Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Mémoires et thèsesMellet Xavier, La composition méd...

Mémoires et thèses

Mellet Xavier, La composition médiatique des populismes. Une comparaison France-Japon

Thèse de doctorat, sous la direction de Dominique Boullier (IEP de Paris), 2016, 517 p.

Texte intégral

1Cette thèse de science politique porte sur le concept de populisme, abordé d’une part sous l’angle de ses manifestations médiatiques en période de campagne électorale, d’autre part à l’aide d’une comparaison entre des cas français et japonais contemporains. Cette double focale aboutit à montrer que le populisme perçu comme tel peut être analysé comme le résultat d’un processus réussi de composition médiatique au sein d’une compétition électorale, ce qui en fait un phénomène structurant la vie démocratique, au-delà des spécificités nationales française et japonaise.

La composition médiatique des populismes

2Ce travail se propose d’apporter des réponses à des problèmes méthodologiques récurrents dans la littérature traitant des populismes contemporains. L’étude commence, dans un premier chapitre, par constater que le sens du concept de populisme est devenu ambigu aujourd’hui en raison d’une trajectoire historique singulière, ce qui rend sa théorisation incertaine et son utilisation risquée. Il a progressivement accumulé des cas et des qualités, à partir de la fin du xixe siècle, pour devenir aujourd’hui un « caméléon » utile à la dénonciation. Le concept de populisme n’a ni représentants ni doctrine formellement établis, ce qui rend sa nature indéterminée : qu’il soit une idéologie, un régime politique ou un style est largement débattu dans la littérature.

  • 1 Mouffe Chantal, 2005, On the Political, Routledge.

3Un second chapitre explique ensuite que le principal écueil méthodologique du populisme aujourd’hui réside dans son utilisation à des fins de dénonciation de mouvements ou de personnages politiques, qui prend sa source dans une volonté d’identifier des cas, et ainsi distinguer des populistes et des démocrates. Le populisme remplit aujourd’hui une fonction de « cordon sanitaire » protégeant la démocratie en isolant des cas perçus négativement, comme l’a montré Chantal Mouffe1. Celle-ci prend forme dans la littérature à travers un « kit » cumulant certaines caractéristiques – telles que l’appel au peuple, le leadership charismatique, la simplification du projet politique – qui peine à distinguer fondamentalement des cas populistes au sein de compétitions démocratiques contemporaines où les identités sont coproduites.

  • 2 Laclau Ernesto, 2008, La raison populiste, Éditions du Seuil, collection L’ordre philosophique.
  • 3 Glazer Barney et Strauss Anselm, 2010 (1967), La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour l (...)

4La méthode visant à répondre à ces quelques problèmes, détaillée dans un troisième chapitre, a donc consisté à étudier le populisme sans chercher à distinguer des cas comme intrinsèquement populistes. Elle se fonde sur le principe de « raison populiste » théorisé par Ernesto Laclau, selon lequel le populisme est compris comme l’unification progressive de la foule – l’instauration du peuple – par le discours2. Nous proposons d’élargir ce processus à l’ensemble des signifiants et d’adopter une perspective constructiviste du populisme, du fait que celui-ci existe au-delà des seuls personnages politiques, et prend forme dans des compositions dont il est possible de percevoir les traces au sein de contenus médiatiques. C’est dans le but d’étudier les différentes modalités d’un tel processus que l’analyse s’est fondée sur une comparaison entre les deux démocraties aux écosystèmes médiatiques singuliers que sont le Japon et la France ; ainsi que trois campagnes électorales nationales que sont les élections législatives japonaises de 2005 et 2009, et l’élection présidentielle française de 2007. La constitution de corpus de presse écrite (Asahi et Yomiuri au Japon ; Libération et Le Figaro en France) pour chaque jour de campagne a permis de suivre à la trace les propriétés populistes émergentes, à travers un nombre varié d’éléments, selon une méthode inductive inspirée de la « théorie ancrée » de Barney Glazer et Anselm Strauss3.

Une comparaison France-Japon

5La seconde partie débute par un quatrième chapitre présentant une analyse des évolutions et propriétés principales des écosystèmes politiques et médiatiques français et japonais, de façon à dégager les caractéristiques susceptibles de favoriser le processus populiste en période de campagne électorale. La présentation aborde trois types de cadrages, en soulignant les différences entre les deux pays. Premièrement, le cadrage institutionnel français tend à produire davantage d’incarnation, bien que les deux pays connaissent un processus de présidentialisation depuis les années 1990. Deuxièmement, le cadrage médiatique japonais aboutit à des comptes-rendus davantage centrés sur les faits bruts et plus aptes à répliquer les mêmes informations ou propositions. Troisièmement, les campagnes électorales, et les épreuves qui les composent, cadrent différemment les populismes, selon la temporalité, la nature des épreuves et des enjeux, qui ensemble incitent à davantage de renouvellement et d’évolutions dans les campagnes françaises.

6Les études de cas proprement dites commencent par la composition de l’incarnation, en montrant comment l’identité du chef est composée conjoncturellement dans une campagne par une accumulation de qualités, du fait de l’expansion du concept du chef dans les contenus (cinquième chapitre). Il en a été ainsi des différentes façons dont, lors des élections de 2005, le Premier ministre Koizumi s’est trouvé associé à un parti (Koizumi jimintō 小泉自民党), un projet (Koizumi keikaku 小泉改革), un style (Koizumi gekijō 小泉劇場), des opposants (han-Koizumi 反小泉)… Les appropriations par le (concept du) chef de certaines caractéristiques propres à une campagne électorale ont composé l’incarnation concrète du personnage, davantage que la présence de qualités habituellement attribuées à des personnes. Ces dernières, peu présentes dans les contenus japonais, ont beaucoup contribué à la composition de l’incarnation dans les contenus français. L’étude du « moment Bayrou », à savoir l’émergence puis la chute du personnage durant la campagne de 2007, a permis de montrer comment les qualités attribuées ont été fonction des situations conjoncturelles : elles ont servi à justifier une réussite non prévue, puis ont disparu une fois l’échec avéré. L’étude de la féminité de Ségolène Royal dans cette même campagne a aussi montré que cette qualité prenait des formes différentes selon les circonstances.

7Parallèlement, la composition de l’incarnation se réalise par une distribution des rôles et des fonctions aux alliés d’un personnage (sixième chapitre). Celle-ci contribue à produire aussi bien les qualités du chef et son rapport au projet politique, que son rapport au peuple et aux amis et ennemis, notamment en purifiant le chef de fonctions politiques perçues négativement, comme l’attaque des adversaires, et en lui laissant le monopole de la communication au peuple tout entier. La distribution a été constitutive de l’échec de François Bayrou et de la réussite de Nicolas Sarkozy en 2007 ; ainsi que de la réussite de la simplification du discours opérée par le Premier ministre Koizumi en 2005.

8Le dernier chapitre étudie cette simplification du discours à travers le suivi de propositions programmatiques. Loin de n’être qu’un pamphlet fixé dans un texte, le projet politique est empiriquement structuré autour d’éléments en compétition qui, s’ils deviennent puissants, structurent toute une campagne. Nous les avons nommés « proposition unique » en tant qu’ils tendent à occuper un maximum d’espace dans un écosystème donné. Le succès d’un élément se constate premièrement par une trajectoire ascendante. Les propositions uniques japonaises – la privatisation de la poste (yūsei min’eika 郵政民営化) en 2005 et le « changement de gouvernement » (seiken kōkan 政権交代) en 2009 – ont connu une trajectoire ascendante en quatre étapes ; alors que la proposition unique dominante en 2007 – la critique de « mai 68 » par Nicolas Sarkozy – n’a émergé qu’en toute fin de campagne. Le succès se constate aussi par la capacité d’un élément à désigner l’ensemble d’un projet. La privatisation de la poste en est le meilleur exemple, en tant qu’avatar de l’idée de réforme ; alors que le « changement de gouvernement » a été un exemple de projet autoréférentiel. Il se constate enfin et surtout quand l’élément devient l’enjeu central qui structure les affrontements dans une campagne. La privatisation de la poste est l’élément qui a le mieux réussi à circuler chez les adversaires pour devenir l’enjeu central.

Conclusion

9La conclusion de ce travail propose une théorie du populisme comme émergence d’éléments au sein d’un écosystème donné. Autrement dit, ce n’est pas le populisme intrinsèque d’un personnage qui explique un succès politique, mais le succès en tant que tel qui est susceptible d’être qualifié de populiste en raison de ses propriétés extrinsèques. Nous avons observé comment ce que nous identifions comme du populisme était le fruit d’une composition réussie, que ce soit au niveau de l’incarnation que de la constitution du projet de campagne. Cela nous a amené à proposer une méthode d’analyse du populisme centrée sur la monadologie développée par Leibniz et Gabriel Tarde : étudier le populisme est possible par le suivi d’éléments qui deviennent des « monades » dès lors qu’ils « dessinent un monde » autour d’eux, comme la privatisation de la poste a permis de donner du sens à l’élection de 2005 en intégrant les êtres (idées, personnages, amis, ennemis…) à son concept. Cette perspective méthodologique et comparative vise ainsi à permettre une analyse détaillée des relations entre éléments et à mieux qualifier les variations dans les formes prises par la « raison populiste ».

Haut de page

Notes

1 Mouffe Chantal, 2005, On the Political, Routledge.

2 Laclau Ernesto, 2008, La raison populiste, Éditions du Seuil, collection L’ordre philosophique.

3 Glazer Barney et Strauss Anselm, 2010 (1967), La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Éditions Armand Colin, collection Individu et Société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Mellet Xavier, La composition médiatique des populismes. Une comparaison France-Japon »Cipango [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cipango/5734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cipango.5734

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search