Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Mémoires et thèsesFaure Éric, De Kyōto à Dazaifu : ...

Mémoires et thèses

Faure Éric, De Kyōto à Dazaifu : sur les traces de Sugawara no Michizane

Thèse de doctorat, sous la direction de François Macé (Inalco), 2018
p. 333-338

Texte intégral

1Sugawara no Michizane (845-903) était un homme de lettres qui, de son vivant, fut considéré comme l’un des plus grands poètes de son temps. À sa mort, il fut considéré comme un esprit courroucé puis comme une divinité des études qui inspira un culte qui demeure, aujourd’hui encore, extrêmement vivace. Son histoire, avérée ou fictive, a déjà fait l’objet de nombreuses études, en particulier depuis ces cinquante dernières années. Certains tels Sakamoto Tarō et Tokoro Isao se sont intéressés à sa carrière dans l’administration impériale. D’autres tels Kiyotō Tazumi et Satō Shin’ichi ont étudié ses poèmes chinois. D’autres encore tels Makabe Toshinobu et Takei Akio ont produit des ouvrages magistraux sur les différents aspects du culte rendu à l’âme divinisée de Sugawara no Michizane. D’autres enfin tels Kasai Masaaki et Suga Miho ont étudié les œuvres d’art inspirées par son culte, en particulier les rouleaux illustrés qui relatent sa vie et les événements ayant conduit à la construction du sanctuaire Kitano Tenmangū en son honneur. Certains universitaires tels Fujimoto Kiyōjirō et Suzuki Yukito se sont aussi intéressés aux légendes qui mettaient en scène Sugawara no Michizane et ont produit quelques compilations ou quelques articles sur un motif de légende ou sur les légendes d’une région en particulier. Hors Japon, Sugawara no Michizane n’a guère été étudié. Outre quelques rares articles, signalons une biographie signée Robert Borgen en 1994 et deux chronologies établies par Josef A. Kyburz en 1997 et en 2004.

2Nous l’aurons compris avec ce rapide tour d’horizon de la recherche, Sugawara no Michizane a déjà fait l’objet d’un nombre si considérable d’études que tous les aspects de sa vie, tant terrestre que céleste, semblent avoir été déjà couverts. Tous, en fait, sauf les récits à vocation historique, les légendes, qui, curieusement, n’ont jamais fait l’objet ni d’un recensement systématique ni d’une étude autre que locale. C’est cette constatation qui nous a conduit à vouloir nous intéresser aux légendes qui se sont formées autour de Sugawara no Michizane. Pour simplifier à l’extrême, nous pourrions dire qu’il existe deux grandes catégories de légendes à propos de Sugawara no Michizane, celles qui mettent en scène le personnage historique et celles qui font intervenir sa forme divinisée. En raison de la différence des motifs invoqués et du nombre de lieux à considérer, l’étude de ces deux catégories dans un même travail nous semblait impossible. Par conséquent, nous avons décidé de nous concentrer sur les légendes qui mettent en scène le personnage historique, car, à travers l’étude du cas de Sugawara no Michizane, nous voulions aussi, de manière plus large, analyser le processus de transformation de l’Histoire en histoires. Ce faisant, même s’il s’inscrit dans un domaine qui a déjà été beaucoup étudié, notre travail propose une approche tout aussi originale qu’inédite de Sugawara no Michizane.

De l’Histoire aux histoires

3Notre voyage sur les traces de Sugawara no Michizane a commencé en 2013 avec un Master 2 à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Sous la direction de Monsieur François Macé (professeur émérite), nous avons proposé une traduction commentée du Kitano Tenjin Engi 北野天神縁起 (Le récit de la fondation du sanctuaire du Dieu Céleste de la lande du nord). Cette œuvre écrite par un auteur anonyme aux alentours de 1194 relate la vie de Sugawara no Michizane à travers une quarantaine d’anecdotes passablement romancées. Nous avons voulu commencer notre étude par cette biographie car elle a été recopiée et utilisée pour diffuser le culte de Sugawara no Michizane dans les provinces. Cette biographie a non seulement contribué à forger l’image que les gens se firent (et se font toujours) de Sugawara no Michizane, elle a aussi et surtout servi de source d’inspiration et de modèle de référence à quantité de légendes locales.

4Notre voyage sur les traces de Sugawara no Michizane s’est poursuivi avec un doctorat que nous avons justement consacré à ces légendes locales et que nous avons également entrepris sous la direction de Monsieur Macé. Nous avons intitulé ce travail « De Kyōto à Dazaifu : sur les traces de Sugawara no Michizane » et nous l’avons soumis à soutenance le 14 septembre 2018.

5L’histoire de Sugawara no Michizane nous est connue par le biais de documents qui ont été produits au fil des siècles par des individus animés d’intentions et d’intérêts très différents et dont le contenu est, par conséquent, plus ou moins avéré. Nous avons classé ces documents en deux grandes catégories, à savoir les documents qui sont « considérés comme avérés » et ceux « considérés comme fictifs ». Les documents relevant de la première catégorie sont les anthologies de poèmes, les chroniques officielles, les compilations de documents administratifs et, dans une certaine mesure, les recueils d’anecdotes. Les documents relevant de la seconde catégorie sont les recueils d’anecdotes et de légendes, les récits de fondation de temples et de sanctuaires, les monographies locales et les notes biographiques. Étant donné la masse de documents considérée par notre étude, nous avons ensuite regroupé les informations obtenues autour de quatre événements majeurs de la vie de Sugawara no Michizane : sa naissance, ses voyages en tant que fonctionnaire impérial, son voyage en direction de sa terre d’exil puis sa vie et sa mort en exil. Ces quatre événements majeurs constituent le thème des quatre premières parties de notre thèse. Chacune de ces parties est elle-même constituée de deux chapitres. Le premier chapitre consiste en une analyse critique des documents généralement considérés comme avérés à propos de cette tranche de vie. Le second chapitre consiste en une présentation des légendes qui se passent durant cette partie de la vie de Sugawara no Michizane. Hâtons-nous de préciser que nous n’avons pas établi cette distinction entre les documents pour utiliser les premiers afin de mieux discréditer voire, au contraire, confirmer la prétendue authenticité des seconds. Cette distinction avait uniquement pour but de distinguer différents niveaux dans le processus d’écriture de l’histoire de Sugawara no Michizane.

Sur les traces de Sugawara no Michizane

6Les légendes qui mettent en scène le personnage historique de Sugawara no Michizane ont fait l’objet de quelques articles universitaires et de tentatives plus ou moins heureuses de compilations. Ces compilations sont, certes, utiles pour identifier certaines légendes mais leur intérêt n’en demeure pas moins limité et ce, pour plusieurs raisons. Elles sont, d’abord, très incomplètes car elles s’intéressent uniquement aux sanctuaires voués au culte de Sugawara no Michizane. Or (et c’est là tout le problème), les légendes se retrouvent aussi dans les temples, les toponymes, les faits religieux locaux, les superstitions et les interdits pour ne citer que quelques exemples. Deuxième problème, ces ouvrages présentent les légendes soit sous une forme réécrite qui ne permet pas d’en dater l’apparition soit au moyen de citations de monographies des ères Meiji et Taishō. C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé d’établir notre propre « énumération des cas présents » comme dirait Vladimir Propp et de constituer la liste de légendes la plus exhaustive possible. Pour ce faire, nous avons assidûment fréquenté les bibliothèques et également effectué de fréquentes enquêtes de terrain. Ces enquêtes nous ont permis de nous livrer à un état des lieux des sanctuaires concernés par notre étude (cela semblait d’autant plus nécessaire quand les informations les plus « récentes » à propos de certains sanctuaires remontaient à l’époque Meiji), de récolter parfois des documents inédits mais aussi et surtout de nous rendre compte de la survivance des traditions associées aux légendes.

7L’identification et le classement des légendes, que nous avons ainsi découvertes, nous ont permis d’établir quelques constatations préliminaires et de mettre en évidence le fait que ces légendes se situaient essentiellement à quatre moments de la vie de Sugawara no Michizane – ceux qui constituent justement le thème des quatre premières parties de notre travail – et qu’exception faite des légendes survivantistes et de quelques autres, elles respectaient généralement la plausibilité historique. Autrement dit, elles étaient situées à l’époque où vécut Sugawara no Michizane et elles se passaient en des lieux où il vint vraiment ou en des lieux où il aurait pu venir (les villages de Shikoku situés dans la province placée sous son administration, les ports et les relais de poste où il aurait pu s’arrêter durant son voyage en direction de sa terre d’exil…).

Ce que nous apprennent les légendes ?

8Dans les quatre premières parties, nous avons présenté le résultat de notre travail d’investigation sur les légendes qui mettaient en scène le personnage historique de Sugawara no Michizane. Dans la cinquième et dernière partie de notre travail, nous avons effectué une analyse des légendes collectées tout au long de nos recherches en alimentant notre réflexion avec les travaux de chercheurs tant japonais (Yanagita Kunio, Inoue Yoritoshi…), que français (Arnold Van Gennep, Pierre Saintyves, Michel de Certeau…) ou d’autres nationalités (Vladimir Propp, Robert Plant Armstrong, Michael Como…). L’analyse de notre énumération des cas présents nous a permis de mettre en évidence l’existence d’un certain nombre de phénomènes.

  1. Les légendes évoluent autour d’un nombre plutôt restreint de motifs. Ces mêmes motifs se retrouvent en des lieux très éloignés les uns des autres et ils sont parfois attribués à d’autres personnages historiques emblématiques tels que Kūkai ou Minamoto no Yoshitsune. Nous pensons que ces légendes sont, en fait, la mise en légende des différentes étapes d’une fête traditionnelle (matsuri) ou des rituels de divination très nombreux dans l’ancien Japon.
  2. Les légendes sont inspirées par l’environnement historique, social, culturel et économique du lieu où elles sont apparues : un vieux sarcophage à l’origine oubliée devient celui d’un fils de Sugawara no Michizane voire les restes de son navire fossilisé, un village célèbre pour la pêche ou pour l’agriculture voit la formation d’histoires qui racontent comment Sugawara no Michizane enseigne un moyen de se protéger des tempêtes ou prodigue des conseils en matière de riziculture.
  3. Le choix d’un personnage historique plutôt qu’un autre résulte de plusieurs facteurs, à savoir la vraisemblance géographique (le village se situe en un lieu où Sugawara no Michizane aurait pu passer), l’implantation des sanctuaires (les prêtres récupèrent à leur compte les légendes locales préexistantes et les attribuent à Sugawara no Michizane), « l’emprunt » des légendes du voisin, la réactualisation des légendes (on utilise une vieille légende qui met en scène le prince Shōtoku et on la remet au goût du jour en l’attribuant à Sugawara no Michizane), la toponymie (un lieu-dit Sugawara peut suffire à inspirer une légende à propos de Sugawara no Michizane…).
  4. Il semble exister une sorte de droit d’utilisation des légendes. Les moines du Shingon et du Tendai créaient, par exemple, des légendes qui mettaient en scène Sugawara no Michizane parce que leurs coreligionnaires l’avaient vraiment côtoyé mais, lorsqu’un de leurs temples passait sous l’administration de moines d’une autre école de bouddhisme, ces derniers réécrivaient l’histoire et présentaient leur relation avec Sugawara no Michizane de manière différente.
  5. Les légendes furent créées par toutes sortes d’individus et ce, pour servir des intérêts très différents. Les prêtres des sanctuaires voués au culte de l’âme divinisée de Sugawara no Michizane rehaussaient leur prestige en racontant comment leurs ancêtres avaient, eux, servi le personnage historique et/ou possédaient même un lien de parenté avec lui. Les moines du Tendai se servirent de Sugawara no Michizane comme d’une sorte de faire-valoir pour mettre en évidence les pouvoirs de leurs prédécesseurs qui avaient affronté et/ou apaisé son esprit courroucé. Potentats locaux, riches marchands ou seigneurs féodaux le revendiquèrent comme ancêtre pour justifier leur position au sein de leur communauté...

9Voilà quelques-unes des conclusions auxquelles nous sommes parvenu au terme de notre travail. Avec cette étude, nous ne pensons certes pas avoir fait le tour du sujet. Il y a encore, très certainement, des lieux qui ont échappé à nos recherches et des documents qui attendent d’être exploités. Notre recensement des légendes mériterait encore d’être complété par, entre autres, de nouvelles enquêtes de terrain. Les conclusions auxquelles nous sommes parvenu dans la cinquième partie de notre travail mériteraient encore d’être développées. Les parallèles que nous avons établis avec les histoires mettant en scène d’autres grands personnages historiques mériteraient aussi d’être affinés. L’autre grand groupe de légendes, celui qui fait intervenir la forme divinisée de Sugawara no Michizane, attend encore d’être étudié. Les possibilités d’étude des légendes de Sugawara no Michizane sont encore très nombreuses et offrent de fascinantes perspectives qui, à notre avis, pourraient fournir de précieuses indications pour mieux comprendre les processus de « fabrication » des légendes au Japon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Faure Éric, De Kyōto à Dazaifu : sur les traces de Sugawara no Michizane »Cipango, 25 | 2023, 333-338.

Référence électronique

« Faure Éric, De Kyōto à Dazaifu : sur les traces de Sugawara no Michizane »Cipango [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 14 décembre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5731

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search