Navigation – Plan du site

Du bwiti en clips et en cassettes : la transnationalisation des musiques initiatiques du Gabon

Bwiti through clips and tapes: The transnationalisation of Gabonese initiation music
Alice Aterianus-Owanga et Rémy Jadinon
p. 57-75

Résumés

En croisant les approches anthropologique et historique sur la musique, cet article examine certaines routes, acteurs et objets musicaux qui ont accompagné la circulation du rite initiatique gabonais bwiti dans des réseaux et espaces transnationaux. Il démontre que cette circulation transnationale des musiques rituelles s’appuie sur des mobilités anciennes de musiciens, et que si elle s’entrelace avec des démarches de patrimonialisation, elle se déroule principalement en dehors des initiatives de l’Etat-nation. Il s’intéresse à la manière dont l’activité musicale, centrale au déroulement du rituel dans les temples du Gabon, l’est aussi devenue depuis quelques années sous de nouveaux aspects en dehors des frontières du Gabon, dans les cérémonies de bwiti New-Age, ou auprès des Gabonais de l’étranger. Il décrit enfin comment les sonorités et les représentations du bwiti se diffusent via les performances de quelques artistes hip-hop, en lien avec leur affirmation de retour aux sources et de réafricanisation. Finalement, cet article réfléchit au rôle de la musique dans la mise à disposition de fragments d’une religion dont la transnationalisation en tant que telle reste entravée par diverses barrières.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le bwiti, du translocal au transnational : des circulations musicales fondatrices
Des musiques rituelles sur les scènes internationales
Ecouter le bwiti sur la Toile
Sampler les musiques de harpe : de Libreville à la diaspora gabonaise
Conclusion : vers une communauté transnationale bwitiste ?

Aperçu du début du texte

Introduction

« En Afrique centrale, d’entrée de jeu notre culture conçoit le monde comme étant né [sic] d’une note, elle-même produite par la vibration des cordes de la Harpe Sacrée. Comme je le dis dans mon premier opus : “C’est au son d’une harpe comme celle-ci que ce monde vint à la vie”. L’univers est ainsi appréhendé en termes de vibrations, d’où la puissante métaphore africaine avec les cordes, la harpe qui les porte, et la musique qu’elle produit. Au moyen de nos harpes, “La théorie des cordes” raconte un monde, sa naissance, son déclin et sa résurrection ». Lord Ekomy Ndong, 2017.

C’est en ces termes que le rappeur et beatmaker Lord Ekomy Ndong présentait son album La Théorie des cordes, publié en juin 2017 sur les plateformes de téléchargement en ligne, en rattachant sa création musicale aux récits cosmogoniques et au symbolisme des instruments du bwiti. L’analogie avec ce rite initiatique gabonais était soulignée par l’un des vidéoclips accompagnant la parution de cet album ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Aterianus-Owanga et Rémy Jadinon, « Du bwiti en clips et en cassettes : la transnationalisation des musiques initiatiques du Gabon », Civilisations, 67 | 2018, 57-75.

Référence électronique

Alice Aterianus-Owanga et Rémy Jadinon, « Du bwiti en clips et en cassettes : la transnationalisation des musiques initiatiques du Gabon », Civilisations [En ligne], 67 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4865 ; DOI : 10.4000/civilisations.4865

Haut de page

Auteurs

Alice Aterianus-Owanga

Alice Aterianus-Owanga est docteure en anthropologie et chercheure post-doctorante du Fonds national suisse à l’Université de Lausanne, après avoir été post-doctorante du Labex CAP (Paris) et de l’IFAS (Johannesburg). Spécialiste du hip-hop et de l’histoire des musiques urbaines au Gabon, elle travaille désormais sur les réseaux développés autour de l’enseignement des danses sénégalaises en France et en Suisse. Son livre Le rap, ça vient d’ici ! Musiques, pouvoir et identités dans le Gabon contemporain (Editions de la MSH, 2017) a reçu le Prix « coup de coeur » de l’Académie Charles Cros en 2018 | Université de Lausanne, Institut de sciences sociales des religions (ISSR), Anthropole, CH-1015 Lausanne, Suisse | aliceaterianus[at]yahoo.fr

Rémy Jadinon

Rémy Jadinon est docteur en sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles. Sa thèse de doctorat portait sur la popularisation et la circulation numérique des répertoires religieux des populations tsogo de la province de la Ngoumié au Gabon. Il travaille au service Cultures & Société de l’Africa Museum de Tervuren (Belgique) où il documente les collections musicologiques. Ses recherches portent actuellement sur les festivals de musiques traditionnelles en République démocratique du Congo et sur l’électronisation des patrimoines musicaux en Ouganda. | Africa Museum, Leuvensesteenweg 13, 3080 Tervuren, Belgique | remy.jadinon[at]africamuseum.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page