Navigation – Plan du site
Les buveurs invisibles

Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes

Etude de manipulations rituelles de bière de sorgho (pays kabyè, Togo)
Marie Daugey
p. 59-75

Résumés

Chaque année, chez les Kabyè du Togo, le parcours rituel organisé pour soutenir le développement final du petit mil et annoncer la tenue de nouvelles sessions initiatiques donne lieu à une importante alcoolisation d’un jeune garçon, dont la participation au rite consiste avant tout à marcher, puis à boire. Sur quels ressorts symboliques l’efficacité de cette pratique rituelle s’appuie-t-elle ? Après une description analytique et contextualisée de cet usage du boire, nous trouverons des éléments de réponse dans les représentations relatives au corps des enfants, et dans une mise en regard avec d’autres rituels qui impliquent d’emplir de bière ou de substances dérivées de la fabrication de la bière des réceptacles de forme humaine. Il s’agit dans tous les cas de créer l’image d’une réplétion agissant comme une injonction à l’abondance adressée aux divinités.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Usages quotidiens et rituels de la bière de sorgho
La bière au quotidien
Une boisson cérémonielle
Emplir un corps d’enfant
Pourquoi un enfant ?
Emplir des contenants anthropomorphes
Couples de pots
Ventres irrassasiables
Conclusion

Aperçu du début du texte

Chez les Kabyè du Togo, la bière de sorgho (cukudu ou sulum) occupe une place importante dans la plupart des domaines de la vie sociale et religieuse. La consommation et/ou la manipulation de cette boisson est indispensable lors des événements qui marquent les grandes étapes de la vie individuelle et collective : les procédures d’alliance matrimoniale, de réconciliation, les rites initiatiques, les rites funéraires, les rites agraires et cynégétiques. Dans cette société, l’organisation des cycles rituels humains et agricoles reste étroitement liée à un culte des ancêtres, de type domestique et lignager, et à un culte des divinités du territoire, organisé à l’échelle d’une localité ou d’une subdivision territoriale et lignagère. La pratique de ces cultes implique le plus souvent de s’adresser à une entité en versant de la bière de sorgho sur son autel. Ces versements de bière permettent d’amorcer une situation de communication avec cette entité, en lui donnant à boire, et/ou en appuy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Daugey, « Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes », Civilisations, 66 | 2017, 59-75.

Référence électronique

Marie Daugey, « Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4287 ; DOI : 10.4000/civilisations.4287

Haut de page

Auteur

Marie Daugey

Marie Daugey est ethnologue, docteure de l’École Pratique des Hautes Études, affiliée à l’Institut des Mondes Africains (IMAf). Dans le cadre d’un post-doctorat de la Fondation Fyssen, elle est accueillie à l’Université de Liège (Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle), où elle travaille sur la place des enfants dans le rituel lorsqu’ils occupent une position de substitut. Sa thèse a porté sur l’initiation masculine chez les Kabyè (Togo), envisagée dans son articulation avec la construction rituelle du lien au territoire. [Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Liège, Place des orateurs, 3 (B31, Quartier Agora), 4000 Liège, Belgique – mdaugey@yahoo.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page