Navigation – Plan du site
Le terrain ivre

"Drunk is beautiful"

Boire au bord de l’eau : usage de l’alcool dans la communauté punk chinoise
Nathanel Amar
p. 139-155

Résumés

Cet article entend montrer en quoi la consommation d’alcool dans la communauté punk chinoise peut être rattachée à tout un répertoire de pratiques propres aux communautés déviantes du jianghu. Le jianghu, littéralement « rivières et lacs », représente depuis la dynastie des Zhou un espace physique et symbolique où les communautés marginales chinoises se retrouvent pour échapper au pouvoir central. Cette affinité entre punks et jianghu se retrouve dans les liens qui unissent les communautés de punks aux « mafias » locales. La consommation d’alcool sera ainsi analysée dans sa fonction rituelle et sociale, mais aussi politique, l’alcool s’opposant aux efforts de « civilisation » de la population par le gouvernement chinois, et permettant souvent de libérer la parole. L’alcool représente aussi un enjeu méthodologique pour le chercheur : comment se positionner soi-même face au risque de l’ivresse, alors que l’intégration au sein du terrain de recherche demande un engagement corporel total ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La voie du jianghu : réactualisation des pratiques rituelles chez les punks chinois
« For Friends and Beer » — Usages sociaux de l’alcool
One of the boys – Faire de la recherche en état d’ébriété
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

« We can live better without your socialism,
We can live better without the party,
We don’t need more money, but only punk rock music,
We can live better with friends and beer! »
SMZB, For Friends and Beer.

Fin mai 2013, le temps s’est réchauffé à Wuhan, réputée être l’une des trois « fournaises » de la Chine, avec les villes de Nankin et Chongqing. Le bar punk Wuhan Prison, tenu par Wu Wei, le chanteur du groupe mythique SMZB (生命之饼), est rempli, comme tous les vendredis soirs. La foule s’est réfugiée à l’intérieur, profitant de la climatisation pour boire et écouter de la musique. A l’extérieur du bar, se sont attablées quatre personnes, qui jurent avec les clients habituels. La plupart torse nu, ce sont des hommes d’âge mûrs, autour de la cinquantaine, qui discutent avec un fort accent wuhanais. On peut reconnaître des personnalités du quartier où est situé le Wuhan Prison, à proximité d’une artère commerçante de Wuchang, le quartier des universités : ainsi, le patron du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathanel Amar, « "Drunk is beautiful" », Civilisations, 66 | 2017, 139-155.

Référence électronique

Nathanel Amar, « "Drunk is beautiful" », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4495 ; DOI : 10.4000/civilisations.4495

Haut de page

Auteur

Nathanel Amar

Nathanel Amar est docteur en science politique du CERI-Sciences Po. Il a soutenu en 2015 une thèse de doctorat sur l’usage politique de la culture en Chine contemporaine, après un terrain de trois ans au sein de la communauté punk chinoise. Il est actuellement post-doctorant à la Society of Fellows in the Humanities de l’Université de Hong Kong, où il poursuit ses recherches sur les communautés contre-culturelles en Chine continentale. [Society of Fellows in the Humanities, Faculty of Arts, G/F Run Run Shaw Heritage House, The University of Hong Kong, Hong Kong – namar@hku.hk]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page