Navigation – Plan du site
Varia

De la fécondité des ruines

Patrimonialisation et sanctification d’un village noir détruit (Chocó, Colombie)
Anne Marie Losonczy
p. 163-180

Résumés

En 2002, lors d’un violent affrontement entre la guerilla des FARC et les paramilitaires, 170 habitants du village noir de Bellavista de la rivière Bojaya au Chocó se réfugient à l’église. Un grand nombre périt, brûlé vif sous l’impact d’une bombe qui laisse leur village en ruines. La politique de réparation de l’Etat comprend le relogement des habitants dans un nouveau village, construit en ciment, érigé sur le terrain auparavant dévolu au cimetière. Le nouveau village est objet de perceptions fortement ambivalentes, alors que nombre d’habitants demandent à l’archevêché que l’église en ruine abritant désormais un « Christ mutilé », soit déclarée lieu de pèlerinage. D’autres souhaitent sa pérennisation en l’état comme lieu-récit de la malemort, alors que d’autres encore oeuvrent pour la conservation des ruines de tout le village en tant que lieu-souvenir d’une vie “sabrosa”, considérée comme définitivement révolue et objet d’attachement. Ce cas éclaire une facette paradoxale et peu analysée des tentatives locales de patrimonialisation : celle des traces de la violence subie. La conservation des ruines comme lieu-récit, en y mobilisant à la fois le registre religieux et mémoriel, autorise la polyphonie fluide des interprétations et évite la cristallisation d’un conflit local ouvert autour de la mémoire de la violence armée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le massacre à Bellavista
De la « vie savoureuse » et de la bonne mort
L’après-massacre : temps d’horreur et temps de recomposition
Demeure des morts, témoin de vie, lieu de mémoire ? Conflits et convergences
Patrimoine et/ou sanctuaire ? La ressource des miracles
Un lieu-récit en voie de patrimonialisation locale
Nostalgie ou attachement ?

Aperçu du début du texte

Un grand nombre d’études sur les récentes initiatives de patrimonialisation émanant de groupes minoritaires suggère que ces dernières portent le plus souvent, sur des objets et des savoirs considérés comme à la fois « traditionnels » et susceptibles de donner à voir vers l’extérieur national et international une image valorisée de leur singularité culturelle. En contraste, de récents travaux d’historiens (Auzas et Jewsiewicki, 2008) mettent en avant la patrimonialisation de processus et d’évènements collectifs traumatisants, comme expression d’un « courant de mémoire » se structurant à l’échelle mondiale, dont le modèle est la mémorialisation de la Shoah. Ils l’attachent à l’émergence d’une nouvelle sensibilité politique et sociale transnationale, centrée sur la victime, qui signe le déclin de la centralité des héros. La patrimonialisation de souffrances collectives est soutenue par un idiome mémoriel psychologisé qui fait de la remémoration collective la voie de guérison des liens ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Marie Losonczy, « De la fécondité des ruines », Civilisations, 65 | 2017, 163-180.

Référence électronique

Anne Marie Losonczy, « De la fécondité des ruines », Civilisations [En ligne], 65 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2020, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4092 ; DOI : 10.4000/civilisations.4092

Haut de page

Auteur

Anne Marie Losonczy

Anne-Marie Losonczy est anthropologue, directrice d’études à l’École pratique des hautes études (Sorbonne) à Paris et professeure à l’Université libre de Bruxelles, membre du laboratoire Mondes américains (CNRS-EHESS), et du LAMC (ULB). Docteure en anthropologie de l’ULB (1992), elle a enseigné à l’Université de Barcelone, à l’Université Paris-X-Nanterre, et dirigé l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel. Ses terrains ethnographiques se situent en Colombie (groupes d’afro-descendants et sociétés locales multiethniques dans la Caraïbe colombienne continentale et insulaire, chamanisme et société des Indiens Emberà du Chocó) et à Cuba (rituels émergeants populaires dans les zones urbaines), ainsi qu’en Hongrie, Transylvanie et Ukraine occidentale (mémoires et ritualités post-communistes). EPHE, 44 rue de Lille, 75007 Paris, France – alosonczy1956@gmail.com]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page