Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Noir BrésilLe Noir dans les feuilletons télé...

Noir Brésil

Le Noir dans les feuilletons télévisés

Un cas exemplaire de la décadence du mythe de la démocratie raciale brésilienne
O negro na telenovela
Joel Zito Araújo
Traduction de Sylvie Debs
p. 17-27
Cet article est une traduction de :
O negro na telenovela [pt]

Résumés

Le mythe de la démocratie brésilienne, bien que fort critiqué par a population noire, persiste aujourd’hui encore au sein de la société, comme dans l’industrie cinématographique et dans les telenovelas. Il se manifeste comme un épais rideau qui vient occulter la perception des stéréotypes négatifs relatifs aux afro-brésiliens, provoquant de ce fait une faible reconnaissance de l’importance des acteurs noirs dans l’histoire du cinéma et de la télévision au Brésil.

Haut de page

Texte intégral

A cabana du pai Tomas

A cabana du pai Tomas

Télénovela diffusée en 1969

Régis Cardoso

1Examiner la représentation des acteurs noirs sur presque 50 ans d’histoire de feuilleton brésilien, principale industrie audiovisuelle et de dramaturgie du pays, c’est révéler la décadence du mythe de la démocratie raciale, salissant ainsi une belle mais fausse image que le Brésil a toujours cherché à donner de lui-même, en faisant croire qu’à partir de notre condition de nation métisse, nous avons surmonté le “problème racial” et sommes un modèle d’intégration pour le monde.

2Aucun des grands acteurs noirs ne paraît avoir échappé au rôle de l’esclave ou du serviteur dans l’histoire du feuilleton brésilien, même ceux qui, lorsqu’ils sont arrivés à la télévision avaient déjà un nom solidement construit au théâtre ou au cinéma, comme Ruth de Souza, Grande Otelo, Milton Gonçalves et Lázaro Ramos. Cette affirmation peut être vérifiée dans la recherche que nous avons faite sur la représentation du noir dans l’histoire du feuilleton brésilien, qui a donné lieu au film et au livre La négation du Brésil.

Grande Otelo

Grande Otelo

Cinelatino

3La représentation des acteurs noirs a subi une lente mutation depuis les années soixante, quand ils ont seulement interprété des afrodescendants dans des situations de personnes totalement subalternes. À cette époque, la femme noire était régulièrement représentée comme esclave et employée domestique, s’insérant dans la réédition de stéréotypes communs au cinéma et à la télévision nord américains, comme les “mammies”. Le meilleur exemple a été le grand succès de l’actrice Isaura Bruno, quand elle a interprété la mère Dolores, dans le feuilleton le plus populaire de l’époque, Le droit de naître. Entre temps, s’est développé à la même époque un stéréotype différent de Hollywood, celui de la mulâtresse séductrice, briseuse de foyers.

4Dans les années soixante-dix, le succès thématique typique des feuilletons a été la représentation des conflits et des drames des Brésiliens dans la lutte pour l’ascension sociale dans une décennie considérée comme l’ultime de la croissance économique du pays au XXe siècle. Cependant, seuls quelques auteurs, en particulier Janete Clair, ont créé des rôles de noirs à la recherche d’ascension professionnelle. À l’exemple du psychiatre, le Docteur Percival, interprété par Milton Gonçalves dans Péché capital. Toutefois, aucun de ces personnages n’était protagoniste ou antagoniste, ils étaient toujours des faire valoir pour les autres. Le seul personnage noir qui a été protagoniste et qui est devenu un succès international de vente dans les années soixante-dix a été interprété par une actrice blanche, dans le rôle titre du feuilleton L’esclave Isaura. Seulement dans les années quatre-vingt-dix, une actrice noire, Taís Araujo, allait casser ce tabou et assumer le rôle titre d’un feuilleton, dans Xica da Silva (inspiré du film de Carlos Diegues).

5À partir des années quatre-vingt, nous pouvons affirmer qu’il y a eu une lente mais progressive ascension du noir dans la dramaturgie des fictions télévisées. Même ainsi, jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, nous pouvons constater qu’un tiers des feuilletons produits par la Chaîne Globo ne présentait aucun personnage afrodescendant. Dans à peine un autre tiers, le nombre d’acteurs noirs employés réussissait à dépasser légèrement la limite des dix pour cent du total de l’affiche. En partant du fait que nous sommes un pays qui a près de 50 % de sa population d’origine africaine, c’est une démonstration blessante que les feuilletons n’ont jamais respecté les définitions ethnico-raciales que les Brésiliens se font d’euxmêmes.

6Le racisme brésilien est apparu dans les feuilletons seulement comme une des caractéristiques négatives du vilain, et non comme un trait encore présent dans la société et dans la culture brésiliennes. Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, peu de feuilletons ont traité de la discrimination raciale contre le noir brésilien de façon directe. Dans la télé fiction, comme dans notre société, la honte de démontrer le propre préjugé, ou le “préjugé d’avoir des préjugés”, comme nous en avait alerté le sociologue Florestan Fernandes, a créé un tabou qui inhibe la manifestation ouverte de racisme et a renforcé le consensus autour du mythe de la démocratie raciale brésilienne.

Grande Otelo

Grande Otelo

Cinelatino

7Mais le plus grand piège pour les acteurs noirs a été le choix manifeste de professionnels blancs pour représenter la beauté ou, voire même, le Brésilien moyen. Une esthétique produite par la persistance de l’idéologie du blanchissement dans notre culture, un discours construit au XIXe siècle et qui est réactivé dans le quotidien de nos petits écrans par le choix exclusif de blondes comme des présentatrices idéales de nos programmes pour enfants, et de modèles blancs pour les rôles de jeunes premiers et premières.

Milton Gonçalves et Paulo Gracindo dans la telenovela O bem amado.

Milton Gonçalves et Paulo Gracindo dans la telenovela O bem amado.

O bem amado

Les opportunités pour un métis dans le brésil des feuilletons télévisés

8Dans aucun feuilleton brésilien il n’y eut une quelconque défense du métissage brésilien, ni même dans les adaptations des œuvres de Jorge Amado. Le métis a toujours été représenté comme fermier ou garde champêtre dans les feuilletons esclavagistes, ou comme un petit commerçant ou petit fonctionnaire, cependant toujours dans des rôles de domestiques intermédiaires, mais intéressés à progresser dans leur vie à n’importe quel prix, en supportant les humiliations en raison de leur origine “impure”, cherchant à éviter les références à leur condition de métis et servant les nécessités de contrôle du noir dans la société.

9Dans le feuilleton, la meilleure opportunité réservée au domestique, qui a toujours été célébré dans les discussions théoriques comme le meilleur représentant du véritable Brésilien, se trouve dans la représentation du “peuple”, c’est-à-dire, des passants, des malandros et des habitants de quartiers populaires. Les acteurs clairement métis, indépendamment du croisement racial auquel ils appartiennent, s’ils portent sur leurs corps ou sur leurs visages une majorité de traits non blancs, sont toujours victimes de stéréotypes négatifs. Par exemple, Dira Paes, une actrice de cinéma qui, pour avoir des traits indigènes accentués, a peu d’espace à la télévision, étant seulement invitée à jouer le rôle d’une petite employée domestique comique et de peu d’intelligence dans le sitcom “La femme de ménage”. Ou José Dumont, un acteur toujours absent des feuilletons pour avoir de fortes caractéristiques d’un homme du sertão du Nordeste. Et Nelson Xavier qui, avec une des carrières les plus avantageuses au cinéma, en raison de ses traits de noir mulâtre, a toujours été choisi pour faire le rôle de petit commerçant rancunier, de petit fonctionnaire “lâche”, du “typique malandro brésilien”, et utilise seulement complet et cravate après plus de vingt ans d’histoire à la télévision.

10Le spectacle de la miscigénation des images du carnaval dans les sambodromes de Rio de Janeiro transmises de par le monde ne trouve pas d’écho dans les feuilletons. L’idée de la supériorité blanche persiste toujours.

11Le feuilleton, ainsi, en ne donnant pas à voir la véritable composition raciale du pays, pactise de façon conservatrice avec l’usage du métissage comme bouclier pour éviter la reconnaissance de l’importance de la population noire dans l’histoire et la vie culturelle brésiliennes. Il fait un pacte avec l’imaginaire de la servitude et de l’infériorité du noir dans la société brésilienne. En participant ainsi d’un massacre contre ce qui devrait être vu comme notre plus grand patrimoine culturel face à un monde divisé par des sectarismes et des guerres ethniques et religieuses : l’orgueil de notre multiracialité.

La miscigénation. Discours stratégique du blanchissement

12La nature du débat sur le métissage au Brésil, en dépitde cohabiter de façon permanente avec les ambiguïtés et les contradictions, a subi peu de changements au cours des cent dernières années. Alors que dans la période finale de l’esclavage le métis a été vu comme une dégénérescence raciale, la miscigénation apparaît déjà dans le discours des abolitionnistes comme une solution pour éviter la polarisation des races au pays (Santos, 2002). Mais ce sera dans les années trente que le concept subira une inversion positive par l’action d’une intelligentsia brésilienne qui a cherché à créer une image autochtone du pays, à travers l’affirmation du natif, du caboclo (métis d’indien et de blanc et du métis) en réaction au processus aigu d’européanisation (Bosi, 1994), qui avait sur le vieux continent le paradigme pour la compréhension de la culture du nouveau monde. Cependant, même en étant sous la houlette de ceux qui ont marqué profondément la vie culturelle contemporaine, comme Gilberto Freyre, pour les modernistes et les romanciers qui sont nés du cycle de la littérature appelée régionaliste, comme Jorge Amado, l’affirmation de la miscigénation était toujours associée à l’idée que sur cette terre se créait une nation avec une nouvelle race : les Brésiliens, fruits d’un hybridisme où prévalait l’homogénéité raciale et culturelle, laquelle abandonnerait, de façon tout à fait maîtrisée, la division raciale de notre formation. Naît, dans ce contexte, le fameux mythe de la démocratie raciale brésilienne.

Gilberto Freyre

Gilberto Freyre

Cinelatino

13Mais il est faux de croire que le Brésil est un pays singulier, unique paradis de la démocratie raciale, fondé sur la valorisation du métis. L’idéologie du métissage a été un trait commun dans la construction de l’identité nationale de la plupart des pays latino américains. Dans l’Amérique hispanophone, dans les années vingt, les idées d’un des plus importants intellectuels mexicains de l’époque, José Vasconcelos, qui faisait l’éloge du métis comme le résultat d’un croisement original, une cinquième race “cosmique”, ont eu un effet notoire dans plusieurs pays latino américains. Un exemple en fut Benjamin Carrion, l’intellectuel équatorien, créateur de la Maison de la Culture Equatorienne, fondateur et défenseur enthousiaste de l’idée que son pays était un exemple de nation métisse. En 1928, il considérait déjà José Vasconcelos comme le “maître de l’Amérique” (Cervone, 1999).

14Cependant, comme cela est arrivé au Brésil, pour tous ces intellectuels la miscigénation s’est toujours présentée comme une mythologie fondatrice des nouvelles nations latino américaines qui portait dans l’identité nationale métisse la supériorité de l’hétérogénéité raciale, ethnique et culturelle de sa formation. Et, dans toutes ces constructions, l’existence de noirs et d’indiens a été progressivement éteinte ou, au minimum, diluée à partir de l’appropriation de leurs cultures comme partie intégrante d’une nouvelle culture nationale originale.

Escrava Isaura

Escrava Isaura

(diffusée de octobre 1976 à février 1977), adaptation d’un roman de Bernardo Guimarães

Herval Rossano et Milton Gonçalves

15Cependant, il convient de souligner que nos intellectuels “fondateurs”, comme Gilberto Freyre, Mário de Andrade et d’autres, de la même façon que les intellectuels latino-américains de langue espagnole, ont toujours souligné l’aspect positif de la miscigénation, non dans sa facette génétique, mais dans le résultat de fusions culturelles venant du noir, de l indien et du blanc, qui ont produit la culture brésilienne originale. C’est seulement de cette façon que nous pouvons comprendre que le discours de valorisation de notre culture métisse n’a jamais été en opposition avec la conso lidation de l’esthétique et de l’idéal du blanchissement présents depuis le temps de la colonie, devenu le modèle pour la production cinématographique et celle des feuilletons brésiliens, comme pour la grande part des cinéastes brésiliens depuis ses origines. Ainsi que nous pouvons le constater dans ce commentaire de l’éditeur de la Revue Cinearte, à la fin des années vingt :

Faire un bon cinéma au Brésil doit être un acte de purification de notre réalité, à travers la sélection de ce qui mérite d’être projeté sur l’écran : notre progrès, les constructions modernes, nos beaux blancs, notre nature.
(Cinearte, Debs, 2002)

16Cependant, en dépit du fait d’être toujours valorisée et célébrée dans les discours de l’État, de l’intellectualité et de la littérature, la miscigénation n’a jamais cessé d’être vue comme une étape de passage des “races inférieures” vers la race supérieure blanche. La citation, qui va suivre, d’Oliveira Viana, un des membres les plus distingués de l’élite intellectuelle des premières décennies du XXe siècle, exprime, de façon assez explicite, que le désir que la miscigénation serait le meilleur pont pour l’eugénisation à travers la dilution du noir dans la société blanche, en effaçant ainsi la tache de notre origine africaine :

Il n’y a aucun danger à ce que le problème noir vienne à se présenter au Brésil. Avant qu’il ne puisse apparaître, il sera résolu par l’amour. La miscigénation a privé l’élément noir de son importance numérique, en le diluant dans la population blanche.
(Munanga, 1997)

Ruth de Souza dans Filles du vent (2004)

Ruth de Souza dans Filles du vent (2004)

Joel Zito Araujo

Grande Otelo dans Tudo é Brasil (1997)

Grande Otelo dans Tudo é Brasil (1997)

Rogério Sganzerla

17Les traces résultant de ce désir dans l’imaginaire de la population brésilienne ont commencé à être vérifiées dans une étude réalisée dans les années cinquante par Oracy Nogueira, où il a compris que nous développons une forme de préjugé différent de celui des Etats-Unis, qui donnent lieu à “une controverse difficile à dépasser” (Nogueira, 1979) Notre préjugé racial s’attache plus aux apparences, aux marques de phénotype : plus il y a de traits négroïdes, plus il y a des problèmes, ce qui est différent du préjugé racial d’origine, nord américain, où une goutte de sang noir est facteur d’exclusion, indépendamment du fait que la personne présente plus de traits blancs que de noirs.

18Et aujourd’hui, le mythe de la “race cosmique”, ou du “mulâtre futé” (thème d’une célèbre musique d’Ari Barroso) s’écroule quand on observe les feuilletons brésiliens, mexicains, colombiens, vénézuéliens, ou produits dans n’importe quel pays d’Amérique Latine, qui fonctionnent comme les meilleures preuves du fait qu’a toujours prévalu l’idéologie du blanchissement comme formatrice du modèle idéal de beauté et, en même temps, comme légitimatrice de l’idée de supériorité du segment blanc. Le choix des jeunes premiers, des protagonistes, célèbre les modèles idéaux de beauté européenne, et plus ses traits physiques seront nordiques, meilleure sera la place de l’acteur ou de l’actrice dans le choix des rôles. Les mêmes recevront également les meilleures notes dans le processus de choix et de distribution de prix aux acteurs les plus beaux de l’année dans les revues qui font la chronique quotidienne du monde des célébrités. Et, au contraire, les acteurs d’origine noire et indigène, seront choisis pour représenter les stéréotypes de la laideur, de la soumission et de l’infériorité raciale et sociale, en accord avec l’intensité de leurs traits physiques, la forme de leur visage, les nuances chromatiques de la peau et la texture de cheveux, en relation avec leur degré de métissage.

19Tous ces acteurs, cependant, qu’ils soient afrodescendants ou d’origine indigène, sont obligés d’incorporer à la télévision l’humiliation sociale dont souffrent les métis dans une société orientée par l’idéologie du blanchissement, où l’accentuation de traits noirs ou indigènes signifie une conscience diffuse et contradictoire d’appartenir à une caste inférieure qui doit accepter les lieux subalternes intermédiaires du monde social. Toutefois, l’inconscient racial collectif brésilien, n’accuse aucune gêne à voir ainsi représentée la majorité de sa propre population, et probablement d’eux mêmes, à la télévision et au cinéma. L’intériorisation de l’idéologie du blanchissement, provoque une “naturalité” dans la production et la réception de ces images, et une acceptation passive en et conformité avec l’idée que ces acteurs réellement ne méritent pas de faire partie de la représentation du modèle idéal de beauté du pays.

20Mais l’idéologie du blanchissement oriente aussi les commentaires de programmes sportifs à la télévision, dans les articles des journaux, ou les jurons dans les stades de football. Nos joueurs noirs métis, qui toujours portent l’image du pays au sommet et l’orgueil de notre nationalité, sont obligés de supporter une permanente humiliation en raison des stigmates de leurs apparences, leur “impure” laideur, dans d’innombrables comparaisons avec le joueur blanc européen, à l’exemple des élections des hommes les plus beaux des coupes de monde du football qui, “naturellement”, choisissent l’Anglais David Beckham et d’autres hommes blancs.

Grande Otelo dans Macunaïma (1969)

Grande Otelo dans Macunaïma (1969)

Joaquim Pedro de Andrade.

21Même devant des faits de cette nature, qui peuvent être rencontrés quotidiennement dans les journaux, une grande partie de nos intellectuels continue de croire que le problème de l’inégalité au Brésil est d’abord la conséquence du fossé entre les classes sociales, et non de notre système de castes raciales. Et, de cette façon, ils assistent passivement, comme s’il s’agissait d’une exception dans la vie sociale, à l’“expulsion” de la mère du joueur Ronaldo d’un immeuble de luxe dans la quartier de Barra de Tijuca, à Rio de Janeiro. Et il est possible que ces mêmes intellectuels se divertissent et commentent ce que nous entendons dans les rues, que c’est certainement le pouvoir de l’argent et de la réputation de “bêtes” aussi laides que Ronaldo et Ronaldinho, qui séduisent et conquièrent les “beaux” modèles blancs sortis des passerelles du monde de la mode.

22Pourtant, en retournant à l’époque des pronostics d’Oliveira Viana, l’unique fait qui peut indiquer une grande différence entre un moment et autre du XXe siècle, c’est l’augmentation de la capacité de pression du propre segment de population noire qui n’a jamais vu dans la miscigénation la soupape d’échappement pour le problème racial et, pourtant, n’a jamais été d’accord avec les thèses défendues par l’élite blanche. Et qui au long du XXe siècle, a toujours réagi aux modèles d’exclusion imposés, en cherchant à développer une identité de négritude.

23Cet évident choc d’opinions et de perspectives raciales entre, d’un côté, le monde blanc composé par des réalisateurs de feuilletons, de cinéma et par des professeurs d’universités et des journalistes, et de l’autre, par des artistes, des activistes et des intellectuels noirs, me fait poser la question de savoir pour combien de temps encore nous continuerons à maintenir une réalité sociale si scindée et schizophrénique ? Pour combien de temps le débat niera l’existence d’une composante raciale dans la guerre sanglante que les jeunes noirs et métis recrutés par les narcotrafiquants livrent à la police (l’ordre blanc) dans les favelas de Rio de Janeiro ? Pour combien de temps encore l’insistante avancée des fazendeiros dans la région amazonienne et centre ouest, avec sa permanente destruction de groupes ethniques indigènes, restera en dehors du débat ethnico-racial du pays et de l’attention internationale qui croit que nous sommes un paradis de miscigénation raciale ?

24Cette réalité toujours non définie, dans laquelle des réalisateurs de feuilleton, des professeurs et des présidents d’universités, le monde des formateurs d’opinion de la classe moyenne blanche, nient que les préjugés de faciès subis par les afro-descendants et indiens descendants aient un rôle important dans notre hiérarchie sociale et dans la distribution inégale de pouvoir et de moyens, atteste d’une dialectique contradictoire sur le problème racial brésilien. Dans le symptomatique refus de discuter en s’opposant (mais de façon permanente, en le traitant de raciste à celui qui défend des positions contraires), se révèle ainsi une hyper conscience inversement proportionnelle à ce qui est emphatiquement nié (Vargas, 2004). Ce sont comme les râles d’un mythe puissant qui encore maintenant continue à fonctionner ainsi parce qu’il assure encore des privilèges pour ceux qui le défendent.

Joel Zito Araújo

Joel Zito Araújo

Cinelatino

Haut de page

Bibliographie

ARAÚJO, Joel Zito. A Negação do Brasil : o Negro na Telenovela Brasileira. São Paulo, Editora Senac, 2000.

BOSI, Alfredo. História Concisa da Literatura Brasileira. 33ª. ed. São Paulo, Cultrix, 1994.

CERVONE, Emma. The ‘Real’ Mestizos and the Making of Ecuadorian National Identity, 1999.

DEBS, Sylvie. Cinéma et Littérature au Brésil. Les Mythes du Sertão. Émergence d’Une Identité Nationale. Paris, L’Harmattan, 2002.

MUNANGA, Kabenguele. Rediscutindo a mestiçagem no Brasil. Identidade nacional versus identidade negra. Tese de Livre-Docência em Antropologia. Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas da USP. São Paulo (mimeo), 1997.

NOGUEIRA, Oracy. Tanto Preto Quanto Branco : Estudo de Relações Raciais. São Paulo, T. A. Queiroz, 1979.

SANTOS, Gislene Aparecida dos. A Invenção do Ser Negro : um Percurso das Idéias que Naturalizaram a Inferioridade dos Negros. São Paulo/Rio de Janeiro, Educ/Fapesp, Pallas, 2002.

VARGAS, João H. Costa. “Hyperconsciousness of Race and Its Negation: The Dialetic of White Supremacy in Brazil”, in Identities, 11, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre A cabana du pai Tomas
Légende Télénovela diffusée en 1969
Crédits Régis Cardoso
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Grande Otelo
Crédits Cinelatino
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-2.png
Fichier image/png, 743k
Titre Grande Otelo
Crédits Cinelatino
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-3.png
Fichier image/png, 193k
Titre Milton Gonçalves et Paulo Gracindo dans la telenovela O bem amado.
Crédits O bem amado
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-4.png
Fichier image/png, 197k
Titre Gilberto Freyre
Crédits Cinelatino
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-5.png
Fichier image/png, 121k
Titre Escrava Isaura
Légende (diffusée de octobre 1976 à février 1977), adaptation d’un roman de Bernardo Guimarães
Crédits Herval Rossano et Milton Gonçalves
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-6.png
Fichier image/png, 573k
Titre Ruth de Souza dans Filles du vent (2004)
Crédits Joel Zito Araujo
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-7.png
Fichier image/png, 472k
Titre Grande Otelo dans Tudo é Brasil (1997)
Crédits Rogério Sganzerla
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-8.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Grande Otelo dans Macunaïma (1969)
Crédits Joaquim Pedro de Andrade.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-9.png
Fichier image/png, 335k
Titre Joel Zito Araújo
Crédits Cinelatino
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6458/img-10.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joel Zito Araújo, « Le Noir dans les feuilletons télévisés »Cinémas d’Amérique latine, 15 | 2007, 17-27.

Référence électronique

Joel Zito Araújo, « Le Noir dans les feuilletons télévisés »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 26 octobre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/6458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.6458

Haut de page

Auteur

Joel Zito Araújo

Cineasta, escritor, professor, diretor e roteirista de filmes e programas de TV. Realizou 26 filmes documentais e ficcionais. Premiados longametragens A Negação do Brasil (melhor documentário do Festival É Tudo Verdade, de 2001) e Filhas do Vento (vencedor de VIII Festival de Cinema de Gramado, Brasil). Doutor em Ciências da Comunicação pela Escola de Comunicações e Artes. Pós-doutorado Department of Radio-TV-Film & Department of Anthropology da University of Texas (Austin). Foi professor do Departamento de Radio-TV-Film da University of Texas e, atualmente, é coordenador pedagógico do Curso de Pós-Graduação Lato Sensu de Cinema da Universidade de Cuiabá.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search