Navigation – Plan du site
Dossier

Etre étonné. Lorsque le malentendu et l’angoisse nous ancrent dans le terrain

Edgar Tasia
p. 127-144

Résumés

Intrinsèquement liés, le malentendu et l’angoisse sont deux expériences auxquelles est souvent confronté l’anthropologue. Elles prennent racine dans le hiatus interactionnel de la rencontre, dans cette confrontation avec l’Autre dont on ne connaît pas (encore) grand-chose. L’observation, la participation, la communication, tous ces outils dont se sert l’anthropologue pour parvenir à faire son travail, sont autant de portes ouvertes au malentendu et à l’angoisse. Sur le terrain, l’anthropologue est donc rendu vulnérable aux complications communicationnelles et affectives. Mais, cette condition épistémique « fragile » – condition qu’il s’agira d’étudier plus en détail et d’illustrer par des vignettes tirées de mon terrain ethnographique – est-elle vraiment « malheureuse » ? J’aimerais, dans ce texte, le démentir. En effet, si le malentendu et l’angoisse peuvent poser problème, ils peuvent également jouer un rôle pratique important pour le chercheur en aiguisant ses capacités cognitivo-affectives et en lui permettant d’éduquer son attention, de prolonger l’effort de la concentration et, in fine, d’être plus alerte aux détails et conscient des subtilités de la vie sociale. Dérouté, confus, mal à l’aise, l’anthropologue doit être extrêmement attentif à la situation dans laquelle il est englué pour parvenir à la comprendre et réduire l’angoisse qu’elle engendre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Vignette ethnographique I
Conditions épistémiques et émotionnelles de l’anthropologue en action : pour un rééquilibrage pratique
Les aspects positifs de l’étonnement, de l’angoisse et du malentendu
Vignette ethnographique II
L’éducation de l’attention par le malentendu et l’angoisse
Quelques considérations supplémentaires et conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

« Qu’il faut, au moins, un sujet ».
Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts.

Soit un ethnographe : il a choisi d’enquêter sur le traumatisme colonial des Aborigènes d’Australie dans la banlieue de Sydney. Il n’a que très peu d’expérience de terrain puisqu’il vient juste d’entamer sa thèse de doctorat au sein d’une université francophone de Belgique. Il part donc au bout du monde pendant un mois et demi afin de faire un premier terrain exploratoire. Méticuleusement, il s’est préparé : il a parcouru de long en large l’abondante littérature sur le sujet, il a décortiqué de nombreux manuels d’enquête et en a extrait les injonctions qui lui semblaient les plus pertinentes pour réaliser son travail une fois sur place. Notons encore qu’il est belge, a un bon niveau d’anglais et qu’il est en bonne santé physique. Ayant réalisé son mémoire de maîtrise sur l’impact émotionnel de l’enquête de terrain sur l’anthropologue (plus particulièrement, sur les angoisses que resse...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edgar Tasia, « Etre étonné. Lorsque le malentendu et l’angoisse nous ancrent dans le terrain  », Civilisations, 65 | 2016, 127-144.

Référence électronique

Edgar Tasia, « Etre étonné. Lorsque le malentendu et l’angoisse nous ancrent dans le terrain  », Civilisations [En ligne], 65 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4075 ; DOI : 10.4000/civilisations.4075

Haut de page

Auteur

Edgar Tasia

Edgar Tasia est doctorant-aspirant FNRS au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses recherches doctorales portent sur le traumatisme colonial au sein des populations Aborigènes de la banlieue centrale de Sydney (Australie). Il s’intéresse tout particulièrement aux micro-interactions des processus thérapeutiques mis en place par les populations locales ainsi qu’aux émotions générées durant ces interactions. [Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC), ULB, Institut de Sociologie, CP 124, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles, Belgique – etasia@ulb.ac.be].

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page