qui permettent de transcender un projet; je dis projet lorsque j’affronte un nouveau rôle. Cette élévation est le lieu à partir duquel je cherche à transcender ce que je vais faire et qui demande un lien pour se poser des questions adaptées, un lien entre la réalité et le monde intérieur qui est exigeant. C’est exigeant parce que ce n’est pas seulement au moment où je joue le rôle, où je commence à travailler ce rôle, c’est quelque chose qui arrive tout le temps, parce qu’on n’est pas juste une artiste du lundi au mardi. Une fois qu’on a pris cette voie, c’est un chemin que l’on parcourt tous les jours.

El Presidente (Argentine, 2017) de Santiago Mitre

El Presidente (Argentine, 2017) de Santiago Mitre

Et cette décision, l’avez-vous prise très tôt lorsque vous avez débuté dans la série télévisée Los Títeres ou plutôt lors de la première œuvre de théâtre ¿Donde estará la Janet? Ou plus tard au cinéma ? Vous souvenez-vous à quelle occasion?

Au théâtre d’abord. C’est quelque chose que j’ai découvert avec le temps. Ce n’est pas une chose que l’on se dit d’un coup : “Ah ! Je suis une artiste”, mais c’est quelque chose que j’ai trouvé lentement avec le chemin parcouru, d’un côté. De l’autre côté, comme j’avais entamé certains travaux, je me suis entendue dire que j’étais une actrice, puis plus tard j’ai osé me dire “Je suis une artiste”. Il me semblait alors que c’était une grande responsabilité d’assumer ces deux rôles. Et je le crois encore aujourd’hui.

La novia del desierto (La Fiancée du désert, 2017) de Valeria Pivato, Cecilia Atán

La novia del desierto (La Fiancée du désert, 2017) de Valeria Pivato, Cecilia Atán

Pouvez-vous préciser ces notions d’actrice et d’artiste ? Il est bon de rappeler au public que Paulina García n’est pas seulement actrice de cinéma mais qu’elle a commencé à la télévision, au théâtre. C’est quelque chose d’inhabituel pour le public français de jouer dans ces différents domaines. Paulina fait aussi de la mise en scène au théâtre. Elle a donc plusieurs cordes à son arc.

Au Chili, il n’existe pas de différence. Tu es actrice, c’est tout. Tu travailles aussi bien dans l’un que dans l’autre et je dirais que la plupart des acteurs et actrices de cinéma jouent au théâtre et sont tous nés au théâtre. C’est une habitude au Chili, il n’y a pas d’école de formation d’acteurs de cinéma, tu apprends à jouer devant une caméra à l’école de théâtre. Et... j’ai oublié la question...

Votre commentaire sur être actrice et artiste et l’assumer.

Il y a une différence parce qu’on peut assumer le jeu comme un passage, aujourd’hui je joue une chose et demain, une autre. Dans mon pays, il arrive aussi que l’on pense que jouer c’est retenir un ensemble de textes et commencer à les jouer. En vérité, n’importe qui peut jouer. Vous autres, vous assumez des rôles différents selon les personnes qui se tiennent face à vous. J’imagine qu’avec vos parents, vous assumez un rôle d’enfant, avec un professeur, vous jouez celui d’élève, pas celui d’enfant, avec le fiancé ou la fiancée, le rôle de fiancé et pas celui de frère ou de sœur ; et quand on se rend compte que le rôle du fiancé se change en frère, on se dit : “Bon là, le rôle est terminé, une relation s’est achevée”. Mais ça aussi, c’est jouer. Je ne sais pas si vous me comprenez.

La différence va encore plus loin. Quand je dis que nous pouvons tous jouer, c’est parce que tous, nous le faisons tout le temps. Mais il en va autrement quand on veut élever la catégorie du jeu à un plan différent. En plus d’interpréter un rôle, je dois occuper un autre espace qui est celui d’être capable d’être en harmonie avec les événements qui adviennent quand je joue pour que vous, spectateurs, soyez en harmonie avec moi et avec le monde. […]

Narcos (2015) serie de Chris Brancato (États-Unis, Netflix)

Narcos (2015) serie de Chris Brancato (États-Unis, Netflix)

Las analfabetas

Regardons l’extrait qui présente l’apprentissage de Jimena auprès de la jeune femme. Il marque l’intérêt de la relation entre cette toute jeune femme et Jimena, femme d’âge mûr qui n’a pas pu aller à l’école. Cette incapacité de lire renvoie à l’incapacité d’exprimer ses émotions. Je précise que la jeune actrice du film a été l’élève de Paulina dans une classe de théâtre universitaire.

C’est cela qui a été le plus amusant. Après qu’elle a quitté l’Université, nous nous sommes rencontrées par hasard à la fin d’une pièce de théâtre et je lui ai demandé ce qu’elle faisait. “Rien”, me répondit-elle. J’ai eu envie de lui proposer quelque chose. J’aimais beaucoup sa façon de travailler. On voyait que c’était une grande actrice. On a invité un dramaturge qui a écrit la pièce pour nous. Et au moment où il écrivait, au Chili avaient lieu les grandes manifestations étudiantes pour la gratuité des études universitaires. Nous nous sommes alors posé la question : “Que représente étudier au Chili et qu’avons-nous appris ?” Nous avons discuté une après-midi entière avec le dramaturge. Nous le connaissions toutes les deux. C’est un garçon de 36 ans, il en avait alors 26. Pendant cette conversation, je me suis souvenue de la façon dont mes enfants avaient appris à lire et à écrire. Dans leur école, on leur a appris à lire à partir de la première lettre du nom de leur meilleur ami. Et cela veut dire apprendre à lire à travers l’amour. C’est la meilleure motivation pour apprendre. Ainsi, mes enfants ont vite appris à lire le nom de leurs amis sur les porte-manteaux.

