Navigation – Plan du site
Les buveurs invisibles

Une « ivresse rituelle » ? Ethnographie croisée de rites alcoolisés, entre chamanisme asiatique et judaïsme européen (Népal - France)

Lionel Obadia
p. 91-104

Résumés

A partir de la présentation ethnographique de deux rituels très différents dans leur forme et dans leurs contextes géographiques, culturels et religieux – le Pessah juif en Europe et le guru-puja chamanique au Népal –, cet article s’attache à montrer les contrastes morphologiques, fonctionnels et symboliques non pas des rituels eux-mêmes, mais des modalités de l’alcoolisation qui s’y déroule. L’alcoolisation en contexte rituel, même si elle a biologiquement et socialement de similaires effets, admet de sensibles écarts en termes de signification et de positionnement dans l’appareil liturgique. Ce constat amène à une certaine prudence lorsque l’anthropologie s’efforce d’établir des théories générales sur « l’alcool et la religion ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le boire, le rite, le rituel du boire : approches et méthodes
Par-delà l’approche monothéocentrée
Boire en contexte juif : « s’accouder et boire » à Pessah
Célébrer le rapport aux esprits : le « guru-puja » au Népal
L’alcoolisation dans le « guru-puja »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le boire, le rite, le rituel du boire : approches et méthodes

Fondé sur un matériau ethnographique de première main, ainsi que sur l’exploration de corpus sacrés et d’une analyse de la littérature scientifique, cet article vise à interroger les fonctions de l’ivresse alcoolique en contexte religieux. Plutôt que de faire demeurer l’analyse sur le plan relativement circonscrit d’une ethnographie localisée, ce qui est souvent le cas, il sera ici question du boire ritualisé ou en contexte rituel dans une perspective comparative. Ce retour au comparatisme, ambition méthodologique de l’anthropologie à ses débuts, mais finalement peu pratiquée désormais, n’est pas le retour d’un comparatisme à vaste échelle, celui de traits « universels » ou de sociétés entières comparées les unes aux autres. C’est plus précisément à un comparatisme à l’échelle des études de cas que le boire (comme d’autres pratiques sociales et culturelles) se prête. Il permet de revenir à une anthropologie comparative mais ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Obadia, « Une « ivresse rituelle » ? Ethnographie croisée de rites alcoolisés, entre chamanisme asiatique et judaïsme européen (Népal - France) », Civilisations, 66 | 2017, 91-104.

Référence électronique

Lionel Obadia, « Une « ivresse rituelle » ? Ethnographie croisée de rites alcoolisés, entre chamanisme asiatique et judaïsme européen (Népal - France) », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4380 ; DOI : 10.4000/civilisations.4380

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

Lionel Obadia est responsable du département SHS de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), professeur d’anthropologie à l’Université de Lyon, chargé de cours à SciencePo Paris et ancien Fellow de l’Institut d’Etudes avancées de Strasbourg (USIAS). Rattaché au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), ses recherches portent sur l’Asie, de l’anthropologie des religions aux médecines traditionnelles, en passant par les économies symboliques, les territorialités religieuses, l’ethnicité et la politique (Asie, Himalaya, Népal), plus récemment, la magie et la sorcellerie, et la spiritualité d’Auroville, en Inde du Sud. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont L’ethnographie comme dialogue (Publisud, 2003), La religion (Cavalier Bleu 2004), La sorcellerie (Cavalier Bleu, 2005), L’Anthropologie des religions (La Découverte, 2007), The Economics of Religion (avec D. Wood, Emerald, 2011), La marchandisation de Dieu, (CNRS éditions, 2013), Shalom Bouddha (Berg, 2015), Satan (Ellipses, 2016) ainsi que de nombreux articles. [Agence nationale de la recherche, département SHS, 50 avenue Daumesnil, 75012 Paris, France – lionel.obadia@univ-lyon2.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page