Navigation – Plan du site

Invoking the supernatural and the supranational: Tappu, trance and Tamil recordings in Indo-Guyanese ’Madras Religion’ and the politics of sonic presence

Invoquer le surnaturel et le supranational : tappu, transe et enregistrements tamouls dans la « religion de Madras » indo-guyanaise, et politique de la présence sonore
Stephanie Lou George
p. 41-56

Résumés

Les dimensions sonores de la musique madrasi indo-guyanaise, qu’il s’agisse de performances acoustiques en direct ou de l’écoute d’enregistrements, communiquent des formes de pouvoir, d’autorité et de vérité sur la base d’idéaux culturels et de schémas historiques contingents de l’écoute. La capacité de découvrir les origines, par ailleurs ambiguës et problématiques, des pratiques extatiques madrasi passe principalement par l’incarnation de la présence sonore de la déesse Mariamman. Les pratiques sonores madrasi sont devenues de plus en plus prestigieuses et valorisées, en particulier dans le contexte nord-américain. Un facteur déterminant de ce prestige croissant a été l’émergence d’un discours promulgué par les Indo-Guyanais et les Américains qui revendiquent que les pratiques sonores madrasi ont des origines « tamoules anciennes ». Je soutiens que la musique madrasi, bien que marginalisée, offre aux individus une fascinante modalité sonore qui produit des sentiments ou des « vibrations » de « pouvoir », de « preuve » et de présence comme actes politiques parmi les tensions inter et intragroupe. Je suggère que les individus sont attirés par les dimensions sonores de la musique madrasi car elles communiquent et affirment l’authenticité culturelle, l’autorité religieuse et la vérité dans leur recherche de formes d’appartenance dans le contexte de la diaspora américaine d’Asie du sud. J’analyse la façon dont l’incarnation sonore-somatique de la musique madrasi invoque les sensations tactiles des sons « tamouls » de la diaspora.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Methodology
Madrasi subject formation in the New World
Interpreting spirit mediumship and Madrasi music as sonic presence
Sonic materialities of Tamil devotional recordings and Madrasi listening practices
Analysis and conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En route to a Mariamman temple in East Berbice, Guyana, in the summer of 2016, I found myself enveloped by an intersection of sounds situated between the temple and the home of a local “Madrasi” priest, or pujari. Thunderous tappu drumming reverberated from the yard of the Mariamman temple throughout the surrounding area, a sonic notification to those living nearby that a puja was underway. Particular rhythms indicated the drummers were invoking the presiding deity to “manifest” the head pujari who had travelled from New York to Guyana to officiate an annual puja and would deliver her divine messages. Meanwhile, a recording of a popular Tamil-language devotional song about the goddess was being projected through large speakers of a sound system located in the “bottom-house” of a local pujari’s dwelling next to the temple who was preparing to conduct puja as well. This pujari had for years stopped attending that temple due to a disagreement among leaders based in Guyana a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephanie Lou George, « Invoking the supernatural and the supranational: Tappu, trance and Tamil recordings in Indo-Guyanese ’Madras Religion’ and the politics of sonic presence », Civilisations, 67 | 2018, 41-56.

Référence électronique

Stephanie Lou George, « Invoking the supernatural and the supranational: Tappu, trance and Tamil recordings in Indo-Guyanese ’Madras Religion’ and the politics of sonic presence », Civilisations [En ligne], 67 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4822 ; DOI : 10.4000/civilisations.4822

Haut de page

Auteur

Stephanie Lou George

Stephanie Lou George is a PhD candidate of ethnomusicology at the Graduate Center, City University of New York, where she was a 2016-2017 Dissertation Fellow for The Committee of the Study of Religion. She specialises in the study of Indo-Caribbean music, sound, and spirit mediumship as these topics intersect with South/Asian/American diaspora studies and critical race theory within the Anglophone and Francophone Caribbean. She has taught Caribbean and African American music courses at John Jay, Hunter, and York, CUNY colleges | Hunter College (University of New York), 695 Park Ave, New York (NY) 100065, USA | sgeorge1[at]gradcenter.cuny.edu]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page