Navigation – Plan du site
Dossier

Des malentendus à (bien) interpréter

Maria Luisa Ciminelli
p. 81-106

Résumés

La traduction, considérée par plusieurs auteurs comme paradigmatique pour l’entreprise anthropologique, est aussi une pratique habituelle sur le « terrain », où les malentendus, et ce qui peut être interprété comme une manipulation volontaire, peuvent ensuite s’avérer des clés pour la vérification des résultats de la recherche et, plus généralement, des instruments de compréhension. C’est dans cette perspective que l’auteure réexamine la transcription d’un entretien s’étant déroulé en 1992, au début de sa recherche dans le Bélédougou (Mali), en mettant en contraste le dialogue en français entre elle et l’interprète bambara avec sa traduction française du dialogue, en langue bamanan, entre l’interprète et la guérisseuse interviewée, une jinètigi (prêtresse du culte des jinè).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

C’était en 1990, lorsque, pour la première fois, je me rendis dans le Bélédougou, parcourant en jeep la route, pas encore goudronnée à l’époque, qui relie Bamako à Kolokani, je demandai au chauffeur pourquoi les gens que nous voyions au bord des routes nous recommandaient de réduire la vitesse. Abaissant répétitivement l’avant-bras, la paume de la main vers le sol, ceux-ci faisaient en effet le geste qui, en Italie, signifie « ralentir ». Ce geste, je l’avais alors mal interprété. « Ils demandent un passage », m’expliqua le chauffeur. Cet épisode fonctionna soudain comme un révélateur de l’attention qu’il convient de prêter au type de malentendu que je définirais comme « culturel » et qui envahit les contextes quotidiens de la recherche ethnographique. Je me demande aujourd’hui quelle part ma peur d’un accident avait joué, au niveau inconscient, dans cette interprétation erronée ou ce malentendu : les récits de terribles accidents routiers sur ce tronçon étaient, en effet, quotidien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Luisa Ciminelli, « Des malentendus à (bien) interpréter », Civilisations, 65 | 2016, 81-106.

Référence électronique

Maria Luisa Ciminelli, « Des malentendus à (bien) interpréter », Civilisations [En ligne], 65 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4104 ; DOI : 10.4000/civilisations.4104

Haut de page

Auteur

Maria Luisa Ciminelli

Maria Luisa Ciminelli, docteure en ethnologie et anthropologie (1995) et professeure habilitée de 2e classe en sciences anthropologiques (2013), depuis 2000 a enseigné à l’Université Ca’ Foscari Venise (Italie). Parmi ses publications : D’incanto in incanto. Storia del consumo occidentale di arte primitiva (Clueb 2008), « Tempi diseguali. Coevità e contemporaneità in arte » (Rivista di estetica 61, 2016), « Le kolonkalanin : Une démonstration du pilon magique au Bélédougou (Mali) » (Visual Ethnography 4, 2015), « Microestetica del potere. La linea gialla » (Visual Ethnography 4, 2015). [Università Ca’ Foscari, Dorsoduro 3246, 30123 Venezia, Italie – ciminell@unive.it].

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page