Navigation – Plan du site
Les buveurs invisibles

Bien boire, mal boire. Regards sur l’ivresse des guérisseurs malgaches

Olivia Legrip-Randriambelo
p. 43-58

Résumés

La consommation de rhums artisanaux, industriels et/ou de bières est un invariant des rituels de soins engagés par les devins-guérisseurs malgaches, qu’ils soient possédés par des esprits ou non. Cet article propose de s’intéresser aux regards que posent les patients sur l’ivresse, et au contraire, sur la résistance à la consommation d’alcool de leur thérapeute. J’aborderai ainsi le « bien boire » avec le cas d’une possédée réputée pour son absence d’ébriété lors de rituels pourtant fortement alcoolisés, et le « mal boire » avec l’exemple d’un devin-guérisseur, buvant démesurément, et dont les patients déprécient alors les compétences. Autrement dit, il sera question, à partir du discours des pratiquants, de la manière dont les compétences sont proportionnelles à la quantité d’alcool ingéré et à la maîtrise de soi. La consommation d’alcool rituel oscille ici entre une gageure de puissance magico-religieuse et une dépendance néfaste au rituel de soin. Ainsi, l’alcool trouve sa place dans le rituel et justifie son aspect magico-religieux mais peut également le conduire à l’échec : en effet, la démesure liée à la consommation d’alcool n’est autorisée que dans la limite de l’activité rituelle, dans la mesure rituelle. L’action rituelle est alors l’unique contexte légitime de son usage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Boissons fermentées et démarche ethnologique
Sainte et l’alcool performatif
Quand l’esprit boit à travers la possédée
Les conduites alcooliques « masculines » d’une jeune fille
« Donne-moi mon Brighton et reprends ta bière ! »
RaJaona et l’alcool dépréciatif
L’alcool rituel d’un devin-guérisseur désorcelleur
Boire pour le rituel ou s’arranger avec le rituel pour boire ?
Essai d’analyse sur les alcoolisations rituelles
Les abus supposés et/ou observés du guérisseur
Réponses aux invitations à boire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans la région betsileo, autrefois, « à la mort des souverains de l’Isandra (pays betsileo), les ‘gens du sacré’ (olom-pady), chargés de veiller sur la dépouille royale et de recueillir les liquides, buvaient du rhum avec leurs mains ‘enduites de sanies gluantes’. Cette communion avec les ancêtres n’est possible que dans le cadre des funérailles d’un personnage déjà médiateur entre les divinités et les vivants » (Beaujard 2014 : 149-150). Un manuscrit de la London Missionary Society souligne également la « place d’honneur » du rhum dans ce rituel funéraire. La toilette mortuaire est effectuée avec de l’eau et de l’alcool, plus particulièrement du rhum artisanal parallèlement usité lors des rituels destinés aux ancêtres et « bu en abondance par les participants aux funérailles » (Beaujard 2014 : 150 ; Callet 1908 ; Rahamefy 1997). Philippe Beaujard, dans une perspective ethno-historique, précise :

« l’hydromel (ou un alcool de canne) convient aux rites de passage, mettant e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivia Legrip-Randriambelo, « Bien boire, mal boire. Regards sur l’ivresse des guérisseurs malgaches », Civilisations, 66 | 2017, 43-58.

Référence électronique

Olivia Legrip-Randriambelo, « Bien boire, mal boire. Regards sur l’ivresse des guérisseurs malgaches », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4281 ; DOI : 10.4000/civilisations.4281

Haut de page

Auteur

Olivia Legrip-Randriambelo

Olivia Legrip-Randriambelo est docteure en anthropologie de l’Université Lumière-Lyon 2 et membre du Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC, FRE 2002 - Lyon 2, CNRS). Ses recherches portent sur les guérisons religieuses à Madagascar – notamment sur le culte aux ancêtres et le mouvement de Réveil protestant –, sur les questions de territorialité religieuse et des adaptations de ces religiosités par la communauté malgache de France. Elle a notamment codirigé le numéro 51-52 ’Autour des entités sacrées. Approches pluridisciplinaires et nouveaux terrains à Madagascar’ de la revue Etudes Océan Indien (INALCO, Paris). [Laboratoire d’Anthropologie des enjeux contemporains, 5 avenue Pierre Mendes France, 69500 Bron, France – olivia.legrip@hotmail.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page