Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours

Hermann Éditeurs, Paris, 2018, 330 pages
Lolita Todeschini
p. 156-157
Référence(s) :

Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours. Sous la direction de : I. Bleton, F. Godeau, F. Dumontet, M. C. Coelho Ferreira, Hermann Éditeurs, Paris, 2018, 330 pages

Traduction(s) :
Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours [es]

Texte intégral

  • 1 Nous avons choisi de rédiger cet article en utilisant l’écriture inclusive.

1Lors du congrès international Après les dictatures, après les traumatismes historiques. Constructions comparées de la mémoire des 5 et 6 novembre 2015 à l’École Normale Supérieure de Lyon, des chercheuse·eur·s1 ont confronté leurs travaux afin de se pencher sur différentes problématiques de constructions mémorielles. Constructions comparées de la mémoire : Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours réunit les communications exposées au cours de cette rencontre en quatre parties : Constructions de la mémoire en Argentine ; Constructions de la mémoire au Brésil ; Littérature francophone et comparée et Cinéma.

2Le corpus étudié est constitué d’œuvres littéraires et cinématographiques postérieures aux années 1980. L’ouvrage est introduit par deux interventions théoriques. La première avec une conférence d’Elizabeth Jelin, sociologue argentine spécialisée sur les questions de mémoire, puis la seconde avec un entretien entre Jean-Louis Jeannelle et Catherine Coquio, professeure de littérature comparée à l’Université de Paris Diderot.

3En dépit d’un sous-titre annonçant une séparation binaire, Littérature et cinéma, il apparaît que le découpage interne de l’ouvrage soit tout autre. En effet, les trois premières parties permettent une étude approfondie et spécifique de productions romanesques contextualisées selon le pays d’étude. La première est dédiée à un corpus littéraire allant des témoignages d’ex-détenues aux récits d’enfants de disparu·e·s traversant ainsi toutes les étapes de la construction de la mémoire argentine. La seconde permet à la fois d’étudier les différentes phases historiques d’oppression au Brésil mais aussi de mettre en relation, via l’étude de blessures générationnelles, la fuite d’événements traumatiques européens et la répétition de l’horreur sous la dictature militaire. La troisième partie, quant à elle, se concentre sur la littérature francophone élargissant ainsi le débat à la Seconde Guerre mondiale et à la Guerre d’Algérie permettant de relier les problématiques mémorielles à un contexte plus global. Enfin, une quatrième partie est dédiée au domaine cinématographique et propose une étude d’un corpus comprenant six œuvres internationales mêlant fiction et documentaire, autour desquelles les chercheur·se·s analyseront les stratégies employées par les réalisatrice·eur·s pour représenter un passé douloureux.

  • 2 Les stratégies de représentation abordées ici utilisent notamment des procédés issus du théâtre, co (...)

4Si le recours à la fiction, dans la littérature, se voit alors comme une solution permettant aux auteur·e·s-victimes de s’éloigner de leurs œuvres de façon à ne pas revivre trop douloureusement les expériences dont ils témoignent, les articles portant sur le cinéma s’attardent d’avantage sur la difficulté de représentation en période d’oubli institutionnel2.

5Avec son film Cabra marcado para morrer (1984), Eduardo Coutinho s’est confronté directement au joug du régime militaire brésilien. Une œuvre qui au départ se voulait de fiction a vu son tournage s’interrompre suite au coup d’État. Comment alors finir le travail commencé ? Ana Paula Pacheco revient dans un article passionnant sur l’histoire et la construction d’un film qui s’est vu changer de genre et de problématique au cours de sa réalisation. Elle met notamment en exergue diverses méthodes de superposition tant narratives qu’esthétiques utilisées par le cinéaste amenant ainsi à la création d’une position critique du spectateur face à une mémoire complexe.

6De plus, une des problématiques commune à l’ensemble du corpus présentée dans l’ouvrage est celle de la disparition. La difficile représentation de l’absence ne doit pas devenir synonyme d’impossibilité car la disparition forcée n’est autre qu’une volonté d’oubli forcée. Alors comment représenter l’absence ? Dans son article, Sylvie Rollet présente plusieurs stratégies utilisées par quatre réalisateurs : Théo Angelopoulos (Grèce), Atom Egoyan (Arménie), Wang Bing (Chine) et Patricio Guzmán (Chili). La description des techniques esthétiques utilisées par ces derniers est ingénieusement accompagnée par des photogrammes permettant à la fois d’appréhender les subtilités empruntées par les cinéastes mais aussi de les comparer.

  • 3 Jelin Elizabeth, Los trabajos de la memoria, Madrid, Siglo XXI, 2002, 146 p.

7Une mémoire donc difficile chacun·e des auteur·e·s et réalisatrice·eur·s présenté·e·s cherchent à construire à la marge de l’officielle afin de pouvoir créer une mémoire propre et critique. Le travail d’Elizabeth Jelin3 a permis de formuler une mémoire du point de vue argentin sortant ainsi de l’unique base européenne qui régnait jusqu’alors. Car doit-on toujours subir l’influence d’un système hégémonique, qu’il soit national ou mondial? Une problématique que Laurence Mullaly amène à explorer à travers l’analyse de Los Rubios (2003) et Restos (2010) de la réalisatrice argentine Albertina Carri. L’œuvre de cette dernière s’est confrontée à deux périodes bien distinctes de l’histoire argentine comprenant d’abord une amnistie puis ensuite la mise en place d’une politique de création mémorielle par le gouvernement Kirchner. Laurence Mullaly replace alors habilement le point de vue critique de Carri qui se demande si lorsqu’elle devient institutionnelle, la mémoire ne risque pas de devenir abusive.

8Ainsi, nous regrettons un déséquilibre quant à la quantité de travaux traitant de ces questions dans le domaine cinématographique. Néanmoins, la qualité du contenu théorique de Constructions comparées de la mémoire se détache par une analyse consistante d’œuvres traitant des problématiques de constructions mémorielles, individuelles comme sociales, à la suite de traumatismes historiques. Nous soulignons également que les trois articles se consacrant à une étude cinématographique abordent les thématiques exposées dans les parties précédentes à la fois par une étude esthétique et narrative permettant ainsi de compléter les analyses littéraires.

Haut de page

Notes

1 Nous avons choisi de rédiger cet article en utilisant l’écriture inclusive.

2 Les stratégies de représentation abordées ici utilisent notamment des procédés issus du théâtre, comme la mise en abyme (film dans le film) ou l’utilisation exacerbée du registre épique pour créer une distanciation brechtienne.

3 Jelin Elizabeth, Los trabajos de la memoria, Madrid, Siglo XXI, 2002, 146 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lolita Todeschini, « Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours », Cinémas d’Amérique latine, 27 | 2019, 156-157.

Référence électronique

Lolita Todeschini, « Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 27 | 2019, mis en ligne le 04 août 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/6282

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals