Navigation – Plan du site
Dossier

De la valeur heuristique du malentendu

Retour sur un terrain au Kerala
Laura Silvestri
p. 107-126

Résumés

En m’inspirant d’un essai de Gerald Berreman, je reprends les métaphores dramaturgiques d’Erving Goffman pour analyser les interactions sur mon terrain ethnologique au Kerala (Inde). Comme le dit Goffman, le chercheur et ses interlocuteurs sur le terrain tendent à considérer les règles de bienséance comme allant de soi, jusqu’à ce qu’une perturbation révèle les implicites de l’interaction. Avant de me rendre au Kerala j’avais été prévenue de la réticence des maîtres d’arts martiaux à transmettre leur savoir et de l’importance de gagner leur confiance. Ainsi, les premiers mois de séjour dans une école d’arts martiaux (kaḷarippayaṟṟụ), j’ai évité de poser des questions sur les techniques et j’ai laissé le maître décider de la progression de mon apprentissage. Le maître et les autres personnels de l’école, en revanche, donnaient pour acquis que j’étais là pour apprendre rapidement l’art martial, revenir en Europe et donner des cours. Contrairement à mes attentes, ils voyaient cela comme souhaitable. Seules leurs réactions à un faux pas de ma part m’ont permis finalement de reconnaître les représentations réciproques qui avaient influencé nos interactions, et d’ouvrir ainsi les yeux sur une politique de la transmission que je n’avais pas prise en considération jusque là.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cet article a été présentée lors du colloque Chercheur-se in situ. Immersions par corps, normes et déviances, Montpellier, 21-23 mai 2014, sous le titre : « La mise en scène d’une expérience transformatrice. Analyse goffmanienne d’un terrain au Kerala (Inde) ».

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le kaḷarippayaṟṟụ et la patrimonisalisation des arts kéralais
L’enquête
Modèles et réalités de la transmission
Malentendus et déplacement des coulisses

Aperçu du début du texte

Le malentendu dont il sera question dans cet article m’est apparu comme un moment particulièrement important dans la relation d’enquête, à envisager davantage comme un outil de connaissance que comme un inconvénient (Weber, 2009). J’aimerais partager quelques réflexions que m’a inspirées mon expérience de terrain au Kerala (Inde du sud). J’y ai mené une recherche sur les conceptions du corps et de la personne dans l’art martial kaḷarippayaṟṟụ (prononciation : kalarippayatt), m’intéressant en particulier à la manière dont ces dernières sont influencées par la transnationalisation de la discipline, mais il ne sera pas tant question de cela, que des interactions qui se produisirent sur le terrain. Je vais montrer comment les échanges avec mes interlocuteurs ont pu paraître satisfaisants jusqu’à ce que des perturbations dans nos interactions révèlent les malentendus liés à nos attentes réciproques, permettant ainsi dans un deuxième temps de comprendre des réalités restées inaperçues.

Ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Silvestri, « De la valeur heuristique du malentendu  », Civilisations, 65 | 2017, 107-126.

Référence électronique

Laura Silvestri, « De la valeur heuristique du malentendu  », Civilisations [En ligne], 65 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2020, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4067 ; DOI : 10.4000/civilisations.4067

Haut de page

Auteur

Laura Silvestri

Laura Silvestri est docteure en anthropologie sociale et ethnologie de l’Université de Turin et de l’EHESS. Elle a réalisé une thèse de doctorat sur la construction des savoirs sur le corps dans l’art martial indien kaḷarippayaṟṟụ et sur la manière dont ils sont influencés par la transnationalisation. Elle a été ATER à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et à l’Université de Montpellier, où elle est actuellement post doctorante. Laboratoire Sant.E.Si.H. (Santé, Éducation, Situation de Handicap), Université de Montpellier, UFR STAPS, 700 avenue du Pic Saint Loup, 34090 Montpellier, France – laura.silvestri@umontpellier.fr].

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page