Navigation – Plan du site
L'alcool (en)chanté

Boire, chanter et créer des liens

Ethnomusicologie et alcool chez les Tai Dam du nord Laos
Marie-Pierre Lissoir
p. 159-175

Résumés

Cet article aborde la consommation d’alcool au cours de séjours de recherche chez les Tai Dam du nord Laos. Il développe les particularités du terrain en ethnomusicologie, où musique et alcool s’entrecroisent fréquemment. Après une description des codes et modalités de la prise collective d’alcool, l’article analyse les rôles et significations du boire au sein des villages enquêtés, abordant ses rapports étroits avec le chant, ainsi que la pression exercée sur les convives pour une absorption continue d’alcool. Les tenants et aboutissant de la consommation personnelle de la chercheuse sur le terrain, et en particulier son rôle dans la création de liens sociaux, sont ensuite développés. D’abord vécue comme une contrainte, la consommation d’alcool de riz s’est changée en instrument clef au fil des différentes étapes de la recherche, devenant l’outil d’une socialisation active sur le terrain

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Recherche en ethnomusicologie chez les Tai Dam du Laos
L’alcool chez les Tai Dam
L’alcool ritualisé : dispositif, démonstration et perception du boire
« Muaan boo ? », célébrations réussies et démonstration de l’ivresse
Logique dispositive du boire
Servir l’alcool et apprendre la hiérarchie du groupe
Boire, chanter et appartenir au groupe
« Kin kin kin ! » Boire sur le terrain : entre pressions sociales et stratégies
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

« Est-ce que vous savez boire ? » C’est par cette phrase qu’a débuté ma première discussion avec le professeur d’anthropologie qui allait devenir mon directeur de thèse quelques années plus tard. Je l’ai rencontré afin de lui faire part de mon intention de consacrer mon mémoire à la musique au Laos. Travaillant sur les migrations tai dam dans ce même pays, l’anthropologue m’a proposé un terrain dans un village où il effectue des enquêtes depuis plusieurs années déjà. Elément incontournable d’un séjour de recherche au sein de la communauté tai dam, la question de la consommation d’alcool a été abordée par mon futur directeur dès que j’ai manifesté mon enthousiasme vis-à-vis de ce projet.

Le sujet de la consommation de boissons alcoolisées sur le terrain fut ainsi abordé aux premières heures de ma recherche en ethnomusicologie, alors que, commençant un Master en musicologie, j’allais réaliser mon premier terrain dans un village tai dam du centre du Laos. La consommation d’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Lissoir, « Boire, chanter et créer des liens », Civilisations, 66 | 2017, 159-175.

Référence électronique

Marie-Pierre Lissoir, « Boire, chanter et créer des liens », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4532 ; DOI : 10.4000/civilisations.4532

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Lissoir

Marie-Pierre Lissoir est docteure de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université Sorbonne-Nouvelle. Elle a réalisé une thèse intitulée « Le khap tai dam, catégorisation et modèles musicaux. Etude ethnomusicologique chez les Tai des hauts plateaux du Laos ». Elle occupe aujourd’hui un poste de chercheure au ’Traditional Arts and Ethnology Centre’ de Luang Prabang au Laos, où elle prépare une exposition sur les instruments à vents traditionnels du Laos. Elle est également membre du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes contemporains (LAMC) à l’Université libre de Bruxelles. [Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Université libre de Bruxelles, 44 avenue Jeanne, CP 124, 1050 Bruxelles, Belgique – mplissoir@gmail.com]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page