Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaTo omou et la mise en scène du di...

Varia

To omou et la mise en scène du discours intérieur

Staging the inner discourse with to omou
Simon Tuchais
p. 151-184

Résumés

Résumé : Cet article étudie un emploi particulier du verbe omou qui joue, avec la particule to enchâssant une proposition, un rôle de modulateur d’assertion. Après avoir distingué un emploi de to omou visant à signaler l’expression d’une opinion personnelle d’un emploi accompagnant l’expression d’une volonté, nous montrons qu’il est possible d’identifier un troisième emploi consistant à mettre en scène un discours intérieur. L’examen de cet emploi met en lumière des cas où la séquence enchâssée, bien que renvoyant à l’activité mentale du locuteur, contient paradoxalement des marques propres au dialogue, la mise en scène d’une situation d’interlocution fictive fournissant un autre moyen pour exprimer une opinion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nakau, 1979, p. 223-250.
  • 2 Sunakawa, 1987, p. 73-91.
  • 3 Nitta, 1991.
  • 4 Moriyama, 1992, p. 105-116 ; Sawada, 1993 ; Miyazaki, 1999, p. 1-16 ; Miyazaki, 2001, p. 111-136.
  • 5 Il s’agit principalement du Gendai nihongo kakikotoba kintō kōpasu 現代日本語書き言葉均衡コーパス (Balanced Corpus (...)
  • 6 Tuchais, 2014.

1Le comportement particulier du verbe omou 思う (généralement traduit par « penser ») accompagné d’une proposition enchâssée par la particule to et employé en clôture d’énoncé est souvent signalé depuis Nakau1, Sunakawa2, Nitta3, et le rôle qu’il joue lorsqu’il est ainsi utilisé a fait l’objet de diverses études4. Aucune d’entre elles ne mentionne cependant les cas où l’expression to omou enchâsse une proposition portant des marques d’interlocution propres au dialogue, cette possibilité étant même parfois niée. Ces cas sont certes rares, mais ils sont bien attestés, comme le montre notamment l’analyse d’un large corpus5 effectuée dans Tuchais (2014)6. Le présent article se propose d’étudier cet emploi particulier en le situant parmi les différents emplois de to omou, pour montrer ce qu’il révèle de son fonctionnement.

Le modulateur d’assertion to omou

  • 7 Pour un passage en revue des constructions du verbe menant à cette conclusion, voir Tuchais, 2014, (...)

2Parmi les verbes dénotant une activité psychocognitive, le verbe omou se caractérise par la grande variété des constructions dans lesquelles il entre, ainsi que par une large gamme d’emplois sur le plan sémantique, le point commun à tous ces emplois étant qu’il renvoie au fait d’« avoir à l’esprit une représentation mentale7 ». La construction qui est de loin la plus représentée en japonais contemporain est cependant celle où il régit une séquence enchâssée par la particule to, qui exprime le contenu de l’activité mentale.

  • 8 Les caractéristiques présentées ci-dessous ne concernent que les énoncés assertifs, auxquels nous l (...)

3Employé à la forme conclusive atemporelle et en clôture d’énoncé, c’est-à-dire lorsqu’il n’est suivi d’aucun auxiliaire modal et lorsqu’il régit une séquence enchâssée, le verbe omou présente un certain nombre de caractéristiques syntaxiques, sémantiques et énonciatives8. La plus souvent mentionnée est celle des restrictions de personne qui pèsent sur le sujet du verbe : celui-ci ne peut être que le locuteur. Ainsi, l’énoncé :

(1) 太郎は敗けると思う。(Teramura, 1984)a
  Tarō | wa | makeru | to omou
  (Tarō | TH | perdre | to omou)b
a. Teramura, 1984.
b. Pour l’analyse des exemples, nous utiliserons les abréviations suivantes : CIT : enchâsseur citationnel, COND : condition, CONJ : conjecture, DES : désidératif, DET : détermination adnominale, DUR : duratif, IMP : impératif, INT : particule interrogative, LOC : particule locative, NOM : nominalisation, NEG : négation, O : particule objet, PF : particule finale, POL : politesse, S : particule sujet, TH : particule de thème, VOL : volitif

4ne peut s’interpréter que comme Je pense que Tarō va perdre et non comme Tarō pense qu’il va perdre. Et les énoncés suivants sont agrammaticaux :

(2) * あなたは雨が降ると思う。
  * Anata | wa | ame | ga | furu | to omou.
  (toi | TH | pluie | S | tomber | to omou)
(3) * 彼は雨が降ると思う。
  * Kare | wa | ame | ga | furu | to omou.
  (lui | TH | pluie | S | tomber | to omou)

5Ces contraintes se limitent à l’emploi en position finale. Elles sont levées lorsque omou occupe une fonction déterminante ou lorsqu’il est suivi d’un auxiliaire et elles ne s’appliquent que lorsque omou renvoie strictement au moment de l’énonciation, ce qui exclut les formes comme omotta (accompli) ou omotte iru (duratif). Enfin, il faut noter qu’elles ne concernent pas les emplois du verbe dans le récit à la troisième personne.

  • 11 Sunakawa, 1987, p. 73-91.
  • 12 Sawada, 1993.

6Une autre caractéristique de la construction to omou souvent signalée est celle que l’on peut désigner sous le terme d’« atopicalité » : ce n’est pas le verbe principal de l’énoncé, omou, qui constitue le topique discursif, mais la séquence enchâssée. C’est ce que l’on peut déduire des observations de Sunakawa11 et Sawada12.

7Sunakawa donne les exemples suivants :

(4) A : 私は彼が犯人だと思います。
  B : そうでしょうか。(Sunakawa, 1987)
  - Watashi | wa | kare | ga | hannin | da | to omoimasu.
  - Sō | deshō | ka.
  (- moi | TH | lui | S | coupable | être | to omou + POL
  - ainsi | être + CONJ | INT)
  A : Je pense que c’est lui le coupable.
  B : Vous croyez ?
(5) A : 私は彼が犯人だと思います。
  B : そんなことないでしょう。(Sunakawa, 1987)
  - Watashi | wa | kare | ga | hannin | da | to | omoimasu.
  - Sonna | koto | nai | deshō.
  (- moi | TH | lui | S | coupable | être | to omou + POL
  - un tel | chose | il n’y a pas | CONJ)
  A : Je pense que c’est lui le coupable.
  B : Mais non.

8et observe que le doute et la dénégation exprimés par B respectivement en (4) et (5) portent non sur le fait que A possède ou non l’opinion exprimée, mais sur la vérité du contenu de la séquence enchâssée : c’est celle-ci qui fait l’objet de l’assertion et non le verbe enchâsseur.

9Sawada fait une observation analogue, en mettant en parallèle omou avec d’autres formes de ce verbe en conservant le même sujet :

(6) A : 私は[トムが真犯人だと]思う。
  B : 本当ですか?(Sawada, 1993)
  - Watashi | wa | Tomu | ga | shin hannin | da | to omou.
  - Hontō | desu | ka ?
  (- moi | TH | Tom | S | vrai coupable | être | to omou
  - vrai | être | INT)
  A : À mon avis, Tom est le coupable.
  B : C’est vrai ?
(7) A : 私は(いまでも)[トムが真犯人だと]思っている。
  B : 本当ですか?(Sawada, 1993)
  - Watashi | wa | (imademo) | Tomu | ga | shin hannin | da | to omotte iru.
  - Hontō | desu | ka ?
  (- moi | TH | (encore maintenant) | Tom | S | vrai coupable | être | to omou + DUR
  - vrai | être | INT)
  A : Je pense (/Je continue de penser) que Tom est le coupable.
  B : C’est vrai ?
(8) A : 私は(一瞬)[トムが真犯人だと]思った。
  B : 本当ですか?(Sawada, 1993)
  - Watashi | wa | (isshun) | Tomu | ga | shin hannin | da | to omotta.
  - Hontō | desu | ka ?
  (- moi | TH | (un instant) | Tom | S | vrai coupable | être | to omou + PASSÉ
  - vrai | être | INT)
  A : (Pendant un instant) j’ai pensé que Tom était le coupable.
  B : C’est vrai ?

10D’après Sawada, alors qu’en (6) l’interrogation de B porte sur le fait que « Tom est coupable », en (7) et (8), il porte plutôt sur le fait que A a ou a eu cette opinion.

  • 13 Voir Tuchais, 2014, p. 53-61, pour une présentation plus détaillée et une discussion.

