Skip to navigation – Site map
Les buveurs invisibles

Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes

Etude de manipulations rituelles de bière de sorgho (pays kabyè, Togo)
Marie Daugey
p. 59-75

Abstracts

Each year, in the Kabye society, a boy takes part in a ritual route supporting the final growth of millet and announcing the beginning of initiations. Above all, his participation consists in walking and ingesting a large amount of sorghum beer. On which symbolical motives does the ecacy of this alcoholization practice rest? After describing and analyzing the context surrounding this drinking custom, some answers will arise from representations related to the children’s body. This practice will also be put into perspective with other rites entailing to fill anthropomorphous receptacles with beer or with matters derived from beer making. All these rites aim to create the image of satiety, acting as a request for abundance addressed to the divinities.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Usages quotidiens et rituels de la bière de sorgho
La bière au quotidien
Une boisson cérémonielle
Emplir un corps d’enfant
Pourquoi un enfant ?
Emplir des contenants anthropomorphes
Couples de pots
Ventres irrassasiables
Conclusion

Text / first lines

Chez les Kabyè du Togo, la bière de sorgho (cukudu ou sulum) occupe une place importante dans la plupart des domaines de la vie sociale et religieuse. La consommation et/ou la manipulation de cette boisson est indispensable lors des événements qui marquent les grandes étapes de la vie individuelle et collective : les procédures d’alliance matrimoniale, de réconciliation, les rites initiatiques, les rites funéraires, les rites agraires et cynégétiques. Dans cette société, l’organisation des cycles rituels humains et agricoles reste étroitement liée à un culte des ancêtres, de type domestique et lignager, et à un culte des divinités du territoire, organisé à l’échelle d’une localité ou d’une subdivision territoriale et lignagère. La pratique de ces cultes implique le plus souvent de s’adresser à une entité en versant de la bière de sorgho sur son autel. Ces versements de bière permettent d’amorcer une situation de communication avec cette entité, en lui donnant à boire, et/ou en appuy...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie Daugey, « Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes », Civilisations, 66 | 2017, 59-75.

Electronic reference

Marie Daugey, « Emplir les corps des dieux pour rassasier les hommes », Civilisations [Online], 66 | 2017, Online since 31 August 2020, connection on 20 June 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4287 ; DOI : 10.4000/civilisations.4287

Top of page

About the author

Marie Daugey

Marie Daugey est ethnologue, docteure de l’École Pratique des Hautes Études, affiliée à l’Institut des Mondes Africains (IMAf). Dans le cadre d’un post-doctorat de la Fondation Fyssen, elle est accueillie à l’Université de Liège (Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle), où elle travaille sur la place des enfants dans le rituel lorsqu’ils occupent une position de substitut. Sa thèse a porté sur l’initiation masculine chez les Kabyè (Togo), envisagée dans son articulation avec la construction rituelle du lien au territoire. [Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Liège, Place des orateurs, 3 (B31, Quartier Agora), 4000 Liège, Belgique – mdaugey@yahoo.fr]

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page