Navigation – Plan du site
Dossier

Du malentendu juridique

Le droit face à la mésentente conjugale
Corentin Chanet et Barbara Truffin
p. 61-79

Résumés

Dans cet article, nous nous proposons de décrire la façon dont différentes figures de mécompréhension sont attribuées par des imputations hypothétiques mobilisées au sein et à propos d’une audience de justice de paix. En prenant soin de mettre en avant le matériau empirique – présenté sous forme de « scènes » – et en n’oubliant pas d’inclure la position occupée par le chercheur dans la réflexion, notre objectif est de montrer que, loin de constituer des obstacles nécessitant d’être levés, les imputations de malentendu, de méprise et de mensonge sont des ressources discursives employées aussi bien dans le contexte de la mésentente conjugale, que dans ceux du processus décisionnel juridique et de l’interprétation scientifique « ex situ ». A l’encontre de l’idée que le droit serait, en pratique ou en théorie, largement incompatible avec le malentendu, nous affirmons que ce dernier constitue toujours une clé d’interprétation possible d’une mésentente persistante et que, bien plus que sa levée ou sa prévention, c’est son déplacement, sa reconfiguration ou son ajournement qu’il faut envisager dans l’exercice du droit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Typologie des (dés)accords et (mé)compréhensions
Le mensonge (i.e. l’imputation de mensonge)
La méprise (i.e. l’imputation de méprise)
Le malentendu (i.e. l’imputation de malentendu)
Mise en scène judiciaire de la mésentente conjugale
Scène 1
Scène 2
Scène 3
Scène 4
Scène 5
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Nous voudrions dans cet article proposer une approche très descriptive du malentendu (et plus largement de la mécompréhension) à partir d’une ethnographie herméneutique de scènes de justice familiale en Belgique. Les diverses formes de mécompréhension seront envisagées comme des jugements a posteriori, plus ou moins hypothétiques, que les individus produisent sur des rapports intersubjectifs de compréhension dans lesquels ils sont toujours, d’une façon ou d’une autre, parties prenantes. De fait, plutôt que de conférer au malentendu le statut de descripteur étique d’une classe de situations que le chercheur aurait pour mission d’analyser, il nous semble plus fécond de chercher à comprendre comment tous les individus (chercheurs compris) parviennent à imputer un malentendu au sein/à propos d’une situation donnée, et cela à partir de perspectives parfois très différentes. De la même manière que des différences de perception sonore peuvent s’expliquer à la fois par les carac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corentin Chanet et Barbara Truffin, « Du malentendu juridique », Civilisations, 65 | 2016, 61-79.

Référence électronique

Corentin Chanet et Barbara Truffin, « Du malentendu juridique », Civilisations [En ligne], 65 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4058 ; DOI : 10.4000/civilisations.4058

Haut de page

Auteurs

Corentin Chanet

Corentin Chanet est titulaire d’un Master en anthropologie (ULB, 2014) et d’un Master en sociologie (ULB, 2005) de l’Université libre de Bruxelles. Doctorant au Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (Lamc-ULB), il poursuit actuellement une recherche sur la stratification sociale au Ghana, tout en continuant à développer en parallèle des intérêts de recherche dans le domaine des sciences cognitives. [Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Faculté de Philosophie et Sciences sociales, avenue Jeanne 44, CP 124, 1050 Bruxelles, Belgique – cchanet@ulb.ac.be]

Barbara Truffin

Barbara Truffin est docteure en anthropologie (ULB, 2005). Elle est titulaire d’un Master of Arts in the Social Sciences (University of Chicago, 2001), d’un DES en droit international (ULB, 2000) et d’une Licence en droit (ULB, 1998). Elle est actuellement chargée de cours à la Faculté de droit (ULB). Chercheuse au Centre d’Histoire du droit et d’Anthropologie juridique (ULB), ses intérêts de recherche, attestés par de nombreuses publications, vont du pluralisme juridique au droit des peuples autochtones en passant par l’ethnographie judiciaire. [Centre de droit comparé, d’histoire du droit et d’anthropologie juridique, Faculté de Droit et Criminologie, Université libre de Bruxelles, avenue F.D.Roosevelt 50, CP 137, 1050 Bruxelles, Belgique – btruffin@ulb.ac.be]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page