Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaDes instruments étasuniens dans l...

Varia

Des instruments étasuniens dans la politique énergétique japonaise

Le rôle clef des think tanks japonais dans la circulation des sciences comportementales
Tools from the United States in Japan’s energy policy. The key role of Japanese think tanks in the circulation of behavioural sciences
Benoit Granier
p. 185-231

Résumés

Résumé : La politique énergétique japonaise, et plus précisément son volet shōene 省エネ (efficacité énergétique / économies d’énergie), est caractérisée depuis 2015 par le recours à des savoirs et instruments inédits originaires des États-Unis, à savoir les « sciences comportementales » (kōdō kagaku 行動科学). Cet article s’intéresse aux processus concrets par lesquels les approches comportementales étasuniennes ont circulé d’un bord à l’autre du Pacifique. Il analyse plus précisément comment trois think tanks japonais se sont appuyés sur leurs connexions transnationales et sur leur proximité avec les parties prenantes de la politique énergétique pour convaincre ces dernières à recourir à ces nouveaux savoirs et instruments pour promouvoir les comportements shōene (shōene kōdō 省エネ行動) sur l’archipel.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

La création d’innovations afin de changer drastiquement les comportements vers un type bas-carbone est indispensable. Ces dernières années, en Europe et aux États-Unis, des programmes de changement des modes de vie et des comportements individuels selon une approche fondée sur les sciences comportementales (nudges, etc.) ont été impulsés par les gouvernements dans les politiques publiques. Leur rentabilité est élevée, et l’accent est mis sur cette nouvelle approche réglementaire qui préserve la liberté des destinataires. Cependant, la vérification de leur applicabilité durable dans notre pays est nécessaire.

  • 1 Kankyō-shō, 2016, p. 32.

行動様式を低炭素型へと抜本的に変化させるにはイノベーションの創出が不可欠。近年欧米では行動科学等の理論に基づくアプローチ(nudge等)により国民一人ひとりの行動変容を直接促し、ライフスタイルの変革を創出する取組が政府主導により政策的に行われ、費用対効果が高く、対象者にとって自由度のある新たな規制手法として着目されているが、我が国への持続的適用可能性の検証が必要1

  • 2 Thomann, 2015, p. 49-56 ; Westney, 1982, p. 307-342 ; Westney, 1987.
  • 3 Voir par exemple les chapitres dédiés au Japon dans Barjot, 2002.

1Entre 2015 et 2018, la politique énergétique japonaise présente une innovation notable avec la mobilisation d’instruments inédits fondés sur les « sciences comportementales » (économie comportementale et psychologie, principalement). Aussi bien le ministère de l’Environnement (MOE, Kankyō-shō 環境省) que le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI, Keizai-sangyō-shō 経済産業省) annoncent en effet leur ambition d’appliquer sur l’archipel ces nouvelles approches développées aux États-Unis. Ce type de transfert de politique publique est loin d’être exceptionnel, en particulier au Japon, qui témoigne d’une longue histoire en la matière. De nombreuses études ont ainsi analysé comment le droit, les institutions et les politiques de l’archipel se sont appuyés sur les modèles étasuniens et européens suite à la réouverture du Japon aux échanges internationaux dans la seconde moitié du xixe siècle2 et tout au long de l’après-guerre3.

  • 4 Watanabe, 2011 ; Yamaji, 2015, p. 57-132.
  • 5 Mainichi Shinbun, 14 août 2015 ; Noble, 2003, p. 113-133 ; Oshitani, 2006.
  • 6 Palier & Surel, 2015, p. 7-32.
  • 7 Watanabe, 2011, p. 22 et p. 173.
  • 8 Oshitani, 2006, p. 113.

2Toutefois, le transfert des sciences comportementales ne va pas de soi pour plusieurs raisons. D’une part, la politique énergétique japonaise témoigne d’une approche techno-économique qui prête traditionnellement peu attention aux enjeux comportementaux4. D’autre part, elle présente une grande stabilité voire un certain immobilisme du fait de la résistance au changement de ses parties prenantes5. Par ailleurs, si certains travaux ont suggéré le rôle de « pays modèle6 » joué par les États-Unis7 ou l’existence d’« influences étrangères8 » au sujet de la politique énergétique japonaise, la littérature fournit peu de précisions sur les processus et les acteurs à l’origine de tels transferts.

3S’appuyant sur les travaux en sociologie de l’action publique et dans la lignée des études portant sur les circulations transnationales, cet article analyse comment les sciences comportementales ont été transférées dans la politique énergétique japonaise. Il met en évidence que la circulation des savoirs s’effectue à partir de plusieurs foyers, via plusieurs canaux et par l’intermédiaire d’acteurs non étatiques aussi bien japonais qu’étrangers. La mobilisation des sciences comportementales au Japon résulte en effet de l’insertion de think tanks japonais proches du METI et du MOE dans la communauté transnationale des spécialistes des questions énergétiques. Ces organisations ont ainsi pu repérer et préconiser aux ministères de recourir à des instruments fondés sur ces savoirs, en exploitant leurs relations privilégiées avec les hauts-fonctionnaires et les industriels parties prenantes de la politique énergétique. Dans une première partie, nous retraçons l’évolution des dispositifs comportementaux de la politique énergétique japonaise de leur naissance dans les années 1970 à la circulation des approches comportementales développées aux États-Unis depuis quelques années. Nous verrons dans une deuxième partie comment les chercheurs de trois think tanks ont, indépendamment les uns des autres, mobilisé leurs réseaux, participé à des conférences et effectué des voyages d’étude en Europe et aux États-Unis pour découvrir et se former aux sciences comportementales, qu’ils ont identifiées comme des solutions appropriées aux enjeux énergétiques de l’archipel. Dans une troisième partie, nous analysons la manière dont ces acteurs ont par la suite encouragé, avec succès, les parties prenantes de la politique énergétique à recourir à ces savoirs, en plaçant les exemples étrangers et la rhétorique du retard du Japon au cœur de leur argumentaire.

  • 9 La liste des entretiens mobilisés se trouve en fin d’article.

4Cet article s’appuie sur une variété de sources orales et écrites récoltées en ligne, lors de séjours de terrain (9 mois en 2014, 1 mois en 2015 et 1 mois en 2017) et à l’occasion d’échanges par téléphone et courriels. En ce qui concerne les sources orales, une vingtaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des parties prenantes de la politique énergétique japonaise, à savoir des fonctionnaires du METI et les chercheurs de think tanks à l’origine de la circulation des sciences comportementales. Une quinzaine ont été menés avec des spécialistes étasuniens et européens de l’efficacité énergétique et des approches comportementales, en particulier ceux entretenant des relations avec les acteurs japonais9. Les sources écrites ont été en partie collectées lors des entretiens et des échanges de courriels avec les chercheurs japonais, lesquels nous ont fourni des documents de première main (rapports internes, échanges de courriels, supports de présentation orale). La plupart des sources écrites proviennent de ressources accessibles en ligne, qu’il s’agisse d’articles de presse, de programmes et de rapports officiels ou des comptes-rendus et retranscriptions des échanges de comités consultatifs ministériels (shingikai 審議会).

Les approches comportementales étasuniennes dans la politique énergétique japonaise

5L’objectif du changement des comportements, apparu dans la politique énergétique japonaise suite aux chocs pétroliers, a gagné en importance à la fin des années 1990 sans néanmoins que des mesures jugées efficaces ne soient mises en œuvre. La décennie 2010 marque toutefois un fort engouement de la part du METI et du MOE pour les approches comportementales principalement développées aux États-Unis.

La naissance de la politique shōene et les premiers dispositifs de changement des comportements

  • 10 Yamaji, 2015.
  • 11 Le terme shōene sera privilégié par la suite en raison de l’étendue de son champ sémantique qui lui (...)
  • 12 Hagiwara, 2006.

6L’intérêt de l’État japonais pour la consommation d’énergie de ses citoyens n’a véritablement débuté qu’au cours des années 1970. En effet, la politique énergétique était jusqu’alors principalement une politique de l’offre, visant à augmenter les capacités de production pour alimenter une demande en progression constante tout au long de la période de Haute-croissance10. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont toutefois changé la donne et entraîné la naissance de la politique shōenerugī 省エネルギー ou shōene 省エネ11, qui vise à amé­liorer l’efficacité énergétique et à maîtriser la demande en énergie, fondée aujourd’hui encore sur la Loi shōene de 1979 (Enerugī no shiyō no gōrika nado ni kansuru hōritsu エネルギーの使用の合理化等に関する法律). La politique shōene du Japon, comme celles des autres pays de l’OCDE, est alors caractérisée par une approche techno-économique consistant à améliorer l’efficacité énergétique dans le secteur industriel et la prolifération d’appareils électroménagers efficients par l’intermédiaire des mécanismes de marché. En outre, des campagnes de communication sont conduites dans le but de créer des modes de vie économes en énergie et mobilisent les associations de voisinage (chōnaikai 町内会), les collectivités locales et les écoles12.

  • 13 Garon, 1997, p. 176-177.
  • 14 Watanabe, 2011 ; Oshitani, 2006.

7Les dispositifs d’intervention ciblant les comportements individuels ont par la suite nettement décliné dans les décennies 1980 et 1990 dans les contextes du contre-choc pétrolier et de la formation puis l’éclatement de la bulle spéculative13. Ils sont toutefois revenus à l’ordre du jour à la fin des années 1990 en raison de la hausse continue de la demande en énergie du secteur résidentiel et de l’impératif de réduire les émissions de CO2 suite à l’engagement du Japon et sa décision d’organiser la Conférence des Parties à Kyōto en 199714. L’émergence de l’agenda climatique a en outre complexifié la politique énergétique japonaise, autrefois chasse gardée du ministère du Commerce extérieur et de l’Industrie (MITI, Tsūshō-sangyō-shō 通商産業省). En effet, puisque le shōene est au cœur de la stratégie japonaise de réduction des émissions de CO2, l’Agence de l’Environnement (Kankyō-chō 環境庁) est devenue un nouvel acteur de la politique énergétique. Suite à la réforme administrative de 2001, le METI et le MOE sont ainsi les deux principaux acteurs de l’action publique dans les domaines de l’énergie.

  • 15 Watanabe, 2011, p. 48-51 ; Oshitani, 2006, p. 66-67.

8Le METI est toutefois largement prépondérant et conserve le monopole en matière de législation : c’est lui qui décide des orientations stratégiques et de l’adoption des mesures contraignantes à l’égard du secteur privé15. Sa politique shōene est élaborée par la division shōene qui s’appuie fortement sur l’expertise de son principal comité consultatif (shingikai), le Shōenerugī shōiinkai 省エネルギー小委員会 ou Comité shōene. Pour réduire la demande en énergie du secteur résidentiel, le METI mise sur l’amélioration de l’efficacité énergétique des appareils électroménagers et leur dissémination dans les foyers. En 2000, il met en place dans cette optique le système de labellisation shōene (Shōene raberingu seido 省エネラベリング制度), qui impose aux revendeurs d’afficher des informations sur l’efficacité énergétique des appareils. Le ministère compte ainsi principalement sur la rationalité économique des ménages et sur leur capacité à analyser l’information disponible et à maximiser leurs gains.

  • 16 Kankyō-shō, 28 avril 2005.
  • 17 Granier & Shove, 2018.
  • 18 Shove, 2010, p. 1273-1285.

9Non compétent en matière de législation sur les questions énergétiques, le MOE privilégie une approche différente caractérisée par la réalisation de campagnes de sensibilisation. Après deux campagnes peu concluantes en 1997 et 2002, le MOE lance en avril 2005 l’initiative « Tous ensemble, stoppons le réchauffement. L’équipe des moins 6 % » (Minna-de tomeyō ondanka chīmu mainasu roku-pāsento みんなで止めよう温暖化 チーム·マイナス6%) ou Team Minus 6%, qui encourage à réaliser six actions concrètes au quotidien pour réduire les émissions de CO216 et inclut les programmes Cool Biz (kūru bizu クールビズ) et Warm Biz (wōmu bizu ウォームビズ), visant à ajuster la tenue des employés de bureau pour réduire l’usage de l’air-conditionné pour rafraîchir et chauffer les bureaux17. Team Minus 6% est révisée et rebaptisée au fil des années ; elle s’intitule depuis 2014 Fun to Share et se déploie à la télévision, dans les journaux et dans les espaces publics. La stratégie du MOE s’appuie sur le modèle de changement des comportements « ABC » (Attitude, Belief, Choice) dominant dans la plupart des pays de l’OCDE, qui conçoit les comportements comme résultant de choix fondés sur des attitudes et des croyances propres aux individus18.

  • 19 Voir par exemple Mainichi Shinbun, 14 août 2015 ; Hirayama, 2015, p. 162-166 ; Nakagami, 2011.

10Toutefois, les politiques mises en œuvre par le MOE et le METI dans les années 2000 ne sont pas parvenues à endiguer la hausse de la demande en énergie du secteur résidentiel et sont considérées par les observateurs comme insatisfaisantes19. Le même constat est dressé par les policymakers, qui déplorent l’absence de solutions disponibles pour encourager efficacement les comportements shōene des ménages (shōene kōdō 省エネ行動). La promotion de ces derniers revêt une importance plus forte encore dans les années 2010, en raison de la prégnance de l’agenda climatique et de l’arrêt des réacteurs nucléaires suite à l’accident de Fukushima en mars 2011.

Les nudges et les sciences comportementales étasuniennes au service de la promotion des comportements shōene

  • 20 Le nom nudge signifie littéralement « coup de pouce » et le verbe to nudge renvoie au fait de pouss (...)

11C’est dans ce contexte qu’une nouvelle approche, fondée sur des savoirs et des instruments inédits, fait son apparition dans la politique énergétique japonaise : il s’agit de la doctrine des nudges20, développée par les universitaires étasuniens Richard Thaler et Cass Sunstein.

Les nudges et les sciences comportementales : de la théorie à l’action publique

  • 21 Thaler & Sunstein, 2008.

12Thaler et Sunstein21 préconisent une troisième voie pour l’action publique, entre l’intervention coercitive et le laissez-faire, consistant à orienter les comportements sans les contraindre, en prenant en compte leur dimension irrationnelle. Ils s’appuient pour cela sur les résultats des sciences comportementales, en particulier l’économie comportementale et la psychologie, qui remettent en question les hypothèses économiques et psychologiques sur lesquelles la plupart des politiques de changement des comportements sont fondées. D’une part, la figure de l’homo economicus chère à la théorie néoclassique serait largement erronée et de nombreux biais empêcheraient les individus de se comporter de manière rationnelle. D’autre part, l’idée que les attitudes et les croyances se traduisent en actes, sur laquelle repose le modèle ABC (cf. supra), serait en règle générale éloignée de la réalité.

  • 22 Granier, 2017, p. 209-218.
  • 23 Le développement des compteurs communicants (sumāto mētā スマートメーター) et des techniques de traitement (...)

13La doctrine des nudges a été officiellement appliquée dans l’action publique aux États-Unis depuis 2009 et au Royaume-Uni depuis 2010, et par la suite dans d’autres pays de l’OCDE22. Dans le domaine de l’énergie, elle a rencontré un succès remarquable auprès de la plupart des acteurs des politiques énergétiques, en particulier aux États-Unis, où un grand nombre d’États mettent en effet en œuvre des dispositifs de changement des comportements inédits sur le modèle des Home Energy Reports conçus par la firme étasunienne Opower depuis 2007. Ces derniers tirent profit des biais comportementaux mis en évidence par les sciences comportementales, et des progrès récents dans la récolte et l’analyse des données de consommation d’énergie des ménages, pour optimiser le contenu et la forme de l’information transmise aux ménages23. Ils se matérialisent par un feuillet A4 recto-verso indiquant, dans le cas des Home Energy Reports :

  • la comparaison de la consommation mensuelle du ménage avec la moyenne de celle d’un échantillon de foyers de taille similaire et avec celle des foyers les plus économes (jeu sur la tendance à se conformer à la norme sociale) ;
  • l’appréciation de la consommation mensuelle du ménage par un smiley accompagné d’un court commentaire ;
  • la représentation graphique de la consommation annuelle (mois par mois) du ménage en comparaison avec la moyenne des autres foyers et avec celle des plus économes, accompagnée d’un message du type « cette année, vous avez perdu 150 euros par rapport à des foyers similaires qui consomment moins » (mettre en avant les pertes effectives ayant plus d’impact qu’évoquer les gains potentiels) ;
  • la comparaison de la consommation mensuelle du ménage avec sa consommation du même mois l’année précédente, avec un smiley pour l’encourager à s’améliorer ;
  • des conseils personnalisés et illustrés pour réduire sa consommation d’énergie (d’après la théorie psychologique de la porte-au-nez consistant à faire précéder une demande de comportement plus ou moins coûteuse par une demande beaucoup plus coûteuse).

14Ces dispositifs de conseil pour économiser l’énergie ont par la suite suscité un vif intérêt au-delà des frontières étasuniennes, en particulier au Japon.

Les nudges et les sciences comportementales dans la politique shōene

15Les Home Energy Reports d’Opower sont fournis à des ménages japonais pour la première fois à la fin de l’année 2013 dans la région du Kantō. En effet, la firme étasunienne ouvre un bureau à Tokyo l’été de la même année et signe un partenariat commercial avec Tokyo Electric Power Company (TEPCO) au mois d’octobre. Une partie des clients du Kantō pouvaient ainsi accéder à des conseils personnalisés à travers le portail Web de leur fournisseur d’électricité, Denki Kakeibo でんき家計簿. Cette initiative issue du secteur privé n’a toutefois fait l’objet ni d’une transmission systémique aux clients concernés, ni d’une évaluation approfondie, et le partenariat entre les deux entreprises n’a pas été prolongé. Ce n’est que quelques années plus tard que le METI et le MOE décident à leur tour d’expérimenter les Home Energy Reports et de situer la doctrine des nudges au cœur de leur stratégie de promotion des comportements shōene.

  • 24 Denki Shinbun, 16 juillet 2015.

16Le METI est le premier à mettre en place un projet pilote destiné à étudier l’effet des Home Energy Reports sur les ménages japonais. En juillet 2015, le ministère charge le Jūkankyō keikaku kenkyūjo (JYURI, 住環境計画研究所), Opower Japan et la compagnie d’électricité Hokuriku Electric Power Company (Hokuriku Denryoku Kabushiki-gaisha 北陸電力株式会社) d’expérimenter les dispositifs étasuniens24. Dans cette optique, 40 000 foyers ont été recrutés puis répartis aléatoirement dans deux groupes de taille équivalente : un groupe « traitement » et un groupe « témoin » permettant de mesurer les effets de l’intervention. En décembre 2015 et janvier 2016, les 20 000 ménages du groupe « traitement » ont ainsi reçu des Home Energy Reports sous la forme d’un feuillet A4 recto-verso, comprenant les informations listées plus haut lors de notre description des Home Energy Reports étasuniens (cf. figure 1).

Figure 1 : Les Home Energy Reports du METI

Figure 1 : Les Home Energy Reports du METI
  • 25 Keizai-sangyō-shō, 28 mars 2016.

Source : Keizai-sangyō-shō 経済産業省25

  • 26 Kankyō-shō, 2016, p. 32.
  • 27 Le détail de la répartition du financement entre les différents acteurs de chacun des trois projets (...)
  • 28 Kankyō-shō, 14 avril 2017.
  • 29 Ces approches sont en effet quasiment absentes des échanges en commission parlementaire jusqu’en 20 (...)
  • 30 À l’exception de Maruyama Hodaka 丸山 樋高, élu de l’Association pour la Restauration du Japon (Nihon i (...)

17Le MOE, quant à lui, dédie fin 2016 une partie de son budget pour l’année fiscale 2017 à la mobilisation des sciences comportementales pour changer les comportements. Il est prévu que deux milliards de yens soient consacrés, chaque année pendant cinq ans, à des « initiatives de promotion de mesures spontanées de la part des ménages, par l’intermédiaire de diffusion d’information encourageant au changement des comportements (nudges) de type bas-carbone26 » (低炭素型の行動変容を促す情報発信(ナッジ)による家庭等の自発的対策推進事業). L’appel à projets a conduit à la sélection de trois programmes d’expérimentation financés chacun sur une durée de cinq ans (2017-2021), pour un budget total annuel variant finalement entre deux et trois milliards de yens27. Le premier d’entre eux est porté par le JYURI et Opower Japan, le deuxième par le Denryoku Chūō Kenkyūjo (CRIEPI, 電力中央研究所), des acteurs dont nous traitons exhaustivement dans les prochaines sections. Dans le même temps, le MOE a instauré en avril 2017 la Nihonban najji yunitto (日本版ナッジ·ユニット) ou Nudge Unit of Japan, composée de personnalités issues de l’industrie, du monde académique et des gouvernements centraux et locaux, afin de créer un « modèle japonais de changement des comportements » (Nihon-gata no kōdō hen.yō moderu 日本型の行動変容モデル) en s’appuyant sur les nudges et les sciences comportementales28. Dans le même temps, le METI a lui aussi mis en place un groupe de travail composé d’experts en sciences comportementales pour songer à la manière dont les Home Energy Reports pourraient être administrés de manière systématique, rassemblant des universitaires et des chercheurs du JYURI et du CRIEPI. Nous verrons par la suite que la mise à l’agenda de ces approches s’explique en grande partie par les efforts de chercheurs de ces deux think tanks, parties prenantes historiques de la politique énergétique nippone. La classe politique, qu’il s’agisse des élus ou des factions du PLD, ne semble quant à elle pas impliquée dans la décision de mobiliser les sciences comportementales dans la politique shōene29, et n’a sauf exception pas exprimé d’opinion particulière à ce sujet30.

Des think tanks à la découverte des approches comportementales occidentales

18Plusieurs think tanks ont d’abord, indépendamment les uns des autres, découvert les sciences comportementales et identifié dans celles-ci des solutions pertinentes aux problèmes énergétiques de l’archipel. Ils ont alors dans un premier temps cherché à se former à ces nouvelles approches, inédites au Japon, où les chercheurs en sciences sociales ne s’intéressent pas à la consommation d’énergie avant les années 2010.

Le JYURI : des connexions transnationales à la création de la Shōenerugī kōdō kenkyūkai

19Le JYURI est un think tank proche du METI et du MOE fortement inséré dans la communauté transnationale de l’efficacité énergétique depuis les années 1990. Cela lui a permis de découvrir et de se former aux sciences comportementales, avant de finalement former une communauté de chercheurs japonais sur l’archipel.

Le JYURI, un think tank proche du pouvoir et inséré dans la communauté transnationale de l’efficacité énergétique

20Le JYURI a été créé en 1973 par Nakagami Hidetoshi 中上 英俊, devenu la même année docteur en architecture de l’université de Tōkyō après avoir été diplômé de l’université nationale de Yokohama en ingénierie. D’abord focalisé sur la planification communautaire en milieu rural et le développement local, le JYURI a étendu son domaine de recherche aux questions d’énergie en réponse aux chocs pétroliers des années 1970. Si le think tank est une structure collective rassemblant depuis les années 2010 une quinzaine de chercheurs (dix-huit en 2017) issus des facultés d’ingénierie et d’architecture les plus prestigieuses de l’archipel, il est indissociable de la figure de son président et fondateur, Nakagami, personnalité emblématique reconnue pour son expertise dans les domaines de l’efficacité énergétique et du changement climatique.

