Navigation – Plan du site
Le terrain ivre

Les ancêtres aiment boire du rhum !

(In)visible ivresse et questions réflexives sur le boire rituel
Delphine Burguet
p. 123-138

Résumés

A Madagascar, les rituels magico-religieux orchestrés par les devins-guérisseurs sont mis en scène dans le respect des codes cultuels. Certaines substances sont considérées comme nécessaires au bon déroulement et au caractère efficace de l’action : parmi elles, le rhum, qui est utilisé à la fois en libation et en boisson. Ainsi, sa consommation par les maîtres rituels ou les médiums s’inscrit dans une pratique sociale légitimée, à caractère positif car elle valorise la puissance et la maîtrise dans un état alcoolisé. Parmi ces maîtres, ceux qui boivent de l’alcool sans montrer un état d’ivresse sont considérés comme des spécialistes confirmés. Néanmoins, le terrain ethnographique qui articule observations, entretiens et prises de vue photographiques et filmiques amène à interroger l’ivresse qui s’ensuit de la consommation de rhum. La question traitée est celle d’une relecture et d’un décentrement du regard ethnologique sur les pratiques du boire. Alors que l’ivresse semble mesurée et de fait indécelable dans l’action rituelle, elle est repérable dans un contexte distancié et éloigné de l’expérience du terrain ethnographique. Cette réflexivité travaille l’idée d’une hiérarchisation des données qui influence la production de l’analyse ethnologique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Ritualiser le rhum
Boire pour l’invisible
Visionner l’ivresse
Taire l’ivresse
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans un contexte religieux et sur un terrain ethnographique situé sur les Hautes Terres centrales de Madagascar, l’article propose tout d’abord d’explorer les différents usages du rhum dans un rapport de médiation avec les ancêtres afin d’appréhender l’environnement social dans lequel l’analyse réflexive se construit. Les rituels magico- religieux orchestrés par les devins-guérisseurs sont mis en scène dans le respect des codes cultuels. Ainsi, certaines substances et objets sont considérés comme nécessaires au bon déroulement et au caractère efficace de l’action : parmi eux, l’alcool et plus précisément le rhum, est utilisé à la fois en libation et en boisson. Son absence priverait le rituel de sens.

Sa consommation s’inscrit dans une pratique sociale légitimée, à caractère positif car elle valorise la puissance et la maîtrise de soi dans un état alcoolisé. Selon les maîtres religieux, ceux qui boivent de l’alcool sans montrer un état d’ivresse sont considérés comme des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Burguet, « Les ancêtres aiment boire du rhum ! », Civilisations, 66 | 2017, 123-138.

Référence électronique

Delphine Burguet, « Les ancêtres aiment boire du rhum ! », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4448 ; DOI : 10.4000/civilisations.4448

Haut de page

Auteur

Delphine Burguet

Delphine Burguet est docteure en anthropologie sociale et historique de l’Institut des mondes africains de l’EHESS. Elle a réalisé une thèse sur l’articulation entre le savoir et le pouvoir des devins-guérisseurs malgaches et sur la reconnaissance de leurs pratiques rituelles de soins. Elle enseigne à l’Université Lyon 2, auprès d’instituts du travail social et d’écoles d’ingénieurs. Chargée d’étude à l’INSERM sur la question de réseaux de soins puis post-doctorante au laboratoire RIVES ’Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société’ de l’UMR EVS (Environnement, ville, société) pour travailler la problématique de l’innovation et du respect de l’environnement chez les industriels de la chimie, elle poursuit ses recherches anthropologiques au LAET (Unité mixte de recherche « Laboratoire Aménagement Economie Transports », Université Lyon 2 - ENTPE) dans le domaine des mobilités. [Rattachée à l’Institut des mondes africains, EHESS, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris, France – burguet.delphine@gmail.com]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page