Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie Debs, Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités

L’Harmattan, 2018, 254 pages
Marie-Françoise Govin
p. 154-155
Référence(s) :

Sylvie Debs, Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités, L’Harmattan, 2018, 254 pages

Traduction(s) :
Sylvie Debs, Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités [es]

Texte intégral

1Depuis les années 1960, à l’époque de l’éclosion du cinema novo, jusqu’à aujourd’hui, le cinéma brésilien tisse des liens bien particuliers avec le cordel, une littérature populaire de colportage de la région du Nordeste. La culture populaire qui se dit et s’écrit par les cordeis est ancrée dans l’espace géographique du sertão, celui où est né Glauber Rocha, un des fondateurs du Cinema novo. Les articles de Sylvie Debs réunis dans ce livre montrent comment le cordel, depuis le sertão, irrigue le cinéma brésilien et réciproquement comment le cordel s’est emparé du cinéma. Cette littérature publiée sous forme de livrets illustrés, les folhetos, chantée en public par des poètes-chanteurs, est familière aux cinéastes du Nordeste et a fasciné des réalisateurs comme Nelson Pereira dos Santos et Geraldo Sarno. Elle a été une des sources du renouveau esthétique revendiqué par le cinema novo.

2L’auteure est une universitaire de terrain et son ouvrage est une réflexion nourrie de sa connaissance des films brésiliens, de ses voyages dans le pays et de nombreuses interviews avec des cinéastes. Elle est une enquêtrice qui collecte des documents, elle est une cinéphile qui connaît sur le bout des yeux le cinéma brésilien, au-delà du cinema novo, ce courant qui a travaillé à rapprocher le cinéma de la réalité d’un peuple. Elle analyse le cinéma, détecte des indices, cherche, rencontre sur place des cordelistes, collecte des témoignages, les confronte, compare, interroge et trouve des correspondances pour établir un panorama des interactions réciproques entre cordel et cinéma.

3Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités est construit en deux parties : une série de sept articles qui développent les motifs qui unissent les deux arts, suivie de la transcription d’entretiens que l’auteure a menés de 2006 à 2013 avec des cinéastes et des cordelistes.

4L’interpénétration entre les deux formes d’expression est fondatrice du propos et compose la trame d’un discours descriptif et analytique. Les histoires qui constituent le fondement des cordeis, fréquemment histoires de violence et de révolte sur fond de religion, souvent politiques, ont donné naissance un langage qui a attiré les cinéastes, qui développent alors chacun une relation différente avec le cordel. Les analyses respectives des nouveaux langages mettent en évidence la manière dont le cinéma brésilien, et en particulier le Cinema novo s’est nourri, dans sa perspective politique comme dans ses choix esthétiques, de la matière constitutive des cordeis. L’auteure s’attache à ne pas généraliser mais, au contraire, révèle, par la voix des artistes, les différentes facettes de ces liens et des démarches.

5Sylvie Debs relève que l’interaction est double : les films reprennent les figures de la littérature et les livrets ont pour sujet le cinéma. La part iconographique du livre concrétise ce double emprunt : la reproduction de nombreuses xylogravures illustrant des couvertures répondent à des photogrammes issus des films. S’y ajoutent des photos in situ ; ainsi les artistes qui peuplent ce livre prennent image. Le lecteur qui n’a jamais eu dans les mains ce type de documents saisit la réalité de l’impact réciproque des deux modes d’expression.

6Les artistes appartiennent aux deux mondes: les entretiens avec les cinéastes et les portraits de poètes-chanteurs croisent les propos d’acteurs et d’un historien du cinéma. Les entretiens affinent descriptions et analyses grâce à des paroles émouvantes, porteuses de l’engagement idéologique et esthétique. Place est donnée aux relations fortes qui unissent les artistes de cinéma et les poètes chanteurs ; en outre, nombreuses sont les évocations de Glauber Rocha et de l’impact du cordel sur sa démarche de cinéaste.

7Le livre de Sylvie Debs stimule l’envie de regarder, de nouveau ou enfin, le cinéma brésilien, avec de nouvelles clés, un cordel à la main.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Govin, « Sylvie Debs, Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 154-155.

Référence électronique

Marie-Françoise Govin, « Sylvie Debs, Cinéma et cordel. Jeux de miroirs-Intertextualités », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/6269

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Govin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals