Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Mémoires et thèsesTino Bruno, D’Hiroshima à Tōkaimu...

Mémoires et thèses

Tino Bruno, D’Hiroshima à Tōkaimura (1945-1957). Pour une histoire culturelle de la genèse du projet nucléaire civil japonais à travers les quotidiens Asahi Shinbun et Yomiuri Shinbun

Thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Giraud (Université Lyon 3), 2017, 639 p.
p. 307-311

Texte intégral

1L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Dai’ichi le 11 mars 2011 a fait ressurgir ce que certains considèrent comme un paradoxe : le Japon s’est lancé dans l’aventure du nucléaire alors qu’il avait lui-même été victime de la bombe atomique et que, de surcroît, il est régulièrement confronté à des catastrophes naturelles. De la même manière, la catastrophe de Fukushima a encouragé une certaine réflexion sur les médias japonais, les plaçant au centre de critiques visant le rôle que ceux-ci ont joué dans la promotion du nucléaire et son acceptation auprès du public japonais après la Seconde Guerre mondiale.

2En s'inscrivant dans le champ des études en histoire culturelle, notre travail s'est ainsi donné deux objectifs. D'une part, celui de comprendre en quoi ce qui apparaît au départ comme un paradoxe est au moins en partie le résultat d'une construction politico-médiatique qui émergea dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. D'autre part, celui de s'interroger sur le bien-fondé des critiques formulées après l'accident nucléaire de Fukushima. Pour ce faire, nous analysons la manière dont les grands quotidiens nationaux Asahi Shinbun 朝日新聞 et Yomiuri Shinbun 読売新聞 ont traité de l’énergie atomique durant la genèse du projet nucléaire civil japonais (1945-1957), une période charnière démarrant avec les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki (1945) et se clôturant avec la mise en route du tout premier réacteur nucléaire expérimental japonais à Tōkaimura (1957). Plus particulièrement, notre regard se porte sur la manière dont le Japon a opéré la transition entre « Hiroshima » (1945) et « Tōkaimura » (1957), autrement dit à l’articulation des discours sur ces « deux nucléaires », et de fait aux efforts de promotion médiatique qui ont rendu possible celle-ci.

  • 1 Analyse réalisée avec les bases de données des journaux en ligne, respectivement Yomidasu Rekishika (...)

3Après une première analyse quantitative des deux quotidiens concernés, nous avons constaté que plus de 10 000 articles répondaient à nos mots-clefs pour la période 1945-19571. Nous avons alors décidé de nous intéresser essentiellement aux éditoriaux (shasetsu 社説) et aux célèbres rubriques quotidiennes (koramu コラム) des journaux, à commencer par le Carnet éditorialiste (henshū techō 編集手帳) du quotidien Yomiuri Shinbun et le Vox Populi, Vox Dei (tensei jingo 天声人語) de son confrère Asahi Shinbun. Un total de 645 articles auquel nous avons notamment ajouté des projets journalistiques (kikaku 企画). Ce premier corpus fut complété par un second comprenant l’intégralité des articles publiés dans les deux quotidiens durant onze épisodes marquants de la genèse du projet nucléaire civil, lesquels furent notamment choisis pour leur importance historique ou médiatique. Enfin, nous avons intégré à ces deux corpus d’analyse la quinzaine du 1er au 15 août de 1946 à 1957, afin de rendre compte de l’évolution de la médiatisation des commémorations des bombardements atomiques et de la manière dont le discours autour de celles-ci s’est articulé à celui sur le développement du nucléaire civil au Japon.

4Le plan de notre thèse est structuré chronologiquement autour de quatre périodes, à l’intérieur desquelles nous avons, pour des soucis de clarté, opté parfois pour une approche synchronique afin d’aborder un événement dont les contours temporels nous paraissaient difficiles à définir ou bien lorsque l’on a jugé préférable de traiter séparément nucléaire militaire et nucléaire civil. Notons que même dans ce dernier cas, les deux se retrouvaient finalement souvent mêlés au sein d’un discours aux accents dichotomiques.

5Dans la première partie (1945-1949), nous proposons tout d’abord un aperçu des représentations du nucléaire avant les bombardements atomiques en nous intéressant notamment au projet nucléaire militaire japonais durant la Seconde Guerre mondiale (Chapitre 1). Nous mettons ensuite en exergue la manière dont la couverture des bombardements atomiques à l’été 1945 permit aux lecteurs de se former une image de l’horreur atomique avant que l’occupant ne verrouille le paysage médiatique et ne vienne fausser la réalité des années durant (Chapitre 2). Enfin, nous soulignons, à travers deux chapitres distincts, comment le nucléaire militaire et le nucléaire civil furent représentés alors que le premier était la cible de mesures coercitives et que le second n’en était qu’à ses balbutiements. L’image de ces derniers était ainsi souvent liée, notamment en ce que le caractère « explosif » de la bombe atomique avait « pollué » celui des usages civils de l’énergie nucléaire, lui prêtant par exemple la capacité de remodeler les reliefs ou de détourner les typhons (Chapitres 3 et 4).

6Dans la deuxième partie (1949-1952), nous observons d’abord comment le socle des représentations de l’énergie nucléaire évolue alors que la menace de la guerre nucléaire fait surface et que les États-Unis annoncent avoir produit pour la première fois de l’électricité d’origine nucléaire (Chapitre 1). Ensuite, nous analysons la couverture médiatique opérée lors des dates anniversaire des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, tout en nous interrogeant sur l’attention particulière qui fut portée durant l’occupation aux figures de Yukawa Hideki 湯川秀樹 et Nagai Takeshi 永井隆, deux scientifiques « atomiques » décorés par la nation le même jour. Lorsque le premier cristallisait les espoirs tournés vers les usages civils de l’énergie atomique, le second, qui, ayant souffert d’une trop grande exposition aux radiations, était sur le point de disparaître, comme, espérait-on, la bombe atomique (Chapitre 2). Notre dernier chapitre est dédié à la fin de l’occupation, une période particulièrement marquée par une libéralisation du discours sur les bombardements atomiques et par la fin de l’interdiction pour le Japon d’effectuer des recherches sur l’énergie nucléaire civile. Notre analyse met ici en relief le fait que si certains scientifiques, notamment marxistes, revendiquaient la nécessité d’un développement d’une industrie nucléaire civile au Japon, au regard de son expérience des bombardements atomiques l’image néfaste du nucléaire militaire avait pu au contraire compliquer le lancement d’un tel programme dans l’archipel, les jeunes physiciens du Conseil des sciences du Japon étant par exemple effrayés à l’idée de voir se développer une énergie incontrôlable (Chapitre 3).

7Dans la troisième partie (1953-1955), nous nous focalisons dans un premier temps sur le discours Atoms for Peace (1953) et à la manière dont il fut reçu par la presse japonaise (Chapitre 1). Ensuite, nous montrons comment l’énergie nucléaire fut représentée dans les lendemains de l’incident nucléaire du Daigo Fukuryū Maru (1954), alors que le Japon venait tout juste de voter sa première enveloppe budgétaire destinée au développement de ses usages civils. Ici, nous retiendrons surtout le fort retentissement médiatique de la pollution radioactive liée aux essais nucléaires américains et soviétiques de l’époque, ainsi que les efforts entrepris par Shōriki Matsutarō et son quotidien Yomiuri Shinbun afin de délimiter la frontière entre nucléaire militaire et nucléaire civil, à travers un discours dichotomique condamnant le premier et encensant le second, et qui prenait appui sur la « troisième tragédie atomique » que venait de vivre le Japon (Chapitre 2). Nous nous intéressons finalement à la manière dont la presse japonaise a présenté d’un côté les développements de l’industrie nucléaire à l’étranger, et de l’autre, la venue de l’industriel américain John Jay Hopkins sur l’invitation du patron du quotidien Yomiuri Shinbun. En ce qu’il débarqua au Japon les valises remplies de promesses pour le nucléaire civil, et parce qu’il rassura les Japonais sur la sûreté de l’entreprise atomique et sur sa faisabilité dans l’archipel, celui-ci suscita d’une médiatisation très dense du quotidien hôte (Chapitre 3).

8Dans la quatrième et dernière partie (1955-1957), nous analysons premièrement la manière dont le discours autour des commémorations des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki a évolué dans les années qui suivirent l’incident du Daigo Fukuryū Maru. Dans un second temps, nous montrons comment les journaux analysés ont construit, de concert avec le gouvernement américain, un discours rassurant autour des usages civils de l’énergie nucléaire, dans le but de préparer la population japonaise à son introduction dans l’archipel. Nous concentrons notamment notre analyse sur l’organisation de la Grande Exposition sur les usages pacifiques de l’énergie atomique en revenant sur la publicité nationale dont elle a fait l’objet dans le quotidien Yomiuri Shinbun (Chapitre 1). Ensuite, nous comparons la manière dont ce dernier et son confrère Asahi Shinbun ont relayé quelques-uns des principaux débats politiques ayant encadré l’institutionnalisation du nucléaire civil japonais (Chapitre 2). Enfin, nous clôturons cette partie en traitant d’un événement qui devait symboliser l’aboutissement du projet nucléaire civil japonais : la mise en marche du tout premier réacteur nucléaire expérimental du Japon, dans le village de Tōkaimura. Nous rendons alors compte de la coloration en demi-teinte que prit celle-ci : si elle correspondait effectivement à une prouesse technologique et qu’elle consacrait également la coopération scientifique nippo-américaine, elle annonçait également l’arrivée d’une ère pas si « nouvelle », marquée par une dépendance aux États-Unis, des problèmes techniques ou encore des conditions de travail à la limite de l’acceptable (Chapitre 3).

9Ce travail démontre comment, plus d’un demi-siècle avant l’accident nucléaire de Fukushima, la presse quotidienne nationale japonaise a accompagné – parfois activement – l’introduction du projet nucléaire civil dans l’archipel à une époque où l’atome avait surtout une connotation militaire. En se plaçant du côté de la production médiatique, il dresse un portrait médiatique de la masse informationnelle auxquelles les lecteurs japonais eurent accès à l’époque pour juger du bienfondé de l’introduction de l’énergie nucléaire dans l’archipel. L’approche historique de celui-ci ne doit néanmoins pas faire oublier que la médiatisation passée nous renseigne sur la période actuelle, et que « Tōkaimura » constitue en un sens la pierre angulaire de « Fukushima ».

10Nous souhaitons que la présente thèse serve de socle à des travaux permettant de mieux saisir les particularités de notre cas d’étude, qu’il s’agisse d’élargir l’analyse à d’autres types de sources médiatiques, de prolonger celle-ci jusqu’à la période actuelle ou encore d’appliquer le même type d’approche à d’autres pays nucléarisés.

Haut de page

Notes

1 Analyse réalisée avec les bases de données des journaux en ligne, respectivement Yomidasu Rekishikan ヨミダス歴史館 et Kikuzō Bijuaru 聞蔵Ⅱビジュアル.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Tino Bruno, D’Hiroshima à Tōkaimura (1945-1957). Pour une histoire culturelle de la genèse du projet nucléaire civil japonais à travers les quotidiens Asahi Shinbun et Yomiuri Shinbun »Cipango, 25 | 2023, 307-311.

Référence électronique

« Tino Bruno, D’Hiroshima à Tōkaimura (1945-1957). Pour une histoire culturelle de la genèse du projet nucléaire civil japonais à travers les quotidiens Asahi Shinbun et Yomiuri Shinbun »Cipango [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 14 décembre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5719

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search