Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Mémoires et thèsesStegmüller Emilie, L’agriculture ...

Mémoires et thèses

Stegmüller Emilie, L’agriculture biologique au Japon, un modèle d’innovation sociale

Mémoire de M2, sous la direction de Pierre‑François Souyri soutenu en juin 2017 à l’université de Genève.
p. 353-354

Texte intégral

1Au Japon, les origines du mouvement pour l’agriculture biologique se trouvent dans la volonté de faire face à la crise environnementale des années 1960‑1970. Les pollutions industrielles croissantes et la modernisation du secteur agricole poussent alors consommateurs et producteurs à s’allier en partenariats solidaires, dits teikei, afin de rétablir la sécurité alimentaire. Centrés sur la distribution des produits alimentaires selon un système de vente directe, les teikei reposent en réalité sur une idéologie très forte, une base de valeurs communes, qui a permis aux acteurs, dans un contexte de crise, de s’allier pour faire face aux fractures socio-économiques et géographiques et transformer les difficultés en forces créatives.

2À travers une approche du sujet selon différentes échelles spatiotemporelles, ce mémoire propose d’étudier trois aspects qui m’ont paru caractéristiques du mouvement pour l’agriculture biologique japonaise en tant que modèle alternatif, à savoir la dimension sociale, les fondements idéologiques et l’importance de l’innovation. En examinant dans une deuxième partie, la situation de l’agriculture biologique après la catastrophe du 11 mars 2011, cette recherche démontre que ces mêmes caractéristiques intrinsèques au système teikei confèrent à ces partenariats solidaires un potentiel de pratiques de résilience communautaire.

3La troisième partie est une illustration des valeurs de collaboration, d’entraide et de coexistence équilibrée entre les hommes et avec la Nature qui ont motivé le mouvement pour l’agriculture biologique, à travers le processus de renouvellement vers une agriculture naturelle entrepris par un agriculteur de la région du Kyūshū, Furuno Takao. Son exemple illustre l’aspect créatif et innovateur de l’agriculture biologique, ainsi qu’une conception du rôle de l’agriculteur en tant que vecteur d’harmonie et de communication entre l’humain et le non-humain, par opposition à celui d’exploitant. Selon cette idée, la gestion du territoire devient une relation sociale entre humains et non-humains, et l’agriculture, une collaboration entre l’Homme et la Nature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Stegmüller Emilie, L’agriculture biologique au Japon, un modèle d’innovation sociale »Cipango, 24 | 2021, 353-354.

Référence électronique

« Stegmüller Emilie, L’agriculture biologique au Japon, un modèle d’innovation sociale »Cipango [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 11 octobre 2021, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5129

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search