Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Isabelle Konuma et Laurent Nespoulous

Texte intégral

Du particulier et de l’universel :
la fabrique des savoirs au Japon (xixe, xxe et xxie siècles)

  • 1 Danièle Lochak, Le Droit et les paradoxes de l’universalité, Paris, PUF, 2010, p. 30‑31.

1« Les sciences humaines et sociales, attentives à la diversité des sociétés et des cultures, n’ont pas repris systématiquement à leur compte l’idée d’universalité ni la recherche de lois universelles – allant parfois jusqu’à douter de la légitimité même d’un “humanisme à vocation universaliste accusé d’entériner sous ses vocables à majuscules (l’Individu, l’État, la Nation, la Raison, etc.) l’uniformisation du monde”1 ». Si nous suivons le raisonnement de Danièle Lochak, étudier la construction des savoirs – et des sciences – dans un cadre national précis n’est ainsi pas sans susciter quelques interrogations quant à leur prétention à l’universalité.

2Le numéro 22 de Cipango est consacré à l’étude de cette tension entre, d’une part, la construction « universelle » des sciences et, d’autre part, l’étude de la mise en place des différents savoirs dans la société moderne et contemporaine au Japon, à partir de l’ère de Meiji et de la mise en place de l’État‑nation Japonais jusqu’au xxie siècle. Souvent considérée sous l’unique prisme de « l’occidentalisation » du Japon, la fabrique des savoirs au Japon relève de multiples dimensions : de la « transposition » ex nihilo de savoirs qui n’existaient pas dans le Japon de la première moitié du xixe siècle, de la construction progressive et synchronique de champs qui étaient alors eux-mêmes en gestation en Europe occidentale (sociologie, psychologie), de la systématisation de disciplines dont la filiation remonte au Japon de l’Ancien Régime (archéologie ou histoire), ou encore d’innovations singulières développées par le Japon (sismologie).

3Regroupant quatre contributions qui cherchent à mettre la lumière sur les cahots de l’histoire des savoirs dans des domaines aussi variés que l’économie, la psychiatrie, les études de genre et le droit, la présente livraison s’intéresse à la multimodalité du développement des savoirs scientifiques, tout particulièrement au travers des questions de : a) l’approfondissement d’anciennes connaissances, b) la traduction, c) l’accueil de nouvelles techniques, d) la sélection des savoirs à traduire. Par ce biais, nous cherchons à prêter une égale attention à l’histoire des idées et des développements scientifiques, à la formation des catégories créées pour penser le réel, à l’histoire des institutions, des réseaux et des chercheurs, ainsi qu’à une approche sociale accordant toute son importance aux habitus et pratiques.

4L’article d’Alexandre Roy traite ainsi de la fabrique des savoirs en sciences économiques dans la seconde moitié du xixe siècle. Partant d’un constat qui semble s’imposer à partir des sources, il remet en question l’image très vite empruntée d’un « suivisme » du Japon derrière les connaissances « occidentales ». L’expression même d’un « suivisme » serait introuvable dans les sources de l’époque, l’« introduction » et la « réception » étant des termes eux-mêmes peu utilisés. Selon l’auteur, il serait plus adapté d’y voir un dynamisme « endogène » dans le développement des sciences économiques modernes.

5Sarah Terrail‑Lormel analyse la construction du savoir psychiatrique durant les quatre premières décennies du xxe siècle. L’évolution épistémologique en matière de neurasthénie, depuis les savoirs américains, allemands jusqu’à la construction d’une psychiatrie japonaise (Morita), démontre le processus par lequel la neurasthénie est construite comme une maladie de la civilisation, ou une maladie des Blancs, avant de se transformer en une maladie des classes savantes au Japon.

6Avec une visée chronologiquement large, Aline Henninger dresse un tableau complet des différentes ruptures épistémologiques en relation avec le cadre historique, en commençant par la question féminine (écriture féminine, maternité, famille, prostitution, avortement…). Les études féminines suivent cette étape dans les années 1970 pour se focaliser sur les rapports sociaux entre les sexes, avec un regard critique et féministe sur la production du savoir jusque-là essentiellement masculine, la fabrication des savoirs devenant alors un moyen d’émancipation féminine. Enfin les gender studies à partir des années 1990 montrent la difficulté par laquelle les sciences s’extraient du déterminisme des sexes, trouvant un prolongement, avec les études queer qui s’inscrivent dans une rupture non négligeable avec le féminisme en cela qu’elles s’opposent à tout essentialisme, l’identité homme/femme étant par définition non stable.

7Enfin, la contribution d’Isabelle Giraudou a comme objet la construction de la comparaison en droit. Selon l’auteur, les études comparées se seraient jusque-là davantage focalisées sur le rôle des institutions étatiques dans la circulation des règles de droit, et partiellement sur le rôle des passeurs individuels dans la fabrication des normes juridiques. Or, l’auteur considère nécessaire d’examiner les contraintes liées à un système d’écriture spécifique pour appréhender la comparaison, et de ce constat, elle insiste sur la traduction comme une technique de « choix de droit » à laquelle recourent les traducteurs-comparatistes de l’ère Meiji, ainsi que sur le caractère très volontaire des choix de droits étrangers effectués par les réformateurs japonais sous Meiji. Il faut donc partir de l’idée d’une « traduction normative » pour exclure l’hypothèse d’une imitation pure et simple pour restituer aux traducteurs leur rôle d’agents de l’acte d’interprétation. Les limites sont également présentes dans la méthode de comparaison, effectuée de manière polarisée, généralement au prisme d’une spécialisation dans un droit étranger, empêchant toute « réconciliation » possible entre la tradition romano-germanique et la tradition de Common Law.

8Au tournant de la Première Guerre mondiale, le Japon possède des chercheurs du même niveau que ceux des autres puissances de l’époque. Ceux-ci participent activement et « normalement » aux échanges universitaires et scientifiques mondiaux en histoire, archéologie, psychologie, sociologie, mais aussi physique, métallurgie, médecine, etc. Il y a donc bien, en ce sens, une universalité des savoirs et des sciences, lesquels ont une historicité aussi bien dans leur genèse, leur renouvellement, que dans leurs sujets d’étude. Il faut à ce titre leur reconnaître une forte capacité de transformation, un pouvoir dynamique qu’il est impératif de saisir si l’on veut les comprendre. À l’inverse d’une démarche qui part de l’universel pour aller vers le particulier, c’est la diversité, le particulier qui doit constituer le point de départ vers l’universel.

9Cette livraison de Cipango se termine par une sélection d’articles varia qui constituent le lieu de présentation de diverses recherches en études japonaises, avec comme point commun leur nature novatrice. Nous avons ainsi trois contributions qui portent sur des thèmes aussi divers que l’analyse de la nouvelle Yūkoku de Mishima Yukio (Thomas Garcin), l’influence du nô sur l’escrime (Sekoguchi Aya) et enfin le rôle des galeristes dans la construction des valeurs artistiques (Cléa Patin).

10Ce numéro a été réalisé grâce au soutien précieux de Noémi Godefroy pour la relecture de l’anglais, ainsi que celui de Guillaume Muller et de Clara Wartelle pour la relecture des articles. Nous réservons une reconnaissance toute particulière aux auteurs, pour leur patience, leur réactivité et leur disponibilité jusqu’à la fin du processus éditorial qui n’a que trop duré. Enfin, nos remerciements vont vers Michael Lucken, directeur du CEJ, pour sa confiance et ses conseils toujours avisés.

Haut de page

Notes

1 Danièle Lochak, Le Droit et les paradoxes de l’universalité, Paris, PUF, 2010, p. 30‑31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Konuma et Laurent Nespoulous, « Éditorial », Cipango [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 08 février 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cipango/2486

Haut de page

Auteurs

Isabelle Konuma

CEJ, Inalco

Articles du même auteur

Laurent Nespoulous

CEJ, Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cipango – Cahiers d'études japonaises est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page