Navigation – Plan du site
L'alcool (en)chanté

Faire circuler la bière

L’alcool comme force motrice et relationnelle dans une fête patronale bolivienne
Laura Fléty
p. 177-194

Résumés

A partir d’une analyse de la circulation de la bière au sein d’un groupe de danseurs urbains d’origine aymara (Bolivie), cet article propose d’explorer la performativité rituelle et sociale de la consommation d’alcool. C’est à travers la mise en place de dispositifs spatio-corporels spécifiques que l’alcool est échangé, afin de produire un subtil jeu de rivalités et d’alliances qui fonde toute l’organisation sociale de ce collectif. L’intention de cet article est de saisir au plus près des interactions et de l’expérience sensible, comment au sein de la fête l’alcool est non seulement l’objet central d’une dynamique de dons réciproques, mais aussi une substance de transformation corporelle intrinsèquement liée à la pratique dévotionnelle. Penser l’efficacité rituelle de l’alcool nécessite d’interroger l’articulation entre les pratiques sensori-motrices sur lesquelles reposent cette intense circulation de liquide et la manière dont les transactions d’alcool construisent les relations dans le groupe de danseurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Où l’alcool partagé acte une relation
Boire entre soi
La relation aux pasantes : Ayni et circuit des caisses de bières
Où l’invitation à boire devient un piège
Obliger l’autre
Humilier par la boisson
Où l’alcool met les corps en mouvement
Boire et danser
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Au sein des fêtes rituelles des communautés indigènes boliviennes, danse, musique et abondance d’alcool apparaissent comme les éléments fondateurs d’une organisation sensorielle complexe où prime l’expérience de la saturation des sens. Cet « enivrement » des participants à travers les sons, les mouvements et la forte consommation d’alcool est conçu comme indispensable à la circulation de l’énergie de l’univers (Arnold 1992 : 117-119) et à la communication avec le monde invisible (Saignes 1993 ; Martínez 2002 ; Geffroy 2013).

Ce phénomène de saturation multi-sensorielle s’observe également dans les grandes fêtes urbaines de la Bolivie contemporaine qui célèbrent diverses vierges et saints patrons. La célébration annuelle de Jesús del Gran Poder, le Christ protecteur de la ville de La Paz, rassemble plusieurs milliers de danseurs et de musiciens dans un somptueux cortège défilant jusqu’à épuisement. Dans leurs costumes aux couleurs éclatantes, les groupes de danseurs avance...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Fléty, « Faire circuler la bière », Civilisations, 66 | 2017, 177-194.

Référence électronique

Laura Fléty, « Faire circuler la bière », Civilisations [En ligne], 66 | 2017, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4565 ; DOI : 10.4000/civilisations.4565

Haut de page

Auteur

Laura Fléty

Laura Fléty est docteure en anthropologie de l’Université de Paris Ouest Nanterre. Elle a réalisé une thèse de doctorat sur une performance chorégraphique dévotionnelle andine (Bolivie) et sur la corporisation des relations esthétiques, sociales et rituelles au sein d’une communauté de danseurs-dévots de la ville de la Paz. Elle a été ATER à l’université de Paris 8, post-doctorante de la Fondation Fyssen et du Museu Nacional au Brésil et réalise actuellement une nouvelle recherche postdoctorale pour le Labex Création, Arts et Patrimoine. [Laboratoire IIAC (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain), EHESS, 54 Boulevard Raspail, 75006, Paris, France – laura.flety@gmail.com]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page