11Ces quelques remarques13 sur le comportement du verbe omou montrent qu’il joue dans l’énoncé un rôle sémantico-énonciatif particulier. Même si syntaxiquement omou occupe la position de verbe principal régissant la proposition enchâssée, to omou, à la forme conclusive atemporelle, fonctionne comme une expression venant s’ajouter à la suite du prédicat de la séquence enchâssée pour en moduler l’assertion. La séquence enchâssée peut en effet fonctionner comme un énoncé indépendant, et dans les cas fréquents où omou ne régit pas d’autre élément, l’ajout de to omou à cette séquence joue un rôle sémantico-énonciatif comparable à celui d’auxiliaires dits modaux, comme darō だろう (auxiliaire de conjecture), occupant cette position post-prédicat. On peut appeler ce rôle « modulateur d’assertion », dans la mesure où c’est le contenu de la séquence enchâssée qui fait l’objet de l’assertion, to omou ne faisant que signaler qu’il s’agit d’une opinion personnelle du locuteur. Il existe d’autres modulateurs d’assertion jouant un rôle similaire, et formés sur le même modèle – par substitution à omou d’un autre verbe d’activité psychocognitive (to kanjiru と感じる, to kangaeru と考える), d’une forme dite de spontané (jihatsu 自発 : to omowareru と思われる), ou utilisation d’une autre forme d’enchâssement (yō ni omou ように思う), etc. – mais to omou est de loin le plus fréquemment utilisé et celui qui possède la gamme d’emplois la plus large.

12Sur la base de la nature de la proposition enchâssée ainsi que du rôle discursif que joue to omou, on peut distinguer trois principaux emplois : un emploi accompagnant l’expression d’une opinion personnelle, un emploi accompagnant l’expression d’une volonté et un emploi consistant à mettre en scène un discours intérieur.

To omou et l’expression de l’opinion

13Dans un énoncé comme celui de l’exemple (1) cité ci-dessus, la proposition enchâssée pourrait constituer un énoncé indépendant et c’est son contenu qui fait l’objet de l’assertion. Le rôle de to omou n’est alors que de signaler qu’il s’agit d’une opinion personnelle du locuteur.

  • 14 Moriyama, 1992, p. 105-116.

14Les séquences enchâssées peuvent véhiculer un contenu objectif comme un contenu subjectif, comme le montre Moriyama14, qui donne respectivement les exemples suivants :

(9) -あいつ、大学、来てるかな。(Moriyama, 1992)
  -はあ、来てると思います。
  - Aitsu | daigaku | kiteru | kana.
  - Hā | kiteru | to omoimasu.
  (- lui | université | venir | INT
  - oui | venir | to omou + POL)
  - Je me demande s’il est à la fac.
  - Ouais, je crois qu’il est là.
(10) 日本の今の医療制度は間違っていると思う。(Moriyama, 1992)
  Nihon | no | ima | no | iryō seido | wa | machigatte iru | to omou.
  (Japon | DET | maintenant | DET | système médical | TH | se tromper | to omou)
  Je trouve que le système médical japonais actuel est inadapté.
  • 15 Voir notamment Miyazaki, 1999, p. 1-16 & 2001, p. 111-136 ; Tuchais, 2014, p. 75-80 & p. 328.

15Moriyama distingue ces deux emplois de to omou en faisant remarquer qu’en (9), to omou joue un rôle proche de l’auxiliaire de conjecture darō et que sa suppression modifierait nettement le sens de l’énoncé tandis que ce n’est pas le cas en (10). Il joue dans le premier cas le rôle de « marqueur d’incertitude » (fukakujitsu hyōji yōhō 不確実表示用法) et, dans le second, celui d’« indicateur de subjectivité » (shukan meiji yōhō 主観明示用法). Les notions d’objectivité et de subjectivité ainsi que les critères de distinction de ces emplois prêtent à discussion15, mais il n’en reste pas moins que to omou peut traduire des expressions françaises aussi variées que je crois et je trouve.

  • 16 Miyazaki, 2001, p. 111-136 ; Moriyama, 1995, p. 171-182.
  • 17 Nitta, 1991.

16En raison de cette capacité à exprimer l’incertitude, la comparaison avec les auxiliaires dits modaux comme darō occupe une place importante dans les études sur to omou16. La différence principale réside dans le fait que to omou suppose une situation d’interlocution : comme le souligne Nitta17, il ne peut s’employer dans un monologue. Moriyama signale également qu’après avoir fait une assertion avec to omou, on peut naturellement demander l’avis de l’interlocuteur sur la validité du contenu asserté, mais que ce n’est pas possible après une assertion avec darō.

17On peut ajouter une autre remarque mettant en lumière le fonctionnement de to omou : les auxiliaires exprimant le degré de certitude (darō だろう, ka mo shirenai かもしれない, ni chigai nai にちがいない, etc.) sont susceptibles d’être employés en clôture d’une séquence enchâssée par to omou, mais ce n’est en principe pas le cas de ceux qui relèvent de ce que l’on peut appeler l’évidentialité, c’est-à-dire indiquant la source du jugement, comme yō da ようだ / mitai da みたいだ (indiquant un jugement fondé sur une apparence), rashii らしい (apparence, ouï-dire), ou [forme conclusive +] sō da そうだ (ouï-dire). En revanche, ces derniers peuvent naturellement commuter avec to omou, la différence ne portant alors que sur l’indication de la source, interne au locuteur dans un cas, externe dans l’autre :

(11) この本は面白いと思う。
  Kono | hon | wa | omoshiroi | to omou.
  (ce | livre | TH | intéressant | to omou)
  Je trouve que ce livre est intéressant.
(11’) この本は面白いらしい/ようだ。
  Kono | hon | wa | omoshiroi | rashii / yō da.
  (ce | livre | TH | intéressant | rashii / yō da)
  Il paraît que ce livre est intéressant. / Il semble que ce livre soit intéressant.

18La proposition enchâssée ne subit pas de changement de sens, la différence portant uniquement sur la source et le type de jugement permettant de l’asserter. C’est donc plutôt avec cette catégorie d’auxiliaires que to omou forme un paradigme.

  • 18 Ainsi, pour Sunakawa, to omou exprime une « modalité atténuative (ou euphémique) » (enkyoku no mūdo(...)

19Les études sur to omou décrivent généralement son rôle dans l’énoncé en mettant en avant l’atténuation de l’assertion que son ajout produit18. La fonction de to omou est cependant loin de se limiter à ce rôle. L’effet d’atténuation est clair lorsqu’il s’agit d’exprimer une incertitude comme en (9). Cet effet s’observe également souvent dans ses autres emplois : en signalant le point de vue exprimé comme son avis personnel, le locuteur laisse à l’interlocuteur la possibilité d’avoir un avis différent, et évite de lui imposer le sien. Mais on relève aussi des exemples où l’on peut difficilement affirmer qu’il modère l’assertion. C’est par exemple le cas lorsque to omou est utilisé pour exprimer une forte critique, voire des injures comme en (12) ou (13) :

(12) - 日銀職員が、数字並びの新札を自分のものとしていた事について皆さんどう思いますか?日銀ですよ。
  - けしからんと思います。(BCCWJ)
  - Nichigin shokuin | ga, | sūji narabi | no | shinsatsu | o | jibun | no | mono | to shiteita | koto | ni tsuite | mina-san | dō | omoimasu | ka ? | Nichigin | desu | yo.
  - Keshikaran | to omoimasu.
  (- employé de la Banque du Japon | S | chiffres alignés | DET | nouveau billet | O | lui-même | DET | chose | faire | fait | au sujet de | tous | comment | omou + POL | PF
  - scandaleux | to omou + POL)
  - Que pensez-vous du fait qu’un employé de la Banque du Japon s’appropriait les nouveaux billets numérotés avec une suite de chiffres identiques ? Un employé de la Banque du Japon !
  - Je trouve que c’est scandaleux.
(13) これが総理だったのかと思うと、涙が出るほど情けないと思います。彼は、自分自身が、どうしようもないバカ以下の存在だと気づいていますか? (BCCWJ – Forum)
  Kore | ga | sōri | datta | no ka | to omou | to, | namida | ga | deru | hodo | nasakenai | to omoimasu. Kare wa, jibun jishin ga, dō shiyō mo nai baka ika no sonzai da to kizuite imasu ka ?
  (cela | S | premier ministre | être + PASSÉ | INT | CIT | penser | quand | larme | S | couler | au point que | lamentable | to omou + POL)
  Quand je pense que cet individu a été premier ministre, je trouve ça tellement lamentable que j’en pleurerais. Est-ce qu’il se rend compte lui-même qu’il est d’une insondable bêtise ?

20On peut également trouver dans le discours des politiques beaucoup d’occurrences de to omou qui à l’évidence n’ont pas pour but de modérer le propos, et où un effet atténuateur de quelque nature qu’il soit serait tout à fait contre-productif.

21On peut s’interroger sur ce qui permet à to omou aussi bien de jouer un rôle modérateur que d’afficher fortement une conviction. Cet apparent paradoxe s’explique si l’on voit dans la fonction fondamentale de to omou l’expression d’une prise de position. En signalant le point de vue exprimé comme son point de vue personnel sur une question, le locuteur prend position sur cette question, et ce faisant laisse entendre que d’autres positions, d’autres points de vue sont possibles. Dans la plupart des cas, laisser entendre que d’autres positions sont possibles revient à relativiser celle du locuteur, et à laisser à l’interlocuteur la possibilité de ne pas la partager : c’est le mécanisme de l’atténuation évoqué ci-dessus. Mais le locuteur peut aussi effectuer une prise de position afin de se démarquer d’autres points de vue qu’il rejette, l’effet produit étant alors celui d’une forte affirmation de ses convictions.

To omou et l’expression de la volonté

22Parmi les emplois les plus représentés dans les corpus étudiés, on trouve les cas où la séquence enchâssée s’achève sur des formes exprimant ce que l’on peut regrouper sous le terme de modalité boulique : volonté, désir, intention, souhait... Les principales formes utilisées pour cela sont l’auxiliaire dit de « désidératif » -tai (14), et la forme en -ō des prédicats verbaux dans son sens dit « volitif », qui combiné avec to omou exprime l’intention (15).

(14) 私は彼が好きなので、一緒にいたいと思います。(BCCWJ)
  Watashi | wa | kare | ga | suki na | no de, | issho ni | itai | to omoimasu.
  (moi | TH | lui | S | aimer | CAUSE | ensemble | être + DES | to omou + POL)
  J’ai envie d’être avec lui parce que je l’aime.
(15) 今日の経験を今後に生かして行こうと思います。(BCCWJ)
  Kyō | no | keiken | o | kongo ni | ikashite ikō | to omoimasu.
  (aujourd’hui | DET | expérience | O | à l’avenir | mettre à profit + VOL | to omou + POL)
  Je compte à l’avenir mettre à profit l’expérience d’aujourd’hui.
  • 19 Moriyama, 1992, p. 105-116.

23Les études antérieures sur to omou ne réservent pas un traitement particulier à ces cas. Ainsi, pour Moriyama19, ils relèvent de l’emploi de to omou comme « indicateur de subjectivité » présenté ci-dessus. Or, il est clair que l’on a affaire à un emploi de to omou différent de celui observé dans la section précédente. On le constate naturellement dans le passage au français, puisqu’on ne saurait utiliser des verbes d’opinion comme croire, penser, ou trouver pour traduire ces occurrences de omou. Mais on peut aussi montrer cette différence en s’appuyant sur des faits propres au japonais.

24Nous avons vu que lorsque to omou sert à exprimer une opinion – que celle-ci porte sur un contenu objectif ou subjectif –, il entre en concurrence avec des auxiliaires évidentiels comme yō da ou rashii. Mais il n’en va pas de même lorsque to omou sert à exprimer un désir ou une volonté, comme on le constate si l’on reprend les tests de substitution appliqués ci-dessus :

(16) 海外旅行に行きたいと思う。
  Kaigai ryokō | ni | ikitai | to omou.
  (voyage à l’étranger | LOC | aller + DES | to omou)
  J’aimerais partir en voyage à l’étranger.
(16’) 海外旅行に行きたいらしい。
  Kaigai ryokō | ni | ikitai | rashii.
  (voyage à l’étranger | LOC | aller + DES | rashii)
  Il paraît qu’il veut partir en voyage à l’étranger.

25En (16’), en effet, la proposition enchâssée subit un changement de sens important : le sujet désirant ne peut pas être le locuteur, alors que c’est obligatoirement le cas en (16). Quant au cas du volitif en -ō, la substitution serait tout simplement impossible :

(17) 海外旅行に行こうと思う。
  Kaigai ryokō | ni | ikō | to omou.
  (voyage à l’étranger | LOC | aller + VOL | to omou)
  J’ai l’intention de partir en voyage à l’étranger.
(17’) * 海外旅行に行こうらしい。
  * Kaigai ryokō | ni | ikō | rashii.
  (voyage à l’étranger | LOC | aller + VOL | rashii)

26Le to omou accompagnant l’expression d’un désir ou d’une volonté n’entre donc pas dans le même paradigme que le to omou accompagnant l’expression d’une opinion.

  • 20 Moriyama, 1992, p. 111.

27Concernant la fonction de to omou dans cet emploi, on peut y voir à nouveau un effet d’atténuation, mais par un mécanisme différent de celui décrit ci-dessus. Commentant cet effet, qu’il observe dans les exemples (18) et (19), Moriyama20 soutient qu’il provient de ce que to omou signale qu’il s’agit d’un « avis personnel » (kojinteki na iken 個人的な意見).

(18) 乾杯したいと思います。(Moriyama, 1992)
  Kanpai shitai | to omoimasu.
  (porter un toast + DES | to omou + POL)
  J’aimerais porter un toast.
(19) どうか今後も末永く、ご主人とともに当店の商品テストを続けていただきたいと思います。(Moriyama, 1992)
  Dō ka | kongo | mo | suenagaku, | go-shujin | to tomo ni | tōten | no | shōhin tesuto | o | tsuzukete itadakitai | to omoimasu.
  (s’il vous plaît | avenir | aussi | longtemps | votre mari | avec | notre magasin | DET | test de produit | O | continuer + recevoir + DES | to omou + POL)
  Je souhaite que vous et votre mari poursuiviez longtemps votre participation aux tests de produits de notre magasin.

Il nous semble cependant difficile d’adhérer à cette analyse. Dans le cas de l’expression d’un désir – et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’effectuer un acte de requête comme en (19) –, la question de savoir si l’interlocuteur partage ou non un « avis » exprimé n’est pas pertinente. Il ne s’agit pas ici de prendre position, d’exprimer sur une question un point de vue personnel susceptible d’être ou non partagé. On expliquera plutôt le rôle atténuateur joué par to omou en (18) et (19) de la façon suivante : c’est le fait de présenter simplement le désir exprimé comme présent à l’esprit du locuteur grâce à to omou qui rend cette expression indirecte et rend, par là même, l’acte accompli par l’énoncé socialement plus acceptable. To omou joue alors son rôle originel qui est de présenter le contenu de la séquence enchâssée comme une pensée. L’effet d’atténuation que l’on peut attribuer à to omou lorsqu’il accompagne l’expression d’un désir est donc d’une autre nature et repose sur un fonctionnement différent de celui observé dans les autres cas.

La mise en scène du discours intérieur

  • 21 Hirose & Hasegawa, 2010, p. 170.

28Alors que dans la majorité des emplois de to omou la séquence enchâssée se présente sous la forme d’une séquence dépourvue de marques liées à l’interlocution, on rencontre également des cas où elle prend la forme d’un discours rapporté, présenté comme tel. La capacité de to omou à régir un discours direct est parfois mentionnée : Hirose et Hasegawa21 parlent ainsi d’un emploi de omou consistant à rapporter une « énonciation intérieure » (shinnai hatsuwa 心内発話), pouvant prendre la forme de ce qu’ils appellent une « expression publique » (kōteki hyōgen 公的表現). Il s’agit cependant chez ces auteurs des emplois du verbe omou en général, et les exemples donnés, relevant du récit, sont de la forme X ga « … » to omotta (X pensa : « … »). Cette capacité concerne pourtant également, comme on va le voir, la forme atemporelle to omou avec un sujet de première personne.

  • 22 Elle est ainsi appelée « particule monologique » par Oshima, 2001, p. 274.

29On observe dans ce type d’énoncé une sorte de mise en scène d’une situation d’énonciation fictive, censée rendre compte de l’activité mentale du locuteur. On peut distinguer deux cas de mise en scène de ce discours intérieur : une mise en scène que l’on peut qualifier d’« orthodoxe », avec la particule na, dont le rôle est notamment de marquer l’énoncé qu’elle clôt comme des propos que le locuteur s’adresse à lui-même22. Mais on observe également une façon non orthodoxe de mettre en scène le discours intérieur sous une forme présupposant une situation dialogique, avec des marques propres à l’interlocution.

30Dans les deux cas, ce phénomène peut se manifester dans la typographie. Dans certains exemples que nous citons ci-dessous, on pourra ainsi observer diverses marques signalant le statut énonciatif particulier de la séquence enchâssée : elle peut être encadrée par des guillemets signalant son statut de discours rapporté (44), ou s’achever par un point d’interrogation (33) ou d’exclamation (45) indiquant une intonation particulière.

Le monologue intérieur

  • 23 Nous distinguons l’emploi de na comme « particule monologique », dont nous traitons dans cette sect (...)

31La particule na23 (parfois allongée en ), employée en clôture d’énoncé, a pour fonction de présenter celui-ci comme un monologue, ce qui se manifeste par un certain nombre de caractéristiques, comme l’incompatibilité avec les marques de politesse (-desu / -masu) ou l’impossibilité d’être suivie par les particules yo ou ne établissant un certain rapport avec l’interlocuteur. C’est donc tout naturellement qu’une séquence clôturée par na peut être enchâssée par to omou, qui la rapporte comme un discours intérieur. La différence avec un énoncé sans na vient principalement de ce qu’elle a également pour fonction de donner un caractère affectif à l’énoncé ou à la séquence qu’elle clôt, qui prend une intonation exclamative, et accompagne souvent l’expression de divers sentiments du locuteur : admiration (20), souhait (21).

(20) おしゃれな女だなあと思います。(BCCWJ)
  O-share na | onna | da | nā | to omoimasu.
  (élégant | femme | être | PF | to omou + POL)
  Je trouve que c’est une femme élégante.
(21) こんな店が、私でもはいれる金額であったら、いってみたいなあと思います。(BCCWJ)
  Konna | mise | ga, | watashi | demo | haireru | kingaku | de attara, | itte mitai | nā | to omoimasu.
  (un tel | magasin | S | moi | même | pouvoir entrer | prix | être + COND | aller + DES | PF | to omou + POL)
  Si dans un restaurant comme celui-ci les prix étaient abordables pour quelqu’un comme moi, j’aimerais bien y aller !

32Le monologue peut également être signalé par la particule interrogative kana – qui garde cette propriété de la particule na entrant dans sa composition. Celle-ci peut servir à exprimer un doute, mais le plus souvent, il n’y a pas d’orientation négative et il s’agit simplement d’envisager une éventualité ou d’atténuer une affirmation. Avec une forme de volitif, l’énoncé peut exprimer une hésitation ou une décision incertaine :

(22) 時間があるときにでも所長に提案してみようかなと思います。(BCCWJ)
  Jikan | ga | aru | toki ni demo | shochō | ni | teian shite miyō | ka na | to omoimasu.
  (temps | S | il y a | quand | directeur | à | proposer + VOL | ka na | to omou + POL)
  J’envisage d’en faire la proposition au directeur quand j’aurai le temps.

33On peut voir un autre phénomène relevant du discours intérieur, sans utilisation de la particule na, dans un exemple comme le suivant, où la séquence enchâssée relève d’une variété de japonais différente de celle de la séquence enchâssante. Il est tiré de l’interview d’un journaliste originaire d’Ōsaka publiée dans une revue nationale. Alors que l’ensemble du texte est en japonais standard, une séquence enchâssée par to omou est en dialecte du Kansai.

(23) 二十五歳で結婚したときは、大八車で引っ越しですよ。大阪の社会部に上がって連載なんか何十回かやらされるでしょう。当時は日曜も夕刊ありましたから、まるで休みなんかありません。おまけに最初の子が生まれたときは、フルブライトでアメリカの大学に行ってました。どれぐらい彼女は心細かったやろうと思います。いつもおっとりしてて、ベトナムで一時、消息不明者としてニュースで僕の名前が出たときも、騒ぎ立てることはなかった。そういうタイプでしたから、僕のほうも仕事の話はほとんどしなかった。でもいつも心配だったと思いますよ。(BCCWJ – Revue Voice, interview de Tokuoka Takao 徳岡孝夫)
  Ni jū go sai de kekkon shita toki wa, daihachiguruma de hikkoshi desu yo. Ōsaka no shakaibu ni agatte rensai nanka nanjikkai ka yarasareru deshō. Tōji wa nichiyō mo yūkan arimashita kara, marude yasumi nanka arimasen. Omake ni saisho no ko ga umareta toki wa, Furuburaito de Amerika no daigaku ni ittemashita. Dore gurai | kanojo | wa | kokorobosokatta | yarō | to omoimasu. Itsumo ottori shitete, Betonamu de ichiji, shōsokufumeisha toshite nyūsu de boku no namae ga deta toki mo, sawagitateru koto wa nakatta. Sō iu taipu deshita kara, boku no hō mo shigoto no hanashi wa hotondo shinakatta. Demo itsumo shinpai datta to omoimasu yo.
  (à quel point | elle | TH | se sentir seul | CONJ | to omou + POL)
  Quand nous nous sommes mariés à vingt-cinq ans, nous avons déménagé en charrette à bras ! Promu à la rubrique société à Ōsaka, j’ai dû faire des dizaines de séries d’articles. À l’époque, il y avait un tirage du soir même le dimanche, alors je n’avais aucun jour de repos. En plus, quand notre premier enfant est né, j’étais aux États-Unis avec une bourse Fullbright. Je pense qu’elle a vraiment dû se sentir seule ! Elle était toujours calme, et quand la nouvelle que j’avais été porté disparu au Vietnam a été diffusée, elle ne s’est pas mise dans tous ses états. Voilà le genre de personne qu’elle était, et de mon côté je ne lui parlais presque pas non plus de mon travail. Mais je pense qu’elle était toujours inquiète.

34On observe qu’à la fin de l’extrait cité, un autre énoncé en to omou contient une séquence enchâssée en langue standard. L’emploi des formes dialectales pour les séquences enchâssées par to omou n’est donc pas systématique, ce qui signifie qu’il y a donc bien une volonté de mise en scène du discours intérieur dans le premier cas. Ce procédé contribue à donner une plus grande expressivité à l’énoncé en donnant à voir l’affectivité du locuteur dans toute sa spontanéité.

Mise en scène d’une situation d’interlocution fictive

  • 24 Miyazaki, 1999, p. 1-16.

35Les exemples donnés jusqu’ici mettent en scène un discours intérieur présenté comme un monologue, mais il arrive que la séquence enchâssée prenne une forme normalement réservée au dialogue. Les résultats de notre analyse de corpus contredisent sur ce point les études antérieures. Celles-ci affirment en effet que, la séquence enchâssée étant la formulation des pensées du locuteur, elle ne peut être porteuse de marques liées à une situation d’interlocution effective – formes d’adresse, formes de politesse, impératifs, particules finales interlocutives. Miyazaki24 signale ainsi l’impossibilité d’un exemple comme le suivant :

(24) * ねえ、座りなさいよ、と思う。(Miyazaki, 1999)
  * Nee, | suwarinasai | yo, | to omou.
  (INTERPELLATION | s’asseoir + IMPÉRATIF | PF | to omou)
  • 25 Miyazaki affirme notamment que les particules finales en général ne peuvent être enchâssées que lor (...)
  • 26 Sur un total de 68 337 occurrences de to omou examinées dans Tuchais, 2014, les cas de séquences en (...)

36Les énoncés contenant ce type de marques sont cependant loin d’être absents de notre corpus, et ce même lorsque omou est à la forme atemporelle, contrairement à ce qui est généralement affirmé25. On trouve en effet dans notre corpus à peu près tout l’éventail des formes censées être bannies de cette construction : particules finales interlocutives, formes d’impératif, marques de politesse, formules d’adresse… Même si en termes de fréquence le nombre de telles occurrences peut paraître négligeable26, le fait même qu’elles soient attestées malgré leur caractère paradoxal mérite examen.

37On voit ainsi, dans l’exemple suivant, une séquence enchâssée clôturée par la particule yo :

(25) 日本経済新聞が、「日本システムの敗戦」なんて大きな記事を書いてますが、よくやるよと思いますね。バブルのときは日本システムの勝利ってワアワア言ってたのが、コロッと態度を変えて、今度は日本システムがいかん、と言い出している。(BCCWJ)
  Nihon Keizai Shinbun ga, « Nihon shisutemu no haisen » nante ōki na kiji o kaitemasu ga, yoku | yaru | yo | to omoimasu | ne. Baburu no toki wa Nihon shisutemu no shōri tte wāwā itteta no ga, korotto taido o kaete, kondo wa Nihon shisutemu ga ikan, to iidashite iru.
  (bien | faire | PF | to omou + POL | PF)
  Le Nihon Keizai Shinbun écrit des articles prétentieux intitulés « La défaite du système japonais ». Je trouve qu’ils ont du culot ! Ce sont les mêmes qui, à l’époque de la bulle, s’extasiaient en parlant de la victoire du système japonais, et qui, maintenant, changeant d’attitude à 180 degrés, se mettent à dire qu’il ne marche pas.

38L’interlocuteur pris à partie avec la particule yo n’est évidemment pas celui auquel s’adresse l’énoncé enchâssant, mais l’interlocuteur d’une situation de dialogue fictive présent à l’esprit du locuteur.

39Cette situation d’interlocution fictive est encore plus claire avec un impératif, le plus souvent combiné avec la particule finale yo (26), parfois ne (27) :

(26) 東京にも、早稲田やお茶の水など学生街はあるのに、ライブハウスは別に集まってこない。学園祭でも呼んでくるのはテレビで人気の2線級歌手ばかり。そんな商業娯楽に踊らされてないで自前の学生文化を育てろよと思う。(Asahi Shinbun 朝日新聞, 10/08/2002)
  Tōkyō ni mo, Waseda ya Ochanomizu nado gakuseigai wa aru no ni, raibuhausu wa betsu ni atsumatte konai. Gakuensai demo yonde kuru no wa terebi de ninki no nisenkyū kashu bakari. Sonna | shōgyō goraku | ni | odorasarenaide | jimae | no | gakusei bunka | o | sodatero | yo | to omou.
  (un tel | divertissement commercial | par | tromper + PASSIF NEG | à ses propres frais | DET | culture estudiantine | O | former IMP | PF | to omou)
  À Tokyo aussi, bien qu’il y ait des quartiers étudiants à Waseda ou Ochanomizu, les bars live ne s’y concentrent pas particulièrement. Et même lors des fêtes des universités, ils ne font venir que des chanteurs de second rang qui ont du succès à la télévision. J’ai envie de leur dire : « Ne vous laissez donc pas tromper par des divertissements commerciaux, et créez votre propre culture estudiantine ! »
(27) (Sur les gens qui promènent leur chien à vélo) その場合は、人間も犬もけがしないように気をつけてねと思います。(BCCWJ)
  Sono baai wa, | ningen | mo | inu | mo | kega shinai | yō ni | ki o tsukete | ne | to omoimasu.
  (dans ce cas | humain | aussi | chien | aussi | se blesser + NEG | pour | faire attention + IMP | PF | to omou + POL)
  Dans ce cas, je souhaite qu’ils fassent attention afin que ni les humains ni les chiens ne soient blessés.
  • 27 Miyazaki, 1999, note 1.

40À propos des formes d’impératif enchâssées, Miyazaki27, qui ne les admet que lorsque omou est au passé, affirme qu’elles prennent alors une valeur optative, exprimant un souhait, comme en (28) :

(28) その時、私は「明日天気になあれ」と思った。(Miyazaki, 1999, note 1)
  Sono toki, | watashi | wa | ashita | tenki | ni nāre | to omotta.
  (à ce moment | moi | TH | demain | (beau) temps | devenir + SOUHAIT | to omou + PASSÉ)
  À ce moment, je me suis dit : « Pourvu qu’il fasse beau demain. »

41Or, même si l’on ne peut affirmer des exemples du type de (26) ou (27) qu’il s’agit d’une injonction dans la mesure où l’impératif ne s’adresse pas au véritable interlocuteur de l’énoncé, et que l’on est donc souvent in fine conduit à interpréter l’énoncé comme un souhait du locuteur, il faut noter que la séquence enchâssée est clairement présentée comme une injonction. On l’observe par exemple en (29), qui contient une adresse initiale, sous la forme d’un nom suivi de la particule yo dans sa fonction vocative.

(29) 若者よもっと、元気であれ、もっと礼儀正しくあれと思う。(BCCWJ)
  Wakamono | yo | motto, | genki | de are, | motto | reigi tadashiku | are | to omou.
  (jeune | PF | plus | énergique | être + IMP | plus | poli | être + IMP | to omou)
  Je voudrais leur dire : « Jeunes, soyez plus énergiques, soyez plus polis. »

42On observe également la possibilité dans ce type d’énoncé d’avoir une forme d’impératif polie en -kudasai :

(30) また、散々我慢してからリハビリにくる患者さんの肩はガチガチに固かったりします。自分は理学療法士なので毎日そういった方のリハビリ治療をしていますが、正直もっと早くきてくださいと思います。(BCCWJ)
  Mata, sanzan gaman shite kara rihabiri ni kuru kanja-san no kata wa gachigachi ni katakattari shimasu. Jibun wa rigaku ryōhōshi na no de mainichi sō itta kata no rihabiri chiryō o shite imasu ga, shōjiki | motto | hayaku | kite kudasai | to omoimasu.
  (franchement | plus | tôt | venir + IMP + POL | to omou + POL)
  Par ailleurs, les patients qui viennent en rééducation après avoir longtemps pris leur mal en patience ont parfois les épaules dures comme de la pierre. Comme je suis physiothérapeute, je traite tous les jours ce genre de patients, et franchement je me dis qu’ils auraient dû venir plus tôt.
  • 28 C’est un emploi que l’on observe également en japonais avec les énoncés injonctifs en général, comm (...)

43Cela montre bien qu’il ne s’agit pas d’un simple souhait, mais bien d’une demande mentalement adressée à un interlocuteur absent. Par ailleurs, on voit aussi que l’impératif enchâssé n’est pas toujours utilisé pour exprimer un souhait : en (30), il s’agit en effet plutôt d’un reproche ou d’un regret28.

44Relèvent également de ce dispositif de mise en scène d’une situation d’interlocution les séquences enchâssées formées d’un adverbe normalement utilisé en dialogue pour réagir à un propos de l’interlocuteur, comme masaka まさか, qui exprime l’étonnement (31), ou naruhodo なるほど, qui indique que l’on a compris ce propos (32) :

(31) このヌルデはウルシの仲間なのですが昔お歯黒の黒く塗る液にこのヌルデの実を叩き、黒い液を取り出し黒く塗って使ったんだそうです(中略)まさかと思いますがね。(BCCWJ)
  Kono nurude wa urushi no nakama na no desu ga mukashi o-haguro no kuroku nuru eki ni kono nurude no mi o tataki, kuroi eki o toridashi kuroku nutte tsukatta nda sō desu [...] Masaka | to omoimasu | ga | ne.
  (pas possible | to omou + POL | mais | PF)
  Ce rhus javanica est de la famille du laquier. Autrefois, pour le haguro, on en broyait les fruits et on en tirait un liquide noir que l’on appliquait sur les dents pour les teindre. […] On a du mal à le croire, hein ?
(32) こんなものを誰が利用するかと思うと、デザイナーたちだとのことである。なるほどと思う。(BCCWJ)
  Konna mono o dare ga riyō suru ka to omou to, dezainā tachi da to no koto de aru. Naruhodo | to omou.
  (en effet | to omou)
  On peut se demander qui utilise quelque chose comme ça, mais il paraît que ce sont les designers. Ça se comprend.

45On trouve également des interjections jouant le même rôle comme en (33), où ha’ exprime un étonnement indigné :

(33) 私の職場でこんな男性がいます。(中略)女は馬鹿だとか、女は得だとかさんざん見下しています。でも彼女がほしいとか言います?はっ?と思います。(BCCWJ)
  Watashi no shokuba de konna dansei ga imasu. [...] Onna wa baka da toka, onna wa toku da toka sanzan mikudashite imasu. Demo kanojo ga hoshii toka iimasu ? Ha’ ? | to omoimasu.
  (hein | to omou + POL)
  Là où je travaille, il y a un homme comme ça : […] Il tient toutes sortes de propos méprisants sur les femmes, disant qu’elles sont stupides, qu’elles sont privilégiées… Et il dit qu’il voudrait une copine ? Je trouve ça incroyable !

L’interrogation

46Un problème particulier est posé par les séquences enchâssées clôturées par la particule ka. Il faut en effet distinguer les cas où ka n’a qu’une valeur atténuative de ceux où il garde pleinement son sens interrogatif. Le premier peut s’observer dans un exemple comme (34) :

(34) 早く耳鼻科に行った方がいいかと思いますよ。(BCCWJ)
  Hayaku | jibika | ni | itta | hō ga ii | ka | to omoimasu | yo.
  (vite | otorhino | LOC | aller | il vaut mieux | ka | to omou + POL | PF)
  Je pense que vous devriez aller rapidement chez l’otorhino.

47Dans un tel exemple, l’interprétation interrogative (Je me demande si vous devriez aller rapidement chez l’otorhino) ne serait clairement pas naturelle. Ka semble plutôt y jouer un rôle d’atténuation de l’assertion. Ce type d’emploi de la particule ka peut être identifié par un certain nombre de critères, comme la cooccurrence possible avec un adverbe exprimant le degré de certitude (tabun たぶん, osoraku おそらく, kitto きっと, etc.), ce type d’adverbe étant par nature incompatible avec une interrogation – ce que montre la comparaison de (35) et (35’) – ainsi que la possibilité d’être supprimé sans grand changement de sens de l’énoncé – la différence ne portant alors que sur la force de l’assertion.

(35) おそらく母の聞き間違いと思いますが(下略)(BCCWJ)
  Osoraku | haha | no | kikimachigai | ka to omoimasu | ga […]
  (probablement | mère | DET | méprise | ka to omou + POL | mais)
  Je pense que ma mère a probablement mal entendu […]
(35’) * おそらく母の聞き間違い(です)か。
  * Osoraku | haha | no | kikimachigai | (desu) | ka.
  (probablement | mère | DET | méprise | (être + POL) | ka)

48On observe cependant des cas où la particule ka conserve sa valeur interrogative en clôture de séquence enchâssée. Ils sont moins courants, mais certains facteurs imposent ou favorisent cette interprétation. C’est bien sûr le cas de la présence d’un mot interrogatif, comme en (36).

(36) 初期設定に戻してみてはどうかと思います。(BCCWJ)
  Shoki settei | ni | modoshite mite | wa | dō | ka | to omoimasu.
  (réglages initiaux | LOC | remettre | TH | comment | INT | to omou + POL)
  Vous pourriez essayer de réinitialiser les réglages.

49La lecture interrogative de ka est également possible sans mot interrogatif, notamment lorsque ka se combine à l’auxiliaire modal darō dans darō ka :

(37) ひどい家庭環境の中で育ちました。あの家から逃げ出すまで、毎日親2人から言われ続けた言葉が今も消えません。お前は女じゃない、お前みたいな女を相手にする男がいるはずがない。(中略)三十年近くこんな親とかかわってきたので、混乱しています。自分は男の人を好きになる資格があるのだろうかと思います。(BCCWJ)
  Hidoi katei kankyō no naka de sodachimashita. Ano ie kara nigedasu made, mainichi oya futari kara iwaretsuzuketa kotoba ga ima mo kiemasen. Omae wa onna janai, omae mitai na onna o aite ni suru otoko ga iru hazu ga nai. [...] San jū nen chikaku konna oya to kakawatte kita node, konran shite imasu. Jibun | wa | otoko no hito | o | suki ni naru | shikaku | ga | aru | no darō ka | to omoimasu.
  (moi-même | TH | homme | O | aimer | droit | S | avoir | no darō ka | to omou + POL)
  J’ai été élevée dans un environnement familial épouvantable. Je ne peux pas oublier ce que mes parents m’ont répété tous les jours jusqu’à ce que je m’enfuie de cette maison. Tu n’es pas une fille, tu ne trouveras jamais de garçon qui veuille de toi. […] Ayant été en contact pendant près de trente ans avec de tels parents, je suis aujourd’hui perturbée. Je me demande si j’ai vraiment le droit d’aimer un homme.

50Cette valeur peut être soulignée par des adverbes comme hatashite はたして (38) ou ittai いったい (39), qui ont précisément pour rôle de renforcer l’interrogation.

(38) (En parlant de livres anciens) はたしてどれだけ売れたのだろうかと思うが、意外と残存例が少なくないようだ。(BCCWJ)
  Hatashite | doredake | ureta | no darō ka | to omou | ga, | igai to | zanzonrei | ga sukunakunai | yō da.
  (hatashite | combien | se vendre + PASSÉ | CONJ + INT | to omou | mais | contre toute attente | cas de survivance | S | être peu nombreux + NEG | CONJ)
  Je me demande combien d’exemplaires ont pu s’en vendre, mais contre toute attente, il semble qu’un bon nombre nous soit parvenu.
(39) いったい、こんな雑誌、だれが買うのかと思うわ。(BCCWJ)
  Ittai, | konna | zasshi, | dare | ga | kau | no ka | to omou | wa.
  (ittai | un tel | revue | qui | S | acheter | INT | to omou | PF)
  Je me demande vraiment qui peut bien acheter ce genre de revue !

51Ces énoncés où la séquence enchâssée par to omou se présente sous la forme d’une interrogation peuvent naturellement être rangés parmi les énoncés mettant en scène une interlocution. Il s’agit certes d’un cas un peu différent de la plupart des exemples de mise en scène d’une situation d’interlocution fictive cités ci-dessus, dans la mesure où l’énoncé n’est pas adressé à un interlocuteur déterminé absent – comme les jeunes de (26) et (29), les patients de (30), etc. –, mais à un interlocuteur virtuel, ce qui conduit à l’interpréter comme une interrogation que le locuteur s’adresse à lui-même. La séquence enchâssée n’est cependant pas explicitement marquée comme un monologue, comme c’était le cas dans l’auto-interrogation avec kana observée ci-dessus, et cela entraîne des différences dans les effets possibles.

52On peut ainsi l’observer en remplaçant ka par kana dans l’exemple (39) cité ci-dessus :

(39’) いったい、こんな雑誌、だれが買うのかなと思うわ。
  Ittai, | konna | zasshi, | dare | ga | kau | no | kana | to omou | wa.
  (ittai | un tel | revue | qui | S | acheter | INT | kana | to omou | PF)
  Je me demande bien qui achète ce genre de revue !

53L’emploi de kana est tout à fait naturel, mais on peut sentir une différence entre les deux énoncés : celui où la séquence enchâssée prend la forme d’une interrogation adressée à un interlocuteur, (39), contient clairement une nuance de reproche ou de mépris, qui s’estompe avec l’emploi de kana en (39’).

54On observe d’ailleurs que ce type d’énoncé exprime très souvent une forme de critique plutôt qu’une véritable auto-interrogation du locuteur :

(40) もう結婚した以上、お互いに責任があるのです。結婚してしまってから、性格の不一致なんて何を言っているのかと思います。(BCCWJ)
  Mō | kekkon shita | ijō, | o-tagai ni | sekinin | ga | aru | no desu. | Kekkon shite shimatte | kara, | seikaku | no | fuitchi | nante | nani | o | itte iru | no ka | to omoimasu.
  (déjà | se marier | une fois que | réciproquement | responsabilité | S | il y a | c’est que | se marier | après | caractère | DET | incompatibilité | CIT | quoi | O | dire | INT | to omou + POL)
  Une fois qu’on est marié, on a des responsabilités envers son conjoint. Parler d’incompatibilité de caractère après s’être marié ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire !

55Dans l’exemple suivant également, le locuteur ne s’interroge pas véritablement, mais fait mine de le faire pour exprimer son indignation :

(41) ワゴンを押しながら、彼または彼女は、大きな声でこう言うのである。「ウイスキーの水割りいかがですか?」「生ビールいかがですか?」間違っても、「日本酒の熱燗いかがですか?」とか「吟醸酒の冷たいのはいかがですか?」といった売り声を聞いたことはない。そのたびに、はたしてここは本当に日本という国なのだろうかと思う。(BCCWJ)
  Wagon o oshinagara, kare wa mata wa kanojo wa, ōki na koe de kō iu no de aru. Uisukī no mizuwari ikaga desu ka ? Namabīru ikaga desu ka ?” Machigattemo, “Nihonshū no atsukan ikaga desu ka ?” tokaGinjōshu no tsumetai no wa ikaga desu ka ?” to itta urigoe o kiita koto wa nai. Sono tabi ni, | hatashite | koko | wa | hontō ni | Nihon | to iu | kuni | na | no darō ka to omou.
  (à chaque fois | vraiment | ici | TH | vraiment | Japon | appelé | pays | être | no darō ka | to omou + POL)
  En poussant son chariot, il ou elle crie : « Whisky allongé à l’eau, bière pression ». Je n’ai absolument jamais entendu de vendeur crier « Sake chaud » ou « Sake de luxe frais ». À chaque fois, je me demande si je suis bien dans ce pays qu’on appelle le Japon.

56On peut observer ce type d’emploi dans une formule quasi figée comme dō ka to omou, qui, à côté des cas comme (36), s’utilise souvent comme formule exprimant la réprobation :

(42) そういう人たちの気持ちをないがしろにするのはどうかと思います。(BCCWJ)
  Sō iu | hitotachi | no | kimochi | o | naigashiro ni suru | no | wa | dō ka | to omoimasu.
  (un tel | gens | DET | sentiment | O | ignorer | NOM | TH | dō ka | to omou + POL)
  Je ne pense pas que ce soit une bonne chose d’ignorer ce que peuvent ressentir ces gens.

57On peut penser que c’est le fait de présenter la séquence enchâssée non comme une question que le locuteur se pose à lui-même, mais comme une interrogation adressée à un destinataire virtuel dans une relation d’interlocution fictive, qui permet de produire les divers effets que nous venons d’observer, et que ce type d’énoncé peut par conséquent se rattacher au phénomène plus large décrit dans cette section.

Mise en scène du discours intérieur et expression de l’opinion

58En examinant les exemples des divers cas de mise en scène du discours intérieur que nous venons de passer en revue, on remarque que ces énoncés contiennent souvent un élément (adverbe, proposition temporelle…) indiquant un repère temporel différent du moment de l’énonciation. C’est le cas par exemple ci-dessus en (30) (mainichi dans le contexte antérieur), ou dans l’exemple suivant :

(43) - パソコンに向かっている時って、誰かに覗かれると嫌じゃないですか?(下略)
  - (上略) 私も変なもの見てるわけじゃないけど、BBS、メールの時に覗かれると「おいっ!」と思います。(BCCWJ)a
  - Pasokon ni mukatte iru toki tte, dareka ni nozokareru to iya janai desu ka ? […]
  - [...] Watashi mo hen na mono miteru wake janai kedo, BBS | mēru | no | toki ni | nozokareru | to | « oi’ ! » | to omoimasu.
  (forum Internet | mail | DET | moment | observer + PASSIF | quand | holà | to omou + POL)
  - Quand vous êtes devant votre ordinateur, et que quelqu’un vous observe, ne trouvez-vous pas ça désagréable ? […]
  - […] Moi non plus, ce n’est pas que je regarde quoi que ce soit de honteux, mais quand je regarde un forum Internet ou mes mails, et que quelqu’un m’observe, j’ai envie de lui dire : « Holà ! »
a. Les exemples (43), (44) et (45) sont tirés du sous-corpus de KOTONOHA provenant du forum en ligne Yahoo! Chiebukuro.
  • 30 Miyazaki, 1999, note 1.

59On pourrait donc penser que cet emploi prenant la forme d’un discours direct n’est possible que parce que omou ne renvoie pas à l’activité mentale du locuteur au moment de l’énonciation. Comme nous l’avons rappelé, Miyazaki30 admet notamment la possibilité d’employer des formes comme les impératifs ou les particules interlocutives lorsque omou est au passé. Il s’agirait de rapporter une pensée formulée intérieurement à un autre moment que celui de l’énonciation. Cependant, dans la plupart des cas, omou sert à exprimer l’avis du locuteur au moment de l’énonciation et, dans les exemples ci-dessous, il s’agit clairement d’exprimer un jugement pour répondre à une demande d’opinion et non de rapporter des pensées formulées intérieurement à un autre moment :

(44) - 女性専用車両についてのインタビューなのですが、どう思われますか?(下略)
  -「誰もなにもしねーよ!」と思います。(BCCWJ – Forum)
  - Josei sen’yō sharyō ni tsuite no intabyū na no desu ga, dō omowaremasu ka ? […]
  - « Daremo | nanimo | shinē | yo ! »| to | omoimasu.
  (personne | rien | faire + NEG | PF | to omou + POL)
  - C’est une interview sur les wagons réservés aux femmes : qu’en pensez-vous ?
  - Voici ce que j’en pense : « Personne ne vous fera rien ! »

60Il s’agit ici de répondre à une demande d’opinion concernant une vidéo d’interview sur la question des wagons réservés aux femmes, et le locuteur donne son avis en mettant en scène une situation d’interlocution fictive où il s’adresse à d’hypothétiques femmes réclamant cette mesure, de manière à exprimer indirectement un avis négatif sur la question. On peut faire des observations du même ordre à propos de (45), où l’on remarquera l’insulte accompagnant l’injonction :

(45) - 消費税、最低でも十%必要?!このことについてどう思いますか??
  - 何でもかんでも国民から吸い上げるんじゃなくて、節約しろ!ボケナスどもが!!!と思いますね。(BCCWJ – Forum)
  - Shōhizei, saitei demo jippāsento hitsuyō ?! Kono koto ni tsuite dō omoimasu ka ??
  - Nandemo kandemo | kokumin | kara | suiageru | njanakute, | setsuyaku shiro ! | bokenasu-domo | ga !!! | to omoimasu | ne.
  (tout et n’importe quoi | peuple | de | aspirer | NOM + être + NEG | économiser + IMP | crétins | S | to omou + POL | PF)
  - La TVA à 10 % minimum, est-ce nécessaire ? Quel est votre avis sur la question ?
  - Voici mon avis : arrêtez de piller tout ce que possède le peuple et faites des économies, bande de crétins !

61Ces exemples, certes peu représentatifs de l’ensemble des emplois de to omou, sont cependant révélateurs du double rôle que joue to omou dans l’énoncé : il sert à la fois à indiquer que le contenu de la séquence enchâssée est le résultat de l’activité mentale du locuteur, et à indiquer une prise de position.

62Cet emploi de to omou que nous venons de mettre en lumière est clairement attesté dans divers types de sous-corpus. Même s’il semble être particulièrement prisé dans les nouveaux moyens d’expression qu’offre Internet, qui donnent à voir une langue écrite très spontanée et proche de l’oral, on en trouve également des exemples dans d’autres types de médias.

Conclusion

  • 31 Tuchais, 2015, p. 157-172.

63Une étude plus approfondie de to omou nécessiterait de prolonger l’examen par une comparaison avec les autres modulateurs d’expression, ainsi que par une étude contrastive le confrontant avec ses équivalents en français, et mettant en lumière son lien avec la catégorie de la personne, comme nous l’avons fait dans Tuchais (2015)31.

64Mais la mise en lumière de cet emploi de « mise en scène d’un discours intérieur », non étudié jusqu’à présent, permet de mieux comprendre le fonctionnement de to omou. Celui-ci offre deux possibilités pour exprimer un avis : il peut servir à asserter un point de vue – c’est le cas le plus ordinaire – mais il peut aussi servir à mettre en scène ce point de vue sous la forme d’un discours intérieur rapporté. Au lieu de l’asserter, l’énoncé montre alors le point de vue, ou plutôt montre le locuteur comme ayant cette opinion. Cet emploi repose sur la capacité du verbe omou à rapporter un discours intérieur sous la forme d’un discours direct. Il se distingue de l’emploi « standard » en ce qui concerne certaines caractéristiques comme l’atopicalité, les possibilités de suppression ou de substitution, et la concurrence avec les évidentiels. Il s’en rapproche cependant dans la mesure où il s’agit bel et bien d’exprimer une opinion pour prendre position sur une question. Ces cas de mises en scène du discours intérieur, qui constituent un angle mort des études sur to omou, sont pourtant révélateurs de la grande souplesse des moyens qu’il procure pour exprimer un jugement et prendre position.

Haut de page

Bibliographie

Hirose Yukio 廣瀬幸生 & Hasegawa Yōko 長谷川葉子, 2010, Nihongo kara mita Nihonjin : Shutaisei no gengogaku 日本語から見た日本人 : 主体性の言語学 (Les Japonais vus à travers la langue japonaise : Linguistique de la subjectivité), Kaitakusha 開拓社, Tokyo, 211 p.

Masuoka Takashi 益岡隆志, 1991, Modariti no bunpō モダリティの文法 (Grammaire de la modalité), Kuroshio Shuppan くろしお出版, Tokyo, 232 p.

Miyazaki Kazuhito 宮崎知人, 1999, « Modaritiron kara mita ‘to omou’ » モダリティ論から見た「と思う」 (Approche modale de to omou), in Machikaneyama ronsō 待兼山論叢, no 33, Ōsaka daigaku daigakuin bungaku kenkyūka 大阪大学大学院文学研究科, p. 1-16.

Miyazaki Kazuhito 宮崎知人, 2001, « Dōshi ‘omou’ no mōdaru na yōhō ni tsuite » 動詞「思う」のモーダルな用法について (Sur les emplois modaux du verbe omou), in Gendai nihongo kenkyū 現代日本語研究, no 8, Ōsaka daigaku daigakuin bungaku kenkyū nihongogaku kōza 大阪大学大学院文学研究日本語学講座, p. 111-136.

Moriyama Takurō 森山卓郎, 1992, « Bunmatsu shikō dōshi ‘omou’ o megutte – Bun no imi toshite no shukansei / kyakkansei » 文末思考動詞「思う」をめぐって-文の意味としての主観性・客観性- (Sur le verbe de pensée omou en clôture de phrase – Subjectivité et objectivité comme sens de la phrase), in Nihongogaku 日本語学, no 11-9, Meiji shoin 明治書院, p. 105-116.

Moriyama Takurō 森山卓郎, 1995, « ‘To omou’, ‘hazu da’, ‘ni chigai nai’, ‘darō’, fukushi~zero – Fukakujitsu da ga takai kakushin ga aru koto no hyōgen » ト思ウ, ハズダ, ニチガイナイ, ダロウ, 副詞~0 -不確実だが高い確信があることの表現- (To omou, hazu da, ni chigai nai, darō, adverbe…Ø – Expression de l’incertitude liée à une forte conviction), in Miyajima Tatsuo 宮島達夫 & Nitta Yoshio 仁田義雄 (dir.), Nihongo ruigi hyōgen no bunpō () Tanbun hen 日本語類義表現の文法(上)単文編 (Grammaire des expressions synonymes du japonais, vol. I – La phrase simple), Kuroshio Shuppan くろしお出版, Tokyo, p. 171-182.

Nakau Minoru 中右実, 1979, « Modariti to meidai » モダリティと命題 (Modalité et proposition), in Comité d’édition des mélanges offerts au Pr Hayashi Eiichi pour son soixantième anniversaire (dir.), Eigo to nihongo to – Hayashi Eiichi kyōju kanreki kinen ronbunshū 英語と日本語と-林栄一教授還暦記念論文集 (L’anglais et le japonais : Mélanges offerts au Pr Hayashi Eiichi pour son soixantième anniversaire), Kuroshio Shuppan くろしお出版, Tokyo, p. 223-250.

Nitta Yoshio 仁田義雄, 1991, Nihongo no modariti to ninshō 日本語のモダリティと人称 (Modalité et personne en japonais), Hitsuji Shobō ひつじ書房, Tokyo, 287 p.

Noda Harumi 野田春美, 2002, « Shūjoshi no kinō » 終助詞の機能 (La fonction des particules finales), in Miyazaki Kazuhito 宮崎知人, Adachi Tarō 安達太郎, Noda Harumi 野田春美, Takahashi Shino 高橋信乃, Shin nihongo bunpō sensho 4 – Modariti 新日本語文法選書4-モダリティ (Nouvelle bibliothèque de grammaire japonaise 4 – La modalité), Kuroshio Shuppan くろしお出版, Tokyo, p. 261-288.

Oshima Hiroko, 2001, « Les particules finales japonaises : étude de ka », in Blin Raoul et Tamba Irène (dir.), Coréen – japonais, Faits de langue, no 17, p. 273-284.

Sawada Harumi 澤田治美, 1993, Shiten to shukansei 視点と主観性 (Point de vue et subjectivité), Hitsuji Shobō ひつじ書房, Tokyo, 334 p.

Sunakawa Yuriko 砂川有里子, 1987, « In’yō bun no kōzō to kinō – In’yō bun no mitsu no ruikei ni tsuite » 引用文の構造と機能-引用文の3つの類型について (Structure et fonctions des phrases citationnelles – Les trois types de citations), in Bungei gengo kenkyū 文藝言語研究, no 13, Tsukuba daigaku bungei-gengokei 筑波大学文芸・言語学系, p. 73-91.

Teramura Hideo 寺村秀夫, 1984, Nihongo no shintakusu to imi II 日本語のシンタクスと意味Ⅱ (Syntaxe et sémantique du japonais II), Kuroshio Shuppan くろしお出版, Tokyo, 368 p.

Tuchais Simon, 2014, Comment dire ce que « je » pense en japonais et en français – Étude contrastive de l’expression de l’opinion personnelle, Thèse de doctorat, EHESS.

Tuchais Simon, 2015, « La modulation de l’assertion par to omou et to omowareru en japonais – Approche contrastive japonais / français », in Syntaxe & sémantique no 16, p. 157-172.

Haut de page

Notes

1 Nakau, 1979, p. 223-250.

2 Sunakawa, 1987, p. 73-91.

3 Nitta, 1991.

4 Moriyama, 1992, p. 105-116 ; Sawada, 1993 ; Miyazaki, 1999, p. 1-16 ; Miyazaki, 2001, p. 111-136.

5 Il s’agit principalement du Gendai nihongo kakikotoba kintō kōpasu 現代日本語書き言葉均衡コーパス (Balanced Corpus of Contemporary Written Japanese : BCCWJ), développé par le Kokuritsu kokugo kenkyūjo 国立国語研究所 (Institut national de la langue et de la linguistique japonaise) dans le cadre du projet KOTONOHA. Les exemples issus de ce corpus cités dans le présent article seront indiqués par la référence BCCWJ.

6 Tuchais, 2014.

7 Pour un passage en revue des constructions du verbe menant à cette conclusion, voir Tuchais, 2014, chap. 1.

8 Les caractéristiques présentées ci-dessous ne concernent que les énoncés assertifs, auxquels nous limiterons ici le propos.

11 Sunakawa, 1987, p. 73-91.

12 Sawada, 1993.

13 Voir Tuchais, 2014, p. 53-61, pour une présentation plus détaillée et une discussion.

14 Moriyama, 1992, p. 105-116.

15 Voir notamment Miyazaki, 1999, p. 1-16 & 2001, p. 111-136 ; Tuchais, 2014, p. 75-80 & p. 328.

16 Miyazaki, 2001, p. 111-136 ; Moriyama, 1995, p. 171-182.

17 Nitta, 1991.

18 Ainsi, pour Sunakawa, to omou exprime une « modalité atténuative (ou euphémique) » (enkyoku no mūdo 婉曲のムード) (Sunakawa, 1987, p. 73-91). Masuoka évoque to omou pour parler de l’« assertion réservée » (dantei no horyū 断定の保留) (Masuoka, 1991, p. 112). Moriyama affirme que to omou a pour fonction « d’atténuer l’affirmation » (主張を和らげる) ou de la « modérer » (主張を控えめにする) (Moriyama, 1992, p. 111-112).

19 Moriyama, 1992, p. 105-116.

20 Moriyama, 1992, p. 111.

21 Hirose & Hasegawa, 2010, p. 170.

22 Elle est ainsi appelée « particule monologique » par Oshima, 2001, p. 274.

23 Nous distinguons l’emploi de na comme « particule monologique », dont nous traitons dans cette section, de son emploi comme variante de ne dans le langage masculin. Dans ce dernier emploi, elle a une valeur interlocutive et de tels cas relèveraient donc de la section suivante (4.2). Sur cette distinction, voir notamment Oshima, 2001, p. 274, et Noda, 2002, p. 281.

24 Miyazaki, 1999, p. 1-16.

25 Miyazaki affirme notamment que les particules finales en général ne peuvent être enchâssées que lorsque omou est au passé et que, lorsqu’il est à la forme atemporelle, seules na(a) ou ka peuvent l’être. Idem pour les formes d’impératif (Miyazaki, 1999, note 1). De même, Hirose et Hasegawa reconnaissent à to omou la possibilité d’enchâsser du « discours direct » contenant des marques d’interlocution, mais précisent que cela s’observe surtout avec la forme de passé omotta et ne donnent que des exemples au passé (Hirose & Hasegawa, 2010, p. 170-171).

26 Sur un total de 68 337 occurrences de to omou examinées dans Tuchais, 2014, les cas de séquences enchâssées clôturées par des particules finales autres que na ou ka ne représentent que 0,06 %.

27 Miyazaki, 1999, note 1.

28 C’est un emploi que l’on observe également en japonais avec les énoncés injonctifs en général, comme on peut le voir dans l’une des interprétations possibles de (i), dans un contexte où l’interlocuteur vient de tenir les propos en question :
(i) はやく言ってよ!
Hayaku | itte | yo !
(tôt | dire + IMP | PF)
Tu aurais pu le dire plus tôt !

30 Miyazaki, 1999, note 1.

31 Tuchais, 2015, p. 157-172.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Tuchais, « To omou et la mise en scène du discours intérieur »Cipango, 25 | 2023, 151-184.

Référence électronique

Simon Tuchais, « To omou et la mise en scène du discours intérieur »Cipango [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 22 janvier 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5424

Haut de page

Auteur

Simon Tuchais

Université Sophia

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search