Navigation – Plan du site
Les buveurs invisibles

La part des morts. Les usages de l’alcool dans le culte du palo monte afro-cubain

Katerina Kerestetzi
p. 25-41

Résumés

Dans la pratique du culte initiatique afro-cubain du palo monte, l’alcool est omniprésent. Rhum, eau-de-vie, bière, alcools purs coulent à flots lors des rituels, des consultations, des nettoyages rituels et des divinations ; ils sont bus, versés, crachés, soufflés, enflammés, enduits. Ils servent à purifier les adeptes, à détruire le mal, à contenter les esprits… Chacun des usages de l’alcool est fortement encadré et codifié, requiert de maîtriser des techniques et des gestes et présuppose l’intériorisation de certains schèmes interprétatifs sur son efficacité. Par ailleurs, la manière d’employer les spiritueux varie considérablement d’un groupe initiatique à l’autre. Certains encouragent une grande consommation de rhum, ce qui rend les cérémonies particulièrement festives ou conviviales, d’autres en font un usage très modéré afin de maintenir les participants dans un état de concentration optimale. Chez d’autres encore, l’alcool sert de levier performatif et on y voit les médiums engloutir des bouteilles entières de rhum parce que les morts qui prennent possession de leur corps sont « alcooliques ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Boire avec les morts
L’alcool en tant que levier performatif
Alcool et style rituel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Si l’on pouvait adopter, le temps d’une cérémonie du culte du palo monte afro-cubain, le point de vue d’une bouteille de rhum, on aurait vite le tournis et on serait surpris du peu de répit qu’on lui laisse. Elle est bue, crachée, vaporisée, versée, enflammée... Dans la pratique de ce culte initiatique très répandu à Cuba, les alcools, comme le rhum mais aussi l’eau-de-vie, la bière, les alcools purs et même les parfums, sont omniprésents. Ils coulent à flots lors des rituels, des consultations, des nettoyages rituels et des divinations. Ils servent à détruire le mal, à contenter les esprits, à animer l’ambiance, à purifier les animaux destinés aux sacrifices, à calmer les vibrations meurtrières des couteaux...

Si l’alcool est aussi présent dans les lieux de culte du palo monte, les cuartos de fundamento [littéralement, « pièces de fondation »], c’est parce que là vivent des morts tout-puissants, les nfumbis, qui tous possèdent, à des degrés divers, un certain penchant pour l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Kerestetzi, « La part des morts. Les usages de l’alcool dans le culte du palo monte afro-cubain », Civilisations, 66 | 2017, 25-41.

Référence électronique

Katerina Kerestetzi, « La part des morts. Les usages de l’alcool dans le culte du palo monte afro-cubain », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4181 ; DOI : 10.4000/civilisations.4181

Haut de page

Auteur

Katerina Kerestetzi

Katerina Kerestetzi est docteure en ethnologie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle est chercheure au CNRS et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale. Ses recherches portent sur les religions afro-cubaines – et notamment sur le palo monte – sur leur matérialité, leur spatialité, leurs rituels et les modalités pragmatiques de leur transmission et réinvention. Elle est auteure du livre : Vivre avec les morts à Cuba : réinvention et transmission religieuse dans le palo monte (2016, Éditions Karthala) et du film “Les morts du palo monte”. [Laboratoire d’anthropologie sociale, UMR 7130, 52 rue Cardinal Lemoine, 75005 Paris, France – katerina.kerestetzi@college-de-france.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page