  • 31 Le JYURI a ainsi reçu 35 millions de yens de la part du METI pour l’expérimentation des Home Energy (...)

21Le JYURI et Nakagami sont fréquemment sollicités par l’État et les autres parties prenantes de la politique énergétique, dans le cadre de comités consultatifs – shingikai du METI et du MOE, mais aussi de firmes privées – et à l’occasion d’appels d’offres pour la réalisation d’études31. Depuis la fin des années 1980, Nakagami est en permanence membre d’entre 10 et 30 shingikai simultanément. En 2000, il devient vice-président du Comité shōene – chargé par le METI d’élaborer la politique shōene – et hérite de sa présidence en 2009 ; il siège également dans les shingikai clefs du METI, en particulier ceux consacrés aux problèmes fondamentaux et aux affaires générales (Sōgō shigen enerugī chōsakai sōgō-bu 総合資源エネルギー調査会総合部).

22Le think tank et son président appuient notamment leur expertise sur leur insertion dans les communautés étasunienne et européenne des spécialistes de l’efficacité énergétique. Depuis le début des années 1990, Nakagami et son bras droit, Murakoshi Chiharu 村越 千春, se rendent régulièrement aux deux principaux rassemblements en la matière, à savoir les Summer Studies de l’American Council for an Energy Efficient Economy (ACEEE) et de l’European Council for an Energy Efficient Economy (ECEEE), qui réunissent tous les deux ans des chercheurs académiques et de think tanks, des consultants et des parties prenantes de l’action publique.

  • 32 Rattaché à l’université de Californie à Berkeley, le Lawrence Berkeley National Laboratory est un l (...)

23Nakagami et Murakoshi entretiennent des relations professionnelles et amicales avec plusieurs chercheurs étasuniens, dont deux sont extrêmement influents de part et d’autre de l’Atlantique : Alan Meier, chercheur en ingénieur au Lawrence Berkeley National Laboratory32 depuis 1982, et Harold Wilhite, anthropologue formé à l’université de Californie et expatrié en Norvège depuis 1984. Introduit à Nakagami par un collègue étasunien quelques années plus tôt, Meier a passé une année au JYURI entre 1989 et 1990 en tant que chercheur associé. Depuis, il joue le rôle d’entremetteur en faveur des chercheurs du think tank et des firmes privées partenaires de ce dernier – en particulier les compagnies gazières – à l’occasion des Summer Studies de l’ACEEE.

  • 33 Wilhite Harold et al, 1995.
  • 34 Wilhite Harold et al, 1996, p. 231-238.

24C’est aussi Meier qui met en relation Nakagami et Wilhite, co-fondateur en 1993 de l’ECEEE et parmi les principales figures des approches socio-anthropologiques de la demande en énergie, lorsque ce dernier cherche une structure pour l’accueillir à Tōkyō pour une année à partir de l’automne 1993. Wilhite initie alors Nakagami et Murakoshi aux sciences sociales et éveille chez eux un vif intérêt pour la question des comportements, au-delà des enjeux purement économiques et techniques de l’efficacité énergétique. Les trois hommes mènent ensemble une étude empirique auprès de foyers japonais et en présentent les résultats aux Summer Studies de l’ECEEE33 et de l’ACEEE34. Par la suite, bien qu’ils n’y donnent pas toujours des présentations, Nakagami et Murakoshi fréquentent systématiquement les panels dédiés aux comportements des Summer Studies de part et d’autre de l’Atlantique.

Le partenariat avec Tokyo Gas et l’étude des approches comportementales européennes et étasuniennes

25En tant que parties prenantes de la politique énergétique japonaise, Nakagami et le JYURI sont dans les années 2000 à la recherche de solutions pour résoudre le problème de la hausse de la demande en énergie des ménages. Toutefois, les travaux présentés ne leur semblent, dans un premier temps, pas susceptibles de fournir des solutions pour l’action publique japonaise. La situation change à la fin de la décennie 2000 lorsque les chercheurs du JYURI prennent connaissance de l’essor international des sciences comportementales dans la recherche et l’action publique dans les domaines de l’énergie et du climat. En effet, c’est à ce moment-là qu’un grand nombre d’études mobilisant les principes de la psychologie et de l’économie comportementale sont réalisées et présentées lors des Summer Studies étasuniennes et européennes. Dans le même temps, les conférences Behaviour, Energy and Climate Change (BECC) et BEHAVE European Energy Efficiency and Behaviour Conference (BEHAVE) sont inaugurées aux États-Unis en 2007 et en Europe en 2009 – l’année-même où Sunstein, co-auteur de Nudges, est nommé par Obama à la tête du Bureau de l’Information et des Affaires de Régulation. BECC et BEHAVE rencontrent un succès massif et un nombre croissant de collectivités territoriales et de firmes du secteur de l’énergie expérimentent voire mettent en œuvre à grande échelle des dispositifs de changement des comportements fondés sur les sciences comportementales, souvent dans l’esprit des Home Energy Reports d’Opower (cf. supra).

26C’est dans ce contexte que le JYURI réalise, en septembre 2010, en partenariat et avec le soutien financier de Tokyo Gas, une étude sur le changement des comportements en Europe, avant d’en mener une similaire aux États-Unis l’année suivante. Le think tank entretient de longue date des relations privilégiées avec l’entreprise gazière tokyoïte, qui a la spécificité, avec d’autres firmes du secteur, de s’intéresser aux comportements des ménages dans le cadre de ses stratégies marketing. Okamura Toshiya 岡村 俊哉, responsable de la promotion des shōene dans le résidentiel à Tokyo Gas et en charge de la collaboration avec le JYURI sur ces questions depuis 2009, est particulièrement sensible aux enjeux comportementaux.

  • 35 Diplômé de la Tōkyō University of Science en génie architectural et environnemental, Hirayama est r (...)
  • 36 Entretien avec Hirayama.

27Le voyage en Europe de 2010 de Nakagami, Murakoshi et leur collègue Hirayama Shô 平山 翔35, accompagnés par deux employés de Tokyo Gas, porte sur deux thématiques : le développement des smart energy technologies et l’étude des comportements. L’équipe rend visite à Wilhite et à d’autres chercheurs en Suède et au Danemark, avant d’assister à la première Smart Homes Conference à Vienne. En septembre de l’année suivante, Nakagami, Murakoshi et Hirayama, accompagnés par Okamura et deux de ses collègues, repartent en voyage d’étude, cette fois-ci aux États-Unis. C’est au cours de ce voyage qu’ils découvrent l’économie comportementale et la psychologie sociale auprès des chercheurs du Precourt Energy Efficiency Center (PEEC) de l’université de Stanford. L’équipe japonaise, qui a traversé le Pacifique en raison du fort développement des approches comportementales aux États-Unis, visite également le Lawrence Berkeley National Laboratory et l’université de Californie à Berkeley. Ils se rendent aussi à Opower, sur les conseils de Meier ; c’est à cette occasion que l’équipe japonaise aurait, d’après les propos d’Hirayama, « découvert les nudges » (najji o hakken shimashita ナッジを発見しました36).

  • 37 Entretiens avec Hirayama ; Meier ; Mikami.

28Les résultats de ces voyages ne se réduisent pas à la familiarisation des Japonais avec les sciences et les programmes comportementaux. Il permet à Okamura de poser les jalons d’un séjour de longue durée qui se concrétise l’année suivante : il devient chercheur invité au PECC pendant une année, entre 2012 et 2013. Le séjour d’Okamura s’organise d’autant plus facilement que Tokyo Gas et l’université de Stanford – à laquelle est rattaché le PEEC – ont une longue tradition de collaboration : depuis les années 1990, l’entreprise gazière y envoie régulièrement du personnel pour une durée de six à douze mois. Lors de son nouveau séjour au PEEC, Okamura reçoit à plusieurs reprises des délégations venues du Japon, principalement composées d’employés de Tokyo Gas. Il leur fait visiter les institutions californiennes, leur présente les chercheurs et personnalités importantes dans le champ de l’efficacité énergétique et des approches comportementales, en particulier Meier et Jim Sweeney, le directeur du PEEC. En outre, c’est au cours de son séjour californien qu’Okamura, participant à la conférence BECC de 2012 à Sacramento, avec une délégation de Tokyo Gas, nourrit le désir de mettre en place une conférence BECC Japan37.

De l’apprentissage à la création d’une communauté de spécialistes des comportements au Japon

  • 38 Le poster de l’événement et la présentation de Sweeney sont disponibles aux liens suivants : http:/ (...)
  • 39 Entretiens avec Hirayama et Murakoshi ; Mikami.

29Okamura étant par la suite muté dans une autre division, c’est sa collègue Mikami Ayako 三神 彩子 qui prend sa place de responsable des relations avec le JYURI et du projet de BECC Japan. Celle-ci se rend en Californie en septembre 2013 pour discuter du projet de BECC Japan avec plusieurs responsables de la conférence étasunienne, à savoir Sweeney et Margaret Taylor, co-présidente de BECC depuis 2013 et chercheuse au PEEC. Les derniers détails sont discutés dans les mois qui suivent et la décision officielle d’organiser BECC Japan est adoptée le 14 février 2014, à l’occasion de la « Conférence du groupe de recherche sur les comportements shōene » (Enerugī kōdō kenkyūkai shinpojiumu エネルギー行動研究会シンポジウム), dont le conférencier principal n’est autre que Sweeney38. C’est également à cette occasion qu’est créée la Society of Energy Efficiency & Behavior (SEEB, Shōenerugī kōdō kenkyūkai 省エネルギー行動研究会), à l’initiative du JYURI, avec le soutien financier de Tokyo Gas mais également d’Osaka Gas et de l’Association Gazière Japonaise (Nihon gasu kyōkai 日本ガス協会), et le soutien officiel et symbolique du METI et du MOE39.

  • 40 Entretiens avec Hirayama et Murakoshi ; Mikami.
  • 41 Entretiens avec Hirayama ; Hirayama et Murakoshi.
  • 42 SEEB, non daté.

30En créant BECC Japan et la SEEB, l’objectif du JYURI et de Tokyo Gas n’est pas seulement de rassembler les chercheurs étudiant les comportements shōene. Les deux institutions ont aussi pour but d’encourager des chercheurs de disciplines et thématiques diverses à mener des recherches sur la promotion des comportements shōene, afin de fournir des connaissances convaincantes et utiles pour l’action publique40. Pour mener à bien ce projet, Nakagami parvient à recruter trois spécialistes en économie comportementale, en psychologie sociale et en sciences de l’éducation. Ces trois chercheurs se sont engagés à conduire des recherches sur les comportements shōene en bénéficiant de financements de la part des entreprises gazières sponsors de la SEEB, en particulier Tokyo Gas et Osaka Gas. De plus, ils ont été chargés d’inviter des chercheurs à participer au symposium inaugural de février 201441. Les efforts du JYURI et de ses partenaires ont été fructueux : 180 personnes assistent au symposium organisé à l’université de Tōkyō. Comme indiqué dans sa charte fondatrice, les intentions de SEEB sont claires : à l’image de ce qui se fait depuis plusieurs années dans les pays occidentaux, « il devient extrêmement urgent, dans notre pays aussi, de mener des recherches sur les comportements shōene en étudiant la prise de décision et les comportements humains » (人間の行動や意志決定に焦点を当てた省エネルギー行動研究が 我が国でも非常に重要になってくると考えられます42。).

  • 43 Granier, 2017, p. 280-281.

31La première conférence BECC Japan est organisée en septembre 2014 et rassemble 240 participants pour 33 intervenants issus du monde universitaire et du secteur privé. Si la quasi-totalité sont japonais, les keynote speakers sont étasuniens : il s’agit de Wilhite et de Taylor, la co-présidente de BECC. Reconduite annuellement depuis sa première édition, BECC Japan met l’accent sur les dispositifs de changement des comportements fondés sur les sciences comportementales, à l’image de son modèle étasunien. En 2014, trois des six sessions étaient consacrées respectivement à l’économie comportementale, à la psychologie sociale et aux nudges, tandis qu’une autre était dédiée à un état des lieux des programmes en Europe et aux États-Unis. Le même constat s’impose au sujet des éditions suivantes, même si les intitulés des panels évoluent43.

32Le JYURI et les acteurs gaziers ne sont toutefois pas les seuls acteurs à avoir découvert et à s’être formé aux sciences comportementales étasuniennes. En effet, des chercheurs de deux autres think tanks ont suivi le même cheminement de manière indépendante, bien que leurs efforts en matière de promotion de la recherche et leur impact sur les décisions des ministères semblent avoir été plus modestes et tardifs.

Le CRIEPI et l’IEEJ : deux autres think tanks convertis aux approches comportementales étasuniennes

33En parallèle des efforts du JYURI et de Tokyo Gas, plusieurs chercheurs du CRIEPI et de l’Institute of Energy Economics of Japan (IEEJ, Nihon enerugī keizai kenkyūjo 日本エネルギー経済研究所) se mettent également, dans les années 2010, à l’école des États-Unis pour se former aux approches comportementales.

Un groupe de chercheurs à l’origine de l’intérêt du CRIEPI pour les approches comportementales

  • 44 Lam, 1999.
  • 45 Sur les 29,8 milliards de yens de budget du CRIEPI pour l’année fiscale 2016, 25,2 étaient fournis (...)

34Le CRIEPI est une fondation à but non lucratif très proche du METI spécialisée sur les enjeux d’ordre principalement technique du secteur de l’électricité, qui regroupe 725 employés dont 642 chercheurs en 201644. Fondé en 1951, il comprend dès 1952 un département de recherche économique, qui devient en 1993 Socio-economic Research Center (Shakai keizai kenkyūjo 社会経済研究所), et rassemble 41 chercheurs. Ses activités de recherche couvrent l’ensemble des enjeux liés à l’énergie, incluant le changement climatique et l’efficacité énergétique. Elles sont financées en grande partie par les compagnies d’électricité nationales et par des commandes du MOE et surtout du METI45. Bon nombre de ses membres participent également aux shingikai des deux ministères et sont familiers avec les chercheurs du JYURI, qu’ils rencontrent lors de ces comités et de conférences. Les deux think tanks sont néanmoins en concurrence pour l’obtention de la reconnaissance et des financements de la part des parties prenantes de la politique énergétique. Par contraste avec le JYURI, ni le président du CRIEPI ni le directeur du Socio-economic Research Center ne sont à l’origine de l’intérêt et des efforts de leur structure en faveur des sciences comportementales. C’est en effet un petit groupe de jeunes chercheurs qui, insatisfaits des approches comportementales de l’efficacité énergétique, vont explorer la littérature internationale et se former à ces nouveaux savoirs.

  • 46 Wakabayashi & Kimura, 2009.

35Le premier chercheur en question est Kimura Osamu 木村 宰, recruté par le CRIEPI en 2002 tout juste diplômé de la faculté d’ingénierie de l’université de Tōkyō. Affecté au groupe de recherche sur le changement climatique, Kimura axe ses recherches sur l’efficacité énergétique aux États-Unis, scrutant en particulier les actes des Summer Studies de l’ACEEE et de l’ECEEE et les publications du Lawrence Berkeley National Laboratory, où il réalise un court séjour dès 2003. En 2009, il publie un rapport46 consacré aux limites des politiques d’efficacité énergétique fondées sur les théories économiques classiques, matérialisées par la prestation d’information aux consommateurs. Cette publication est la première du CRIEPI à mettre l’accent sur la notion de rationalité limitée et à mentionner brièvement les apports de la « psychologie » (shinrigaku 心理学) et de l’« économie comportementale » (kōdō keizaigaku 行動経済学). Dans le même temps, Nishio Ken’ichirō 西尾 健一郎, également diplômé de la faculté d’ingénierie de l’université de Tōkyō et recruté par le CRIEPI en 2002, commence lui aussi à s’intéresser aux approches comportementales. Nishio considère que c’est au cours d’un séjour de neuf mois au Lawrence Berkeley National Laboratory en 2006-2007 qu’il a commencé à se montrer critique envers les approches traditionnelles de l’efficacité économique, sans identifier néanmoins d’alternative satisfaisante à l’époque.

36Kimura et Nishio sortent de cette impasse suite à leur découverte de l’économie comportementale et des nudges à l’automne 2009. Ces nouvelles approches sont d’abord introduites à Kimura par Sugiyama Masahiro 杉山 昌広. Ce dernier, diplômé de l’Université de Tokyo en 2001, rejoint les États-Unis pour réaliser son master et son doctorat en science climatique au Massachusetts Institute of Technology, dont il devient docteur en septembre 2007. Encouragé par son ami Kimura – ils se fréquentaient à l’Université de Tokyo –, Sugiyama rejoint le CRIEPI en avril 2009 et fait part à son collègue de son engouement récent pour l’économie comportementale et les nudges. Kimura estime avoir été immédiatement – dès octobre, exactement – fasciné par l’ouvrage Nudges de Thaler et Sunstein, et se souvient en avoir parlé fréquemment et avec enthousiasme avec son collègue Nishio.

37Une étape supplémentaire est franchie en novembre 2009, lors d’une visite de Meier et d’un de ses collègues du Lawrence Berkeley National Laboratory au CRIEPI. Les deux hommes participent en effet à la toute récente Stanford Sensors & Energy Behavior Initiative de l’université de Stanford, et sont ainsi en mesure de répondre aux questions de Kimura et Nishio sur l’application des nudges et de l’économie comportementale dans le domaine de l’efficacité énergétique. D’après Kimura, Meier les aurait encouragés dans leur démarche et orientés vers le site web du projet de Stanford, indiquant que de nombreuses références utiles y étaient disponibles. Kimura, Nishio et Sugiyama passent une partie des mois suivants à s’approprier cette littérature, qu’ils commencent à discuter au sein du CRIEPI lors de présentations informelles. Kimura se penche en particulier sur les activités d’Opower et rapporte avoir été « très intéressé, car il s’agissait d’une preuve solide de l’efficacité des nudges pour réduire la consommation d’énergie ».

  • 47 Komatsu & Nishio, 2013a ; Komatsu & Nishio, 2013b, p. 97-100.

38Dans les années qui suivent, Kimura et Nishio poursuivent leurs recherches sur les nudges et multiplient les communications et les publications, participant notamment aux conférences BECC Japan – le second se rendant même à la BECC étasunienne de 2014. Dans le même temps, le nombre de chercheurs du CRIEPI s’inscrivant dans les approches comportementales progresse également, à l’image de Komatsu Hidenori 小松 秀徳. Avec Nishio, ce dernier signe un rapport et un article exclusivement consacrés à l’application des nudges et des sciences comportementales dans la politique énergétique47, avant de participer à la conférence BECC étasunienne en 2016. Lors de la Summer Study de l’ECEEE de 2017, Kimura était par ailleurs accompagné d’un collègue spécialiste d’efficacité énergétique, venu se former aux approches comportementales à la conférence avant de réaliser dans la même optique un séjour d’un an au Lawrence Berkeley National Laboratory.

De l’économie de l’énergie aux comportements shōene : la découverte des sciences comportementales par l’IEEJ

  • 48 Le budget de l’IEEJ s’élevait pour l’année fiscale 2017 à 2,8 milliards de yens, les financements d (...)
  • 49 L’IEEJ rassemble environ 200 employés, dont 67 chercheurs à temps plein et de nombreux chercheurs a (...)
  • 50 Ten Hoedt, 2012.

39L’IEEJ travaille étroitement avec le METI depuis plusieurs décennies, notamment sur les enjeux d’efficacité énergétique48. À la différence du JYURI, il ne focalise toutefois pas ses études sur ce sujet, et encore moins sur le secteur résidentiel puisque ses domaines d’expertise sont l’économie de l’énergie (enerugī keizai エネルギー経済). Il est considéré comme un think tank très proche du METI, depuis sa création par le MITI en 1966, et nombre de ses chercheurs49 participent aux shingikai du ministère. En outre, ses dirigeants sont en général des anciens bureaucrates du METI ; il en est ainsi de Toyoda Masakazu 豊田 正和, qui assure depuis 2010 la direction du think tank, après 35 années passées au ministère. L’IEEJ est donc, plus encore que le JYURI et le CRIEPI, un interlocuteur privilégié du METI et un contributeur significatif de l’action publique. Il est aussi très proche des acteurs industriels50 et en concurrence avec d’autres think tanks, au premier rang desquels le JYURI et le CRIEPI, que les chercheurs de l’IEEJ croisent fréquemment dans le cadre des shingikai. Par ailleurs, Toyoda siège d’ailleurs lui-même depuis 2010 au Comité shōene présidé par Nakagami.

  • 51 Entretien avec Toyoda.

40À la différence du JYURI et du CRIEPI néanmoins, l’IEEJ est peu inséré dans la communauté transnationale de l’efficacité énergétique et ses chercheurs n’assistent pas aux Summer Studies étasuniennes et européennes. L’intérêt du think tank pour les approches comportementales résulte toutefois lui aussi des connexions transnationales de ses chercheurs, en l’occurrence de son président, Toyoda. En effet, ce dernier assiste aux rencontres internationales dans le domaine de l’économie de l’énergie, à l’image de la conférence annuelle de l’International Association for Energy Economics (IAEE). Lors de l’édition 2013 organisée en juin à Daegu, en Corée du Sud, Toyoda fait partie des intervenants en séance plénière. Ce statut l’amène à rejoindre pour le dîner l’une des tables rassemblant les autres conférenciers principaux, à laquelle se trouve justement… Sweeney, le directeur du PEEC, l’une des institutions fondatrices de BECC. C’est lors du dîner que Sweeney explique à Toyoda tout l’enjeu des approches comportementales de l’efficacité énergétique, suite à quoi l’économiste japonais s’est sérieusement intéressé à la question51.

  • 52 Entretien avec Toyoda ; entretien anonymisé avec le responsable de l’équipe de l’IEEJ consacrée au (...)

41Dès son retour au Japon en effet, Toyoda met en place un « Groupe d’étude sur la promotion du shōene dans les secteurs résidentiels et commerciaux » (Katei oyobi ni shōgyō bun.ya ni okeru shōene suishin no tame no kenkyūkai 家庭及びに商業分野における省エネ推進のための研究会) chargé d’approfondir le sujet. Les sciences comportementales constituent un élément central dans ses investigations et son voyage d’étude en Europe et aux États-Unis en octobre 2013. Cinq des membres de l’équipe, à savoir deux chercheurs de l’IEEJ et trois représentants d’entreprises privées, participent à ce voyage. Ce dernier commence en Europe où le groupe se rend notamment au Department of Energy and Climate Change britannique et au siège de l’Agence internationale de l’Énergie à Paris. La responsable de l’équipe considère toutefois que les acteurs pertinents sur les questions comportementales ne sont pas en Europe mais en Californie, la prochaine étape de leur voyage. Au cours de leur séjour de 4 à 5 jours sur place, le petit groupe rend visite à la Californian Public Utilities Commission, à plusieurs divisions du Lawrence Berkeley National Laboratory, à des entreprises des secteurs du gaz et de l’électricité, ainsi qu’à Sweeney en personne. D’après la responsable de l’équipe, l’importance du changement des comportements a été le principal enseignement de leur séjour étasunien52.

La rhétorique du retard et les exemples étrangers au cœur de la stratégie des promoteurs des sciences comportementales

42Après leur découverte et au cours de leur apprentissage, les chercheurs du JYURI, du CRIEPI et de l’IEEJ ont cherché par de multiples moyens à faire adopter les approches comportementales étasuniennes dans la politique énergétique japonaise. Leurs nombreuses références aux exemples étrangers ne sont pas étonnantes puisque les nouveaux instruments dont il est question ont en effet une origine extranationale. Toutefois, elles s’inscrivent plus largement dans une rhétorique du retard et du rattrapage qui témoigne du choix des think tanks de convaincre par la référence à des expériences étrangères. Cette rhétorique représente un moyen de légitimation pour des structures en quête de légitimité et de financements auprès des parties prenantes de la politique énergétique, à savoir le METI, le MOE et les acteurs industriels – les compagnies électriques en particulier. Les trois think tanks s’adressent ainsi à ces acteurs dans le cadre des shingikai du METI et de manière parfois plus informelle, tandis que le président du JYURI s’appuie sur sa notoriété et sa reconnaissance pour s’exprimer dans la presse nationale et en commission parlementaire.

Le shingikai, principale arène de la promotion des sciences comportementales par les think tanks

  • 53 Schwartz, 1998.

43En premier lieu, les shingikai du METI constituent un vecteur commun par lequel les chercheurs des trois think tanks effectuent la promotion des sciences comportementales. Ce constat est loin d’être surprenant, étant donné que ces comités consultatifs représentent le principal lieu de sollicitation d’expertise de la part des ministères et de contribution à l’action gouvernementale (et d’influence) de la part des acteurs privés, surtout dans les domaines d’action publique fortement techniques53.

  • 54 Kimura, 2010.
  • 55 Ibid., p. 73.
  • 56 Keizai-sangyō-shō, 8 septembre 2015, p. 12.

44C’est Kimura, du CRIEPI, qui préconise le premier le recours aux sciences comportementales lors d’une shingikai ad hoc du METI de décembre 2010, dédiée à la gestion de l’énergie dans les logements et les bureaux. Plusieurs pages de son support de présentation sont consacrées à des travaux européens sur les barrières à l’efficacité énergétique et étasuniens sur l’effet des normes sociales sur les économies d’énergie54. Une autre diapositive présente les Home Energy Reports fournis aux ménages dans le cadre d’une expérimentation menée par Sacramento Electricity Corporation et Opower55. Kimura et son collègue Nishio affirment également avoir mené au cours des années suivantes un lobbying informel auprès des responsables du METI, en particulier les directeurs successifs de la division des mesures shōene du ministère, à chacun des shingikai et autres réunions auxquels ils avaient pu être conviés. Leurs efforts semblent par ailleurs avoir été fructueux puisque lors de son intervention à BECC Japan en 2015, le directeur de la division des mesures shōene de l’époque a réutilisé une partie du support présenté par Kimura au METI en 201056.

  • 57 Toyoda, Présentation au Comité shōene le 24 juillet 2014.

45Dans le même temps, en tant que membre du Comité shôene, le président du think tank, Toyoda, a lui aussi recommandé le recours aux Home Energy Reports et aux nudges dans l’action publique. Lors d’une séance du comité de juillet 2014, soit quelques mois après le voyage d’étude de l’équipe qu’il a formée en 2013, Toyoda recommande la mobilisation des sciences comportementales pour promouvoir les comportements shōene. Après avoir décrit les programmes comportementaux étasuniens, Toyoda préconise que le Japon s’engage sur la même voie, en mobilisant les « conseils d’économies d’énergie basés sur les sciences comportementales » (kōdō kagaku o katsuyō shita shōene adobaisu 行動科学を活用した省エネアドバイス57). Il fait tout particulièrement référence à la comparaison entre les ménages mise en place aux États-Unis :

Il semble que des conseils pour économiser l’énergie soient réalisés en utilisant les sciences comportementales aux États-Unis. En comparant la consommation d’énergie avec le voisinage, on pourrait réaliser davantage d’économies d’énergie de manière raisonnable, en utilisant les sciences comportementales.

  • 58 Retranscription des débats de la troisième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novem (...)

行動科学を活用した省エネアドバイスといったようなものも米国ではなされているようでございます。近隣と比較したエネルギー消費みたいなものをすることによって、無理なき省エネというのをさらに行動科学的にできるのではないかというのが、もう一つの点でござい
ます58

46Les shingikai sont également le théâtre des stratégies du JYURI, par l’intermédiaire de Nakagami qui promeut les approches comportementales dans le cadre du Comité shōene qu’il préside depuis 2009. Les délibérations de ce comité accordent une place plus importante au changement des comportements à partir de 2010-2011, principalement pour deux raisons. D’une part, le JYURI et Tokyo Gas ont tout juste initié leur apprentissage des approches comportementales étrangères. D’autre part, les membres du Comité shōene semblent avoir renforcé leur intérêt pour la question suite à l’accident de Fukushima, la catastrophe ayant aussi fait prendre conscience aux membres du comité du retard du Japon vis-à-vis des États-Unis et des pays européens. Les programmes comportementaux étrangers font notamment l’objet de discussions en mars 2015 sur la possibilité de demander aux compagnies d’électricité de promouvoir les économies d’énergie auprès de leur clientèle. Les délibérations de séances font référence à la dynamique suscitée par Opower :

Aux États-Unis, il y a un business model pour récolter les données de consommation des ménages et leur envoyer des conseils. Pour y parvenir aussi au Japon, il est nécessaire d’unifier le format des données.

Certains gouvernements étrangers obligent les fournisseurs d’électricité à fournir des diagnostics d’économie d’énergie à leurs clients. Il faut envisager d’introduire cela dans notre pays aussi.

個人の消費者が自分のデータをダウンロードしてそれをコンサルに送って分析·アドバイスをするようなビジネスモデルが米国ではできている。これらを日本でも実現するためには、データフォーマットの統一が必要である。

  • 59 Compte-rendu de la onzième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novembre 2013 – 28 ju (...)

海外の取組みとして、政府が電力事業者に、顧客の省エネ診断を義務付ける例がある。我が国での導入も検討すべき59

47Outre Nakagami lui-même, d’autres membres du comité relaient l’argumentation, à l’image de Yamakawa Ayako 山川 文子, figure de la société civile en ce qui concerne les économies d’énergie :

L’autre jour, j’ai participé à la conférence BECC Japan organisée par Monsieur le Président Nakagami. Il y a eu de nombreuses présentations sur des exemples étrangers et japonais de programmes réels qui s’appuient sur les sciences des comportements humains pour étudier quel type d’information amène les consommateurs à réaliser des économies d’énergie. […] Je pense qu’il y a déjà ce genre de recherche au Japon, mais je pense qu’il serait bien de les approfondir et de voir comment les adapter. En termes de politiques publiques aussi, je me demande si ça ne serait pas bien d’introduire cette approche.

  • 60 Retranscription des débats de la cinquième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novem (...)

先日、中上委員長が事務局の会長をされています省エネ行動研究会主催のBECC JAPANに私も1日参加させていただきました。人間の行動科学に基づいて、どのような情報を提供すれば消費者は省エネをするようになるかなどについて海外や日本の研究事例、実際の取組などについていろいろな方からのご発表がありました。(…) 日本ではこのような研究はこれからの部分があると思いますが、どんどん研究が深まって日本でどういうふうに適応していくのがいいかが進んでいくといいと思います。また、政策的にも取り入れていければよろしいのではないかと思います60

48Les efforts de promotion des approches comportementales des chercheurs des trois think tanks ne se limitent toutefois pas aux shingikai, et varient en fonction des ressources dont ils disposent.

Des tribunes de promotion spécifiques : commissions parlementaires, presse nationale et conférences privées

49En premier lieu, outre ses efforts via BECC Japan et le Comité shōene, Nakagami s’appuie sur son statut d’expert national en matière de shōene pour promouvoir les sciences comportementales en commission parlementaire et dans la presse nationale, toujours en insistant sur le retard du Japon qui doit prendre l’exemple sur les pays occidentaux.

  • 61 Commission sur l’économie et l’industrie de la Chambre des conseillers, 7e réunion de la 183e sessi (...)

50C’est par exemple le cas, en mai 2013, lors d’une réunion de la Commission sur l’économie et l’industrie de la Chambre des conseillers dédiée à la nouvelle révision de la Loi shōene61. C’est en effet la première fois que Nakagami s’exprime à la Diète depuis que le JYURI a commencé, en 2010, ses missions en Europe et aux États-Unis. Nakagami explique que dans les autres pays, des mesures sont mises en œuvre pour réduire la demande, à la différence du Japon qui se contente d’agir sur l’offre, et où de telles mesures sont par conséquent nécessaires. Il décrit comment les compteurs communicants et d’autres technologies permettent aux ménages occidentaux d’accéder à leurs données de consommation d’énergie et exhorte à ce que le Japon s’engage dans cette voie. Nakagami affirme qu’il convient de fournir aux ménages une information sous une forme facile à comprendre, comme la comparaison de la consommation avec d’autres foyers, et mobilise à nouveau les cas étasuniens et européens :

Ensuite, le comportement des consommateurs est la base de tout, comme c’est écrit. Sur ce point, il se trouve que je vais la semaine prochaine à la conférence européenne sur l’efficacité énergétique [ECEEE Summer Study 2013] et que l’an dernier aussi je suis allé à la conférence étasunienne [ACEEE Summer Study 2012]. Récemment, la thématique de recherche sur l’efficacité énergétique qui suscite l’intérêt le plus important aux États-Unis et en Europe est le comportement des consommateurs. Ce genre de recherche est très dynamique, et pas seulement en ingénierie ; beaucoup de chercheurs en anthropologie culturelle aussi expriment leurs opinions de toute part. […] Au Japon aussi, il faut réfléchir aux problèmes et élaborer les politiques en prenant en compte suffisamment les retours sur ce qui se passe dans la réalité, en incluant les points de vue sociologiques.

  • 62 Ibid.

それから次に、消費者行動が全ての基本と書いてありますが、私、ここのところ、来週もヨーロッパの省エネ会議に行くわけでありますが、去年もアメリカの会議に行ってまいりましたが、最近欧米での省エネルギーに対する一番関心の高い研究テーマは消費者行動と省エネルギーであります。こういう研究が非常に活発でございまして、工学部とかそういう理系の人だけではなくて、文化人類学者の方々が大勢参加してけんけんがくがくやっぱりやっていらっしゃる。 (…) 日本でも、そういう社会学的な見地も含めて、現場がどうなっているかということをやっぱり十分フィードバックしながら問題を考えていかなきゃいけない、また政策をつくっていかなきゃいけないんじゃないかと思っております62

  • 63 Nakagami, 2010.

51Nakagami utilise également la presse écrite pour faire valoir son opinion, en particulier ces dernières années (2010-2015) au cours desquelles il a écrit une dizaine d’articles et fait l’objet de deux interviews. La quasi-intégralité de ces publications sont consacrées à l’importance de l’efficacité énergétique et/ou à la promotion des comportements shōene, souvent avec des références aux expériences européennes et étasuniennes. Dès décembre 2010, Nakagami souligne dans un article le retard du Japon en matière de recherche sur les comportements en comparaison avec les États-Unis et l’Europe63. Il raconte ensuite le séjour de Wilhite au JYURI plus de dix ans auparavant, et son fort intérêt pour l’étude sociologique qu’il a réalisée avec l’anthropologue, avant de conclure :

Quoi qu’il en soit, en Europe et aux États-Unis, les chercheurs en sciences sociales, comme M. Wilhite en anthropologie culturelle, développent activement les recherches en rapport avec l’énergie. […] Dans notre pays aussi, j’espère que les barrières [les querelles scientifiques] seront surmontées et que de telles discussions vont gagner en activité.

  • 64 Ibid.

いずれにせよ、欧米ではウィルハイト氏のような文化人類学などの文系の専門家が、エネルギーに関わる研究を活発に繰り広げている。(…) わが国でも、このようなバリアを超えて、議論が活発化することを望みたいものだ64

  • 65 Nakagami, 2012.
  • 66 Nakagami, 2014. Voir également son interview dans Mainichi Shinbun, 14 août 2015.
  • 67 Nakagami, 2014.

52Les articles rédigés par Nakagami les années suivantes sont globalement dans la même tonalité. Son voyage en Europe pour la Smart Home Expo d’Amsterdam en octobre 2012 fait l’objet d’un papier dans lequel l’expert relate que ce voyage l’a conforté dans sa pensée que « les germes de la société shōene se trouvent dans le comportement des consommateurs » (省エネルギー社会づくりのヒントは消費者行動にあり、との思いを再確認した旅だった65) et présente les enseignements de plusieurs programmes mis en place au Royaume-Uni. Quelques jours après le symposium inaugural de la SEEB de février 2014, Nakagami met l’accent dans un nouvel article sur le retard du Japon vis-à-vis des pays occidentaux où des recherches sur les comportements humains et la consommation d’énergie sont menées depuis les années 198066. Il évoque les « discussions animées entre les chercheurs en SHS, comme les anthropologues culturels, les sociologues et les psychologues, et les chercheurs en ingénierie » (文化人類学者、社会学者、心理学者といった人文科学系の研究者と工学系の研究者が活発な議論を展開し67). Par contre, sur l’archipel, la suprématie des ingénieurs depuis les chocs pétroliers expliquerait selon Nakagami que les expériences en matière de recherches interdisciplinaires soient en retard au Japon par rapport aux pays occidentaux.

  • 68 Ibid.

53Le président du JYURI relate également comment l’Agence européenne pour l’environnement, le Bureau du Cabinet britannique et le gouvernement étasunien ont ces dernières années mobilisé les résultats de ces recherches ; il donne aussi l’exemple des Home Energy Reports dont il fournit plusieurs illustrations légendées en japonais68. Le regard toujours tourné de l’autre côté du Pacifique, le président du JYURI présente la conférence BECC organisée depuis 2007 aux États-Unis, arguant par la suite du besoin de mener, au Japon aussi, des recherches sur les comportements pour que les HEMS et les compteurs communicants conduisent effectivement à des réductions de la demande dans le résidentiel. Et de conclure, en introduisant les projets de la SEEB et de BECC Japan :

Conscients de ce problème [celui posé par les comportements], nous avons depuis l’an dernier instauré une association de recherche et débuté des activités pour promouvoir, dans notre pays aussi, une large transversalité disciplinaire de recherches sur les comportements shōene. Le premier symposium a eu lieu le 14 février dernier, et malgré la forte neige, environ 200 personnes y ont participé.

  • 69 Ibid.

このような問題意識のもとに、わが国においても広く専門分野を横断する省エネルギー行動の研究を推進するため、昨年から研究会を組織し活動をスタートさせたところである。その第1回のシンポジウムを去る2014年2月14日、大雪の中にもかかわらず約200人もの参加者を得て実行することができた69

  • 70 Entretiens avec Kimura ; Nishio.
  • 71 Kimura, non daté.
  • 72 Thaler & Sunstein, 2008.
  • 73 Ehrhardt-Martinez & Laitner, 2009, p. 209-215.
  • 74 Kimura, non daté.

54Par l’intermédiaire de son président, le JYURI promeut ainsi par de nombreux canaux les approches comportementales développées aux États-Unis et en Europe. Les chercheurs du CRIEPI ne disposent pas quant à eux de la notoriété et de l’influence de Nakagami : ils empruntent par conséquent d’autres voies pour promouvoir les approches comportementales. Outre leur lobbying informel auprès des responsables du METI (cf. supra), Kimura et Nishio profitent de la proximité du CRIEPI avec les acteurs industriels. En tant que chercheurs du think tank et spécialistes d’efficacité énergétique, ils sont en effet fréquemment invités à donner des conférences aux personnels – parfois 400 à 500 employés – d’entreprises (dont les compagnies d’électricité) et de la Japan Electric Association (Denki kyōkai 電気協会). Quel que soit le sujet de leur intervention, ils en profitent pour glisser des diapositives sur les sciences comportementales et les nudges tout particulièrement70. Certaines présentations sont exclusivement dédiées à la promotion des comportements shōene, à l’image d’un de ses supports dont 19 diapositives sont consacrées aux approches psychologiques et aux nudges71. Kimura définit ces derniers en citant Thaler et Sunstein72 et explique qu’ils sont préconisés dans le champ de l’économie comportementale depuis la fin des années 2000. Le chercheur décline et illustre les différents types de nudges, tirant ses exemples du best-seller, d’une publication d’ACEEE73 et d’un rapport du Département de l’Énergie étasunien (cf. tableau 1). Il donne des exemples de programmes mis en œuvre aux États-Unis et insiste sur l’influence des normes sociales sur la consommation des individus, s’appuyant notamment sur l’exemple d’Opower, et conclut en invitant à « utiliser absolument les approches organisationnelles et psychologiques comme les nudges etc. pour élaborer vos programmes d’efficacité énergétique et d’atténuation du réchauffement climatique » (「ナッジ」など組織的·心理的なアプローチによって省エネ·温暖化対策事業の立案にぜひ活用を74).

  • 76 Voir aussi, sur la sollicitation de l’expertise du CRIEPI de la part des parties prenantes de la po (...)
  • 77 Komatsu & Nishio, 2013.

55Enfin, les chercheurs du CRIEPI exercent également une influence sur l’action publique par l’intermédiaire des rapports qu’ils publient au nom du think tank. Ces derniers sont en effet largement consultés par les parties prenantes de la politique climatique et énergétique de l’archipel, comme l’ont affirmé un grand nombre de nos enquêtés déclarant s’y référer régulièrement76. Komatsu et Nishio, en particulier, ont publié un rapport exhaustif sur les approches comportementales dans le domaine de l’énergie, où ils mettent l’accent sur la psychologie et l’économie comportementale et, plus spécifiquement, les nudges et les Home Energy Reports77.

Conclusion

56Nous avons montré que le recours aux instruments fondés sur les sciences comportementales – à savoir les nudges et les Home Energy Reports – dans la politique énergétique japonaise était le résultat des efforts de trois think tanks japonais. Ces derniers, après avoir découvert et s’être formés à ces nouvelles approches, ont promu et obtenu leur application sur l’archipel auprès des parties prenantes de l’action publique. Le JYURI a initié ses voyages d’études et a finalement obtenu l’appui du METI pour tester les Home Energy Reports avec Opower en 2015. Le think tank a ensuite obtenu un important financement de la part du MOE en 2017, tout comme le CRIEPI, dont les chercheurs ont commencé à s’approprier et à militer en faveur des sciences comportementales dès 2009. L’analyse des activités de ces think tanks suggère ainsi que les États-Unis représentent bien un « pays modèle » pour le volet shōene de la politique énergétique japonaise.

  • 78 Entretiens avec Hirayama ; Kimura ; Murakoshi et Hirayama ; Nishio ; entretien anonymisé avec le re (...)

57Toutefois, le transfert ou la circulation des instruments étasuniens ne résulte pas de stratégies gouvernementales mais des agissements d’acteurs non étatiques privés. Ces derniers ont élaboré et promu auprès du METI et du MOE, et des parties prenantes privées de la politique shōene, un programme de changement de l’action publique similaire, de manière toutefois largement indépendante. En effet, le JYURI et les acteurs gaziers ne se sont à aucun moment associés ou coordonnés avec le CRIEPI et l’IEEJ au cours de leur apprentissage et de leur promotion des approches comportementales. Les chercheurs des trois think tanks, qui se connaissent et se rencontrent régulièrement lors de conférences et de shingikai, expliquent ce paradoxe. Ce paradoxe s’explique par la concurrence entre les trois structures pour obtenir la légitimité et capter les financements, sous forme de subventions et de contrats de recherche, que sont susceptibles de leur attribuer les deux ministères et les acteurs industriels78. La faiblesse de l’expertise technique et des capacités opérationnelles internes du METI et du MOE explique la formation, de facto, d’un marché dans le cadre duquel des think tanks rivalisent dans la construction et la valorisation de solutions aux problèmes auxquels sont confrontés les ministères et leurs partenaires, en l’occurrence la croissance de la demande d’énergie des ménages.

  • 79 Thomann, 2015, p. 19 et p. 46.
  • 80 Ibid., p. 49-56.

58La circulation des sciences comportementales étasunienne est d’autant plus intéressante que les méthodes du gouvernement des conduites semblent d’ailleurs avoir déjà transité du monde occidental vers l’action publique japonaise, comme l’indique Bernard Thomann79 au sujet de la politique sociale aux époques Meiji et Taishō. La statistique et l’hygiénisme européens, en particulier, avaient alors bouleversé l’intervention de l’État dans le domaine80. Il serait par conséquent intéressant d’orienter l’analyse vers l’évolution des savoirs et instruments employés pour gouverner les conduites dans d’autres domaines d’action publique, en particulier celui de la santé publique, qui occupe une place importante à l’agenda politique nippon depuis plusieurs années.

Haut de page

Bibliographie

Barjot Dominique (dir.), 2002, Catching up with America. Productivity Missions and the Diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris, 477 p.

Broadbent Jeffrey, 2010, “Science and Climate Change Policy Making: A Comparative Network Perspective”, in Sumi Akimasa, Fukushi Kensuke & Hiramatsu Ai (dir.), Adaptation and Mitigation Strategies for Climate Change, Springer, Tokyo, p. 187-214.

CRIEPI, décembre 2017, FY2016 Annual Report, Tokyo, 70 p, URL: https://criepi.denken.or.jp/en/aboutcriepi/FY2016_AnnualReport.pdf

Cuddy Amy, Doherty Kyle & Bos Maarten, 2010, « OPOWER: Increasing Energy Efficiency through Normative Influence (A) », Harvard Business School (Case collection, Case 911-016), Cambridge, 18 p.

Denki Shinbun 電気新聞, 16 juillet 2015, « Hokurikudenryoku eria de shōene chōsa jisshi e » 北陸電力エリアで省エネ調査実施へ [Vers la réalisation d’une enquête sur les économies d’énergie dans la région de Hokuriku Electric Power Company], URL : http://www.shimbun.denki.or.jp/news/main/20150717_02.html

Ehrhardt-Martinez Karen & Laitner John A., 2009, « Breaking out of the Economic Box: Energy Efficiency, Social Rationality and Non-Economic Drivers of Behavioral Change », in Proceedings of the ECEEE Summer Study 2009, p. 209-215.

Garon Sheldon, 1997, Molding Japanese minds. The State in everyday life, Princeton University Press, Princeton, 313 p.

Granier Benoit, 2017, Circulations transnationales et transformations de l’action publique. La mobilisation des sciences comportementales dans la politique énergétique japonaise, Thèse de doctorat, Université de Lyon, Lyon, 530 p, URL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01829040

Granier Benoit & Shove Elizabeth, 2018, « Pathways of Change. Cool Biz and the reconditioning of office energy demand », in DEMAND Research Insight, n17, Lancaster, 2 p, URL: http://www.demand.ac.uk/wp-content/uploads/2018/04/demand-insight-17-V3.pdf

Hagiwara Go 萩原 豪, 2006, « Enerugī kyōiku to jizokukanōna shakai » エネルギー教育と持続可能な社会 [Education à l’énergie et société durable], in Nihon enerugī gakkai taikai 日本エネルギー学会大会, no 15, Tokyo, p. 341-342.

Hirayama Shō 平山 翔, 2015, « Kōdō hen.yō to shōenerugī » 行動変容と省エネルギー [Changement de comportement et efficacité énergétique], Enerugī shigen エネルギー·資源, vol. 36, no 3, p. 162-166.

IEEJ, 2018, Heisei nijū-nendo jigyō kaikakusho shūshi yosan-sho 平成29年度事業計画書収支予算書, Tokyo, 15 p, URL: http://eneken.ieej.or.jp/about/pdf/business/FY29_keikaku.pdf

Kankyō-shō 環境省, 28 avril 2005, « ‘Chīmu mainasu 6%’ no kikkuofu ni tsuite » 「チーム·マイナス6%」のキックオフについて [À propos du lancement de « Team Minus 6% »], Kankyō-shō 環境省 [Ministère de la santé], URL: http://www.env.go.jp/press/press.php?serial=5946

Kankyō-shō 環境省, 2016, « Heisei nijūkyū nendo kankyō-shō no jūtensesaku » 平成29年度環境省重点施策集 (Mesures prioritaires pour le budget de l’année fiscale 2017), Kankyō-shō 環境省 [Ministère de la santé], URL: http://www.env.go.jp/guide/budget/h29/h29juten-sesakushu.html

Kankyō-shō 環境省, 14 avril 2017, « Nihonban najji yunitto o hossoku shimasu » 日本版ナッジ·ユニットを発足します [La version japonaise de la Nudge Unit est fondée], Kankyō-shō 環境省 [Ministère de la santé], URL : https://www.env.go.jp/press/103926.html

Keizai-sangyō-shō 経済産業省, 8 septembre 2015, « Shōenerugī seisaku no aratana tenkai. Kōdō henkaku ni yoru kanōsei tsuikyū », 省エネルギー政策の新たな展開 行動変革による可能性追求 [Le nouveau développement de la politique shōene. Le potentiel à poursuivre par l’intermédiaire du changement des comportements], présentation du Directeur de la division des mesures shōene, BECC Japan, Tōkyō, URL : http://seeb.jp/wp-content/uploads/2015/10/2015BECC-Panel-METI.pdf

Kimura Osamu 木村 宰, 22 décembre 2010, « Shōenerugī seisaku no jikkōsei hyōka to kaizen teian » 省エネルギー政策の実効性評価と改善提案 [Évaluation de l’efficacité et proposition d’amélioration de la politique shōene], présentation devant le Groupe d’étude sur les comportements shōene et la gestion de l’énergie, METI, Tokyo, URL : http://eneken.ieej.or.jp/data/3557.pdf

Kimura Osamu 木村 宰, « Shōenerugī suishin e no sōshiki-teki to shinri-teki apurōchi » 省エネルギー推進への 組織的·心理的アプローチ [Les approches organisationnelles et psychologiques de la promotion de l’efficacité énergétique], support de présentation pour conférences envoyé par l’auteur par e-mail, non daté.

Komatsu Hidenori 小松 秀徳 et Nishio Ken’ichirō 西尾 健一郎, 2013a, « Shōenerugī setsuden sokushin-saku no tame no jōhō teikyō ni okeru ‘najji’ no katsuyō. Beikoku ni okeru katei-muke enerugī repōto no jirei » 省エネルギー·節電促進策のための情報提供における「ナッジ」の活用―米国における家庭向けエネルギーレポートの事例― [L’application des « nudges » dans la prestation d’information pour promouvoir l’efficacité énergétique et les économies d’électricité. Le cas des energy reports destinés aux ménages aux États-Unis], Rapport du CRIEPI Y12035, URL : http://criepi.denken.or.jp/jp/kenkikaku/report/detail/Y12035.html

Komatsu Hidenori 小松 秀徳 et Nishio Ken’ichirō 西尾 健一郎, 2013b, « Chokkan e no uttaekake o neratte shōenerugī setsuden o sokushin suru jōhō teikyō hōsaku no kin.nen no dōkō » 直感への訴えかけを狙って省エネルギー·節電を促進する情報提供方策の近年の動向 [Tendances récentes des mesures d’envoi d’information qui s’appuient sur l’intuition pour promouvoir l’efficacité énergétique et les économies d’énergie], in Kōdō keizaigaku 行動経済学, vol. 6, Tokyo, p. 97-100, URL : http://www.abef.jp/archive/event/2013/pdf_abst/PR007.pdf

Lam Peng-Er, 1999, Green politics in Japan, New York, Nissan Institute / Routledge Japanese Studies, Londres, 226 p.

Mainichi Shimbun 毎日新聞, 14 août 2015, « Sengo nanajū-nen kore made kore kara dai jū-kai. Enerugī seisaku wa, naze kawaranai no ka » 戦後70年これまで·これから 第10回。エネルギー政策は、なぜ変わらないのか [Après 70 années d’après-guerre et dorénavant (10ème). Pourquoi la politique énergétique ne change pas ?], URL : http://mainichi.jp/articles/20150814/ddm/010/040/018000c

Nakagami Hidetoshi 中上 英俊, 28 décembre 2010, « Shōene no kagi wa ‘shōhisha’ ni ari » 省エネのカギは「消費者」にあり [La clef des shōene est dans « le consommateur »], in Nikkei Shimbun 日経新聞, URL : http://www.nikkei.com/article/DGXNASDD2404X_U0A221C1000000/

Nakagami Hidetoshi 中上 英俊, 11 juillet 2011, « Enerugī seisaku no arubeki sugata iriguchi wa ‘shōene’ kara » エネルギー政策のあるべき姿 入り口は「省エネ」から [La politique énergétique nécessite d’être fondée sur le « shōene »], in Nikkei Shinbun 日経新聞, URL : http://www.nikkei.com/article/DGXNASDD06023_W1A700C1000000/?df=2

Nakagami Hidetoshi 中上 英俊, 3 décembre 2012, « Sumāto shakai no jitsugen, hinto wa shōhisha kōdō ni » スマート社会の実現、ヒントは消費者行動に (La clef de la réalisation d’une société bas-carbone réside dans les comportements des consommateurs), in Nikkei Shinbun 日経新聞, URL : http://www.nikkei.com/article/DGXNASDD270MI_Z21C12A1000000

Nakagami Hidetoshi 中上 英俊, 25 février 2014, « Shōene no shuyaku wa shōhisha. Kōdō o unagasu mono wa nani ? » 省エネの主役は消費者 行動を促すものは何? [Le consommateur est l’acteur principal des shōene. Qu’est-ce que l’incitation les comportements ?], in Nikkei Shimbun日経新聞, URL : http://www.nikkei.com/article/DGXNASDD200D0_Q4A220C1000000/

Noble Gregory, 2003, « Reform and Continuity in Japan’s shingikai deliberation councils », in Amyx Jennifer Ann & Drysdale Peter (dir.), Japanese governance: beyond Japan Inc., Routledge Curzon, Politics in Asia series, Londres, p. 113-133.

Oshitani Shizuka, 2006, Global warming policy in Japan and Britain. Interactions between institutions and issue characteristics, Manchester University Press, Manchester, 315 p.

Palier Bruno & Surel Yves, 2015, « Les “trois I” et l’analyse de l’État en action », Revue française de science politique, Presses de Sciences Po, vol. 55, Paris, p. 7-32.

Schwartz Frank J., 1998, Advice and consent. The politics of consultation in Japan, Cambridge University Press, Cambridge, 327 p.

SEEB (Society of Energy Efficiency and Behavior), « Setsuritsu shushi » 設立趣旨 (Charte fondatrice), non daté, URL: http://seeb.jp/about

Shove Elizabeth, 2010, « Beyond the ABC: climate change policy and theories of social change », in Environment and Planning A: Economy and Space, vol. 42, no 6, p. 1273-1285, URL: https://journals.sagepub.com/doi/10.1068/a42282

Ten Hoedt Rudolf, 6 février 2012, « Japan’s ‘Nuclear Village’: too big to fail? », in European Energy Review, URL: http://europeanenergyreview.com/site/pagina.php?id=3505

Thaler Richard H. et Sunstein Cass R., 2008, Nudge. Improving decisions about health, wealth, and happiness, Yale University Press, Yale, 293 p.

Thomann Bernard, 2015, La naissance de l’État social japonais, Presses de Sciences Po, Paris, 450 p.

Toyoda Masakazu 豊田 正和, 24 juillet 2014, « Enerugī gen tan.i no kokusai hikaku, minsei bumon no shōenerugī kadai narabini kaigai jirei ni tsuite » エネルギー原 単位の国際比較、民生部門の省エネルギー課題ならびに海外事例について [À propos de la comparaison internationale de la consommation d’énergie par unité, de la question de l’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel et des exemples étrangers], Présentation au Comité shōene, URL : http://www.meti.go.jp/committee/sougouenergy/shoene_shinene/sho_ene/pdf/003_03_00.pdf

Wakabayashi Masayo 若林 雅代 et Kimura Osamu 木村 宰, 2009, « Shōenerugī seisaku riron no rebyū. Shōenerugī no ‘gyappu’ to baria » 省エネルギー 政策理論のレビュー― 省エネルギーの「ギャップ」 とバリア― [Examen des théories sur l’efficacité énergétique. Les « gap » et les barrières à l’efficacité énergétique], Rapport du CRIEPI Y08046, URL : http://criepi.denken.or.jp/jp/kenkikaku/report/detail/Y08046.html

Watanabe Rie, 2011, Climate Policy Changes in Germany and Japan. A path to paradigmatic policy change, Routledge Research in Comparative Politics, Londres, 248 p.

Westney Eleanor, 1982, « The Emulation of Western Organizations in Meiji Japan: The Case of the Paris Prefecture of Police and the Keishi-Cho », in Journal of Japanese Studies, vol. 8, n2, p. 307-342.

Westney Eleanor, 1987, Imitations and Innovations: The transfer of western organizational patterns to Meiji Japan, Harvard University Press, Cambridge, 252 p.

Wilhite Harold, Nakagami Hidetoshi & Hanada Hiroshi, 1995, “A cross-cultural analysis of household energy-use behaviour in Japan and Norway”, Conference Proceedings of ECEEE 1995 Summer Study.

Wilhite Harold, Nakagami Hidetoshi, Murakoshi Chiharu, 1996, « The Dynamics of Changing Japanese Energy Consumption Patterns and their Implications for Sustainable Consumption », Proceedings of the ACEEE Summer Study on Energy Efficiency in Buildings 1996, p. 231-238.

Yamaji Kenji, 2015, « Japan’s Energy and Environmental Strategy », in Kaya Yoichi, Yamaji Kenji & Akimoto Keigo (dir.), Climate Change and Energy. Japanese Perspectives on Climate Change Mitigation Strategies, Imperial College Press, London, p. 57-132.

Liste des entretiens

Haig Ken, directeur des affaires réglementaires chez Opower Japan, réalisé par téléphone le 19 mai 2016, suivi de nombreux échanges d’e-mails.

Hirayama Shō, chercheur au JYURI, réalisé par Skype le 23 mai 2016, suivi de nombreux échanges d’e-mails.

Hirayama Shō et Murakoshi Chiharu, chercheurs au JYURI, réalisé le 27 juillet 2015 dans les locaux du JYURI, à Tokyo.

Hirayama Shō et Murakoshi Chiharu, chercheurs au JYURI, réalisé le 1er septembre 2017 dans les locaux du JYURI, à Tokyo.

Ida Takanori, professeur d’économie et conseiller du METI, réalisé le 18 juillet 2013 à l’université de Kyoto.

Isaka Nobuhiko, élu du Parti de Tous à la Chambre des représentants, réalisé le 13 août 2015 à la Diète japonaise, à Tokyo.

Kawamoto Kaoru, manager à Ōsaka Gas en charge de BECC Japan, réalisé par Skype le 1er juillet 2016.

Kimura Osamu, chercheur au CRIEPI, réalisé par Skype le 3 juin 2016, suivi de nombreux échanges d’e-mails.

Kimura Osamu, Komatsu Hidenori, Nishio Ken.ichirō et Mukai Toshihiro, chercheurs au CRIEPI, réalisé le 4 septembre 2017 dans les locaux du CRIEPI, à Tokyo.

Laitner John « Skip », chercheur indépendant étasunien, ancien du DOE et directeur des analyses économiques et sociales à l’ACEEE, réalisé par Skype le 18 août 2016.

Meier Alan, chercheur au Lawrence Berkeley National Laboratory, réalisé le 21 mai 2016 à Paris.

Mikami Ayako, chercheure à Tokyo Gas en charge de la recherche et de la promotion des pratiques d’eco-cooking, interrogée par questionnaire et échange d’e-mails en juillet 2016.

Nishio Ken.ichirō, chercheur au CRIEPI, réalisé par Skype le 30 mai 2016, suivi de nombreux échanges d’e-mails.

Schuck Linda, Senior Advisor du California Institute for Energy and Environment et co-fondatrice de BECC, réalisé par Skype le 6 juillet 2016.

Sugiyama Masahiro, chercheur à l’Université de Tokyo, ancien chercheur au CRIEPI, réalisé par Skype le 13 juin 2016.

Sugiyama Taishi, Komatsu Hidenori et Wakabayashi Masao, chercheurs au CRIEPI, réalisé le 17 juillet 2015 dans les locaux du CRIEPI à Tokyo.

Toyoda Masakazu, président de l’IEEJ, réalisé par téléphone le 1er août 2016, suivi de plusieurs échanges d’e-mails.

Vine Edward, chercheur au Lawrence Berkeley National Laboratory, réalisé par Skype le 13 juillet 2016.

Wilhite Harold, professeur émérite d’anthropologie à l’université d’Oslo, réalisé par Skype le 22 avril 2016, suivi de nombreux échanges d’e-mails.

Yamaji Kenji, professeur et directeur général du Research Institute of Innovative Technology for the Earth, réalisé le 4 juillet 2014 à Tokyo.

Entretiens anonymisés

Entretien avec un(e) chercheur(e) en sciences sociales spécialiste de la consommation d’énergie et fréquentant les ECEEE Summer Studies, réalisé par Skype le 31 août 2016.

Entretien avec un(e) chercheur(e) en psychologie spécialiste des comportements énergétiques et fréquentant les ACEEE Summer Studies, réalisé par Skype le 12 juillet 2016.

Entretien avec un(e) sociologue étasunien(e) étroitement impliqué(e) dans les ACEEE Summer Studies et les conférences BECC depuis les années 1980, réalisé par Skype le 30 mai 2016.

Entretien avec le responsable de l’équipe de l’IEEJ consacrée au recours aux sciences comportementales pour favoriser les économies d’énergie des ménages, réalisé par Skype le 1er septembre 2016, suivi de plusieurs échanges d’e-mails.

Haut de page

Notes

1 Kankyō-shō, 2016, p. 32.

2 Thomann, 2015, p. 49-56 ; Westney, 1982, p. 307-342 ; Westney, 1987.

3 Voir par exemple les chapitres dédiés au Japon dans Barjot, 2002.

4 Watanabe, 2011 ; Yamaji, 2015, p. 57-132.

5 Mainichi Shinbun, 14 août 2015 ; Noble, 2003, p. 113-133 ; Oshitani, 2006.

6 Palier & Surel, 2015, p. 7-32.

7 Watanabe, 2011, p. 22 et p. 173.

8 Oshitani, 2006, p. 113.

9 La liste des entretiens mobilisés se trouve en fin d’article.

10 Yamaji, 2015.

11 Le terme shōene sera privilégié par la suite en raison de l’étendue de son champ sémantique qui lui confère un caractère intraduisible. En effet, shōene recouvre les notions voisines mais différentes d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie. Si la première renvoie à l’amélioration de la performance des appareils, elle n’implique pas toujours des économies d’énergie – notamment en cas d’usage accru de l’appareil en question. Inversement, on peut très bien réaliser des économies d’énergie sans améliorer l’efficacité énergétique, en baissant le thermostat du chauffage ou en préférant le livre à la télévision par exemple.

12 Hagiwara, 2006.

13 Garon, 1997, p. 176-177.

14 Watanabe, 2011 ; Oshitani, 2006.

15 Watanabe, 2011, p. 48-51 ; Oshitani, 2006, p. 66-67.

16 Kankyō-shō, 28 avril 2005.

17 Granier & Shove, 2018.

18 Shove, 2010, p. 1273-1285.

19 Voir par exemple Mainichi Shinbun, 14 août 2015 ; Hirayama, 2015, p. 162-166 ; Nakagami, 2011.

20 Le nom nudge signifie littéralement « coup de pouce » et le verbe to nudge renvoie au fait de pousser doucement du coude ou d’encourager.

21 Thaler & Sunstein, 2008.

22 Granier, 2017, p. 209-218.

23 Le développement des compteurs communicants (sumāto mētā スマートメーター) et des techniques de traitement de la big data ont en effet permis à Opower d’élaborer une plateforme technologique capable d’analyser plus de 300 milliards de données de relevé de compteurs (Cuddy et al, 2010).

24 Denki Shinbun, 16 juillet 2015.

25 Keizai-sangyō-shō, 28 mars 2016.

26 Kankyō-shō, 2016, p. 32.

27 Le détail de la répartition du financement entre les différents acteurs de chacun des trois projets est confidentiel.

28 Kankyō-shō, 14 avril 2017.

29 Ces approches sont en effet quasiment absentes des échanges en commission parlementaire jusqu’en 2017 et ont uniquement été brièvement évoquées au sujet de la politique énergétique lors d’une séance de la commission de l’économie, du commerce et de l’industrie de la chambre des Représentants du 29 mars 2013, sans toutefois déboucher sur des mesures concrètes (5e réunion de la 183e session parlementaire). En outre, d’après nos entretiens avec les parties prenantes de la politique énergétique, et avec un Représentant présent lors de cette séance, la décision de mobiliser les sciences comportementales est indépendante des activités des élus et des partis politiques (entretien avec Isaka).

30 À l’exception de Maruyama Hodaka 丸山 樋高, élu de l’Association pour la Restauration du Japon (Nihon ishin no kai 日本維新の会), et d’Isaka Nobuhiko 井坂 信彦, élu du Parti de Tous (Minna no tō 皆の党).

31 Le JYURI a ainsi reçu 35 millions de yens de la part du METI pour l’expérimentation des Home Energy Reports de 2015-2016, et plusieurs centaines de millions de yens chaque année de la part du MOE depuis l’année fiscale 2017. Les détails du financement du MOE et du budget du JYURI sont toutefois confidentiels.

32 Rattaché à l’université de Californie à Berkeley, le Lawrence Berkeley National Laboratory est un laboratoire national public dépendant du Département de l’énergie étasunien. Il est considéré comme la place forte des recherches sur l’efficacité énergétique depuis la naissance de ces dernières dans les années 1970.

33 Wilhite Harold et al, 1995.

34 Wilhite Harold et al, 1996, p. 231-238.

35 Diplômé de la Tōkyō University of Science en génie architectural et environnemental, Hirayama est responsable des activités du JYURI en matière de changement des comportements.

36 Entretien avec Hirayama.

37 Entretiens avec Hirayama ; Meier ; Mikami.

38 Le poster de l’événement et la présentation de Sweeney sont disponibles aux liens suivants : http://seeb.jp/wp-content/uploads/2014/06/A2poster_ol.pdf et http://seeb.jp/wp-content/uploads/2014/05/sympo2014-Sweeney.pdf

39 Entretiens avec Hirayama et Murakoshi ; Mikami.

40 Entretiens avec Hirayama et Murakoshi ; Mikami.

41 Entretiens avec Hirayama ; Hirayama et Murakoshi.

42 SEEB, non daté.

43 Granier, 2017, p. 280-281.

44 Lam, 1999.

45 Sur les 29,8 milliards de yens de budget du CRIEPI pour l’année fiscale 2016, 25,2 étaient fournis par les compagnies d’électricité au titre de financement général des activités du think tank, tandis que 5,4 provenaient de contrats passés avec certaines de ces firmes, les ministères et des industriels (ses revenus excédaient en effet ses dépenses). Pour plus de précisions, voir CRIEPI, 2017.

46 Wakabayashi & Kimura, 2009.

47 Komatsu & Nishio, 2013a ; Komatsu & Nishio, 2013b, p. 97-100.

48 Le budget de l’IEEJ s’élevait pour l’année fiscale 2017 à 2,8 milliards de yens, les financements du think tank provenant en grande majorité des acteurs industriels (IEEJ, 2018).

49 L’IEEJ rassemble environ 200 employés, dont 67 chercheurs à temps plein et de nombreux chercheurs associés ou détachés.

50 Ten Hoedt, 2012.

51 Entretien avec Toyoda.

52 Entretien avec Toyoda ; entretien anonymisé avec le responsable de l’équipe de l’IEEJ consacrée au recours aux sciences comportementales pour favoriser les économies d’énergie des ménages.

53 Schwartz, 1998.

54 Kimura, 2010.

55 Ibid., p. 73.

56 Keizai-sangyō-shō, 8 septembre 2015, p. 12.

57 Toyoda, Présentation au Comité shōene le 24 juillet 2014.

58 Retranscription des débats de la troisième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novembre 2013 – 28 juillet 2017), réuni en juillet 2014.

59 Compte-rendu de la onzième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novembre 2013 – 28 juillet 2017), réuni le 31 mars 2015.

60 Retranscription des débats de la cinquième des vingt-cinq séances du Comité shōene (période 5 novembre 2013 – 28 juillet 2017), réuni le 1er octobre 2014.

61 Commission sur l’économie et l’industrie de la Chambre des conseillers, 7e réunion de la 183e session parlementaire, le 23 mai 2013.

62 Ibid.

63 Nakagami, 2010.

64 Ibid.

65 Nakagami, 2012.

66 Nakagami, 2014. Voir également son interview dans Mainichi Shinbun, 14 août 2015.

67 Nakagami, 2014.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Entretiens avec Kimura ; Nishio.

71 Kimura, non daté.

72 Thaler & Sunstein, 2008.

73 Ehrhardt-Martinez & Laitner, 2009, p. 209-215.

74 Kimura, non daté.

76 Voir aussi, sur la sollicitation de l’expertise du CRIEPI de la part des parties prenantes de la politique énergético-climatique japonaise : Broadbent, 2010, p. 187-214.

77 Komatsu & Nishio, 2013.

78 Entretiens avec Hirayama ; Kimura ; Murakoshi et Hirayama ; Nishio ; entretien anonymisé avec le responsable de l’équipe de l’IEEJ consacrée au recours aux sciences comportementales pour favoriser les économies d’énergie des ménages.

79 Thomann, 2015, p. 19 et p. 46.

80 Ibid., p. 49-56.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les Home Energy Reports du METI
Crédits Source : Keizai-sangyō-shō 経済産業省25
URL http://journals.openedition.org/cipango/docannexe/image/5509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Granier, « Des instruments étasuniens dans la politique énergétique japonaise »Cipango, 25 | 2023, 185-231.

Référence électronique

Benoit Granier, « Des instruments étasuniens dans la politique énergétique japonaise »Cipango [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 14 décembre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5509

Haut de page

Auteur

Benoit Granier

Institut d’Asie Orientale, Université Chūō de Tōkyō (boursier JSPS)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search