Alors Pablo a écrit la première scène, celle que vous venez de voir ; ce n’est pas la première de l’œuvre mais c’est la première que nous ayons répétée. C’est une scène longue qui est divisée en plusieurs jours dans le film, mais dans la pièce, c’était une scène où il se passait beaucoup de choses. L’enseignante, qui a la moitié de mon âge, est diplômée de l’Université en langage et communication. Ce qui est remarquable, c’est que cette jeune femme n’avait aucun talent pour enseigner ce qu’elle avait appris, c’est-à-dire à lire et à écrire. Elle maîtrisait mal la langue et la pédagogie et n’avait pas envie d’enseigner. Mais elle manifestait un désir immense de connaître quelqu’un. C’était une personne solitaire et lisse. Ce fut comme le nœud de l’œuvre : une enseignante sans envie ni talent qui utilise de vieux outils pédagogiques et les présente à Jimena, comme si elle était bête. Et ce nœud a représenté l’impulsion de départ du travail. Nous avons répété cette scène seules d’abord, avant de la redonner à Pablo qui a réécrit la scène. C’est ainsi que l’œuvre a grandi. […]

Brooklyn Village (Little Men, 2016) d’Ira Sachs 

Brooklyn Village (Little Men, 2016) d’Ira Sachs 

La fiancée du désert

Pour la première fois depuis longtemps, dans La Fiancée du désert, une femme mûre est mise au premier plan. Françoise Héritier affirmait qu’une femme de cinquante ans n’a plus d’existence. Elle a rempli ses rôles d’épouse, de mère, alors que dans ce film, c’est le point de départ. Il est à noter que les jeunes réalisatrices désiraient rendre hommage aux femmes de la génération de leurs mères. Dans ce film, je voulais savoir comment vous aviez abordé le fait de travailler avec de très jeunes femmes (les coréalisatrices), le travail sur le personnage féminin ainsi que le regard sur ce personnage féminin ?

C’est un concept dont nous avons discuté et que j’ai toujours gardé à l’esprit. Il s’agit d’une employée de maison en période de crise en Argentine. La maison doit être vendue et elle ne peut pas rester avec la patronne, alors on l’envoie à San Juan, à mille kilomètres de la capitale. Au cours du voyage, elle perd son sac, puis connaît un homme qui l’aide dans la recherche de son sac. Lorsqu’elle vivait à Buenos Aires, le concept avec lequel on a travaillé était que cette maison ressemblait à une énorme coquille d’escargot qui la protégeait, elle pouvait s’y cacher. En perdant la maison, elle ne sais pas à quoi s’aggriper, son flotteur c’est son sac. En perdant son sac, elle pense se noyer, elle est désespérée, paralysée, stupéfaite. Elle ne se rend pas compte qu’en cherchant son sac, elle se sauve, car elle apprend à nager dans ces eaux. Mais elle met longtemps à le comprendre. C’est pour cela que la plupart du temps elle reste muette.

J’aime beaucoup travailler avec le concept brechtien qui dit que lorsqu’on fait une chose, on arrête de faire le reste. Brecht dit que lorsqu’on décide de faire quelque chose, le reste commence à nous manquer. Et ce qui lui manque lorsqu’elle pénètre dans cette petite maison, c’est de ne pas être restée dans le camping-car. Et lorsqu’elle reste muette, ce qui lui manque c’est de ne pas avoir dit quelque chose. C’est la même chose dans la vie, n’est-ce pas ?

La notion de liberté est importante dans cette trajectoire, cette route, cette rencontre entre ces deux êtres qui, au départ, n’ont rien en commun. C’est une liberté forcée, une liberté qui se découvre, une liberté des corps qui se révèle.

C’est intéressant parce que, que fait-on lorsqu’on est libre? Quand on a cette épiphanie de la liberté, cela peut terroriser. “Je suis capable de faire vraiment ce que je veux”. Et c’est quelque chose qu’elle met tout le temps du film à comprendre. Parfois, on met toute une vie à comprendre que l’on est libre. Le fait que la liberté soit libre, c’est le problème de la liberté. C’est une sorte de vide qui se présente à nous et face auquel on se demande : “Bon, que dois-je faire, sauter dans ce vide ?”

Paulina García, Ours d’argent 2013 de la meilleure actrice pour Gloria (Sebastián Lelio, 2013), Berlin

Paulina García, Ours d’argent 2013 de la meilleure actrice pour Gloria (Sebastián Lelio, 2013), Berlin
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Las analfabetas (2013) de Moisés Sepúlveda
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre El Presidente (Argentine, 2017) de Santiago Mitre
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre La novia del desierto (La Fiancée du désert, 2017) de Valeria Pivato, Cecilia Atán
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Narcos (2015) serie de Chris Brancato (États-Unis, Netflix)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Brooklyn Village (Little Men, 2016) d’Ira Sachs 
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Paulina García, Ours d’argent 2013 de la meilleure actrice pour Gloria (Sebastián Lelio, 2013), Berlin
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Mullaly, « Rencontre avec Paulina García, une artiste fantastique », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 130-137.

Référence électronique

Laurence Mullaly, « Rencontre avec Paulina García, une artiste fantastique », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/6172 ; DOI : 10.4000/cinelatino.6172

Haut de page

Auteur

Laurence Mullaly

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals