Navigation – Plan du site
Les buveurs invisibles

Transformation de la consommation d’alcool chez les Nanaïs du bassin de l’Amour

Anne Dalles
p. 77-90

Résumés

L’utilisation ancienne de la vodka dans les pratiques chamaniques, chez les Nanaïs de l’Extrême-Orient de la Sibérie, variait en fonction du rite : tantôt destinée aux esprits, souvent par le biais du chamane, lors des rites funéraires, de pêche ou encore de commémoration des morts, tantôt objet d’échange, lors des rites de mariages, la vodka soulignait le contrôle du spécialiste sur lui-même, apportait l’apaisement des esprits et affirmait le statut social. Dans le contexte moderne, dans cette population très russisée, dont les grands rites publics ne se font plus, la consommation d’alcool a changé de symbolisme, rentrée désormais dans la sphère privée, et fait même l’objet d’un combat dans l’implantation de nouveaux mouvements religieux. L’exposition de l’usage des libations dans les rites nanaïs anciens, dans un premier temps, suivi, dans un deuxième temps, de la comparaison avec sa perception aujourd’hui, permettent de montrer en quoi la consommation d’alcool depuis la disparition des chamanes est liée à ce qui a survécu des pratiques chamaniques, tout en étant aussi liée à la définition de l’alcool par le groupe culturel dominant russe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Amadouer et contrôler les esprits
Négocier son statut social
L’alcoolisme de nos jours
La place ambivalente de l’alcool
Eglise, conversion et alcoolisme
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les Nanaïs habitent dans la région de l’Amour, à l’Extrême-Orient de la Sibérie, en Russie. Leur population totale s’élève à environ 12.000 individus, principalement répartis dans la région de Khabarovsk (« Vserossijskaja perepis’ naselenija 2010 goda » 2010). Ils représentent moins de 1 % de la population de la région et vivent principalement dans des villages. Jusqu’à la collectivisation soviétique, les Nanaïs vivaient de pêche annuelle et de chasse hivernale ; depuis, la pêche constitue encore une part importante des ressources. Suite à la politique antireligieuse mise en place pendant la période soviétique, les grands rites publics qui faisaient la particularité du chamanisme nanaï ne se font plus depuis les années 1970, et il n’y a plus de chamane dit « traditionnel ». De nombreuses pratiques, liées à la gestion des esprits chamaniques et des âmes, ont été adaptées pour pallier l’absence de chamane.

L’utilisation de libations d’alcool en contexte rituel permettait de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Dalles, « Transformation de la consommation d’alcool chez les Nanaïs du bassin de l’Amour », Civilisations, 66 | 2017, 77-90.

Référence électronique

Anne Dalles, « Transformation de la consommation d’alcool chez les Nanaïs du bassin de l’Amour », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4344 ; DOI : 10.4000/civilisations.4344

Haut de page

Auteur

Anne Dalles

Anne Dalles est doctorante en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Elle réalise actuellement une thèse de doctorat portant sur les transformations rituelles, culturelles et religieuses chez les Nanaïs de l’Extrême-Orient de la Sibérie et comment la pluralité des pratiques reflète différentes modalités d’expression de « l’identité » nanaïe contemporaine. [Laboratoire CRCAO (Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale), Collège de France, Université Paris Diderot et EPHE, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris, France – 20700510@etu.ephe.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page