Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Noir BrésilProfil Lázaro Ramos

Noir Brésil

Profil Lázaro Ramos

Perfil Lázaro Ramos
Marcos Uzel
Traduction de Sylvie Debs
p. 45-53
Cet article est une traduction de :
Perfil Lázaro Ramos [pt]

Résumés

Lázaro Ramos, originaire de l’état de Bahia, a débuté en tant qu’acteur dans les années quatre-vingt-dix au sein de la troupe de Théâtre Olodum, à Salvador. Son charisme sera bientôt remarqué et précipitera une abondante carrière cinématographique. En 2001, Madame Satã le révèle comme le nouvel acteur sensation du cinéma brésilien. Un prestige et une visibilité qu’il utilisera également à la télévision pour renouveler son engagement social, contre la discrimination de la population afro-brésilienne et rompre avec les vieux stéréotypes qui ont emprisonné l’acteur noir, dans des rôles d’esclaves, domestiques ou marginaux.

Haut de page

Texte intégral

Madame Satã (2001)

Madame Satã (2001)

Karim Aïnouz

1Cour de l’école publique Anísio Teixeira, 1994. Six adolescents discutaient lors de la pause entre deux cours de ce collège de Salvador de Bahia au Brésil. Allaient-ils ou non s’inscrire à un atelier de théâtre proposé par la célèbre Troupe du Théâtre Olodum, compagnie théâtrale bahianaise composée exclusivement d’acteurs noirs ? Le moins enthousiaste était un garçon pauvre de seize ans appelé Lázaro Ramos, qui ne connaissait même pas le groupe, et qui ne manifestait pas le moindre intérêt à courir après ce que ces camarades considéraient comme une opportunité en or : avoir la chance de suivre des cours de chant et de percussion avec les artistes de cette compagnie respectée, aujourd’hui reconnue sur le plan national comme l’une des compagnies théâtrales brésiliennes les plus stables.

2Le jour où ses cinq copains sont entrés dans l’omnibus qui les conduirait au lieu d’inscription, Lázaro’obstinait : “Non, je n’y vais pas !” Mais il lui a suffi de voir le bus s’éloigner, pour que, penaud, il se mette à courir sur une de ces côtes du quartier, prenne un raccourci énorme et finalement, comme dans une scène de cinéma, réussisse à entrer dans le véhicule qui le conduirait au Théâtre Vila Velha, où il remplit la fiche d’inscription en tirant une sale tête parce qu’il fallait payer cinq cruzeiros. D’ailleurs, ce fut une camarade de classe qui paya. Camarade, non, fée protectrice, car allait commencer ici la brillante trajectoire d’un des plus importants et talentueux noms de la nouvelle génération d’acteurs de théâtre, de cinéma et de télévision en évidence au Brésil.

3Il fit ses débuts d’abord au théâtre. Dirigé par les metteurs en scène Marcio Meirelles et Chica Carelli, Lázaro Ramos, aujourd’hui âgé de 28 ans, depuis le 1er novembre 2006, fit son baptême sur scène dans la Troupe, en 1994, avec une petite participation dans le spectacle Bai Bai Pelô. Puis il se familiarisa avec le groupe formé d’hommes et de femmes de différentes générations, qui, pour la majorité, habitent les quartiers pauvres de la ville de Salvador, où près de 80 % de la population est noire. Fondée en 1991, la Troupe de Théâtre Olodum a construit un riche répertoire qui réfléchit de façon pertinente sur le racisme et d’autres formes d’oppression. C’est là que Lázaro Ramos a initié son engagement social et renforcé le discours contre la discrimination qui ont marqué toute sa trajectoire artistique.

Cafundo (2005)

Cafundo (2005)

Paulo Betti

4Dans la compagnie noire la plus expressive et de meilleure qualité dans le circuit théâtral de Bahia, l’acteur débutant n’a pas tardé à se faire remarquer. Il a attiré l’attention, en particulier, dans la comédie musicale Cabaré da Rrrrrraça, où il a interprété un universitaire, militant du mouvement noir, et dans la pièce Un certain Dom Quichotte, adaptation de l’œuvre classique de l’Espagnol Miguel de Cervantès, dans laquelle il a tenu le rôle du fidèle écuyer Sancho Pança et a reçu sa première citation pour un prix de théâtre. En dehors du plateau, pourtant, il affrontait la difficulté d’être un jeune soutien de famille, qui devait se rendre deux fois par semaine à Sao Francisco do Conde, dans l’intérieur de l’état de Bahia, pour travailler comme technicien en pathologie clinique et assurer le paiement des dépenses domestiques chaque fin de mois.

Madame Satã (2001)

Madame Satã (2001)

Karim Aïnouz

5Le charisme de Lázaro Ramos a enchanté rapidement d’autres metteurs en scène travaillant à Salvador. L’un d’entre eux fut Luiz Marfuz, qui l’a invité à interpréter le rôle d’un étudiant d’une école publique, révolté, reclus et drogué dans le montage Prends bien soin de moi, à l’affiche depuis plus de dix ans. L’acteur se sentait stimulé par cette opportunité de faire des travaux parallèles au répertoire de la Troupe. Il voulait savoir si cela marcherait d’expérimenter le théâtre sous le regard esthétique d’autres metteurs en scène. Cette inquiétudel’a conduit jusqu’au pernamboucain João Falcão, qui l’a invité à jouer dans La Machine, en 2000, année au cours de laquelle il a connu un saut dans sa carrière, en révélant son talent loin des frontières de sa ville natale.

6Après avoir été montée à Recife, la pièce a participé au très couru festival de théâtre de Curitiba, qui se tient une fois par an dans la région Sud du Brésil. Il s’y trouvait quelques critiques de théâtre les plus respectés du pays. Tous ont fait l’éloge de la performance de Lázaro Ramos, qui avait fini par montrer la tête dans une grande vitrine nationale. Il a également conquis le public qui accompagnait avec empathie cette fable théâtrale imprégnée d’émotion, que des années plus tard, adapterait au cinéma par le même metteur en scène. Chaque fois plus intime des plateaux, l’acteur a poursuivi sa carrière, sous les applaudissements, lors de la chaleureuse tournée de La Machine à Rio de Janeiro. Il se trouvait au cœur de la grande presse brésilienne, dans la ville où il ne tarderait pas à résider.

7De nouvelles propositions surgirent. À nouveau le théâtre a mis en évidence son talent pour changer de personnage dans le montage Maman ne peut savoir, dirigé par le même João Falcão, où il a interprété un politicien décadent, un adolescent punk et une jeune fille ressemblant à la top model Naomi Campbell. Il a fini par recevoir une nomination pour le prestigieux prix Shell, un des plus importants du pays pour la stimulation des arts scéniques. Mais ce fut une invitation spéciale faite par le cinéaste originaire du Ceará, Karim Aïnouz, qui a permis le grand saut artistique de Lázaro Ramos. Non pas au théâtre, mais sur le grand écran, dans la peau d’un personnage qui le transformerait en2002, en nouvel acteur à sensation du cinéma brésilien.

O homem que copiava (2003)

O homem que copiava (2003)

Jorge Furtado

8Ce fut en tant que protagoniste du film Madame Satã, fondé sur l’histoire véridique de João Francisco de Santos, le légendaire personnage en titre du long métrage, figure emblématique des basfonds de Rio de Janeiro dans les années trente. Pour l’interpréter, l’acteur a suivi une préparation intense, car il avait pour défi de composer une figure complexe et transgressive, marquée par l’homosexualité assumée, des attitudes violentes et des heurts constants avec la police, qui l’on conduit plusieurs fois en prison. Lázaro s’est lancé dans des cours de capoeira, a eu accès à des cassettes audio contenant la voix de João Francisco, a beaucoup lu sur la vie du personnage et a fini par passer une nuit dans une “maison” de Lapa, zone bohême de Rio, pour se familiariser avec l’univers de Madame Satã.

9Un des grands rêves du personnage était le glamour des planches, et son interprète s’est nourri de l’intimité qu’il avait avec la scène de théâtre pour l’habiller de théâtralité et briller au cinéma. Lors de l’avant première du film à Salvador, les metteurs en scène Marcio Meirelles et Chica Carelli ainsi que toute la Troupe du Théâtre Olodum ont occupé la même rangée de sièges pour le voir sur le grand écran. A la fin, ils lui firent une standing ovation. La fête s’est poursuivie en novembre 2002, le jour où Lázaro Ramos a fêté ses 24 ans et a reçu le premier prix de sa carrière, attribué par les jurys de la 26e édition de la Mostra BR de Cinéma, un festival international réalisé à São Paulo. Avant, en mai de la même année, le film et son protagoniste ont reçu des éloges au festival de Cannes et dans plusieurs autres festivals.

Cafundo (2005)

Cafundo (2005)

Paulo Betti

10Madame Satã occupe un espace très spécial dans la trajectoire cinématographique de Lázaro. L’œuvre lui a valu d’autres prix, comme celui de la prestigieuse Association Pauliste de Critiques d’Art (APCA) et de la Mostra Internationale de Cinéma de São Paulo. Il lui a ouvert un chemin marqué par la diversité des types, parmi eux, le meneur de la rébellion dans Carandiru (Hector Babenco) et le jeune homme amoureux timide de L’homme qui faisait des photocopies (Jorge Furtado). Ce dernier film, sorti en 2003, l’a placé à nouveau au premier plan des acteurs pour interpréter l’histoire d’un opérateur de photocopies appelé André, un jeune au quotidien ordinaire qui a besoin de trente-huit réais pour réussir à s’approcher de sa voisine Silvia (Leandra Leal), de laquelle il est éperdument amoureux. Et là, c’est un défi supplémentaire : perdre l’accent bahianais et être convaincant avec un accent gaúcho. Dans L’homme qui faisait des photocopies, dont la trame allie, de façon consistante, des éléments d’humour, de suspense et de chronique sociale, Lázaro Ramos brille par une interprétation impeccable et bien différenciée des extases théâtrales du rôle de Madame Satã. C’est le contrepoint dont il avait besoin pour être accueilli intensément par le cinéma, gagner un prix de plus, celui du meilleur acteur au Festival de La Havane, et imposer son talent dans la composition des types. C’est exactement ce qui est arrivé, et a ravi un groupe de réalisateurs. Des noms comme José Henrique Fonseca (qui l’a invité à jouer dans L’homme de l’année) et Aluísio Abranches (qui l’a dirigé dans Les trois maries).

Cidade Baixa (2005)

Cidade Baixa (2005)

Sérgio Machado

11Le gaúcho Jorge Furtado l’a retenu à nouveau pour deux films : la comédie romantique, Mon oncle a tué un type, et Assainissement de base, le film, qui n’a pas encore été présenté au Brésil. Hector Babenco a choisi l’acteur, rappelons-le, pour être le long métrage Carandiru, un des grands succès d’audience de la production nationale récente. Toutes ces expériences constituent déjà un premier bilan de carrière remarquable pour l’ex-technicien en pathologie, un artiste respecté ayant réussi à rompre avec les vieux stéréotypes qui, historiquement, ont emprisonné l’acteur noir brésilien dans les éternels rôles d’employés de maison, d’esclaves et de marginaux.

12De nouveaux projets de cinéma sont apparus en milieu de parcours, mais auparavant, Lázaro a voulu sentir dans sa chair ce que c’était qu’être acteur de télévision. Au début, il a participé sous la direction de Guel Arraes à une mini série Pasteurs de la nuit, inspirée du roman éponyme de l’écrivain Jorge Amado. La production a fait le lancement sur TV Globo, la plus grande chaîne du Brésil, où, plus tard, Lázaro Ramos fera de nouveaux travaux, comme la présentation des émissions Les cinq sens, programmées les dimanches dans la série Fantastique, et son rôle au sein de l’équipe permanente de la série d’humour Sexe fragile, dirigée par João Falcão, dans laquelle il a réaffirmé son aisance à interpréter une galerie de personnages masculins et féminins. Lázaro Ramos est devenu un acteur brésilien populaire.

13Il a été rapidement rappelé au cinéma. En 2005, on a pu le voir, aux côtés de son collègue bahianais Wagner Moura, comme l’un des protagonistes du film Ville basse, dirigé par un autre artiste de Salvador, le cinéaste Sérgio Machado. Tourné dans la capitale bahianaise, centré sur l’histoire de trois jeunes plongés dans des difficultés, mais non pour cela incapables de désirer ardemment l’expérience de l’amour, le long métrage a fait une belle trajectoire. Des mois avant d’être lancée sur le plan national, la production, située dans les bas fonds des cours intérieures d’une Salvador loin des cartes postales, a été ovationnée par le public et récompensée par le Prix de la Jeunesse au festival de Cannes et primée au Festival de Rio de Janeiro dans les catégories film et actrice (Alice Braga).

Madame Satã (2001)

Madame Satã (2001)

Karim Aïnouz

14La même année, un autre projet réussi lui vaudra le Kikito du meilleur acteur lors de la 33e édition du Festival de Gramado, réalisé dans l’Etat du Rio Grande du Sul : le long métrage Cafundó, dirigé par Paulo Betti et Clovis Bueno, contant la saga de l’ex esclave João de Camargo (interprété par Lázaro Ramos), qui a vécu à Sorocaba, dans l’intérieur de São Paulo, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. João luttait pour sa survie dans des sous-emplois, jusqu’à ce qu’un jour il découvre son don de visionnaire et commence à montrer son pouvoir de thaumaturge, devenant alors un leader religieux. L’année effervescente de 2005 a encore projeté Lázaro Ramos sur les écrans dans les films Combien cela vaut ou c’est pour un kilo de Sergio Bianchi, et La machine, de João Falcão.

15Tant d’abondance cinématographique a réaffirmé son prestige et sa visibilité. Mais restait encore à venir le personnage le plus populaire de sa carrière, apparu sur un écran de proportion inférieure, celui de la télévision. En 2006, Lázaro Ramos a fait ses premiers pas dans les feuilletons. Il a été invité par le réalisateur Wolf Maia pour être le protagoniste de Couleuvres et lézards, feuilleton de 19 heures de la TV Globo, écrit par João Emanuel Carneiro. Le malin Foguinho entrait en scène, plein de malice, d’empathie et avec une moustache indéfectiblement teinte en blond, séduisant adultes et enfants. Tous les amateurs du feuilleton regardaient l’anti-héros divertissant, qui n’a pas tardé à se transformer en personnage préféré de l’histoire. Résultat : Lázaro a remporté le prix APCA du meilleur acteur de télévision.

16Le même artiste qui a fait rire dans une fiction de la Chaîne Globo a utilisé une chaîne payante pour parler sérieusement de ses débuts comme réalisateur de télévision (il avait déjà l’expérience de la mise en scène acquise au théâtre, en montant en 2000 à Salvador le spectacle juvéno-infantil Paparutas, inspiré d’un rituel qui a ses racines dans la région de l’intérieur de Bahia). Sur l’écran de Canal Brésil, il a proposé les six épisodes du programme Miroirs, programmés en parallèle avec sa participation dans Couleuvres et lézards. Ancien rêve de l’époque où il travaillait avec la Troupe de Théâtre Olodum, le projet a mélangé des mises en scène avec des entretiens de réflexion sur l’estime de soi de la population noire, au travers de thèmes comme la publicité, les média, la sexualité et le marché du travail.

17Et ce fut également grâce à la Troupe de Théâtre Olodum qu’il est revenu au cinéma et à son berceau artistique pour être le protagoniste dans la version pour le grand écran de O Pai O, un des montages théâtraux les plus importants du répertoire de la troupe bahianaise. Dirigé par Monique Gardenberg, le film, prévu pour sortir en avril 2007, se fonde sur la pièce théâtrale donnée à Salvador au début de la décade de 1990. Son contenu tragi comique traite des personnages qui habitaient les cours intérieures de centre historique de Salvador à l’époque, en insistant sur l’intimité de ceux qui habitaient dans la zone de Maciel-Pelourinho. Lázaro avait déjà travaillé avec Monique dans son long métrage Jenipapo, mais alors il avait à peine 15 ans, il commençait à monter sur scène, et sa participation n’était pas allée au delà d’une simple figuration.

18Aujourd’hui, c’est différent. Il interprète Roque, un aspirant chanteur, fan de la banda bahianaise Araketu, qui survit en travaillant comme peintre de petites voitures d’occasion. C’est un type qui apporte au quotidien l’accent de la capitale où le célèbre acteur a pris le chemin du succès. La même ville qui en 2006, à la date où le Brésil célèbre le Jour National de la Conscience Noire, le 20 novembre, l’a appelé pour un motif spécial : lui rendre hommage au Conseil Municipal de Salvador avec la Médaille de Zumbi dos Palmares, référence au grand héros de la résistance noire à l’esclavage, assassiné il y a plus de trois siècles. Le jour suivant, au delà de la reconnaissance du travail de l’acteur par la ville, le Conseil de l’Etat de Bahia à la Culture, l’associait à l’hommage rendu à Mère Hilda Jitolu, ialorixa du terreiro Ilê Axé Jitolu et fondatrice du bloc afro Ilê Aiyê, un patrimoine de la culture noire de Bahia.

19Choisi à l’unanimité par le jury de conseillers municipaux de la capitale bahianaise, Lázaro a vu son nom cité pour l’engagement qu’il a toujours assumé face aux média en se positionnant contre la discrimination raciale. Dans son discours, il a valorisé la simplicité, parlé de sa famille et il a pleuré. Les motifs d’émotion ne manquaient pas. Du quartier de Garcia où il a habité dans l’anonymat aux hommages à Paris, un véritable film a dû défiler dans sa tête à ce moment là. Et dire que, dans les années quatre-vingt-dix, il a presque laisser échapper le bus qui l’emporterait au commencement de tout. Mais l’intuition l’a poussé à passer sous le tourniquet du bus et à faire le premier voyage d’une série, inimaginable l’époque, pour un enfant pauvre de Salvador. Le reste est dû au talent propre de Lázaro Ramos, qui promet de voler encore plus haut.

Meu tio matou um cara (2005)

Meu tio matou um cara (2005)

Jorge Furtado

Haut de page

Table des illustrations

Titre Madame Satã (2001)
Crédits Karim Aïnouz
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Cafundo (2005)
Crédits Paulo Betti
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Madame Satã (2001)
Crédits Karim Aïnouz
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre O homem que copiava (2003)
Crédits Jorge Furtado
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Cafundo (2005)
Crédits Paulo Betti
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Cidade Baixa (2005)
Crédits Sérgio Machado
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-6.png
Fichier image/png, 193k
Titre Madame Satã (2001)
Crédits Karim Aïnouz
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Meu tio matou um cara (2005)
Crédits Jorge Furtado
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/6580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcos Uzel, « Profil Lázaro Ramos »Cinémas d’Amérique latine, 15 | 2007, 45-53.

Référence électronique

Marcos Uzel, « Profil Lázaro Ramos »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 26 octobre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/6580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.6580

Haut de page

Auteur

Marcos Uzel

Journaliste, critique de théâtre et auteur de deux ouvrages : O Teatro do Bando : Negro, Baiano e Popular et Cuida Bem de Mim.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search